Éric Moreault

Archive du 17 septembre 2012

Lundi 17 septembre 2012 | Mise en ligne à 15h15 | Commenter Aucun commentaire

Un choix audacieux comme directeur artistique

Réminiscence, une pièce de Nuages en pantalon, la compagnie de Jean-Philippe Joubert.

Réminiscence, une pièce de Nuages en pantalon, la compagnie de Jean-Philippe Joubert. PHOTO Le Soleil Erick Labbé.

Bon, c’est juste un intérim, mais c’est un choix audacieux: Jean-Philippe Joubert sera le directeur artistique par intérim au Trident pour la saison 2012-2013 (mon texte). Il remplace Gill Champagne, qui a démissionné en août dernier. Est-ce que ce choix sera révélateur de la suite des choses? Espérons.

Vendredi dernier, le Théâtre d’Aujourd’hui a pour sa part annoncé que Sylvain Bélanger remplacerait Marie-Thérèse Fortin à la direction artistique, trois mois après que cette dernière eut tirée sa révérence. Je connais très peu Bélanger, qui travaille à Montréal. Mais l’écho de ses mises en scène s’est rendu jusqu’à Québec. C’est un choix audacieux, qui exprime une volonté de l’institution de faire entrer le théâtre dans le bouillonnement du XXIe siècle, mais tout en étant fermement ancré dans la société québécoise.

La lettre qu’il a adressée au comité de sélection en dit long à ce sujet. «Le Théâtre d’Aujourd’hui, que je prends au pied de la lettre comme un lieu de parole nationale libre, se doit d’être un reflet déterminant de ce qui préoccupe les auteurs et les citoyens d’ici. Venir au Théâtre d’Aujourd’hui, c’est un peu comme prendre le pouls du Québec. […] Je crois en l’institution qui contribue à affirmer ce que nous sommes et choisissons de devenir. Nous vivons à une époque qui exige que nos choix de société soient affirmés et éclairés par la culture.»

Il ne se limitera pas à la dramaturgie québécoise, dit-il, à l’image des pièces qu’il a lui-même mises en scène. N’empêche, on  retrouve dans son parcours de jeunes auteurs d’ici qui frappent fort: Étienne Lepage (L’enclos de l’éléphant), Fabien Cloutier (Billy (les jours de hurlement) et Olivier Choinière (Félicité, qui prend l’affiche à la Bordée cette semaine, mais dans la mise en scène de Michel Nadeau).

Ne reste plus qu’à souhaiter que le comité de sélection du Trident prenne des notes pour remplacer Gill Champagne. Québec mérite un geste d’éclat qui permettrait de susciter un intérêt renouvelé pour le théâtre. Il y a plein de gens, jeunes et moins jeunes, qui n’attendent que ça. Qu’on leur démontre qu’on peut faire du théâtre autrement.

Comme me disait Olivier Choinière en entrevue, «il faut trouver les propos et les formes qui nous rappellent qu’on est là et qu’on n’est pas en train de regarder un autre spectacle qui relève du divertissement comme objet de consommation. Pour moi, le théâtre est paradoxalement le lieu du spectacle qui nous sort du spectacle.»

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité