Éric Descarries

Archive, mars 2013

Vendredi 29 mars 2013 | Mise en ligne à 19h18 | Commenter Commentaires (24)

Mitsubishi Outlander et Salon de New York

C’est fou ce qui s’en passe des évènements dans le monde automobile. Au travers tout cela, je n’ai même pas encore eu le temps de vous parler d’une présentation de Mitsubishi à laquelle j’ai assistée en Oregon il y a déjà quelques semaines. Il s’agissait alors du nouvel Outlander, un autre VUS compact (ou intermédiaire) qui nous arrivera sous peu sur le marché (oui, un autre VUS…mais c’est dans ce créneau que le marché est très actif!).

Mitsubishi connaît un certain succès au Canada, fort possiblement parce que ses produits sont mieux adaptés à nos besoins qu’ils ne le sont aux États-Unis. Le VUS Outlander fait partie de ces véhicules à succès et il nous revient avec un avant redessiné pour plus d’aérodynamisme qui aidera à la pénétration dans l’air et, en même temps, à l’économie d’essence.

Blog-1

Le Mitsubishi Outlander 2014 affiche un avant redessiné (Photo Éric Descarries)

D’autre part, c’est aussi sous le capot que l’on y verra une grande différence. Mitsubishi y propose un nouveau moteur à quatre cylindres de 2,4 litres de 166 chevaux mais à simple arbre à cames en tête! Le constructeur l’a baptisé Smart MIVEC et il croit que cette configuration n’est pas un retour en arrière mais plutôt une économie de pièces, de poids et mouvements supplémentaires. Ce nouveau moteur est livrable avec la boîte CVT et la traction avant ou intégrale. Toutefois, il y a toujours le V6 traditionnel de la marque au catalogue (et les dirigeants canadiens de Mitsubishi croient qu’encore une fois, il sera en demande par 70% de la clientèle des Outlander). Ce V6 viendra, lui, avec la boîte automatique à six rapports plus conventionnelle, un ensemble qui permettra une capacité de remorquage de 3500 livres. Mitsubishi a beaucoup travaillé sur la traction intégrale et si l’on passe outre la version de base AWC et que l’on opte pour la S-AWC, on obtiendra des résultats plus probants. J’ai d’ailleurs essayé ce système en situation hors-route (le ranch où Mitsubishi nous recevait offrait une route assez exigeantes à cet effet). Il m’a procuré des résultats que je pourrais facilement comparer à des situations semblables dans la neige ou sur la glace. J’aime bien ce principe de Mitsubishi qui permet d’obtenir toujours au moins une roue avec de la motricité dans des situations aussi difficiles. En passant, lors d’un arrêt dans un café d’un petit village caché d’Oregon, une femme est venue à nous en parlant…québécois. Il s’agit, bien évidemment, d’une des nôtres, Me Diane Pelletier, qui a déménagé dans cette région…et qui ne s’attendait certes pas à entendre notre accent dans cette région spécifique du monde!

blog-2

Mitsubishi propose un nouveau moteur à quatre cylindres à simple arbre à cames en tête dans l’Outlander 2014 (Photo Éric Descarries)

blog-3

Mme Diane Pelletier, une expatriée québécoise en Oregon, ne s’attendait pas à entendre sa langue d’origine dans son nouveau patelin (Photo Éric Descarries)

J’ai donc roulé sur les routes de l’Oregon (du côté est des montagnes à où la végétation devient plus rare car la partie orientale de cet état est presque désertique) où l’Outlander s’est avéré très compétent. La boîte CVT du quatre cylindres m’a semblé bien adaptée au véhicule même si les reprises étaient un peu timides. Toutefois, j’étais bien à l’aise dans l’intérieur redessiné surtout que Mitsubishi y a travaillé la protection. Comme bien d’autres constructeurs, celui-ci inclut des accessoires facultatifs intéressants comme le régulateur de vitesse adaptatif et l’avertisseur de déviation de voie. Ajoutons-y la possibilité d’une radio Rockford Fosgate encore plus élaborée, un système de navigation plus détaillé et surtout, la possibilité d’un hayon à commande électrique dont le mécanisme est bien dissimulé sans qu’il ne prenne de la place.

blog-4

L’intérieur du nouveau Outlander 2014 (Photo Éric Descarries)

L’Outlander n’est pas un véhicule extraordinaire. C’est tout simplement un VUS bien élaboré qui pourra répondre aux exigences de plus d’un consommateur. Il n’a pas été créé pour tout renverser, il a été conçu pour nos routes et nos besoins, c’est tout simplement cela. Dépendamment du modèle que vous choisirez, il sera disponible en configuration à cinq ou sept passagers (encore une fois, les places tout à l’arrière sont un peu à l’étroit). Sa commercialisation débutera l’été prochain et l’on croit que les prix seront semblables à ceux que nous connaissons maintenant (quoique, personnellement, je m’attends à une légère hausse). Selon le constructeur, la version ES à 2RM devrait avoir une consommation de 8,2L/100 km en vile et 6,3 sur route alors que la version à moteur V6 fera 10,1 en ville et 7,1 sur route.

blog-5

On peut voir ce genre de paysage en Oregon…et j’ai appris plus tard que le pêcheur dans cette photo était aussi un Québécois! (Photo Éric Descarries)

blog-6

Oui, l’Outlander est capable en situation hors-route (Photo Éric Descarries)

J’espère pouvoir mettre la main sur une version de ce véhicule mais plus tard dans l’année afin de voir comment il se débrouille dans nos conditions locales. En passant, d’ici ce temps-là, Mitsubishi aura certes eu le temps de nous présenter la version PHEV hybride électrique enfichable du même véhicule dont l’autonomie pourrait être de plus de 880 km!

Le Salon de New York

Me voilà enfin de retour du Salon de l’auto de New York. Ce salon est le dernier véritable évènement du genre sur le plan international. Et il y avait beaucoup, mais beaucoup plus de nouveautés qu’à Chicago! Les activités de presse ont débuté avec le dévoilement du nouvel Highlander de Toyota suivi de la présentation nord-américaine de la Golf et de sa version GTI. Kia a suivi avec une Optima retouchée, la version Koup de sa nouvelle Forte et une Soul révisée (mais toujours reconnaissable). Land Rover a pris la relève avec une nouvelle version Range Rover Sport (à moteur V6 qui fut présentée en privé la veille avec nul autre que Daniel Craig au volant…une apparition de quelques secondes de la part de l’acteur qui personnifie James Bond). Jaguar y était avec une version très limitée de sa XK-R S GT. Pour Mercedes-Benz, ce fut le lancement de la CLA AMG alors que BMW nous a montré sa 335 GT (et la Série 3 à moteur diesel à quatre cylindres). Acura en a profité pour dévoiler la version de production de son VUS MDX.

blog-7

Toyota a revu son Highlander (Photo Éric Descarries)

blog-8

Le Kia Soul a été revu mais il demeure reconnaissable (Photo Éric Descarries)

GM y avait toute une brochette de nouveautés dont une Buick LaCrosse retouchée, la Camaro Z28 avec avant et arrière révisés et surtout la nouvelle Cadillac CTS. Malheureusement, il n’y en pas eu de présentation officielle sur place, celle-ci ayant été faite en privé hors du salon.

blog-9

La Cadillac CTS sera légèrement plus grande (Photo Éric Descarries)

blog-10

La Camaro Z28 à venir a un avant qui fait moins «caricatural» à mon goût. Les feux arrière ont aussi été revus (Photo Éric Descarries)

Puis vînt une véritable grande vedette, le nouveau Jeep Cherokee qui remplacera la Liberty (nouveau châssis mondial avec moteur à quatre cylindres ou V6) alors que Nissan nous annonçait une version hybride électrique de son Pathfinder. Chez Bentley, on y a vu la version W-16 bi-turbo de la grande berline Flying Spur alors que sa concurrente Roll-Royce dévoilait à New York un superbe coupé! Porsche y a célébré les 50 années d’existence de la 911 avec une nouvelle GT3 pendant qu’Infiniti officialisait la nouvelle nomenclature de ses véhicules (qui commencent tous par Q dont le QX60 hybride) La première journée s’est terminée avec la présentation de la Hyundai Equus légèrement redessinée.

blog-11

Le Jeep Cherokee à venir est nettement plus beau en vrai que sur les photos publiées plus tôt par Chrysler (Photo Éric Descarries)

blog-12

La Rolls-Royce en version coupé! (Photo Éric Descarries)

La deuxième journée a débuté avec l’annonce de la Voiture Mondiale de l’Année (évidemment, vous y aurez reconnu la nouvelle Volks Golf). Elle s’est continuée avec le lancement de la Scion tC (légèrement redessinée!), l’annonce officielle de l’arrivée de la familiale V60 de Volvo, le dévoilement de la version hybride électrique de la Crosstrek et du prototype de la WRX à venir. Dodge a profité de cette journée pour relancer son VUM Durango retouché et Honda en a fait de même avec sa fourgonnette Odyssey aussi à peine retouchée. Mitsubishi a levé le voile sur la sous-compacte Mirage (vue au salon de Montréal alors que son nom n’était pas encore officiellement connu) et Shelby avec sa propre version du Ford Raptor, cette fois avec compresseur mécanique!

blog-13

Déception, le coupé Scion n’est pas aussi changé que prévu (Photo Éric Descarries)

blog-14

Ce prototype annonce la Subaru WRX à venir (Photo Éric Descarries)

blog-15

Dodge a revu son VUM Durango incluant une boîte automatique à huit rapports (Photo Éric Descarries)

blog-16

Quelques retouches pour la fourgonnette Odyssey de Honda (Photo Éric Descarries)

blog-17

Le Nissan Pathfinder sera éventuellement disponible en version hybride électrique (Photo Éric Descarries)

Incidemment, la veille, j’étais chez BMW au New Jersey pour y voir le nouveau moteur à trois cylindres de la marque et l’essayer dans des prototypes de Série 1. On ne verra pas l’application de ce moteur ni des quatre et six d’une nouvelle génération avant une année ou deux. J’ai aussi conduit la BMW de Série 3 avec le nouveau quatre cylindres turbodiesel de la marque. On s’en reparlera. Je vous conterai aussi mon trajet de Laval à New York en passant par le New jersey au volant du nouveau Ford Explorer Sport à moteur EcoBoost V6.

À tous

Merci pour vos bons mots d’encouragement. Comme vous le voyez, il n’est pas toujours facile de traiter avec le public en général!

À patrice_gagnon

Vous êtes tanné des VUS? Il me sera difficile de ne plus en parler parce qu’il s’agit ici du plus important créneau de l’industrie et que…c’est un peu beaucoup celui que je couvre pour le livre Auto 2014 auquel je collabore pour Les Éditions de La Presse (à venir à l’été prochain).

À hamane.koutan

Vous me posez une question qui m’intrigue. Je ne connaissais pas ce défaut chez Volkswagen. Toutefois, votre demande est passé par le chapitre traitant de la familiale Golf dont j’ai fait l’analyse il y a déjà un bon bout de temps. Je ne sais pas si d’autres lecteurs ont eu des problèmes avec la direction de leur Golf (ou Jetta). Je lance donc un appel à tous!

À realiste46

Coïncidence, ma propre fille possède aussi un Wrangler Unlimited avec roues de 18 pouces. Je lui ai fait installer des Goodyear UltraGrip WRT l’année dernière et elle dit avoir passé un hiver remarquable avec ces pneus!

À felix_c

Moi non plus, je ne porte pas beaucoup attention à ces performances de moins de neuf secondes pour atteindre le cap des 100 km/h (une performance que ma Jeep ne peut même pas faire en moins de 12 secondes!). Ce qui m’importe, c’est de me sentir à l’aise au volant d’un véhicule et de l’apprécier. En ce qui a trait à Chrysler, vous seriez surpris d’en connaître les chiffres de ventes des divers modèles. Certains sont avec nous depuis déjà quelques années et pour bien des consommateurs, ce n’est pas la grande nouveauté qui les intéresse…c’est un véhicule qu’ils aiment à un prix raisonnable! Et c’est ce que Chrysler propose. Par exemple, saviez-vous que la Chrysler 200 est un excellent «vendeur» pour les concessionnaires de la marque?

À atchoum

Lorsque je fais un voyage de presse, j’essaie de photographier surtout les camions anciens qui sont abandonnés car ils feront partie d’un reportage mensuel que je publie dans le magazine spécialisé L’Écho du Transport traitant des camions commerciaux et poids lourd. En voici une ou deux autres pour vous seulement :

blog-18

blog-19

(Photos Éric Descarries)

À phuot

Hummmm! Si vous avez une ou deux photos intéressantes du Mexique, envoyez-les moi! J’apprécie recevoir des nouvelles d’autres pays!


/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:”Tableau Normal”;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent:”";
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family:”Times New Roman”;
mso-fareast-font-family:”Times New Roman”;}

Lire les commentaires (24)  |  Commenter cet article






Vendredi 22 mars 2013 | Mise en ligne à 0h20 | Commenter Commentaires (25)

Hyundai Santa Fe XL et une mise au point…encore

Une autre semaine, un autre voyage de presse. Cette fois-ci, je me suis retrouvé en Californie, plus précisément dans la région de San Diego pour le lancement médiatique du tout nouveau Hyundai Santa Fe XL.

Il n’y a pas si longtemps de cela, je vous parlais du Santa Fe Sport, un VUS compact dont la version Sport 2.0 T fut déclarée gagnante du prestigieux prix d’Utilitaire de l’année de l’AJAC (Association des Journalistes Automobile du Canada). Cette petite camionnette coréenne n’est disponible qu’en configuration à cinq passagers. Évidemment, Hyundai tient à conserver sa précieuse clientèle et le constructeur voit bien que les configurations à sept passagers sont en demande. Il proposait, jusqu’à tout récemment un tel VUS appellé le Veracruz. Même s’il différait un peu de l’ancienne version du Santa Fe, il faisait partie de la même famille. C’est pourquoi, en le renouvelant, les dirigeants de la marque ont jugé bon de le rebaptiser Santa Fe XL, ce qui devenait logique vu qu’il ressemble tellement au plus «petit» Santa Fe.

Blog-1

Le tout nouveau Hyundai Santa Fe XL affiche une ligne que je considère «équilibrée» (Photo Éric Descarries)

Blog-2

De l’arrière, le Santa Fe XL ressemble à un produit européen…pour ne pas dire allemand (Photo Éric Descarries)

Le nouveau Santa Fe XL fait donc 21 cm de plus que le Santa Fe Sport. Toutefois, il n’y aura pas de moteur à quatre cylindres disponible dans le XL. Hyundai n’y propose que le nouveau V6 Lambda II, un moteur que nos amis américains connaissent déjà dans la berline de luxe Azera qui n’est plus commercialisée chez nous. Ce V6 de 3,3 litres fait 290 chevaux et 256 li-pi de couple et il est combiné à une boîte automatique à six rapports. Le XL de base est livré avec la traction avant mais les gens de chez Hyundai Canada croient que la majorité des acheteurs opteront pour la traction intégrale qui est disponible avec les versions XL Premium et Limited. Pourquoi un V6, direz-vous? Selon les analystes de Hyundai, les acheteurs typiques de VUS intermédiaires ne recherchent pas d’abord l’économie de carburant. Cette exigence ne vient qu’en dixième place de leurs études de marché (elle vient en quatrième place chez les amateurs de VUS compacts). Cependant, ils veulent du style et de la puissance (le XL V6 peut tirer jusqu’à 5000 livres).

blog-3

(Photo Éric Descarries)

L’intérieur du XL est, bien entendu, assez volumineux. Dans les versions plus élaborées, ce Hyundai est disponible avec la configuration à six passagers (deux à l’avant, deux dans des sièges individuels au centre et deux à l’arrière) ou à sept passagers (avec une banquette à trois places au centre). Il n’est pas trop difficile d’accéder aux dernières places mais, à moins d’être un enfant, elles ne seront pas confortables sur de longues distances. Si l’on replie le dossier des sièges du centre et de l’arrière, on obtient 2 265 litres d’espace de chargement.

blog-4

L’intérieur du Santa FE XL possède un tableau de bord qui ressemble à celui de la version Sport. Le modèle illustré ici est américain et il se pourrait que les XL vendues chez nous en diffèrent un peu (Photo Éric Descarries)

blog-5

Les sièges du centre peuvent être à deux ou trois places. Ce Limited était à deux places (Photo Éric Descarries)

blog-6

Les tout derniers sièges sont plus indiqués pour des petites personnes. (Photo Éric Descarries)

blog-7

En repliant les sièges, on peut obtenir un bon espace de chargement (Photo Éric Descarries)

Sur la route

Hyundai Canada a fait la présentation médiatique de son nouveau XL dans la région de San Diego, là où la division américaine du même constructeur le présentait. Forcément, les routes entourant cette ville du sud de la Californie sont superbes ce qui est moins représentatif de leur équivalent québécois! Toutefois, j’ai pu apprécier le comportement routier du Santa FE XL et surtout ses performances que je qualifierais de très adéquates. Sur les tracés sinueux, j’ai utilisé la fonction des changements de rapports manuels de la boîte automatique avec le levier au sol. Les accélérations sont vives et les reprises plus que rassurantes sans que le moteur ne soit trop bruyant à l’effort. En vitesse de croisière, ce même moteur est très silencieux. La direction avec assistance électrique est précise, compte tenu du gabarit du véhicule, alors que le freinage ne nous a causé aucune surprise. L’instrumentation générale est très lisible sauf que l’indicateur de la jauge d’essence situé au centre du cadran de droite demande un peu plus de concentration.

blog-8

J’ai trouvé ce cimetière de camions à Campo près de San Diego il y a environ dix ans. Il y est toujours et il faut y voir les épaves uniques qu’on y trouve incluant des poids lourds des années dix, vingt et trente! Malheureusement, l’accès en était fermé lors de notre plus récent passage. (Photo Éric Descarries)

Le petit ordinateur de bord avec commande au volant nous donne des informations variées sur le kilométrage, le compteur journalier et autres coordonnées.  La visibilité y est excellente et on peut profiter de la caméra de marche arrière sur certains modèles. Seul petit bémol, la climatisation automatique semblait avoir besoin de plus de puissance du ventilateur pour refroidir l’habitacle (et il ne faisait pas si chaud) ce qui était plutôt bruyant.

blog-9

Le sud de la Californie nous permet de voir des paysages tout simplement époustouflants (Photo Éric Descarries)

Malheureusement, Hyundai n’avait pas prévu de sortie hors-route ce qui nous aurait démontré les capacités de la traction intégrale. Nous devrons les voir lors de nos impressions de conduite au Québec. Ce n’est pas que les conducteurs québécois sont des adeptes de la conduite en sentier mais lorsqu’on grimpe des côtes sur la terre, on peut mesurer comment le système de la traction intégrale fonctionnerait dans la neige ou sur la glace. Il n’y a, pour ainsi dire, aucune différence de conduite entre la version à traction avant et celle à traction intégrale sur pavé sec! Évidemment, il n’a pas été question de consommation de carburant avec un tel exercice quoique Hyundai Canada estime la consommation du V6 à 11,6 L/100 km en vile (11,7 avec l’intégrale), 7,8 sur route (8,0) et une combinaison de 9,9 L/100 km (10,0 avec la traction intégrale). Attention, il ne s’agit que de chiffres selon les exigences d’Énergie Canada. Celles des consommateurs pourraient différer (les normes canadiennes ne changeront pas avant 2016 alors qu’elles devraient être plus proches de la vérité et ce, pour tous les véhicules!)

blog-10

Lors de notre passage dans le petit village pittoresque de Julian près de San Diego, j’y ai vu ce Crosley de la fin des années quarante. Mû par un quatre cylindres à arbre à cames en tête de 724 cm3, cette micro-auto américaine était trop en avant de son temps! (Photo Éric Descarries)

Hyundai Canada estime que son Santa Fe XL aura pour concurrence directe le Toyota Highlander V6 et le nouveau Nissan Pathfinder. Le XL devra aussi se mesurer aux Ford Explorer (le leader de ce créneau), Honda Pilot et Mazda CX-9. Le prix de base de ce Hyundai est de 29 999 $. Il s’agit évidemment de la version à traction avant qui, selon nos amis de Hyundai Canada n’attirera pas autant d’automobilistes que la XL Premium ou encore la Limited, toutes deux à traction intégrale. La Premium affiche un prix de 34 999$ alors que la Limited débute à 42 899 $,

Une autre histoire de transmission

La semaine dernière, j’ai aidé le conjoint de ma fille à se trouver un atelier pour y faire réparer la boîte automatique de sa Honda Accord. Après une courte recherche, nous avons opté pour le petit atelier qui avait refait celle de la BMW de mon fils. Il s’agit de Gextra qui, autrefois avait pignon sur rue à Laval mais qui est rendu dans  un parc industriel du quartier de Saint-Michel et ce, à la demande de sa (nombreuse) clientèle. Ses prix sont raisonnables mais ce sont surtout les informations que j’y ai découvertes qui m’ont intéressées. Le technicien de l’atelier m’a dressé un rapide tableau de sa clientèle type qui inclue surtout… des marques asiatiques. Semble-t-il que les boîtes automatiques de plusieurs de ces voitures demandent à être refaites autour des 120 000 kilomètres! Moi qui pensais que ça n’arrivait qu’aux autos américaines….

Les «affres» du métier…

blog-11

Mon compagnon de voyage, Sylvain Raymond, a pris cette photo de moi-même (habillé en bleu…pour éviter toute confusion!) en discussion avec un habitant local (!). Je photographiais son camion ancien (un rare GMC 1953 que l’on peut voir en arrière-plan) lorsqu’il est accouru vers moi pour me parler du véhicule. Plus sympathique qu’il ne paraissait, il a quand même laissé toute une impression à Sylvain qui avait laissé la porte du Santa Fe XL ouverte au cas où il aurait fallu que l’on parte en trombe…La personne s’est avérée être un sympathique «preacher» vivant dans une «roulotte» entourée d’épaves de camions (Photo gracieusement offerte par Sylvain Raymond)

Un petit cas à régler

Récemment, j’ai reçu de certaines personnes des remarques désobligeantes qui m’accusaient de couvrir des produits américains parce que j’avais de bons amis chez les concessionnaires de la marque. On y disait aussi qu’on avait qu’à regarder ce qu’il y avait dans mon entrée de garage, des Jeep et des Ford, pour comprendre que je faisais la promotion de ces marques que je couvrirais plus que d’autres. J’aurais peut-être dû écouter le bon conseil de notre lecteur et collaborateur Gaston Lepage et ignorer ces «insultes» comme il le dit mais, malgré sa grande sagesse, je préfère demeurer un peu transparent. Il faut dire qu’au départ, il est vrai que je possède une Jeep, une TJ de….1998 (ce qui devrait avoir une grande influence sur mon jugement…qu’en pensez-vous?) et une Lincoln 1977 ( 1977? Une autre grande influence?). Ma femme possède une Ford Freestar 2006 (une fourgonnette qui n’est même plus commercialisée…une autre influence) qu’elle voudrait changer pour…une Jeep! Wow! Je suis donc «vendu»! Ce que l’on ne ferait pas pour salir la réputation d’un chroniqueur…qui écrit ce blogue pour aucune rémunération autre que le plaisir de «parler de chars» avec les amateurs…les vrais. C’est à se demander si le poète québécois Félix Leclerc n’avait pas raison quand il chantait «…le plaisir de l’un, c’est d’voir l’autre se casser le cou»… C’est fou ce que la Commission Charbonneau peut avoir comme influence…On ne voit que de la collusion et de la corruption partout!

Crevons l’abcès maintenant. Oui, il est plusieurs fois question de Ford et de produits Chrysler dans ce blogue (jamais je n’ai caché mon petit penchant pour les Jeep, surtout en ce qui a trait à leurs prouesses hors-route). Toutefois, je n’ai aucun ami concessionnaire de Ford. Il faut que vous sachiez  tous que les voitures qui nous sont prêtées viennent, à quelques exceptions près, du constructeur. Parfois, nous en prenons livraison chez un concessionnaire mais dans le cas de Ford, Nissan, Volkswagen, Toyota, Lexus, Scion et quelques autres marques, nous allons chercher ces véhicules chez des préparateurs indépendants. Certains constructeurs insistent même pour que nous prenions ces autos et camionnettes à leurs bureaux régionaux.

En ce qui a trait aux nombreux produits Ford, il faut comprendre que ce constructeur a le vent dans les voiles et qu’il n’hésite pas à nous confier presque tous les modèles de ses marques les plus récentes ou les plus vendues. Par exemple, Ford n’a pas lésiné sur la disponibilité de ses Mustang l’été dernier ayant mis à notre disposition des modèles à moteur V6 ou V8 dans des coupés et des cabriolets sans oublier les modèles spéciaux comme les Boss et Shelby GT 500. Il en fait de même actuellement avec ses Fusion (2,0 litres, 1,6 litres et Hybrid). Attendez-vous à entendre parler de Ford dans un avenir rapproché car il aura tout un éventail de nouveautés à nous proposer dont les Lincoln MKZ, Ford Transit, Transit Connect, Fiesta 2014, Focus et Fiesta RS et j’en passe. On pourrait presque faire un blogue juste sur Ford et ses produits! Pas surprenant qu’il soit le plus important vendeur d’autos au pays! Son F-150 est en tête dans son créneau, son Explorer aussi alors que les Mustang battent largement les Camaro au niveau des ventes.

Il était un temps où il y avait beaucoup de GM disponibles. C’est maintenant plus au ralenti suite à la restructuration (je n’ai eu qu’une Camaro depuis les quelques mois et ce ne fut que pour un seul jour!). Remarquez que partir un titre avec les marques Chevrolet, Cadillac, Buick ou GMC, c’est moins répétitif que Ford (dont la seule variante est Lincoln et encore…). Quant aux produits Chrysler, un autre grand vendeur au Canada (il talonne Ford et le dépasse même par moments alors que ses produits se présentent sous les marques de Chrysler, Dodge, Jeep, Fiat et Ram), ses produits Jeep connaissent une grande popularité (regardez autour de vous!) et on nous y promet plusieurs nouveautés et prototypes au cours des prochains mois (et je ne me gênerai pas pour en parler!).

Évidemment que je ne veux pas négliger les autres marques. Remarquez que de ces temps-ci, dans ce blogue, il a été question de Yokohama, de Hankook, de Michelin, de Volkswagen, de GMC, de Cadillac, de Subaru, de Mitsubishi, de Hyundai, de Jaguar, de Land Rover et j’en passe. Je reviendrai sous peu avec des Volkswagen, des Buick (s’il y avait plus de GM disponibles, j’en ferais plus), des Cadillac, des BMW, des Mini, des Jag, des Land Rover et autres. Je n’ai pas encore eu le temps de contacter les gens de Nissan, Porsche, Toyota et Lexus mais je m’apprête à le faire pour mettre la main sur leurs produits. Je n’ai donc rien à me reprocher, je me crois suffisamment honnête pour faire la part des choses.

Et, oui, il y aura encore des Ford dans ce blogue. Le constructeur s’occupe de promouvoir sa marque avec empressement et c’est tout à son honneur. Incidemment, je commence à collaborer au livre L’Auto 2014 des Éditions de La Presse et on m’y confie beaucoup de voitures américaines, de camionnettes et de VUS. Et vous y verrez certes des Ford et des Jeep, vu que ce sont des marques où j’ai une certaine connaissance. Je suis désolé si votre marque préférée n’est pas toujours mise en vedette mais c’est certainement un concours de circonstance. Et je suis certain que d’autres chroniqueurs le font avec professionnalisme!

Bon, j’espère que la question est enfin réglée. Oh, j’oubliais, je dois aller sous peu au New Jersey chez BMW et à New York comme  je le fais chaque année au printemps. Cette fois-ci, j’y vais en…Ford! L’année dernière, c’était en Buick, l’année précédente en Dodge, je me souviens d’y avoir été en Suzuki XL-7…tiens? Pas de Ford.

Que c’est dommage de devoir clarifier une situation comme je le fais ici. Je continuerai donc à vous «parler de chars» en vous contant certaines de mes aventures (comme celle en Alaska avec les Sprinter) et de vous parler d’autos incluant les Ford et les Jeep. Et à ceux qui n’aiment pas mes textes…vous n’êtes pas obligés de les lire…et je ne suis pas obligé de publier vos insultes!

Je considère cette situation close! Heureusement qu’il reste de véritables amateurs de voitures… J’aurais peut-être dû vous écouter, M. Lepage!

Lire les commentaires (25)  |  Commenter cet article






Dimanche 17 mars 2013 | Mise en ligne à 16h35 | Commenter Commentaires (25)

Le nouveau Subaru Forester et un suivi sur la Ford Fusion AWD

Si, par hasard, vous lisez également le Cahier de l’auto de La Presse en plus de vous brancher à ce site Internet, alors vous savez que la semaine dernière, je me suis rendu à l’île de Vancouver pour un premier contact avec le tout nouveau VUS Forester de Subaru.

Au risque de me répéter, vous devriez savoir également que ce Forester est un des VUS compacts préférés des automobilistes québécois. Toutefois, le constructeur japonais s’était bien rendu compte qu’il était grand temps de le réviser, la version actuelle accusant un certain retard technologique sur bien des concurrents. Par exemple, il était grand temps de remplacer l’archaïque boîte automatique à quatre rapports par une nouvelle boîte automatique, cette fois une version CVT de celles que l’on retrouve sur les autres produits Subaru.

blog-1

Le nouveau Forester dans sa version de base la plus simple (Photo Éric Descarries)

Toutefois, comme je le publiais dans le Cahier, le moteur de base demeure le fiable quatre cylindres à plat de 2,5 litres qui fait 170 chevaux. Il est donc disponible avec la boîte manuelle (une option de plus en plus rare sur les VUS compacts mais suffisamment en demande avec le Forester pour que le constructeur continue de la proposer). Le moteur optionnel est ce fameux quatre à plat de 2,0 litres avec turbocompresseur de 250 chevaux (qui, comme le moteur de base, peut fonctionner à l’essence régulière ou Super). Cependant, il n’est disponible qu’avec la boîte CVT. Toutefois, en mode Sport, cette boîte peut donner la sensation de posséder six ou huit (!) rapports lorsqu’on utilise les palettes au volant. Évidemment, toutes ces Subaru sont munies de la traction intégrale (ou quatre roues motrices si vous préférez). L’option X-Mode permet certaines acrobaties en situation hors-route dont il sera question plus loin.

blog-2

Vu de l’arrière, le nouveau Forester affiche un look très VUS (Photo Éric Descarries)

Si vous croyez que la caisse du nouveau Forester ressemble à celle de la version qui tire maintenant sa révérence, vous vous trompez. Le nouveau Forester est en partie basé sur une architecture d’Impreza mais toute la caisse en a été agrandie et modifiée. Par exemple, le pare-brise et le tableau de bord ont été légèrement avancés et l’espace intérieur à peine agrandi mais suffisamment pour que l’on y constate une certaine amélioration. Les sièges ont été un peu relevés et les consoles déplacées pour plus de possibilité de mouvement. Ceux qui ont de petits enfants apprécieront le fait que les porte-gobelets d’arrière leur ont été rapprochés pour qu’ils aient leur gobelet à la portée de la main. De plus, les ingénieurs de la marque ont également agrandi les ouvertures de portières (qui ouvrent plus grand) et ils ont vu à former un seuil de portière arrière plus large et anti-dérapant (toujours pour les petits). L’espace de chargement est aussi légèrement agrandi et il est désormais possible d’obtenir un hayon électrique arrière en option.

blog-3

Le tableau de bord a été complètement redessiné (Photo Éric Descarries)

De l’extérieur, on voit bien comment les designers de la marque ont su donner un petit air plus robuste (plus VUS, dit-on) au Forester. La version Turbo se reconnaîtra à son avant plus agressif avec prises d’air verticales aux extrémités du bouclier (la prise d’air «hood scoop» est disparue). Évidemment, Subaru offre des roues et des pneus plus imposants selon le modèle choisi. Mais tout cela, je l’ai déjà décrit dans le texte du Cahier.

blog-4

Le compartiment moteur du Forester de base (Photo Éric Descarries)

blog-5

L’espace de chargement est quand très utile…(Photo Éric Descarries)

Sur la route

Ce dont je n’ai pas eu de place à décrire dans le Cahier, c’est le comportement routier des Forester. Au départ, avouons que les dirigeants canadiens de la marque ont choisi un endroit on ne peut plus superbe pour en faire la présentation médiatique, soit la région d’Ucluelet au nord de Nanaimo sur l’île de Vancouver. Il est vrai que ce n’était pas encore la saison estivale mais le décor en valait la peine. Puis, ils ont choisi des routes merveilleuses dont celle du numéro 4 qui mène de Nanaimo à Ucluelet. En plus d’être pittoresque, elle nous a permis d’exploiter un peu le potentiel du Forester XT, surtout au niveau de la tenue de route (n’ayez crainte, même si nous avons un peu dépassé quelques fois les limites permises, nous n’avons pas roulé en fous!). Décidemment, pour un VUS, ce Forester sait très bien se défendre. Avec le mode Sport, j’ai pu garder un certain régime moteur en manipulant les palettes au volant, tout du moins, suffisamment pour me donner l’idée d’une conduite sportive avec vrombissement de moteur, passage des rapports et décélération en rétrogradant avant les courbes. Ça, c’était avec la version turbocompressée.

blog-6

Les routes de l’île de Vancouver valent la peine d’être parcourues (Photo Éric Descarries)

Après une nuit de repos dans un superbe «Resort» sur le bord de la mer (il faut voir les plages sauvages de cette région), nous avons repris la même route en sens inverse avec la version de base équipée du quatre de 2,5 litres, la boîte manuelle, les roues d’acier et les pneus de série. Surprise! Le petit VUS était tout aussi agréable à conduire démontrant des attitudes sportives quand même intéressantes.

De retour à l’hôtel, nous avons mis les versions plus élaborées de la camionnette (si l’on peut la qualifier ainsi) en situation hors-route. Cette fois, ce fut l’option X-Mode que nous avons mise à l’essai dans une région boisée sur le bord de la mer. Il y avait même un sentier en pente prononcée en gravier qui a pu nous démontrer comment l’électronique du X-Mode permet au Forester d’appliquer le plus de puissance possible à la roue ou aux roues qui ont le plus de motricité pour grimper la pente ou encore de ralentir le véhicule à basse vitesse en descendant (sans toucher au frein ou à l’accélérateur), comme on le ferait avec un «vrai» VUS tout-terrain. Rappelons, cependant, que le système X-Mode n’est disponible qu’avec la boîte CVT.

blog-7

L’impressionnant bord de mer de l’île de Vancouver est un endroit idéal pour des photos spectaculaires (Photo Éric Descarries)

Enfin, question performance, les gens de Subaru Canada avancent que le Forester XT turbocompressé est capable d’accélérations semblables à celles des Porsche Cayenne V6…ce qui n’est pas peu dire. Sans chronomètre à la main, j’ai pu constater quand même que le Forester turbo était capable d’accélérations intéressantes!

blog-8

Ah! Ces routes de l’île! (Photo Éric Descarries)

Je n’ai malheureusement aucun chiffre de consommation à vous donner (quoique l’on se doute que le quatre cylindres de base avec la boîte CVT sera plus économique que celui qui vient d’être mis au rancart avec la boîte auto à quatre rapports). Cependant, je répète le prix de base du Forester 2,5 litres : 25 995$ avec la boîte manuelle ou 27295 avec la CVT alors qu’un XT bien équipé peut afficher un prix allant jusqu’à 37 495 $. Gageons que le véhicule continuera de connaître un grand succès chez nous!

Suivi sur la Ford Fusion Titanium AWD

Je lis toujours avec intérêt vos commentaires (qui sont généralement publiés dans leur intégrité sauf si je dois «modifier» certains élans parfois déplacés) et ceux que vous m’avez fait parvenir sur la Fusion m’ont incité à consulter le texte de mon collègue et bon ami que je respecte beaucoup, Éric LeFrançois. Je me suis rendu compte qu’il n’avait pas apprécié la Fusion comme moi. Évidemment, tous les goûts sont dans la nature et il n’était pas aussi enchanté de la finition intérieure de la voiture que moi. Encore une fois, c’est une question de goût (je mets de côté sa remarque sur le bruit de caisse du véhicule qu’il a conduit puisque le mien était tout neuf et qu’il ne produisait pas ces bruits suspects…notez que j’ai déjà critiqué certaines autos européennes et japonaises de luxe qui trahissaient de tels bruits ce qui ne m’a pas valu que des éloges….pourtant…). Si mon confrère préfère des intérieurs aux couleurs plus claires, moi, j’aime bien un intérieur tout noir très sobre. C’est une question de goûts..et qui plus est, selon les gens de Mitsubishi que je viens de laisser (il sera question de leur nouveau Outlander sous peu), les consommateurs canadiens préfèrent de loin le noir ce qui aura provoqué l’annulation du beige chez Mitsubishi. Hmmm!

On commence à voir de ces Fusion sur la route et je m’attends à rouler la version Hybrid que Ford met présentement à la disposition des chroniqueurs (Ford nous propose toute un éventail d’autos ce qui nous permet de bien couvrir TOUS les produits de la marque). Cependant, je vais attendre un peu car si je la demande maintenant, je suis persuadé que je n’obtiendrai pas les chiffres de consommation auxquels certains lecteurs s’attendent…(c’est encore l’hiver, après tout!)

Petite remarque en passant, comme plusieurs d’entre vous, je suis aussi un amateur d’avions de tout calibre. J’ai souvent l’occasion de mettre la main sur le magazine américain Flying (j’aime aussi ces publications «British» comme Aeroplane ou Air International qui sont coûteuses mais combien élaborées). Ce que j’aime le plus lire dans Flying, outre certaines aventures (parfois apeurantes), ce sont les impressions de pilotage de nouveaux avions qui sont mis en vedette dans ce magazine. C’est fou tous les détails qui y sont décrits. Un tel texte fait facilement quatre ou cinq pages. Ce que j’aurais aimé faire de tels reportages sur les nouvelles autos. Hélas, sauf pour ce blogue, ce n’est jamais possible, faute d’espace. Et même dans ce blogue, il faut que je «modère mes transports»…Disons que j’aimerais reproduire ce qui se fait dans le magazine anglais Car…

En passant, en ce qui a trait au «scandale» des taux d’intérêt, j’essaie de ne pas m’en mêler. Je sui un chroniqueur automobile alors, je préfère laisser ce sujet épineux aux spécialistes en finance ou aux journalistes de consommation… Désolé

À lopus  Patientez, j’ai fait une réservation pour une Passat Turbo Hybrid au cours du mois de mai! Encore une fois, je tiens à la conduire quand la météo sera un peu plus clémente et plus propice à procurer des chiffres de consommation plus…réalistes.

À omni-tag

Malheureusement (mais cela, vous vous en doutiez!) je ne peux reproduire ici vos commentaires. Je ne peux me permettre des commentaires du genre «produit merdique» quand vous parlez d’un constructeur. En ce qui a trait à vos remarques négatives sur mes articles, s’ils étaient bien formulés, je les publierais. Pour ceux qui ne comprendraient pas , M. Duhamel qui s’identifie sous le pseudonyme  omni-tag n’aime pas que je parle de produits de Ford et de Chrysler car il m’identifie à ces marques . Curieusement, ce sont les deux marques qui vendent le plus de véhicules au Canada! Ford, tout comme Chrysler, met à la disposition des chroniqueurs automobile une variété impressionnante de véhicules pour leur évaluation.

Mais ce n’est pas tout! Regardez bien dans mes blogues des derniers mois et vous verrez que l’on y parle d’une multitude de marques variées dans diverses situations, qu’elles soient américaines, européennes ou asiatiques. Ah! Si je pouvais plaire à tout le monde…sinon, écrivez votre propre blogue!

Lire les commentaires (25)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2013
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives