Éric Moreault

Éric Moreault - Auteur
  • Éric Moreault

    Maniaque de cinéma, Éric Moreault n'a pas peur d'une bonne discussion sur vos films et acteurs préférés ou que vous aimez détester.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 26 février 2014 | Mise en ligne à 6h00 | Commenter Commentaires (3)

    Oscars: la consécration attend Jared Leto

    Dallas Buyers Club ne repartira pas les mains vides de la 86e soirée des Oscars. Parce que Jared Leto, entre autres, va obtenir la statuette dorée du Meilleur acteur de soutien pour sa troublante composition de Rayon dans le film du Québécois Jean-Marc Vallée. C’est bien dommage pour les autres, en particulier Barkhad Abdi, qui devront se contenter de faire de la figuration. Qu’en pensez-vous?
    Jared Leto a tout raflé depuis le début de la saison des prix, sauf le BAFTA parce que Dallas Buyers Club… n’était pas éligible! Ce n’est pas la seule raison qui en fait le candidat logique. Les votants récompensent volontiers les transformations extrêmes et les rôles à caractère social. L’acteur de 42 ans cumule les deux : il a perdu 13 kilos pour se fondre dans la peau d’un transgenre sidatique sans complexe qui se bat pour obtenir les médicaments qui vont, pour d’autres et lui, les maintenir en vie.
    Il serait réducteur de faire l’impasse sur la vraie raison pour laquelle il gagnera : son jeu. Il aurait été facile de tomber dans la caricature, Leto livre au contraire un Rayon profondément touchant, aux antipodes de son image de chanteur alternatif dans son groupe 30 Seconds to Mars. Il a d’ailleurs sensiblement délaissé sa carrière d’acteur, très prolifique et remarquée, au profit de celle de chanteur depuis une dizaine d’années. Il semble bien, quand on consulte sa filmographie, que Jared Leto choisit depuis des rôles exigeants sur le plan de la composition : il a été choyé avec ce puissant drame biographique.
    Sa victoire empêchera malheureusement une belle histoire, celle de Barkhad Abdi, qui incarne Muse, le chef d’une bande de pirates somaliens qui attaquent un énorme porte-conteneurs dans Capitaine Phillips. Abdi est justement né en Somalie, mais il fut élevé au Yémen avant d’immigrer aux États-Unis, à 14 ans.
    L’homme de 28 ans était chauffeur de limousine lorsqu’il fut choisi pour son premier rôle au cinéma, qu’il incarne avec un naturel déconcertant — son interprétation s’avère essentielle pour conduire le film de Paul Greengrass (United vol 93) à bon port. Barkhad Abdi pourra toujours se consoler en se disant qu’il a coiffé Michael Fassbender aux BAFTA.
    Dommage aussi, dans une moindre mesure, pour l’Allemand dont la prolifique collaboration avec Steve McQueen en a fait l’un des acteurs les plus convoités de la planète. Fassbender a obtenu son lot de récompenses pour ses prestations dans Hunger (2008) et Shame (2011), mais il s’agit de sa première nomination aux Oscars L’acteur de 36 ans joue un rôle plus effacé dans Esclave pendant 12 ans, mais ô combien marquant, celui d’Edward Epps, un cruel propriétaire de plantation louisianais qui malmène ses esclaves.
    Curieux paradoxe s’il en est un, Fassbender réussit à nous fasciner même s’il incarne une ordure de la pire espèce, nous entraînant dans les noirceurs barbares de l’âme humaine. Avec tout son talent, ce n’est que partie remise.
    Pour Bradley Cooper, l’histoire se répète. Il ne pouvait décemment pas s’imposer, l’an passé, devant Daniel Day-Lewis, même s’il était très bon dans Le bon côté des choses. Cette fois encore, c’est David O. Russel qui lui permet d’être remarqué par l’Académie, dans Arnaque américaine. Dans la peau de Richie DiMaso, l’agent du FBI manipulateur, l’acteur de 39 ans démontre qu’il n’a pas seulement une belle gueule — il a aussi de grandes aptitudes à un jeu naturel et convainquant.
    Jonah Hill n’est tout simplement pas de taille. Sa nomination pour son rôle de faire-valoir à Leonardo DiCaprio dans Le loup de Wall Street, de Martin Scorsese, vient seulement confirmer qu’il a réussi à négocier le virage d’acteur comique à dramatique avec panache, un peu comme Bill Murray et Tom Hanks à leur époque.


    • C’est facile de “jouer” quand tu perds 30 livres et que t’as 6 pouces de make-up dans la face. Ton personnage, c’est ton costume. Il ne te reste plus qu’à l’enfiler à chaque jour. À ce compte, les “performances” de Jared Leto et Matthew McConaughey m’ont laissé de glace. Même chose pour Bradley Cooper.

      Le vrai méritant à l’Oscar est sans conteste Barkhad Abdi, suivi par Jonah Hill. Dans le cas d’Abdi, nul besoin de perruque et de mascara; le personnage, c’est lui-même, son pays, ce qu’il représente. N’importe qui s’écroulerait devant tant de sublimation. Lui, il transperce l’écran. Fabuleux.

      Vous y allez vraiment fort pour Leto. Je comprends votre point de vue, mais il réussit, justement, à refléter les nuances de son personnage, malgré le maquillage et le costume. Mais vrai que Barkhad Abdi est très bon. C’est, en fait, le seul élément vraiment intéressant dans Capitaine Phillips (avec le thème des inégalités Nord-Sud).
      ÉM

    • Abdi est justement né en Somalie, mais il fut élevé au Yémen avant d’immigrer aux États-Unis, à 14 ans.

      La NSA doit l’avoir à l’oeil

    • Il ne faut pas oublier qu’un acteur se démarque surtout par sa performance. Justement, c’est d’accepter un rôle qui sort de son identité qui fait un vrai acteur.Non seulement Jared Leto a subit une transformation extrême pour jouer Rayon mais sa performance est tout simplement remarquable. Par contre Abdi lui, c’est vrai que son interprétation n’est pas mal mais un rôle ne se détermine pas par la vie personelle d’un acteur mais par la fait de faire quelque chose de différent, de prendre des risques. Jared Leto mérite amplement l’Oscar. Il y a longtemps que son talent d’acteur devait être récompensé (jugez vous même le nombre de rôles différents et complexes qu’il a eu durang sa carrière d’acteur)

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « sept    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité