Éric Moreault

Éric Moreault - Auteur
  • Éric Moreault

    Maniaque de cinéma, Éric Moreault n'a pas peur d'une bonne discussion sur vos films et acteurs préférés ou que vous aimez détester.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 13 novembre 2012 | Mise en ligne à 11h42 | Commenter Commentaires (5)

    Soundgarden: le grunge est mort, et puis?

    Soundgarden

    Soundgarden: Kim Thayill, Matt Cameron, Chris Cornell et Ben Shepperd.

    On croyait l’espèce éteinte, mais la bête a resurgi 16 ans après avoir été entendue pour la dernière fois. Une éternité dans le monde sans cesse changeant de la musique populaire. Le grunge étant un lointain souvenir brumeux, Soundgarden a refusé de se laisser domestiquer et affiche sa vraie nature avec King Animal : un groupe hard-rock qui s’écoute sur le party, de préférence. Je réécoutais de temps en temps Badmotorfinger (1991) et Superunknown (1994), deux albums qui m’ont toujours fait triper à mort. Pas vous?

    Le titre du premier simple de leur sixième CD est explicite, d’ailleurs: Been Away Too Long. Le chanteur Chris Cornell semble heureux de retrouver son groupe, après des expériences malheureuses avec Audioslave, où il jouait avec les gars de Rage Against the Machine, et en solo, qui a culminé avec l’étrange électro-rock Scream produit par Timbaland.

    Bref, le quatuor s’assume : les riffs affutés et imagés de Kim Thayil, la rythmique dynamique de Matt Cameron (batterie) et Ben Shepperd (basse) et, bien sûr, les hurlements animaux de Chris Cornell. Ce dernier a la voix étrangement intacte et parcours son registre vocal étendu sans coup férir. Même la réalisation d’Adam Kasper (Foo Fighters) est vintage : pas de son compressé, ni de bidules électroniques. L’oreille prend un certain temps à s’acclimater pour cette raison, pas parce qu’il y aurait des extravagances. À part quelques sonorités orientales (Thousand Days Before), le groupe reste dans sa zone de confort. Ce qui est peut-être sage après une signe longue absence, même si chacun a continuer à jouer pas mal (Cameron avec Pearl Jam, Shepperd avec Mark Lanegan, Thayil avec plein de monde). C’est la recette KISS (Keep it simple stupid), pour ne pas dérouter les amateurs.

    Bien sûr, Soundgarden a un peu mis la pédale douce et traite de sujets plus matures, comme la paternité ou la lutte des classes. Il y a bien une couple de pièces plus faibles, pour ne pas dire plate à mort comme Eyelid’s Mouth. Mais il s’agit d’un retour réussi, même s’il fait partie d’un plan de marketing savamment orchestré, qui a commencé avec Live to Rise, pour la trame sonore des Avengers.

    On est loin des premier albums, notamment Louder Than Love, où l’influence de Black Sabbath était évidente. Mais une fois que le quatuor de Seattle eut développé son identité musicale, alors que le grunge dominait les ondes, c’est Soundgarden qui est peu à peu devenu à son tour un groupe influent. Mais c’était du genre souvent copié, jamais égalé.

    Alors pourquoi pas l’original? Bien sûr que les gars vont partir en tournée pour s’emplir les poches. Comme tout le monde. Au moins, ils ont un disque de nouvelles compositions. Soundgarden va pouvoir interpréter les pièces de King Animal avec ses classiques sans rougir. Je vous laisse juger.

    Tags: ,


    • La piètre qualité de la réalisation et du mixage rend l’album pratiquement inécoutable. Dommage, car, à défaut d’être inspirées, les nouvelles chansons sont bonnes et ne déshonorent pas le catalogue du groupe. Elles seront sûrement plus efficaces live.

      La réalisation, pas sûr. Mais le mixage est en effet de piètre qualité, ce qui est quand même assez surprenant pour des vieux routiers. «À défaut d’être inspirées», y a aussi que les gars n’ont pas joué ensemble depuis longtemps. Y a un peu de rouille dans les engrenages. Et oui, elles seront sûrement plus efficaces en spectacle.

    • Tout à fait d’accord avec toi! Agréablement surpris par le nouvel album de ce groupe qui me rappelle de bien beaux souvernirs et une bien belle époque. Encore aujourd’hui, Badmotorfinger demeure parmi mes albums préférés de tous les temps. Ha la (très) belle époque du grunge…

      Un nostalgique!

    • Bonne critique Éric. Rien ne va m’empêcher d’aimer Soundgarden. Mis à part le demi-désastre de Scream, je dois m’inscrire en faux et dire que Cornell a expérimenté sans gêne, ce qui me fait le respecter davantage aujourd’hui. Audioslave avait été un plan bien orchestré aussi à l’époque, ce qui n’enlève rien à leur influence. Quel autre groupe aurait pu jouer à La Havane en 2005?
      Et Down on the Upside est un album diablement sous-estimé.
      Quant aux tenants du grunge, Soundgarden a enterré le vocable avec Badmotorfinger. Pour les puristes, allez plutôt piger dans Melvins, Green River, mais surtout les produits de Sub Pop, incluant Nirvana pré-Nevermind.
      Bref, King Animal est un meilleur retour que celui de STP quelques années auparavant.

      J’ai toujours crû qu’Audioslave pouvait faire mieux, même s’il y avait du très bon matériel. Je suis assez d’accord pour Down on the Upside. Côté grunge, j’ajouterais Mudhoney.
      ÉM

    • Seagull, right on! Pas de problème avec le mix… Je passe assez de temps en studio pour l’affirmer! Cessez le cynisme sur les stratégies pécuniaires!! Comme si tous les artistes qui font un comeback n’ont en tête que de faire du cash. Doit-on être vénérable comme Neil Young ou Bob Dylan pour pouvoir remonter sur scène passé une soi-disant date d’expiration?? Come on!!! À l’écoute de King Animal, je constate que Soundgarden est encore pertinent; ce qui me frappe c’est à quel point un gars comme Ben Shepherd s’est raffiné. La rythmique rupturée de Cameron vient encore me chercher; Thayil a ce son inégalé; Cornell chante encore mauditement bien. Et lâchez le grunge: Soundgarden existait avant le grunge. Le rock existait avant qu’on l’appelle grunge. Ça vous prend absolument de petites cases? King Animal est une excellente addition à la discographie d’un grand groupe de hard rock qui a su évoluer à partir de Superunknown pour attirer un plus large public (Down on the Upside) sans trop se dénaturer. À 50 ans passés, je les trouve encore ben hot!!! Maintenant faudrait pas qu’ils négligent le Québec en tournée…

    • D’abord, à part K.T., à ma connaissance, les membres de Soundgarden n’ont pas 50 ans (et surtout pas Ben Shepperd, le petit jeune de la bande, il me semble). Simple remarque.
      Fan de Soundgarden depuis Louder Than Love, la reformation était pour moi inespérée, et j’avais peur que l’album ne soit pas à la hauteur. Évidemment, une semaine après sa sortie, il est trop tôt pour savoir comment nous le percevrons dans 10 ou 15 ans, mais on peut quand même dire que les gars sont à la hauteur. C’est un plaisir énorme de les réécouter faire “ça”, de faire du Soundgarden sans se répéter, sans se retrouver suiveur d’un quelconque mouvement, et simplement d’avoir un disque à la hauteur et dans la continuité de leur discographie. L’entreprise était risquée, ils passent l’épreuve haut la main. J’ignore si un nouveau public se sentira concerné par “King Animal”, mais en tant que fan, j’ai à nouveau les tripes remués par “mon” groupe, et j’ai tout à coup quinze ans de moins.
      Une remarque concernant le son : j’ignore comment et sur quoi les gens décus par “le mix” ont écouté le disque, mais chez moi le son est énorme, aéré, puissant, organique, bien davantage que Badmotorfinger par exemple (qui a quelque chose de bizarre depuis le début – pas le mix, mais le mastering final). Mention spéciale à la dynamique et au rendu du pressage vinyl, un des meilleurs jamais entendu chez moi (encore un cran au dessus des remasters de Jesus Lizard par Steve Albini). Exceptionnel album.
      Merci Soundgarden.

      En effet, Kim Thayil a 52 ans, Chris Cornell, 48 ans, Matt Cameron, 50 ans et Ben Shepperd, 44 ans. Et c’est un fait que le groupe a enregistré un disque sans concession, qui sonne comme du Soundgarden et rien d’autre. C’est tout à leur honneur.
      Pour ce qui est du mix, je suis sûr que ça sonne mieux sur vinyle qu’en CD. Question de dynamique du son. Profitez-en au max.
      ÉM

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité