Éric Moreault

Éric Moreault - Auteur
  • Éric Moreault

    Maniaque de cinéma, Éric Moreault n'a pas peur d'une bonne discussion sur vos films et acteurs préférés ou que vous aimez détester.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 21 juin 2013 | Mise en ligne à 7h00 | Commenter Commentaires (2)

    Le film de la semaine: Before Midnight

    Autant vous le dire en partant. Je suis sorti perplexe de la projection de Before Midnight. J’ai même eu une réaction de rejet. Parce qu’il y a une scène de couple, dans le sens d’engueulade, qui m’a profondément dérangé. J’ai décanté tout ça. Et je me suis dit qu’il est le propre de l’art de déranger et que si c’est le cas, c’est parce que le film appuie aux endroit où ça fait mal. Et vu que j’avais adoré la première heure…
    Richard Linklater a réalisé l’une des plus improbables, et surprenantes, trilogies du cinéma contemporain avec Before Sunrise (1995), Before Sunlight (2004) et Before Midnight (Avant minuit tout est possible). Contrairement aux deux premiers, le troisième chapitre des aventures amoureuses de Jesse et Céline quitte le marivaudage pour nous amener sur le terrain glissant de l’épreuve du temps. Il est rare qu’un film se signale avec autant d’intelligence et de finesse sur les relations de couple.
    Comment maintenir sa passion pour l’autre avec le temps qui passe, les enfants et le boulot? Jesse (Ethan Hawke) et Céline (Julie Delpy) n’ont guère le temps d’y penser. Presque 20 ans se sont écoulés depuis leur brève rencontre dans un train. Ils se sont retrouvés, dix ans plus tard. Jesse a divorcé pour qu’ils se marient et ont eu des jumelles. Ils viennent tout juste de passer un été de rêve en Grèce. Mais Henry, le fils de Jesse, doit retourner aux États-Unis chez sa mère.
    Jesse aimerait bien se rapprocher de son fils et évoque la possibilité de retourner vivre à Chicago. Mais Céline a la chance de décrocher un poste de rêve à Paris… Le couple va discuter de la situation sur un ton badin, mais pas tant que ça, pendant un magnifique plan séquence en auto d’une dizaine de minutes sans aucune coupure.
    C’est la signature habituelle de la trilogie, avec ses dialogues finement ciselés, livrés avec un tel naturel et un sens de la répartie si aiguisé qu’on a l’impression, à chaque fois, de surprendre la conversation réelle d’un couple. La complicité de acteurs est sidérante. Linklater et son duo y distillent aussi un humour à la fois caustique et touchant.
    Il y est question des relations homme-femme, de sexe (beaucoup et en termes crus) et de la possibilité (ou pas) d’avoir le même partenaire pour la vie. Le film aurait pu poursuivre sur ce ton, mais nous sommes au pays de la tragédie, ne l’oublions pas. Lorsque Jesse et Céline se retrouvent seuls pour une nuit d’amour à l’hôtel, la frustration, les tensions et le non-dit depuis toutes ces années vont faire craquer le barrage et libérer les flots impétueux de la colère et des récriminations.
    C’est cette partie qui m’a rendu mal à l’aise. Pourquoi? Probablement parce que le sentiment d’identification est à la limite du tolérable. Chacun ou presque a connu ces conversations qui signifient généralement la fin de l’amour.
    Le trio quitte ainsi la zone de confort de la comédie douce-amère avec un règlement de comptes qui bouscule le spectateur. D’autant qu’il n’y a pas de parti pris masculin ou féminin. Qui culmine dans une finale très bien amenée, et plausible.
    Ce mélange des genres risque de déstabiliser ceux qui s’attendent à une comédie romantique «adulte». Mais une fois le choc passé, il faut se rendre à l’évidence. Avant minuit… reproduit avec justesse les hauts et les bas de la vie de couple. À allez voir en amoureux, (longues) discussions animées assurées…

    Tags: , , ,


    • N’ayant pas encore vû ce dernier opus, je ne peux pas dire si la trilogie est géniale mais étant un grand fan des 2 premiers, je ne suis pas inquiet pour ce dernier même s’il prend une tangente un peu plus dramatique. Par contre, je viens d’aller vérifier sur cinéma montréal et c’est une vraie blague! Le film n’est diffusé qu’a l’Excentris! C’est une véritable honte!

    • Je suis allé à l’Excentris et effectivement, les discussions deviennent difficile à supporter malgré les rires qu’engendrent certaines remarques dans des moments difficiles mais c’est mené et joué de mains de maîtres. Bravo! Une très belle oeuvre qui mériterait un meilleur sort en terme de diffusion. C’est la suite logique de Sunrise et Sunset et j’étais heureux de retrouver ces 2 personnages et voir leur évolution.

      En effet, la sortie est plus que confidentielle. C’est assez surprenant. Le film aurait mérité une meilleure diffusion.
      ÉM

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2012
    D L Ma Me J V S
    « juil   sept »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité