Éric Descarries

Éric Descarries - Auteur
  • Éric Descarries

    Chroniqueur automobile depuis près de 20 ans, Éric Descarries a été adjoint à la rédaction de L'Almanach de l'auto de 1985 à 1999...
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 12 mars 2014 | Mise en ligne à 23h39 | Commenter Commentaires (22)

    L’incroyable Mercedes-Benz E63

    Au début des années soixante-dix, des autos de performance, il y en avait à profusion. Toutefois, la plupart de ces voitures étaient des compactes auxquelles les constructeurs avaient greffé un gros V8, peut-être trop puissant dans certains cas. Il en résultait bien souvent un bolide qui était incroyablement rapide dans les lignes droites (ce qui en faisait un candidat fantastique pour les courses d’accélération qui étaient, à cette époque, plus populaires qu’aujourd’hui) mais qui n’avait ni les freins, ni la direction pour la conduite sportive. Je le sais, j’ai vécu cette époque alors que j’étais encore aux études. Il était difficile, à ce moment, d’allier l’incroyable puissance de ces belles Américaines aux qualités de conduite des Européennes (les Japonaises de ces années étaient plus considérées comme des «compte-gouttes» à la pompe à essence que des sportives, à quelques exceptions près). Si quelques constructeurs américains faisaient des efforts pour améliorer la tenue de route de certains bolides (la Mustang Boss 302, la ‘Cuda AAR et certains modèles de Camaro d’alors en sont une preuve), quelques constructeurs européens, eux, tentaient de glisser un puissant V8 sous le capot de leurs voitures. Mercedes-Benz fut l’un de ces pionniers ayant commencé à greffer un V8 sous le capot de ses grandes berlines.

    Mais c’est là le «hic». En Amérique, une auto de performance se devait d’être un coupé à deux portes. En discutant avec mes amis, nous rêvions tous d’une berline américaine (de préférence intermédiaire) mue par un puissant V8 équipé d’une boîte manuelle dont la suspension, les freins et la direction auraient été modifiés pour mieux répondre aux attentes de conducteurs plus exigeants. On voyait cette auto sans les énormes baguettes chromées qui ornaient les carrosseries de l’époque, sans les grands enjoliveurs (j’affectionnais particulièrement les jantes en acier avec le petit enjoliveur qui ne couvre que les écrous à cette époque) mais avec les gros pneus de série 60 Firestone Wide Oval (c’est tout ce qu’il avait sur le marché d’alors) et les échappements double. Pour nous, c’était l’image d’un «char d’homme»!

    La réponse à mes rêves existe aujourd’hui…ou presque. Il s’agit de la toute récente Mercedes-Benz E63 AMG 4MATIC. Au départ, je l’avoue, il y a plus de touches de luxe que l’auto dont je rêvais dans le passé mais c’est ce que le marché dicte maintenant…Toutefois, si j’analyse bien la fiche technique de la E63, voilà ce que je recherchais.

    Blog-1

    La Mercedes-Benz E63 AMG 4MATIC ne manque pas de panache (Photo Éric Descarries)

    Tout d’abord, il s’agit d’une voiture aux dimensions raisonnables. Et c’est une berline de surcroît. Mieux encore, c’est une auto à traction intégrale, un élément auquel je n’aurais pas pensé dans le passé (c’était bien avant les technologies d’aujourd’hui!). Toutefois, elle est équipée d’un V8, un puissant moteur AMG (une division de performance qui appartient aujourd’hui à Mercedes-Benz) de 5,5 litres qui, grâce à ses deux turbocompresseurs, développe 550 chevaux (577 dans la version optionnelle S). Incidemment, ce moteur a été signé de la main du (seul) technicien qui l’a assemblé. Toute cette puissance passe par une boîte automatique à sept rapports qui peut se manier manuellement (j’aurais bien aimé une boîte manuelle mais cette espèce semble en voie de disparition) et, comme mentionné plus haut, la traction intégrale, une nouveauté pour un tel modèle AMG. Cette dernière caractéristique envoie 33% de cette puissance à l’avant et 67% à l’arrière en situation régulière alors qu’elle peut automatiquement en relancer jusqu’à 70% à l’une des extrémités au besoin. Pour les besoins de la cause, la E63 qui me fut confiée par Mercedes-Benz Canada était équipée de pneus d’hiver Pirelli Sottozero (les pneus d’origine sont des Continental P255/35 ZR19 à l’avant et P285/30 ZR19 à l’arrière). En passant, la suspension est du type pneumatique. Lorsqu’on arrête le véhicule et qu’on en verrouille les portes, on peut entendre les ressorts d’arrière se dégonfler et voir la voiture baisser légèrement.

    Blog-2

    Les échappements de la Mercedes E63 ne sont pas très discrets tant au point de vue visuel…qu’auditif (Photo Éric Descarries)

    Dans mes rêves les plus fous, une berline de performance se devait d’avoir un intérieur relativement démuni mais avec des sièges de compétition à l’avant. Ce n’est pas le cas de la E63. Malgré le fait que l’auto conserve un tableau de bord au design simple mais à la fois élégant et efficace, cette Mercedes propose plutôt un intérieur cossu et riche, très riche. La finition de cuir y est exemplaire et les touches de décoration discrètes mais bien choisies. Toutefois, les sièges d’avant valent la peine d’être étudiés. Ils sont ajustables de tellement de façons qu’on ne peut tout décrire ici. Toutefois, j’ai bien apprécié la fonction des supports latéraux qui viennent appuyer les hanches du conducteur dans les virages et qui se replacent ensuite. Les coussins peuvent être chauffés ou refroidis. Accéder aux places avant et arrière est relativement facile. Justement, à l’arrière, on retrouve une banquette (chauffante) qui peut accepter jusqu’à trois personnes. Toutefois, en général, tous y trouveront suffisamment d’espace pour leurs jambes. Le coffre, lui, offre un bon espace de rangement mais encore une fois, pourquoi ne pas adopter des charnières en ciseaux au lieu de ces grands bras qui font intrusion dans le coffre. Jamais je ne croirai que les ingénieurs de Mercedes ne sont pas capables d’en venir à une solution pratique!

    Blog-3

    Le tableau de bord de la Mercedes-Benz E63 est à la fois sobre, moderne et efficace (Photo Éric Descarries)

    Blog-4

    Les places arrière peuvent même être chauffées (Photo Éric Descarries)

    Évidemment, c’est à la conduite de la voiture que l’on veut vivre l’expérience AMG. On démarre en pressant le bouton et dès que le moteur est lancé, la première chose que l’on entend est un «Pouf» des quatre échappements d’arrière (il y a deux ans, j’ai vu, dans le rétroviseur d’un autre véhicule AMG, une dame d’un certain âge qui, dans un stationnement, passait derrière l’auto quand elle a démarré. La petite «explosion» des échappements l’a fait sursauter et elle a failli en perdre l’équilibre. Une fois montée dans le VUS Lexus garé à côté de ma Mercedes, elle a pointé ma voiture à son mari qui, incrédule, ne semblait pas vouloir admettre que ce son venait d’une Mercedes…j’ai eu pitié de la pauvre dame mais je n’ai pas osé donner des coups d’accélérateur au neutre pour prouver qu’elle avait raison…je ne voulais pas paraître aussi effronté). Le V8 n’est pas des plus discrets mais l’acheteur de E63 AMG n’est certes pas le genre de conducteur qui s’attend au silence et à la douceur de roulement.

    Blog-5

    L’espace de rangement du coffre serait mieux exploité sans les grandes charnières du capot qui prennent beaucoup de place (Photo Éric Descarries)

    Car l’auto n’est pas des plus douces sur la route. La boîte de vitesse à commandes électroniques prend une seconde ou deux à réagir mais une fois en prise, on peut peser à fond, les roues ne patineront pas (sur le pavé sec, bien entendu). Les accélérations peuvent être foudroyantes (je n’ai pu calculer exactement le temps pour se rendre à 100 km/h vu la qualité de l’adhérence sur les routes trop froides mais je l’estime à 4 ou 5 secondes). Et je n’élaborerai pas trop sur les reprises car elles aussi sont remarquables. En fait, tout y est si bien calibré que d’essayer d’utiliser les palettes au volant serait inutile. Le système est plus rapide! Une fois rendu à une certaine vitesse de croisière, les échappements ne sont plus aussi bruyants. Cependant, gare aux freins! Non seulement sont-ils extrêmement puissants mais aussi, la pédale est très sensible. Quant à la direction, on ne peut rien lui reprocher. La visibilité est bonne, tout le tour, mais on peut toujours compter sur les diverses aides électroniques pour corriger la trajectoire si on l’échappe. Mercedes a conservé l’avertissement par vibrations au volant en cas de déviation de la voie. De plus, la direction devient plus dure et elle tend à ramener l’auto dans la bonne direction. D’autres avertisseurs entrent en action lorsqu’il y a des obstacles (des véhicules) dans les points morts des rétroviseurs. En ce qui a trait à la douceur de roulement, souvenez-vous qu’il s’agit d’un véhicule de haute performance et non d’une limousine pour aller au bal! Et, en ce qui a trait à la traction intégrale, elle est certes un atout en hiver pour éviter les enlisements. Toutefois, il faut se souvenir qu’elle sera un ajout en été autant sur pavé mouillé que pavé sec. Ajoutez à tout cela les multiples aides à la conduite…

    blog-6

    Malheureusement, il est difficile de bien voir le superbe V8 biturbo de la E63 à cause de son couvercle de plastique. Mais, au moins, on peut y voir la signature du technicien qui l’a assemblé. (Photo Éric Descarries)

    Une telle Mercedes n’est pas destinée à tous les conducteurs. Elle demande un certain jugement et une certaine retenue. De toutes façons, avec un prix de base de 103 000 $, je n’ai pas l’impression qu’il y aura beaucoup de «jeunes» sur la liste d’attente. La voiture qui me fut confiée était aussi équipée de l’ensemble AMG Night Package incluant les jantes noires (1100 $), de l’ensemble Premium incluant les sièges climat-confort dont j’ai fait mention plus haut, des ensembles de stationnement, de fermeture électronique du coffre de la caméra de 360 degrés pour les manœuvres (surtout en marche arrière), des sièges arrière chauffants et autres (4 600 $), de l’ensemble d’aide à la conduite DISTRONIC Plus avec une assistance plus élaborée du freinage, de la direction et des avertissements de collision (2700 $) et de la peinture métallisée (890$). Le prix total du véhicule proposé par Mercedes-Benz était de 112 290$ plus les taxes de pneus (15$), la taxe de climatisation (elle encore? 100$)…enfin, un montant final de 114 650$…plus taxes. Enfin, ce que vous attendiez peut-être, la consommation. Encore une fois, prenez en considération que nous sommes en hiver (et quel hiver, n’est-ce pas?). En conduite surtout urbaine, j’ai obtenu 15,7 litres aux 100 km.

    Un petit retour sur la Buick Regal

    Le sujet de la Buick Regal a été plutôt surprenant. Certains lecteurs y étaient intéressés, d’autres l’ont fustigé. Des fois, j’ai bien l’impression que parce que c’est un véhicule de marque américaine. Sachez et je le répète qu’il s’agit d’une base d’Opel allemande qui connaît une réputation internationale incluant en Chine (sous l’enseigne Buick). Pourtant, c’est une européenne, une provenance que plusieurs de nos lecteurs adorent habituellement. Omni-tag trouve que la consommation est exagérée? A-t-il lu les commentaires de Forghis dont le RAV4 affiche une consommation semblable? Lui, je le crois! Parce que c’est le genre de commentaires que j’entends régulièrement! C’est l’hiver, quand même ! Quant à la suspension rigide, moi, ça m’a plu. De plus, il faisait froid cette semaine-là ce qui raffermit la suspension, n’est-ce pas?

    Finalement, oui, je reconnais que la Regal est trop cher. Mais j’ai quand même un certain respect pour la marque Buick. Ses produits attirent encore beaucoup les acheteurs. La Verano (basée sur une Cruze, M. Blueprint, et non sur une Opel…)non seulement se vend bien mais elle est vraiment agréable à conduire. La plus petite Encore, un mini-VUS d’origine sud-coréenne (GM Korea) a agréablement surpris tous les chroniqueurs, même les Américains qui n’aiment pas, en général, les petites autos. La semaine prochaine, je vais vous raconter mon expérience au volant de la Buick LaCrosse AWD…que j’ai aussi bien aimée. Puis il y a le grand VUM Enclave dont la popularité ne semble pas diminuer, du moins en Amérique du Nord en général. Encore une fois, de grâce, ce n’est pas parce que c’est un nom américain qu’il faille fustiger une marque. Buick est plus internationale qu’on le croit! Tiens, puis-je vous rappeler que Toyota Camry, c’est une auto américaine…un RAV4 aussi (en fait c’est une Canadienne…)

    Deux petites notes :

    Le magazine anglais (british) Motorsport qui traite du sport automobile depuis plus de 90 ans a analysé les 20 plus grands pilotes de Ferrari en Formule Un dans son numéro de février 2014. Lequel croyez-vous s’est distingué le plus? Et si je vous disais que les analystes de Motorsport ont choisi un certain…Gilles Villeneuve? Et cela malgré qu’il n’ait signé que six victoires en F-1 de 1977 à 1982! Il a même battu Niki Lauda et Michael Schumacher!

    Autre petite note, William Clay Ford est décédé dans la région de Detroit la semaine dernière. Il était le troisième et dernier petit-fils d’Henry Ford (et troisième fils d’Edsel Ford après Henry II et Benson). Il avait 88 ans et il était marié depuis plus de 60 ans à une certaine Martha…Firestone! Malgré le fait qu’il n’était pas aussi en vue que son frère Henry II, sa disparition marque la fin d’une ère, celle de grands personnages de la capitale mondiale de l’automobile dont le nom figurait sur l’usine. Notons quand même que la compagnie Ford est toujours gérée, en partie, par la famille Ford, surtout par le fils de William Clay, Bill (William Clay Jr.) Ford, actuel président exécutif du grand constructeur américain.

    Blog-7

    William Clay Ford photographié en 1956 devant une de ses créations, la Lincoln Continental MK II qui, malgré sa courte existence (deux ans), deviendra une véritable voiture classique (Photo Ford).


    • E63 AMG Wagon pas besoin d’écrire rien de plus.

    • “Des fois, j’ai bien l’impression que parce que c’est un véhicule de marque américaine. ”

      Qu’elle soit Américaine ou autre, le pire, c’est qu’on la trouve poche mais qu’on en a jamais conduit une.

    • Ouf! Quelle semaine fort agréable, M. Descarries!

      2 petits commentaires sur le blogue, lecteur assidu:
      1) Avoir une section “actualités de la semaine” est fort apprécié, vous pourriez donner votre opinion sur LE sujet de la semaine, comme vous le faites une fois de temps en temps. Un paragraphe “éditorial” à chaque semaine, ça met de la vie, surtout si on n’est pas d’accord!

      2) Par ailleurs, une comparaison avec des modèles similaires est toujours appréciée… Dans ce cas-ci, vous choisiriez une M5, une RS6 ou cette Mercedes???

      Finalement, le principal problème de Buick, c’est le nom… et ça peut importe la qualité du produit. Les anglais appellent ça le “branding”. Apple en est champion. Je ne connais PERSONNE de moins de 50 ans qui en achèterait une (ou qui voudrait se faire voir au volant d’une Buick…). Une Buick, c’est pour les Mononcles. Point final; À ce prix, il y a plein d’autres choix, surtout chez les allemandes ou japonaises (Subaru), qui “matchent” avec la génération X…

    • “Finalement, le principal problème de Buick, c’est le nom… et ça peut importe la qualité du produit. Les anglais appellent ça le “branding”. Apple en est champion. Je ne connais PERSONNE de moins de 50 ans qui en achèterait une (ou qui voudrait se faire voir au volant d’une Buick…). Une Buick, c’est pour les Mononcles. Point final; À ce prix, il y a plein d’autres choix, surtout chez les allemandes ou japonaises (Subaru), qui “matchent” avec la génération X…” -Patgarch.

      Vooooilà !, merci mec.

      Et il ne faut pas “fustiger” (quel terme) les “Bille-you-oui-que” !

      Fustiger, verbe transitif,
      Battre quelqu’un à coups de bâtons, de fouet.
      Littéraire :
      Critiquer, corriger quelqu’un, le reprendre vivement : fustiger ses adversaires. Fustiger l’hypocrisie.
      -Larousse en ligne 2014

      Benoît Duhamel.

    • Je suis carrément jaloux! Je rêve de pouvoir conduire une Merc avec le 6.3 AMG. Un monstre qui grogne comme un vieux muscle car et qui a les performances d’une Européenne pour le nombre de litre vs HP (les américaines on souvent de grosse cylindré mal exploité).

    • Que pensez-vous de la e250 bluetech??? Est-ce un bon achat selon vous pour quelqu’un qui roule plus de 40000 KM par année? Y a t il de meilleures options pour une berline awd qui ne consomme pas trop avec une bonne tenue de route??? Merci

    • “Je ne connais PERSONNE de moins de 50 ans qui en achèterait une (ou qui voudrait se faire voir au volant d’une Buick…”

      @patgarch

      “Se faire voir”… voilà le problème. Heureusement, le marché de l’automobile est plus grand que ça et pour la majorité, “se faire voir” n’est même pas un critère. C’est pour ça que toutes les marques méritent de s’y intéresser.

    • Bonjour M Descarries
      Je vous lit ainsi que tout les commentaires depuis quelque années.
      Je suis l’heureux propriétaire d’un subaru forester 2013 depuis l’été dernier , quel confort et puissance convenable.
      Mais je n’ai rien a redire de mon dernier véhicule un santa fe 2012 que j’ai bien entretenue mais aussi imposer des effort considérable et plus de 250,000 Km que j’ai donné a mon garçon.
      J’ai récemment fait un court voyage de 300 km dans un Buick Enclave d’un ami , moi qui croyait pratiquement être dans une limousine quelle déception , moi et ma conjointe assis dans les siège du milieu et au total 5 passagers voyageant léger .Ce fut un voyage des plus pénible coté confort , même douloureux ” je suis certain qu’il y a des lame de ressorts dessous” !! et que dire du moteur et de la transmission qui changeait continuellement de vitesse ou je voyait l’aiguille du compte tour osciller entre 1800 et 3600 RPM continuellement .
      Nous avions fait plus tôt un voyage de plus de 1200km avec mon forester avec 4 adultes beaucoup de bagages (même entre les passagers ) ainsi qu’une boite a ski sur le toit j’avais interroger mes passagers sur le confort arrière et ils étaient pleinement satisfait .
      Lors de l’achat de mon santa fe j’avais lu des commentaires de chroniqueurs (meme de La Presse) sur la consommation ,la traction au 4 roues ainsi que la puissance me faisant même douter de mon achat.
      Ils avait tout faux j’espère que mon forester sera de la même solidité et fiabilité que mon santa fe.
      Ce qui me fait douter de votre amour des Buick ( une première depuis que je vous lit )
      Jean R

    • Excuser un Santa fe 2002
      Jean R

    • @ python-1 la majorité des Buick que je vois sur la route roulent à 100 Km/h sur la voie du centre, leurs propriétaires n’en ont rien à cirer que leur bolide puisse atteindre 242 Km/h ou fasse le 0-60 en 6 secondes.

    • concernant buick, je ne suis pas la clientèle visée par leurs produits mais j’ai fait un essai routier de la verano ( atmosphérique et turbo ) lors d’une visite cette semaine chez mon concessionnaire et je peux dire que je suis agréablement surpris de la chose! en version de base elle se comporte bien et elle se démarque assez d’une cruze ( que j’ai déjà eu en voiture de courtoisie ) mieux finie et meilleur roulement, quant à la version turbo et bien j’ai p-t eu un ptit coup de foudre !@$%#$?%#? ( sur une buick bien voyons! ) ma perception de ce modèle en particulier a changé dû à l’essai routier. desfois il faut donner la chance au coureur!

      Concerant la Benz et bien pour moi c’est la meilleure du créneau surtout grace aux 7 ou 8 moteurs disponibles sur l’ensemble de la gamme et les trois carrosseries offertes. mon reve est de posséder une E63 Wagon et je serai au ciel! ou mort dans un ravin à la fin d’une courbe qui sait!

    • ” la majorité des Buick que je vois sur la route roulent à 100 Km/h sur la voie du centre,”

      @raoul914

      Moi, des propriétaires de bolides qui roulent à 100, j’en vois aussi chez Mercedes, Lexus, Jaguar même chez Porsche. Je ne vois pas le rapport entre rouler à 100 et apprécier une voiture pour ce qu’elle est plutôt que se demander si on a l’air “cool” assis dedans.

      Personnellement, je n’ai jamais essayé la Regal, j’peux pas parler. Mais l’année passé, j’ai rouler 5 semaines en Floride avec une LaCrosse de location. J’peux vous dire qu’on est très loin du LeSabre de mon grand-père. Si vous connaissez le coin, vous savez que les Floridiens sont très “inspirés” sur la I-95 entre FLL et Miami. 85-90 mph sur la gauche, c’est fréquent. La Buick suivait… et il en restait en masse sous la pédale et dans le volant.

    • Incroyable comment encore beaucoup de consommateurs ont des préjugés favorables et défavorables contre, dans ce cas-ci, des véhicules automobiles sans les avoir essayés, sans s’être renseignés auprês de ceux qui font l’essai et une analyse détaillée. L’apparence est évidemment une question de goût et les critères de sélection des acheteurs sont très variés, en plus de vouloir comparer des pommes avec des oranges.

      Ces ornières sont souvent une démonstration de grande ignorance: Par exemple, certains amateurs de Mercedes n’ont aucun respect pour BMW (et vice-versa) alors que la réalité est que ce sont deux marques très compétitives. Certains commentaires sur les Buick sont navrants malgré les critiques très positives des “experts”. Cela rend la vie assez difficile à plusieurs marques très valables qui tentent de se renouveler.

    • @ Pithon-1,

      La “Bille-you-oui-que” suivait à 85 milles à l’heure sur la voie de gauche de l’autoroute I-95 : J’espère, “ce serait bien le restant des écus”, comme dit ma grand-mère !

      @ Imho,

      Vous ne comprenez pas : Ça n’a rien à voir avec la voiture, sa puissance ou son comportement routier, et nul besoin de l’essayer non plus : C’est cette satanée calendre atroce de “mononcle” et cette dégaine de pépère qui fait que personne s’y intéressera. En plus il y a cet intérieur d’un “kitch” à faire pleurer.

      Rien à voir. Elle est foutue. En plus il y a le mot “Bille-you-oui-que” dessus : Fail.

      Benoît Duhamel.

    • L’arrière carré de cette mercedes me donne l’impression d’être tout droit sorti des années 80! Au volant d’une version familiale, on pourrait continuer à dire : Papa a toujours raison!
      .
      « Cela rend la vie assez difficile à plusieurs marques très valables qui tentent de se renouveler. »

      C’est le défi que tend à relever Cadillac…

    • Bonjour,

      La MB AMG 63 semble être bien performante, mais vos photos ne la mettent pas en valeur. Je ne remets pas en question vos talents de photographe, ni votre appareil, mais une voiture blanche sur fond de bans de neige un peu moins blancs, ça ne peut pas être super. De toute façon, je n’aime pas les jantes et les grandes ouvertures avant noires sur les voitures blanches.

      Buick est victime de snobisme mais pour ceux qui en achètent une durant les gros rabais GM, ça peut être une opportunité. Par contre pas pour du court terme, étant donné la dépréciation. Une location ou un achat à long terme, les Buick étant réputées fiables.

      J’ai bien hâte de lire sur la Lacrosse; espérons que Buick aura trouvé le moyen de rendre le coffre plus grand.

    • Benoit Duhamel alias Omni-tag

      Vous prouvez on ne peut plus clairement mon point. Vos goûts sont vos goûts et c’est tout ce que vous exprimez, rien de plus. En attendant, Buick fait des affaires d’or sur le marché Chinois et montre une excellente croissance en Amérique du Nord ces dernières années, dans son créneau bien sûr.

    • “Cruze” et “elle est vraiment agréable à conduire” ne vont pas ensemble. La Cruze ne se compare même pas à ma vétuste Jetta 2006 !! La Cruze est une voiture sans âme et sans personnalité.

      @cosi
      J’ai essayé le GLK250 Bluetec en Europe l’an dernier. Quelle douceur de roulement. Le son du moteur est très doux. Là, ma Jetta fait dur à coté de ça.

    • @M. Descarries

      La Buick Verano est vendue en Europe sous le nom d’Opel Astra, d’où mon commentaire. Les deux ne diffèrent que dans quelques détails (dont la calandre) et elles partagent évidemment la plate-forme (dont le nom de code m’échappe) de la Cruze.

      Les commentaires de Cruze maquillée sont exagérés – on est quand même loin de la relation entre une Cadillac Cimarron et une Cavalier: ça c’était une Chevrolet maquillée!

    • “… j’affectionnais particulièrement les jantes en acier avec le petit enjoliveur qui ne couvre que les écrous à cette époque..” – Éric Descarries
      ouaip, moi aussi j’aimais beaucoup ça, surtout quand les jantes étaient profonde, comme sur les Dodge de police par exemple. C’est ce que je trouve plate de nos jours, les jantes n’ont plus aucune profondeur pour la très grande majorité, leurs surfaces est à peu près égale au flanc des pneus.
      .
      Pour cette M-B E63, j’aimerais beaucoup en essayer une un jour, juste pour le fun.
      .
      Pour ce qui est de la Buick de la semaine passé, je trouvais que son look extérieur et intérieur fait très “mon oncle”. Vraiment pas mon genre de véhicule. Mais ça en prend pour tous les goûts !

    • Il y a quelque jours, une C63 AMG a démarré pas loin de moi…non mais quel son!

      @GL000001

      J’ai conduit deux Cruze à date, une 1,4 turbo et la nouvelle turbodiésel, et elle n’est vraiment pas si mal que ça. D’accord, la direction est surassistée (au point d’en faire un “no-sale” pour moi), mais le reste n’est pas si mal du tout. Rien n’est parfait: chez VW, c’est les pédales de frein très “molles” qui détonnent (Jetta / Passat courantes).

    • @gl00001 : J’ai conduit 2 Cruze. Une LS avec le moteur 1,8 automatique. Pas aimé vraiment. Puis une LT2 boîte manuelle et moteur 1,4 L turbo. Grosse différence, la seconde avait la suspension arrière avec les liens de type Watts. J’ai beaucoup plus aimé.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2014
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives