Éric Moreault

Éric Moreault - Auteur
  • Éric Moreault

    Maniaque de cinéma, Éric Moreault n'a pas peur d'une bonne discussion sur vos films et acteurs préférés ou que vous aimez détester.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 22 juillet 2013 | Mise en ligne à 16h09 | Commenter Commentaires (8)

    Les gros flops de l’été

    L’été n’est pas encore fini, mais quelques films ont lamentablement échoué au box-office: Après la Terre; Maison-Blanche en péril; Rives du Pacifique; Lone Ranger et, plus récemment, Turbo et R.I.P. Département. Pas besoin de chercher midi à quatorze heures. Les gens veulent une bonne histoire et commencent en avoir marrer des superproductions bourrées d’images générées par ordinateur qui masquent le manque d’originalité (la plupart de ces films sont des versions à peine remaniées d’autres films). Sans parler de réalisation terne et générique. Les gens ne sont pas idiots.
    Lone Ranger, par exemple, n’a engrangé que 147 M$ partout dans le monde (dont près de la moitié va aux exploitants de salle) alors que le film a coûté un astronomique 375 M$. Turbo a réussi à atteindre 31 M$ de recettes en moins d’une semaine. Pas mal. Mais c’est le plus faible résultat dans l’histoire des films d’animation de Dreamworks, rappelle le NY Times. Et le film a tout de même coûté 135 M$ à produire…
    Les spectateurs passent un message quand ils dépensent de l’argent pour aller voir un film. Ils veulent vivre des émotions fortes. Ce qui explique que La conjuration, un film de maison hantée doté d’un budget de 20 M$, soit numéro un du box-office nord-américain avec 41,5 M$ à sa première fin de semaine (5e au Québec). Mais le long métrage de James Wan a un scénario solide, de très bons acteurs et une réalisation efficace, tout comme Louis Cyr, numéro un au Québec en fin de semaine.
    C’est rassurant. Même si Grandes Personnes 2 marche très fort (il y a un public pour ça aussi, malheureusement). Espérons que les studios hollywoodiens vont prendre des notes, même si ça ne risque pas de changer de sitôt.


    • Il y a eu un bogue, alors je renvoie:

      Je ne suis pas surpris de ces résultats. Je suis un cinéphile et depuis quelques années, je vais de plus en plus voir des films “étrangers” dans des festivals comme Fantasia, festival de cinéma latino et festival du monde arabe, etc.

      Malgré des moyens plus limités que les américains, des cinéastes réussissent à faire de bons films avec des histoires originales qui sortent des clichés que l’on retrouve dans les blockbusters américains. Ils sont souvent totalement imprévisibles et c’est une chose qui me plaît. Juste le fait que l’histoire se passe dans une culture différente et que celle-ci est représentée de manière réaliste amène un intérêt accru. Les américains caricaturent les cultures étrangères dans leurs films.

      Parfois, j’en ai marre d’entendre toujours parler des américains sauveurs du monde, de New York, Los Angeles, Chicago, San Francisco, de la maison blanche, du président, de l’armée américaine, de l’American way of life, du rêve américain, de leur folie des armes à feu, etc.

      Il y a aussi le fait que les effets spéciaux par ordinateurs donnent une impression de dessins-animé, voir de jeux vidéos à des films qui ne sont pas supposés d’en être.

      Pour ce qui est des films d’animation, je trouve qu’ils gaspillent leur argent en utilisant des acteurs connus pour faire les voix, ça n’apporte strictement rien de savoir que Beyoncé ou Leonardo di caprio fassent la voix d’un personnage.

    • Les studios prennent sûrement des notes mais probablement pas les bonnes. Tout les flops de l’été sont des productions originales ou des dérivés de produits qui étaient très loin dans la tête des gens. J’ai donc l’impression que, avant d’en arriver au constat qu’ils devraient produire de bonnes histoires, ils vont plutôt davantage se camper dans les suites, les remakes et les dérivés de produits populaires. D’ailleurs, le top 5 du box office est composé de suites et du nouveau Superman.

      Ensuite, en espérant qu’il ne soit pas trop tard, ils réaliseront peut-être qu’il ne suffit pas de mettre Batman dans un film de Superman pour connaître du succès…..je sais, c’est un mauvais exemple puisque ce film sera sûrement numéro 1 au box office en 2015. Mais tant que les suites et les reboots occuperont le sommet du box office, les studios vont continuer dans ce chemin.

      Oui, ils vont continuer à emprunter ce chemin, c’est vrai. Malheureusement. D’autant que c’est une lucrative entreprises pour les produits dérivés. Mais on est déjà proche de la saturation. Qu’est-ce que ce sera dans deux ans? Et oui, ça n’empêchera probablement pas le Superman d’être no1 au BO en 2015…

    • J’en suis presque rendu à me dire que je devrais lire le box office à l’envers afin de décider des films que je vais voir. Quand les “To the Wonder”, “Only god forgives”, “Before midnight” et autres se retrouvent dans le bas du classement des recettes alors que les “Fast & Furious 150″, “Oz”, “Oblivion”, “GI Joe” et autres se retrouvent au sommet, ça fait réfléchir.

      Par contre, il est important de noter qu’il semble bien que les grands studios produisent de plus en plus pour les marchés internationaux et surtout les marchés émergeants, qui ne semblent pas au même stade de cinéphilie que les américains (qui eux ne sont pas aux même stade que les anglais et les français). Par exemple, vous citez After Earth dans vos flops. Ce film avait un budget de production de $130M. Ses recettes aux USA ont été de $59M, donc un échec domestique. Par contre, ses recettes à l’étranger ont été de près de $176M. Donc, mondialement, plus de $235M pour un budget de $130M, ce n’est pas un flop pour le studio. Bien sûr, il y a les dépenses de marketing à additionner mais ça, ce n’est pas le problème du réalisateur ou du film lui-même. En 2012, à l’exception de “Ted”, très peu de films ont générés plus de revenus domestiques qu’étrangers. Les studios prennent des notes.

      L’autre aspect est les ventes DVD ou autres formats après la vie en salle. L’exemple de Pacific Rim sera un bon exemple. Un budget de $190M, des recettes (le film n’est qu’en salle depuis 2 semaines) domestique de $68M, étrangères de $110M pour un total de plus de $178M. Il est donc très raisonnable de croire que le films engrengera de recettes légères mais positives pour sa vie en salle. Ensuite, les ventes DVD vont assurément générer d’excellentes recettes, ce qui en fera un succès financier pour le studio.

      C’est vrai tout ça, mais il faut faire attention avec les chiffres de l’étranger, qui ont un système de revenus différents d’ici. Dans bien des pays, comme la France, la moitié des recettes sont versées aux exploitants, ce qui diminue sensiblement les revenus pour les studios. Mais vous avez raison, beaucoup de superproductions sont destinées aux marchés émergents. Mais Bollywood aussi prend des notes ;)
      ÉM

    • C’est ce que j’appelle une bonne nouvelle.

    • Le problème de votre liste: Pacific Rim. Une production originale (par originale: pas une suite, ou une adaptation de jeu vidéo/livre/de jouet), bien acceuillie par la critique, mais tellement mal vendue par le marketing.

      En placant le film en compétition avec Despicable Me 2 et Grown ups 2, 2 suite familiale (Grown Ups 2 est pas mal conçu pour attirer les morons, mais bon…), Warner Bros s’est tiré dans le pied, considérant l’investissement fait. Le film aurait dû sortir soir en début ou fin d’été. On appelle ca un abus de confiance, et dommage, car cette j’aurais pris une franchise de ce film au lieu de bien d’autre films insipides qui pullulent les écrans. Souhaitons une bonne vente de DVD/Blu….

      Teamstef souligne en effet l’apport considérable des revenus étranger. Par exemple, Clash of Titans a été ici un flop. Mais les revenus étrangers ont poussé le studio à faire un suite. Pour Pacific Rim, le film n’est pas sorti au Japon et Chine, mais si on se fit au chiffre de Corée du Sud, oh boy ca va fesser.

      Ce que ca envoie comme message au studio Hollywoodiens, c’est: “Les suites, ca marche, même si c’est merdique.” C’est une “safe bet”.

      C’est vrai pour la production originale, mais, tout de même, on n’est pas loin des Transformers… Et vous avez raison, la critique est plutôt favorable (ce qui n’est pas mon cas). Mais del Toro a déjà des plans pour une suite, alors ne vous découragez pas. Surtout que, comme vous dites, l’accueil risque d’être bon en Asie.
      ÉM

    • Pacific Rim en Asie, c’est le succès assuré!

      D’ailleurs, et loin de moi l’idée de comparer les 2, mais je me suis souvent demandé comment il se faisait qu’on continuait à produire des Resident Evil et le réponse se trouve en Asie.

    • @EM

      Avez-vous vu Pacific Rim? On est aussi loin de Transformers que l’est The Iron Giant. Seul point commun: des robots. C’est là que le marketing a fait un “FAIL” total.

      Transformers est pas mal vide comme film, et l’action est hyper difficile à suivre. Del Toro est 100x le réalisateur que Michael Bay est, et bien que Rim aille des archétype comme personnage, il en reste une histoire avec du coeur.

      @teamstef:
      Totalement. Les Residents Evils ne se vendent pas ici. D’ailleur, Pacific Rim, est, comme l’a souligné Hideo Kojima (créateur de Metal Gear Solid, manitou d’un pan de la culture japonaise), l’ultime film d’Otaku, parfait pour souligner la culture japonaise moderne des 40 dernières années. J’ai pas fini de compté des homages aux vieux films de Kaiju de Honda, Neon Genesis Evangelion (des plans-séquences complets), et même des films mexicains des années 70 (voir: les films de El Santo)

      @dusk: bien sûr que je l’ai vu. Ma critique: http://www.lapresse.ca/le-soleil/arts-et-spectacles/cinema/201307/18/01-4672049-rives-du-pacifique-lunion-fait-la-force.php
      ÉM

    • On ne peut comparer Transformers aux Rives du Pacifique. Déjà, ce dernier est bien filmé. Les scènes sont compréhensibles; il n’y a pas de ralenti sur les fesses d’une jeune femme en petit short; il n’y a pas de ralenti en contreplongé sur un hélicoptère; il n’y a pas de ralenti sur les pilote de Jaeger se rendant dans leur machine avec des lunettes de soleil et une musique de Hans ZIMMER à fond.
      LesRives du Pacifique s’inscrit dans la tradition des films de Harryhausen qui nous a quittés il y a peu. “Le Septième voyage de Sinbad” ne brille pas non plus par son histoire. “Jason est les Argonautes” non plus. Le film de Del TORO ne se prétend pas plus intelligents qu’eux et c’est très bien. Et puis, franchement, la photographie de Guilermo NAVARRO est toujours aussi sublime. Et le bestiaire de monstres/mécha conçus par ce dessinateur de Del TORO m’a bien plus.

      Je trouve bien qu’un studio ait risqué autant d’argent dans un film qui vise une niche, se coupe du public féminin et familial. ça fait plaisir. Et je ne le boude pas.

      Je comprends. J’aurais juste souhaité un scénario un peu plus consistant et moins cliché. Del Toro en est capable.
      ÉM

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2013
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité