Éric Moreault

Éric Moreault - Auteur
  • Éric Moreault

    Maniaque de cinéma, Éric Moreault n'a pas peur d'une bonne discussion sur vos films et acteurs préférés ou que vous aimez détester.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 5 décembre 2012 | Mise en ligne à 18h28 | Commenter Aucun commentaire

    Anne-Marie Olivier au Trident: taillée sur mesure pour le rôle

    Anne-Marie OIivier prend les rênes du Trident. PHOTO Le Soleil Jocelyn Bernier

    Anne-Marie OIivier prend les rênes du Trident. PHOTO Le Soleil Jocelyn Bernier

    Si on me l’avait demandé, j’aurais pu éviter bien des démarches au comité de sélection pour la direction artistique du Trident. Je leur aurais dit tout de suite qu’Anne-Marie Olivier était taillée sur mesure pour ce rôle de premier plan dans la vie culturelle de Québec et qu’elle allait secouer l’institution de son marasme. On aurait sauvé du temps… Je crois que la dramaturge a toutes les qualités nécessaires pour que le Trident redevienne un lieu de théâtre incontournable au Québec. Pas vous? Sa nomination est un geste fort et audacieux que le Trident se devait de poser. Bravo!

    Comme elle me disait en entrevue au moment de sa nomination, «j’ai pas peur de prendre ce virage. Ce ne sera peut-être pas à 90 degrés comme je voudrais parce que la machine est quand même importante. J’ai hâte de voir la marge de manœuvre que je vais avoir. On va y aller par étapes, pour que ça devienne un plus grand vecteur de sens.»

    Anne-Marie Olivier est une actrice douée et une auteure inspirée, qui n’a pas peur d’aborder de front des questions percutantes sur le plan social. Sa démarche artistique, autant que sa personnalité, suscite l’adhésion dans l’écosystème particulier du théâtre à Québec. Ce n’est pas rien. Le comité de sélection a bien résumé l’affaire: son audace, sa réflexion sur le répertoire, son rapport à la création, son ouverture et ses qualités de rassembleuse en faisait une candidate incontournable. Sous sa direction, le Trident risque de changer. Beaucoup. Pour le mieux. Elle fera place aux textes des nouveaux dramaturges québécois qui offrent un discours social et artistique percutant. Je suis sûr qu’on y entendra les Choinière, Cloutier, Côté, Khemed, Lepage (Étienne et Robert), etc. Il était temps.

    Femme de cœur et de textes, Anne-Marie Olivier entretient avec la dramaturgie une ferveur belle à voir. Pas pour rien qu’elle est directrice artistique du Festival du Jamais lu qui se consacre à la nouvelle dramaturgie. Comme elle m’a déjà dit à propos des textes au théâtre: «Il faut exister plus fort, provoquer la création des œuvres et faire en sorte qu’elles ne restent pas dans les tiroirs.» Autrement dit, proposer des textes qui font en sorte qu’on sort le spectacle du spectacle pour proposer de la magie, du sens et de la réflexion aux gens qui ont le goût de vivre une expérience qui les fera vibrer de toutes les fibres de leurs corps.

    Son nomination à la tête du Trident marque l’arrivée d’une nouvelle génération aux commandes des théâtres de Québec, mouvement amorcé l’an passé par la nomination de Frédéric Dubois à la coordination artistique du Périscope. Leur complicité évidente risque de faire des flammèches.

    Québec méritait un geste d’éclat qui permettra de susciter un intérêt renouvelé pour le théâtre. Il y a plein de gens, jeunes et moins jeunes, qui n’attendait que ça. Qu’on leur démontre qu’on peut faire du théâtre autrement. Voilà, c’est fait. On jugera, bien sûr, l’arbre à ses fruits. Mais Anne-Marie Olivier a les racines bien ancrées.

    Tags: ,


    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité