Éric Moreault

Archive du 16 novembre 2012

Vendredi 16 novembre 2012 | Mise en ligne à 11h40 | Commenter Commentaires (3)

L’art rend les jeunes intelligents

Les enfants qui vont fréquentent les arts, comme les pièces de théâtre jeune public, ont de meilleurs résultats scolaires et une plus grand participation à la société, selon des études américaines. PHOTO Robert Etcheverry

Les enfants qui vont fréquentent les arts, comme les pièces de théâtre jeune public, ont de meilleurs résultats scolaires et une plus grand participation à la société, selon des études américaines. PHOTO Robert Etcheverry

On s’en doutait. Les enfants qui sont exposés à diverses pratiques artistiques réussissent mieux à l’école et participent plus activement à la vie sociale lorsqu’ils sont grands. Il s’agit aussi d’une bonne façon de lutter contre le décrochage scolaire, en particulier pour les enfants pauvres, selon quatre études réalisées aux États-Unis. Une bonne raisons pour que le gouvernement du Québec maintienne son intention d’augmenter les sommes disponibles pour que les artistes se produisent dans les écoles.

Les études nous révèlent donc que les enfants pauvres qui sont plus exposés au arts que les autres ont des taux de réussite supérieurs au secondaire, des taux d’inscription supérieurs aux études postsecondaires et de meilleurs notes à l’université. Ils sont aussi plus susceptibles de s’informer, de faire du bénévolat et de voter. Pas mal, non?

La plus grande part de cet effet bénéfique s’observent chez les enfants pauvres, mais ça marche aussi, bien que dans une moindre mesure, chez ceux qui ont la chance d’avoir des parents riches, indiquent les chercheurs. Ceux-ci vont aussi avoir une plus grande implication sociale et civique. Bref, ils vont devenir de meilleurs citoyens. C’est ce qu’on veut, non?

Bien sûr, les chercheurs émettent une mise en garde importante: il n’y a pas nécessairement de lien de cause à effet, seulement l’existence de corrélations statistiques. Ce qui ne les empêche pas de conclure qu’une «participation approfondie aux arts peut aider à réduire l’écart au chapitre des niveaux d’études entre les jeunes en situation socio-économique aisée et défavorable».

Je ne viens pas d’un milieu défavorisé (ni aisé d’ailleurs), mais mes parents n’étaient pas très portés sur la chose artistique (à part la lecture). N’empêche. Les films vus à l’école primaire, dans le gymnase, ont eu un impact majeur sur le fait que je me suis mis, ensuite, à squatter les salles de cinéma le plus souvent possible à l’adolescence. Puis, plus vieux, les théâtres et les musées. J’ai quand même fait ma part de conneries. Reste qu’au bout du compte, c’est mon amour des arts qui m’a permis de passer à travers le cégep et l’université et de devenir journaliste. Je sais, je sais, il y a mieux. Il y a pire aussi…

Bon, loin de moi l’idée de généraliser à partir de mon expérience, mais il y a tout de même matière à réflexion dans ces études. Avis aux excités du néolibéralisme…

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité