Éric Moreault

Éric Moreault - Auteur
  • Éric Moreault

    Maniaque de cinéma, Éric Moreault n'a pas peur d'une bonne discussion sur vos films et acteurs préférés ou que vous aimez détester.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 31 mai 2013 | Mise en ligne à 9h03 | Commenter Commentaires (2)

    Le film de la semaine: Mud

    Avec mon séjour au Festival de Cannes, j’ai évidemment pris un peu de retard sur les films qui ont pris ou prennent l’affiche. Curieuse coïncidence, Mud : Sur les rives du Mississippi faisait justement partie, l’an dernier, de la compétition officielle. Tout de même étrange, les aléas de la distribution: un an, après le Festival, tout comme La chasse de Thomas Vinterberg (mais ceci est une autre histoire).
    Mud, donc, scénarisé et réalisé par Jeff Nichols. Qui commence de façon surréaliste: Ellis (Tye Sheridan) et Neckbone (Jacob Lofland) «découvrent» un bateau juché dans un arbre, sur une île au milieu du Mississippi. Nos deux explorateurs en herbe font la rencontre du clochard céleste Mud (Matthew McConaughey), qui attend l’arrivée de sa douce Juniper. Mais il est aussi recherché par un gang sur le sentier de la revanche…
    Ellis a 14 ans, l’âge des premiers émois amoureux et des rites d’initiation. Il est soudainement projeté dans l’âge adulte par l’éventualité du divorce de ses parents. Il s’identifie à Mud parce qu’il veut de toutes ses forces croire en l’amour, parfaire son autonomie et vivre une aventure. Il va tout faire, et Neckbone aussi, dans une moindre mesure, pour aider ce mythomane, malgré les embûches.
    Une belle histoire, finement racontée, avec une base de réalisme, tout en jouant avec la «réalité». Nichols sait y faire. Il y a bien quelques moments cousus de fil blanc. Et Nichols semble parfois s’égarer sur une route secondaire, mais il redresse toujours le cap.
    Le parallèle entre les destins d’Ellis et de Mud n’a rien de forcé. Les acteurs, Sheridan et McConaughey en tête, surtout ce dernier dans la peau d’un bum tanné par le soleil, font des miracles parce qu’ils croient au récit, de toute évidence. Et nous aussi par le fait même. Il y a une touche de magie dans Mud : Sur les rives du Mississippi. Le long métrage est touchant, sans tomber dans le pathos.
    Un film américain rare, puissant et évocateur, comme il s’en fait de moins en moins. Malheureusement.

    Tags: ,


    • Ouais, pendant que vous étiez à Cannes 2013, j’étais à Cannes 2012, avec les deux très bons films “La Chasse” et “Mud”.

      On a pas l’habitude de voir Matthew McConaughey aussi bon, il me semble.

      C’est vrai. Mais Nicholls est un bon directeur d’acteurs. Il la faut quand on travaille avec des jeunes. Ça ne trompe pas à l’écran.
      ÉM

    • Ayant aimé Take Shelter et Shotgun Stories, j’ai des attentes très fortes envers Mud.

      Nichols est un des cinéastes américains les plus intéressants du moment.

      Il y a d’ailleurs un renouveau qui vient du «deep south» dans le cinéma américain indépendant.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité