Éric Descarries

Éric Descarries - Auteur
  • Éric Descarries

    Chroniqueur automobile depuis près de 20 ans, Éric Descarries a été adjoint à la rédaction de L'Almanach de l'auto de 1985 à 1999...
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 25 février 2014 | Mise en ligne à 0h20 | Commenter Commentaires (13)

    Porsche Cayman et Kia K900

    Pour la plupart d’entre nous, une Porsche, c’est une 911. Je vous avoue que dans le passé, la 911 excitait mon imagination. Mais aujourd’hui, au prix que se vend une 911, ce n’est même plus un rêve. Pour la majorité des portefeuilles, incluant le mien, cette superbe allemande est hors de portée. Mais je dois vous avouer, en même temps, que la Porsche 911 n’a plus le même attrait à mes yeux. C’était une véritable sportive dans le temps. Toutefois, aujourd’hui, la 911 tient plus du laboratoire technique que de l’auto sport. Tout y est électronique, incluant la direction, le freinage, la traction intégrale (dans le cas des Carrera 4 et autres), voire même le contrôle de stabilité.

    Heureusement, Porsche a pensé à nous. Le constructeur allemand a créé, il y a quelques années, une véritable petite Porsche de sport, la Boxster. Voilà un petit roadster Porsche qui, sans être vraiment une aubaine, est au moins un peu abordable. Je l’ai souvent écrit dans ce blogue quand j’ai pu conduire cette voiture. Qui plus est, Porsche a presque récidivé en créant une version à toit rigide de la même auto, la Cayman.

    Blog-1

    La Cayman est ni plus ni moins la version à toit rigide de la Porsche Boxster (Photo Éric Descarries)

    La Boxster a été redessinée l’année dernière, la Cayman vient de suivre (et sa carrosserie est presque toute en aluminium!). J’ai d’abord mis la main sur cette nouvelle auto en version S lors du concours de Voiture de l’année de l’AJAC l’automne dernier. Oui, c’était sur le pavé sec mais je n’ai eu l’auto que moins d’une heure. Mais alors, pourquoi ai-je accepté de conduire une Cayman S en plein hiver, dans la neige et sur la glace? Parce que ce reportage est différent de celui que vous aurez lu dans les grands magazines qui ont publié de belles images de la Cayman S sur de superbes routes européennes ou dans de beaux paysages du sud-ouest américain. On est au Québec, après tout. Et depuis des années que les Porsche prouvent qu’elles sont capables d’évoluer dans des conditions hivernales. Faites un peu de recherche dans l’Internet et vous verrez que les Porsche ont participé à plusieurs rallyes hivernaux durant les années soixante et soixante-dix. Les Porsche demeurent de rares voitures dites exotiques utilisables en hiver (ironiquement, la Cayman S a perdu en tant que Meilleure nouvelle sportive face à la gagnante dans sa catégorie, la Chevrolet Corvette…mais, ironiquement, on ne voit pas de Corvette dans la neige, n’est-ce pas?).

    blog-2

    La portion arrière de la Cayman a subi les mêmes modifications que celles de la toute récente Boxster (Photo Éric Descarries)

    Il fallait voir le nombre de gens qui me pointaient du doigt la semaine dernière alors que je conduisais cette Cayman tout de suite après une tempête de neige. Je suis certain qu’ils se disaient que j’étais complètement fou de rouler ce genre d’auto dans de telles conditions…surtout que les Cayman sont des propulsions arrière seulement. Toutefois, j’ai appris à conduire au volant de voitures à propulsion à une époque où nous avions que de grosses autos américaines avec des snow grips à carcasse diagonale aux roues arrière seulement. Par conséquent, la Cayman ne me faisait pas peur.

    Il faut dire que cette Porsche a un moteur central qui en équilibre le poids. Donc, grâce à ses excellents pneus Michelin Pilot Alpin et son antipatinage, la voiture affichait une adhérence remarquable dans la neige et sur la glace. Les mêmes pneus furent aussi d’une grande aide pour le freinage et la direction. Est-ce que ça veut dire que je n’ai pas pu profiter des performances de l’auto? Ne craignez rien, le pavé est redevenu sec en quelques heures. Le moteur (central) de la Cayman S est, comme pour la Boxster, placé sous l’auto et il n’est pas atteignable sauf sur un pont élévateur (de là l’absence de photo du moteur dans ce reportage!). Il s’agit d’un six cylindres à plat de 3,4 litres (semblable à celui de la 911 de base) qui fait 325 chevaux (quelque 50 de plus que celui de la Cayman de base) et 266 livres-pied de couple. Évidemment, ce moteur était combiné à une boîte presque automatique, la maintenant légendaire PDK (Doppelkupplung) à double embrayage à sept rapports. Heureusement, il est possible de manier les vitesses grâce au levier électronique ou aux palettes au volant. Mais n’ayez crainte, même si vous n’êtes pas si adroit avec le passage des rapports ou le rétrogradage, il n’y a pas de danger de sauter le moteur, l’électronique s’occupe de tout incluant de vous protéger de vos maladresses. Il est donc possible d’atteindre le cap des 100 km/h en moins de cinq secondes (ce qui est plus vite que certains modèles de 911!). Quant à la vitesse de pointe…naaannn, pas en hiver. J’aime mieux une piste de course! Cependant, le son des échappements est tout simplement enivrant surtout lors des reprises…et surtout si vous êtes un mordu des courses comme moi!

    blog-3

    Le poste de pilotage de la Cayman inclut les accessoires caractéristiques de Porsche (Photo Éric Descarries)

    Toutefois, si je suis plus attiré par la Boxster (surtout en été) c’est peut-être parce qu’une fois décapotée, on y accède plus facilement. Je vais vous dire que d’essayer de monter à bord de la Cayman n’est pas très facile avec un gros manteau d’hiver. Il faut reculer le siège (électrique) le plus loin possible sinon…on risque de rester coincé! Quand à la visibilité, elle est plutôt réduite. Le tableau de bord est typiquement Porsche (incluant la clé de contact à la gauche du volant, bien entendu!) avec un affichage électronique ajustable entre les deux cadrans. Les sièges offrent un excellent support mais il n’y a que deux places, bien évidemment. Avec un moteur au centre, on obtient un bon coffre assez profond à l’avant et un bon espace de rangement à l’arrière quoiqu’il soit un peu rogné par le compartiment moteur.

    blog-4

    Pas de moteur à l’avant? Mettons-y un petit coffre (Photo Éric Descarries)

    blog-5

    Et à l’arrière? Un autre coffre…le moteur est central! (Photo Éric Descarries)

    Évidemment, comme la plupart d’entre vous, j’aurais bien aimé rouler à tombeau ouvert sur les Autobahn allemandes avec la Cayman S. Mais je dois vous dire que mon expérience fut des plus agréables,,,surtout que peu de chroniqueurs d’autres pays peuvent se vanter d’avoir conduit une telle auto dans la neige ! Ah oui! J’allais oublier…le prix. Oui, une Cayman S est moins coûteuse qu’une 911 mais elles demeure une Porsche. Si son prix débute à 72 800$ avec les quelques options (dont la boîte PDK à 3660$…et je préférerais une manuelle, une chaîne stéréo BOSE à 4560$ et le système de correction vectoriel à 1510$), la voiture qui me fut confiée affichait (incluant les frais de transport de 1085$) un prix final de 95 635 $. En ce qui a trait à la consommation (je suis sûr qu’il y a des lecteurs qui se disent qu’à ce prix, l’essence ne compte plus), elle s’est chiffrée à 12,3 L/100 km. Pas si mal pour une voiture de cette puissance en plein hiver avec la neige, la glace…oh! n’allez pas gâcher mes beaux souvenirs!

    Mes premiers tours de roues au volant de la Kia K900

    Qui l’eût cru, il y a une quinzaine d’années, que le petit constructeur (d’alors) Kia qui s’installait au Canada avec deux produits modestes, le petit VUS compact Sportage et la petite berline Sephia, allait un jour s’imposer dans le créneau des voitures luxueuses de grandes dimensions. C’est exactement ce que Kia fait tut récemment en proposant une toute nouvelle berline imposante aux Canadiens, la K900! Et j’ai eu la chance de la conduire il y a quelques jours en Californie. J’étais d’ailleurs le seul chroniqueur québécois sur place!

    La K900 (son nom de code était K9 mais en anglais, ça sonnait comme « canine » ou « canin » …) est une grande berline à propulsion arrière (pour le moment) basée sur la plateforme de sa cousine, la Hyundai Equus. Évidemment, on reconnaîtra la touche du designer en chef de Kia, Peter Schreyer, autrefois d’Audi, dans le dessin de cette auto. Néanmoins, la K900 affiche une ligne vraiment distinctive qui n’est certes pas déplaisante. Avec ses dimensions, elle devrait faire concurrence aux Mercedes-Benz de Classe E et BMW de Série 5 mais les administrateurs de Kia Canada préfèrent l’aligner contre les Lincoln MKS et Cadillac XTS de ce monde.

    blog-6

    La grande berline K900 affiche un air très classique…avec l’avant reconnaissable des Kia (Photo Éric Descarries)

    blog-7

    L’arrière de la Kia K900 est aussi très classique (Photo Éric Descarries)

    Sous le capot se terre un V8 Tau de Hyundai qui fait 420 chevaux et 376 livres-pied de couple. Cependant, celui-ci ne sera disponible que dans la version la plus huppée Elite. Celle de base et l’intermédiaire Premium recevront plutôt le V6 de 3,8 litres (toujours de Hyundai) de 311 chevaux. Toutefois, il n’y a qu’une seule boîte de vitesses au catalogue, une automatique à huit rapports (créée et fabriquée par Hyundai) qui se manie manuellement grâce au levier au centre de la console. Le reste de l’auto, vous vous en doutez, est géré par électronique tant pour la direction, le freinage et la stabilité du contrôle. Au départ, la K900 ne sera disponible qu’avec la propulsion arrière ce qui pourrait refroidir l’ardeur de plusieurs Québécois. Toutefois, les techniciens de Kia du Canada se font plus rassurants en noues expliquant qu’avec l’antipatinage et de bons pneus d’hiver, cette grande Kia ne devrait connaître aucun problème d’adhérence durant la saison froide. Cependant, l’idée de la traction intégrale pour la K900 continue de flotter dans l’air.

    Je pourrais élaborer longtemps sur les éléments technologiques de la K900 mais c’est surtout son intérieur qui m’a impressionné. Il est d’une grande beauté et d’une finition impressionnante. Qui plus est, il est bourré d’accessoires et d’ajustements qu’on ne retrouve que dans des voitures de luxe encore plus coûteuses. Avec un peu de chance (et surtout avec un peu plus d’ouverture face à la marque…), cette auto pourrait très bien se retrouver parmi les plus belles berlines de luxe au monde.

    blog-8

    Le tableau de bord de la K900 reprend, encore une fois,  le thème «classique». (Photo Éric Descarries)

    blog-9

    Toutefois, son instrumentation (avec affichage au choix) fait très moderne. (Photo Éric Descarries)

    J’ai bien l’intention de passer quelques jours au volant de la K900 au cours des semaines à venir, question de mieux l’évaluer sur nos routes pas toujours accueillantes, avouons-le. La suspension de base est très souple. Elle n’est pas sans nous rappeler celle des grosses Américaines des années soixante. Ce confort pourrait très s’avérer utile dans une situation urbaine comme celle de Montréal. Mais sur la route, vaut mieux opter pour la suspension «sport» (ce qui se fait par un bouton à la console) qui corrige le roulis de la suspension arrière. Je fais une parenthèse ici. Lorsque nous sommes arrivés à l’aéroport de Los Angeles, les gens de Kia nous ont fait monter à bord du compartiment arrière des K900 pour nous donner l’impression que nous étions conduits par des chauffeurs. C’est là que j’ai découvert le «roulis» de la K900 qui peut facilement être corrigé par le choix de la suspension optionnelle. Ah oui! Les places arrière sont très généreuses et il y a même des commandes pour ajuster les sièges, la température et tout le confort qui devrait se retrouver dans une berline de ce calibre. Évidemment, le coffre est tut simplement caverneux.

    blog-10

    Le compartiment arrière de la K900 n’a rien à envier à celui des grandes limousines. (Photo Éric Descarries)

    Au volant, c’est une autre histoire. Je n’ai pas mis la main sur une version de base à moteur V6. Mais l’Elite avec le V8 vaut la peine d’être conduite. Le moteur ne manque pas de puissance pour lancer l’auto. Et si l’on sait manipuler la boîte automatique (par le levier), on peut quand même un peu «jouer» avec la voiture. Mais tout cela s’est fait sur le sec… Les accélérations sont plus que satisfaisantes et les reprises plus que rassurantes.

    La K900 ne s’adresse pas à tout le monde. Et cela, Kia le sait. Ceux qui choisiront cette auto le feront avec un peu d’audace. C’est pourquoi Kia ne la commercialiser que par quelques concessionnaires triés sur le volet (sept au Québec). Au départ, il ne devrait y avoir qu’une vingtaine de K900 qui se retrouveront au Québec, surtout des voitures haut de gamme. Toutefois, Kia annonce un prix de 49 995$ pour la K900 de base, 60995$ pour les Premium V6 et 69 995$ pour l’Elite V8 (contre 72 299$ pour sa cousine Hyundai Equus). Pour ce qui est de la consommation…faut pas demander. Toutefois, l’indicateur au tableau de bord indiquait 19 milles au gallon US ce qui donne sensiblement 12,2 L/100 km…J’espère pouvoir vous en reparler bientôt!

    à tous: Vos commentaires sont bienvenus. Je laisse «trainer» ce blogue un peu plus longtemps car les débats deviennent de pus en plus intéressants! Merci!


    • La Cayman est la plus belle voiture deux places à mon humble avis. Si j’avais les moyens d’avoir une deuxième voiture et un garage à la maison pour la bichonner, je la prendrais en rouge. La ligne est superbe, et selon les essais de tous les chroniqueurs que j’ai lus, une vraie sportive plaisante à conduire. Pas grand défauts compte tenu du type de voiture. Vous me faite rêver monsieur Descarries

    • De toute la gamme Porsche, celle que je préfère est la Boxster. Pas de toit, légère, équilibrée : l’essence même de la voiture sportive.

      Les autres ? Bof, j’ai passé l’âge faut croire (ou je ne l’ai pas atteint).

      Je préfère le look de la Kia à celle de la Hyundai Equus ou de la Genesis. Sauf que les prises d’air latérales font bas de gamme. Canadian Tire en vend des semblables qu’on peut coller sois-même sur une Rio. Et à ce prix, tant que l’intégrale n’Est pas offerte, ça reste un second choix pour le Québec. Pour la même dimension, le même prix et l’intégrale, la plus grosse des Lincoln me semble plus intéressante. Et le moteur est plus puissant pour la même consommation.

    • Concernant la Kia, ce n’était qu’une question de temps maintenant que c’est fait, reste à voir la réaction de la clientèle ciblée. J’apprécie la partie arrière de la voiture, un design typé à l’allemande mais le devant avec la grille corporative me plait moins. Le devant ressemble trop à une Optima! En regardant combien de Equus ont été vendues l’an dernier au Canada, c’est un pari risqué de la part de Kia en leur souhaitant bonne chance!

    • Il y a une autre Cayman dans la flotte de presse canadienne: un modèle de base jaune avec intérieur noir, boite manuelle. Une seule option de mémoire: les jantes. À environ 60k$, c’est une aubaine et elle représente l’âme de Porsche (c’est à dire, pas celle de ses comptables).

      La Cayman, avant la refonte de la 911, était la plus belle de la marque à mes yeux. Comme chez Jaguar avec la F-Type, le coupé me semble plus réussi que le cabriolet.

      KIA: j’ai passé à deux doigts de m’acheter une Optima, alors je suis bien au fait des progrès de la marque. Mon expérience me montre toutefois que les concessionnaires ne sont pas à la hauteur de la K900, du moins les trois que j’ai visités. J’ai aussi une crainte face à la mise en marché, en raison de la politique de prix “Sears” gonflés afin d’offrir de gros rabais, constamment. Reste que les autos de luxe sont louées, pas achetées. Dans mon cas, les stocks de la version manuelle se sont épuisés, alors j’ai laissé tomber.

    • Au centre du tableau de bord, juste en haut du levier de vitesses, on dirait un clin d’oeil aux radios AM à poussoirs mécaniques d’autrefois. :-)

    • 95 635 $ pour un coupé 2 places en bas de 350HP ? Faut aimer la marque…

    • Bon article encore une fois.
      Je me demande bien qui sera les acheteurs d’une k900 comme ca dans notre province!! 20 K900. C’est 20 de trop! Propulsion, Kia et prix de base 50000$ Bonne chance Kia!

      Sur un autre sujet, quelqu’un d’intelligent peut-il m’expliquer comment il peut exister une différence de 0.20$ le litre entre le diesel et l’essence ordinaire??? Je comprend que l’hiver c’est plus cher a cause des différents additifs, mais 0.20$ Viarge! Ca commence à faire!! Y a til des problemes dans le marché, l.approvisionnement, offre/demande? quelqu’un est au courant?

      Merci

    • @Riazmaron :
      Voici 3 grandes raisons (selon moi) :
      1- Retirer le soufre du diesel coûte un bras, et les raffineries achètent du pétrole de plus en plus lourd, donc qui contient de plus en plus de soufre. Ça coûte plus cher.

      2- L’hiver le diesel coûte toujours plus cher. L’huile à chauffage est produite avec des hydrocarbures de masse semblable à celle du diesel. Et comme cet hiver il fait plus froid, la demande pour le diesel est plus grande.

      3- Les centrales au mazout ont fonctionné plus fort cet hiver.

      4- Les camions au diesel ont consommé plus sur le continent cet hiver (à cause de la neige et du froid).

      La raison 1 est liée aux coûts de production. Les autres à la hausse de la demande.

    • Le problème de Kia (et de Hyundai, et de beaucoup d’autres manufacturiers tant qu’à y être) est que le marché des véhicules de luxe et hautes performances (et à prix élevé) a d’autres règles importantes. La plupart du monde qui ont les moyens de se payer un véhicule dans ces prix considère la “marque” comme étant très importante. Et cette perception de prestige, d’exclusivité et de qualité vaut beaucoup d’argent.

      Selon moi, Kia et Hyundai font l’erreur de ne pas créer une division exclusive pour ce genre de véhicules. Le produit est différent, la clientèle sera différente et la mise en marché est très différente. Ensuite, ils devront être patients et avoir les reins solides financièrement. La compétition est féroce et le marché est relativement petit même si la marge de profit est intéressante. Lexus est un exemple de réussite, Cadillac et Jaguar commencent à reprendre leur place, mais Infiniti, Acura, Lincoln piétinent malgré le fait que leurs produits sont très décents.

    • @Mr. Descarries:
      Vous mentionnez que la Cayman est tout simplement une boxter avec un toit. Hors à sa sortie (il y a quelques années) elle était faite pour être parfaitement entre les deux (Boxter et 911) autant niveau puissance que prix. Même certain prétendait qu’elle aurait pu être meilleur qu’une 911, mais que Porche la limité volontairement(pour ne pas donner raison à toutes les critique concernant l’emplacement du moteur sur la 911). Est-ce qu’elle a changé depuis et qu’elle à été “abaissé” au niveau de la Boxter ou bien c’est toujours le milieu de gamme?

    • Les puristes Porsche vous diront qu’une Cayman ce n’est pas une ”Boxster avec un toit”, disons que c’est plus nuancé que ça mais pour monsieur-madame toutlemonde ça pourrait ressembler à ça pareil.
      J’ai déjà été proprio de trois 911 dont la récente génération 997 et à mon avis l’expériene Porsche ultime reste avec la 911, idéalement en version S, Turbo ou encore mieux GT3 ou GT2. Je ne suis pas un fan des version AWD (même turbo) parce que ça gâche un peu le feeling du nez très léger qu’on retrouvait sur les vieilles. Faut avoir l’impression de dompter la bête, non? Trop facile c’est un peu plate… ;)

    • @imho
      Hyundai on essayer de créer cette coupure avec la Genesis quand elle a été introduite en lui greffant un écusson distinct inscrit seulement Genesis avec aucun rappel sur le véhicule que c’était un Hyundai. Avec des aménagements distincts dans les salles de montre mais sans grand succès car maintenant la Genesis arbore l’éffigie de la marque donc idem pour tout ce qui va suivre je crois oui la Equus a un écusson distinct mais….. au volume de vente de celle-ci ( je n’en ai vu qu’une et c’était à Ottawa plaque de consulat! ) ce ne sera pas pour demain une division haute gamme pour ces deux constructeurs car ils auront trop à perdre à dupliquer tous leurs modèles comme honda, toyota ou nissan en version plus cossue!

    • Je trouve le tableau de bord vraiment simpliste pour une voiture de cette catégorie de prix. Mais bon ça doit faire partie de la griffe porsche.

      Pour la KIA , elle est très jolie et tout et tout, mais comme vous dites avec une propulsion son public sera très restreint. Et il me semble que quand on met 50-60 k$ sur un char c’est un petit moins de voir “KIA” écrit sur le volant.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    février 2009
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    232425262728  
  • Archives

  • publicité

    publicité