Éric Moreault

Mardi 22 avril 2014 | Mise en ligne à 9h10 | Commenter Aucun commentaire

Quatre Québécois à Cannes

Stéphane Lafleur  Photo: Anne Gauthier, collaboration spéciale, archives La Presse

Stéphane Lafleur Photo: Anne Gauthier, collaboration spéciale, archives La Presse

Permettez qu’on revienne un peu sur le Festival de Cannes? Avec le dévoilement des programmations de la Quinzaine des réalisateurs et de la Semaine de la critiques, quatre cinéastes seront sur la Croisette, cette année. En plus de Xavier Dolan, dont Mommy sera de la compétition officielle, Stéphane Lafleur et Marie-Josée Saint-Pierre seront à la Quinzaine, tandis que Rémi St-Michel sera à la Semaine.

La rumeur à propos de Tu dors Nicole s’est donc avérée. Le troisième film de Lafleur (Continental, un film sans fusil, En terrains connus) sera présenté dans cette section parallèle du Festival par laquelle des réalisateurs comme Arcand (Le déclin de l’empire américain), Binamé (Eldorado), Lepage (Le confessionnal) et Villeneuve (Polytechnique) sont déjà passés.

Tu dors Nicole, un film en noir et blanc, met en vedette Julianne Côté, Marc-André Grondin, Catherine St-Laurent, Francis La Haye et Simon Larouche. (voir la bande-annonce plus bas)

Le long métrage se déroule au cœur de l’été alors que Nicole, 22 ans, profite de la maison familiale avec son amie Véronique en l’absence de ses parents. C’était sans compter la venue de son frère aîné Rémi, qui débarque avec ses amis musiciens dans le salon de la demeure pour enregistrer un album.

Marie-Josée Saint-Pierre propose pour sa part un court métrage qui repose sur un habile assemblage d’archives et de séquences animées. Selon l’ONF, «Jutra est un portrait ingénieux du grand cinéaste québécois Claude Jutra qui dialogue avec lui-même à différentes étapes de sa vie, devenant ainsi le narrateur toujours plein d’esprit de sa propre biographie».

Rémi St-Michel a aussi un court à proposer, dans la Semaine de la critique, une autre section parallèle du Festival. Petit frère, un autre film en noir et blanc!, relate le parcours d’un jeune garçon déstabilisé par l’annonce du départ de celui qui tient le rôle de «grand frère» dans sa vie. La comédie aigre-douce a été bricolée entre amis, avec trois fois rien.

La présence de ces films sur la Croisette remet en évidence le fait que nos cinéastes rayonnent à l’étranger, même s’ils ne trouvent pas toujours leur public ici. Pour toutes sortes de raisons qui vont du grand malentendu avec le public aux problèmes de distribution causés par la mainmise hollywoodienne sur notre territoire. N’en déplaise à ceux qui sortent toujours la sempiternelle rengaine des films fait avec nos taxes, c’est plutôt sain et réjouissant de constater la vitalité de notre cinéma. Parce que là comme au théâtre, en littérature, en danse, en musique et aux arts du cirque, c’est l’expression particulière de notre identité qui rejoint et touche des gens. Ce n’est pas rien.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

Jeudi 17 avril 2014 | Mise en ligne à 9h58 | Commenter Commentaires (11)

Le tour de force de Dolan

Une photo tirée de Mommy, qui sera en lice pour la Palme d'or au 67e Festival de Cannes.

Une photo tirée de Mommy, qui sera en lice pour la Palme d'or au 67e Festival de Cannes.

Les détracteurs de Xavier Dolan — ils sont nombreux — devront s’incliner: Mommy, son cinquième film, sera en lice pour la Palme d’or au prochain festival de Cannes. S’il devait l’emporter, il sera, à 25 ans, le plus jeune réalisateur à décrocher la récompense. L’honneur appartient à Steven Soderbergh pour Sexe, mensonges et vidéo, en 1989, à 26 ans.

La chose n’est pas impossible puisque Dolan a obtenu la consécration sur la Croisette avec J’ai tué ma mère, retenu pour la Quinzaine des réalisateurs, en 2009. Ses deux films subséquents se sont retrouvés en compétition, mais dans la section Un certain regard. Le fougueux jeune homme n’avait pas caché sa déception quand Laurence Anyways n’avait pas été retenu.

Mommy revisite un thème familier de son univers, la relation mère-fils. Il est inspiré d’une loi américaine autorisant des parents en difficulté à confier leurs enfants à l’État. Il met en scène ses actrices fétiches Anne Dorval et Suzanne Clément, ainsi qu’Antoine-Olivier Pilon, vedette du clip College Boy d’Indochine, réalisé par le Québécois.

Bon, ceci étant, on va garder son calme même si les médias d’ici vont délirer jusqu’au début du festival, le 14 mai. Car la compétition sera rude: Cronenberg, Assayas, Loach, Leigh, Godard, les Dardenne, Egoyan…

Le vétéran Cronenberg, un autre habitué de la Croisette, y présentera Maps to the Stars. Le long métrage, qui examine d’un point de vue critique l’obsession de la célébrité à Los Angeles, met en vedette John Cusack, Julianne Moore et Mia Wasikowska. Quant à Egoyan, son film Captives, à propos d’un homme qui recherche sa fille kidnappée, il compte sur Ryan Reynolds, Rosario Dawson et Mireille Enos.

Le Festival, réputé pour être fidèle à ses réalisateurs, a maintenu la tradition : les frères Dardenne, deux fois vainqueurs, seront en lice avec Deux jours, une nuit; ainsi qu’Olivier Assayas (Sils Maria), Mike Leigh (Mr. Turner), Ken Loach (Jimmy’s Hall) et le Turque Nuri Bilge Ceylan (Sommeil d’hiver), trois fois primés à Cannes.

La grosse surprise? Le retour de Jean-Luc Godard. Le monstre sacré et controversé du cinéma français présentera Adieu au langage, qui marquera sa septième présence en compétition officielle, de laquelle il est toujours reparti bredouille.

La sélection fera aussi une place au réalisateur de The Artist, Michel Hazanavicius (The Search); au deuxième film de l’acteur Tommy Lee Jones (The Homesman) ainsi qu’à Foxcatcher de Bennett Miller, dont plusieurs avaient prédit la sélection.

Qu’est-ce que vous pensez de tout ça? Ça vous indiffère? Ou vous êtes fiers qu’un Québécois retourne en compétition officielle, 11 ans après Les invasions barbares de Denys Arcand (dont Le règne de la beauté a été sèchement écarté aujourd’hui)?

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article

 
Mommy de Xavie Dolan concourra pour la Palme d'or au Festival de Cannes.

Mommy de Xavie Dolan concourra pour la Palme d'or au Festival de Cannes.

C’est confirmé, Xavier Dolan sera de la compétition officielle pour la 67e éditions du Festival de Cannes avec Mommy. Ce sera la première fois qu’un Québécois y est depuis Denys Arcand (Les invasions barbares, 2003). Le réputé cinéaste a d’ailleurs été écarté. Outre le réalisateur prodige de 25 ans, deux autres Canadiens concourront pour la Palme d’or: David Cronenberg et Atom Egoyan. On y reviendra plus tard aujourd’hui.

Film d’ouverture: Grace de Monaco d’Olivier Dahan

Films en compétition

Sils Maria d’Olivier Assayas
Saint-Laurent de Bertrand Bonello
Sommeil d’hiver de Nuri Bilge Ceylan
Maps to the Stars de David Cronenberg
Deux jours, une nuit de Jean-Pierre et Luc Dardenne
Mommy de Xavier Dolan
Captives de Atom Egoyan
Adieu au langage de Jean-Luc Godard
The search de Michel Hazanavicius
The Homesman de Tommy Lee Jones
Deux fenêtres de Naomi Kawase
Mr. Turner de Mike Leigh
Jimmy’s Hall de Ken Loach
Foxcatcher de Bennett Miller
Le Meraviglie d”Alice Rohrwacher
Relatos Salvajes de Damian Szifron
Leviathan d’Andrey Zvyagintsev
Le chagrin des oiseaux d’Abderrahmane Sissako

Films hors compétition

Coming Home de Zhang Yimou
Dragons 2 de Dean Deblois

Un certain regard

Ouverture : Party girl de Marie Amachoukeli, Claire Burger, Samuel Theis.

Jauja de Lisandro Alonso
La chambre bleue de Matthieu Amalric
L’incomprise d’Asia Argento
Titli de Kanu Behl
Eleonore Rigby de Ned Benson
Bird People de Pascale Ferran
Lost River de Ryan Gosling
Amour fou de Jessica Hausner
Le pays de Charly de Rolf De Heer
Snow in Paradise d’Andrew Hulm
Xenia de Panos Koutras
July Jung de Dohee-Ya
Run de Philippe Lacôte
Touriste force majeure de Ruben Östlund
Hermosa Juventud de Jaime Rosales
Le sel de la terre de Wim Vender et Juliano Ribeiro Salgado
Fantasia de Wang Chao
Loin de son absence de Keren Yedeya

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    D L Ma Me J V S
    « mar    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité