Éric Moreault

Éric Moreault - Auteur
  • Éric Moreault

    Maniaque de cinéma, Éric Moreault n'a pas peur d'une bonne discussion sur vos films et acteurs préférés ou que vous aimez détester.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 3 juillet 2012 | Mise en ligne à 11h48 | Commenter Commentaires (3)

    Sylvain Lelièvre, 10 ans déjà!

    Sylvain Lelièvre, 1943-2002.  PHOTO Archives, Optimage.

    Sylvain Lelièvre, 1943-2002. PHOTO Archives, Optimage.

    Il y a 10 ans, déjà, Sylvain Lelièvre est parti sur les ailes d’un ange. En fait, c’était un avion, mais l’image l’aurait fait sourire. D’autant qu’à l’époque, il goûtait enfin un succès pleinement mérité. Qu’il savourait sourire en coin. Avec bonheur. Parce qu’il pratiquait Le plus beau métier. J’ai rarement rencontré un gars qui avait l’air aussi bien dans sa peau même si son succès demeurait modeste. Tellement qu’il serait gêné qu’on lui consacre un spectacle-hommage mercredi (4 juillet) au cœur du quartier qu’il aimait tant, Limoilou.

    M’en souviens comme si c’était hier — en fait, c’était en 1999. L’auteur-compositeur-interprète était attablé dans un petit boui-boui de Limoilou. Les yeux rieurs, il m’avait accordé une généreuse entrevue, évoquant la fidélité particulière qui le liait à ce quartier bien particulier de Québec. Une fidélité qui transcendait son attachement aux habitants, à la vie qui y bat et à son architecture particulière. Le prétexte? Un spectacle aux Oiseaux de passage, la salle de Pierre Jobin, qui a été son premier imprésario — «parce qu’on habitait tous les deux Limoilou». Typique. Faut-il se surprendre qu’il y ait situé son roman Le troisième orchestre (1996)?

    Au moment de lui tirer le portrait, j’avais suggéré l’appartement de la 8e Rue où il avait habité avec sa famille jusqu’en 1950. Intriguée de nous voir prendre des photos dans l’escalier, la dame qui y habitait avait posé des questions. Et insisté pour que Sylvain Lelièvre entre. Lui a refusé doucement, parce qu’il ne voulait pas déranger. Ou était-ce par pudeur? L’homme était comme ça. Respectueux, attachant, affable, généreux de sa personne… La modestie incarnée — sans fausse modestie.

    Quelques jours plus tard, en spectacle, il avait livré une prestation qui lui ressemblait, remplie de petits bonheurs inutiles, oscillant entre la légèreté et la gravité décontractée. Lelièvre avait beau chanter «Je n’suis qu’un joueur de piano / Cherchez pas trop loin dans mes mots», il livrait souvent des textes d’une fine intelligence. Sa poésie pleine de vie se transformait en chansons indémodables et intemporelles. Encore de nos jours, le nombre de fois que je fredonne «Moi j’aime, les choses inutiles»…

    Bon, c’est bien beau tout ça, mais ça ne nous le ramènera pas. Mais jusqu’au 6 juillet, quelques commerces de la 3e Avenue font revivre son souvenir avec des photos, des affiches, etc. Et il y aura le mercredi 4 juillet, à 20 h 30, un spectacle gratuit, beau temps, mauvais temps, au coin de la 3e  et du chemin de la Canardière. Philippe Noireault, Jessica Vigneault, Annie Poulain et Claude Vallières redonneront vie aux chansons de Sylvain Lelièvre.

    Tu me manques. Salut l’artiste!

    Tags:


    • Bel hommage à sa mémoire. Comme le temps passe !

      Un peu une étoile filante. Dommage qu`on ne l`entende plus ou plus vraiment. Il faisait partie des chansonniers ordinaires auxquels il était difficile de ne pas s`attacher quand on tendait l`oreille.

    • Quel mort étrange que la sienne. L’annonce de son décès m’avait complètement scié. J’aime encore beaucoup Lelièvre car je trouve qu’il savait dire.

    • Comment a-t-on pu…
      Pas assez Star Académie peut-être…
      Je l’écoute encore très souvent, juste pour mettre dans l’air ce talent si peu considéré. Il nous rappelle quand même que le plus important est d’être heureux de ce qu’ont est , tant qu’on donne tout ce que l’on peu donner. Le reste, comme disait un autre, c’est un beau gros bateau…comme dans vous m’avez monté un beau beau grand bateau…
      Ce n’est pas lui qui était un chansonnier ordinaire, mais bien ceux qui n’ont pas su l’entendre.

      Mort dans les airs, c’est le seul raccourci qu’il a pris.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2012
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité