Éric Descarries

Archive du 8 novembre 2012

Jeudi 8 novembre 2012 | Mise en ligne à 14h36 | Commenter Commentaires (25)

Honda CR-V et pneus d’hiver

Je vous disais donc, la semaine dernière, qu’au TestFest de l’AJAC, j’avais trouvé difficile d’être affecté à la catégorie des petits VUS et VUM car la plupart d’entre eux m’ont paru tellement semblables qu’il me fut difficile de les comparer. En fin de compte, le jury composé des journalistes de l’AJAC a décidé que c’était la nouvelle Ford Escape 1,6 litre Ecoboost qui représentait le meilleur achat dans la catégorie des VUS-VUM de moins de 35 000 $ et le Hyundai Santa Fe 2,0 T dans la catégorie des mêmes véhicules mais de plus de 35 000 $. Néanmoins, je suis demeuré sur mon appétit. J’ai donc commencé à demander aux constructeurs de me prêter certains de ces petits véhicules individuellement…

Au départ, je dois vous dire que j’ai un peu de difficulté à les considérer comme des VUS. Je crois que le terme Véhicule Utilitaire Sport ne s’applique plus à ce genre de véhicule (sauf, peut-être, pour le Jeep Wrangler qui peut se permettre de conserver le titre Sport…jusqu’à un certain point!) alors que le terme Véhicule Utilitaire Multisegment soit devenu incroyablement galvaudé (combien y a-t-il de véhicules classés sous cette catégorie?…trop!). Ce que je comprends, c’est que plusieurs automobilistes désirent posséder un véhicule avec un intérieur plus grand, plus pratique, avec une vue plus dominante de la route et, dans bien des cas, la traction intégrale pour l’hiver. Certes pas un véhicule capable d’excursions hors-route (sauf pour la Wrangler…peut-être). En d’autres mots, une sorte de «atation-wagon» à la moderne! Car, des «sation-wagon» («familiale» en…Québécois), il n’y en a presque plus sur le marché!

Donc, je viens de passer la semaine au volant du Honda CR-V, un modèle Touring affichant un prix de 34 990 $! Il s’agit ici du CR-V de la quatrième génération, si je ne m’abuse. Question design, on ne peut se tromper. Les dessinateurs de la marque ont eu beau se remuer les méninges, on ne peut pas dire qu’ils en sont venus à quelque chose d’extraordinaire. On reconnaît vite le CR-V et malgré son look moderne, je ne crois pas que l’on se retourne à son passage. Au moins, il n’est pas laid!

blog-1

Malgré un important redesign, on reconnaît toujours le Honda CR-V (Photo Éric Descarries)

blog-2

L’arrière du CR-V a aussi été revu mais il demeure reconnaissable (Photo Éric Descarries)

Question mécanique, là encore, il n’y a pas de quoi à se rouler à terre. Son légendaire quatre cylindres de 2,4 litres gagne cinq chevaux de plus cette année à 185 chevaux alors qu’il est combiné à une boîte automatique à (seulement) cinq rapports. Question performance, il faut attendre près de 10 secondes pour atteindre le cap des 100 km/h et autour de sept secondes pour passer de 80 à 120 km/h. Cette dernière notion peut paraître longue lorsqu’on passe de la rampe à l’autoroute. Puis, il y a le son du petit moteur qui envahit l’habitacle. Si l’on aime les petites autos Honda de performance, c’est bon. Mais je ne suis pas certain que tous les automobilistes l’apprécieront. Quant à la traction intégrale, maintenant avec activation électronique, elle m’a été pratique sous la pluie appuyant ainsi l’adhérence des pneus Continental CrossCountact. Mais c’était plus une impression de sécurité qu’une véritable constatation! La direction, un peu légère, demeure quand même précise et le freinage est bon.

Toutefois, ce qui importe avec le CR-V, c’est l’espace intérieur. Le CR-V propose un compartiment intérieur relativement vaste pour ses dimensions extérieures. Les sièges avec sellerie de cuir (version Touring, ne l’oubliez pas!) sont relativement confortables (ma femme a bien apprécié le chauffage des coussins lors des soirées froides) et l’avant de l’habitacle est vaste et accueillant. Le tableau de bord présente des lignes assez torturées, merci, mais l’instrumentation y est lisible. Le CR-V qui m’a été prêté était équipé d’un système de navigation (doublé d’une caméra de marche arrière très utile). Toutefois, le petit écran me demandait de mettre mes lunettes pour y lire les noms indiqués. Et lorsque le soleil frappait l’écran…on n’y voyait plus rien! Les places arrière sont grandes et accueillantes et lorsqu’on y replie les dossiers de banquette, on obtient un bon espace de chargement. Pas celui d’une camionnette mais un espace utile. Incidemment, je n’ai jamais aimé le son des poignées de porte de ces véhicules. Lorsqu’on les relâche, elles font un «TANG!» qui sonne comme de la tôle vide.

blog-3

Le tableau de bord affiche une ligne un peu torturée mais tout y est facilement accessible (Photo Éric Descarries)

blog-4

Le compartiment arrière propose quand même suffisamment d’espace. (Photo Éric Descarries)

blog-5

Comme pour tout bon petit VUS (ou VUM?) qui se respecte, le CR-V offre un bon compartiment de chargement utile. (Photo Éric Descarries)

La conduite du CR-V est facile mais pas très excitante. Rien à voir avec une auto sport. La suspension, cependant, est assez sèche, surtout sur les belles rues de Laval! La visibilité y est bonne mais un peu difficile trois-quarts arrière. J’ai constaté qu’avec les vents latéraux, le CR-V demeure facilement contrôlable. Je n’ai pas fait de longue route avec le CR-V mais que de la ville, ou presque. Grâce à ses dimensions raisonnables, il était facile à garer. J’ai donc obtenu une consommation moyenne de 12,8 L/100 km (alors que le compteur au tableau de bord indiquait 13,1 L/100 km!).

blog-6

Le fidèle quatre cylindres de Honda est un peu bruyant. (Photo Éric Descaries)

Évidemment que le CR-V demeure un bon achat. Les concessionnaires Honda n’ont aucune difficulté à les vendre. Et la valeur de revente est relativement bonne. Mais en ce qui a trait au plaisir de conduite, le CR-V n’est ni plus excitant, ni plus triste que les véhicules de la concurrence!

Votre véhicule est-il prêt pour l’hiver?

Il a fait froid cette semaine. Mais les prévisions météo sont plus clémentes pour la semaine qui vient. Toutefois, ne vous laissez pas berner, voyez à la préparation hivernale de votre véhicule. Et cela veut dire de l’équiper de ses pneus d’hiver au plus vite. Ne vous inquiétez pas, vos pneus d’hiver ne s’useront pas tant que cela même si nous roulerons sur le pavé sec pendant encore un mois…sinon plus!

Justement, ne vous gênez pas pour me faire parvenir vos impressions de conduite avec vos pneus d’hiver. Quand à moi, j’attends la livraison de quatre Bridgestone Blizzak WS70 pour équiper la vieille BMW de mon fils. Cette auto à propulsion nous sert de «cobaye» pour divers essais du genre. Dans le passé, les WS60 se sont usés assez vite (il s’agit ici d’une voiture à propulsion qui ne circule presque qu’en ville) alors que les Dunlop Graspic DS3 de l’année dernière ont duré plus longtemps. Mais ils n’avaient pas l’adhérence des Blizzak ou encore des Goodyear Ultra Grip pour voitures de police d’il y a trois ou quatre ans.

L’année dernière, j’ai équipé la Freestar familiale des nouveaux Goodyear Ultra Grip Ice WRT. Il faut dire que le conducteur principal, ma femme, est un inconditionnel des pneus d’hiver Nokian Hakkapeliitta. Toutefois, elle a avoué que les WRT ont été à la hauteur de la situation. Même son de cloche pour les WRT installés sur la Jeep Sahara Unlimited de ma fille. Je préférais la voir rouler avec ces pneus plutôt que les Bridgestone d’origine du VUS, peu importe ce que disent les concessionnaires! Si vous avez une Jeep ou tout autre véhicule à traction intégrale du genre, n’écoutez pas ceux qui vous diront que les pneus qui équipent le véhicule peuvent «faire la job» s’ils sont «acceptés» par les autorités (ce sont bien souvent des pneus «toutes saisons» d’une catégorie passable en hiver malgré la présence du sigle hivernal ou de l’identification «All-Terrain»). Durant la saison froide, ce sont des pneus d’hiver qu’il vous faut! Par exemple, ma propre Jeep TJ roule sur des Goodyear Wrangler with Silent Armour en été. Ces pneus affichent le petit symbole de la silhouette de montagne avec le flocon de neige au centre. Ça ne m’empêche pas d’avoir changé mes roues (j’ai deux autres jeux de pneus montés sur des roues pour cette Jeep incluant des pneus «off-road» et mes pneus d’hiver) avec l’aide de mon fils pour l’hiver. La TJ roule donc sur des Pirelli Scorpion Ice & Snow dont les sculptures sont moins agressives que celles des Wrangler mais mieux adaptées aux routes glacées. Ce n’est pas de l’adhérence dans la neige que je recherche (c’est un 4 x 4 sur commande) mais celle sur la glace au freinage et en tournant. Après tout, nos routes sont (au moins) bien dégagées en hiver, Mais elles glacent facilement! La Honda Accord de mon «gendre» est équipée de General Altimax Arctic depuis deux ou trois ans et il en est satisfait, lui aussi!

Alors, laissez-moi savoir ce que vous avez vécu ou ce que vous vivez avec vos pneus d’hiver. Et si vous ne les avez pas encore installés, il est grand temps. En passant, si vous hésitez à l’achat de pneus neufs, faites-le moi savoir. Les grandes nouveautés de cette année sont chez Nokian (Hakkapeliitta 7), Michelin (X-Ice Xi3), Goodyear (Ultra Grip Ice WRT), Bridgestone Blizzak (WS70), Toyo (Observe GSi-5) et quelques autres. En effet, Pirelli a de nouvelles grandeurs pour ses Ice Control et ses Winter Carving Edge, Yokohama a de nouveaux iG51 et ainsi de suite. Une visite chez un grand marchand de pneus pourrait vous aider.

À blueprint

J’ai bien hâte de mettre la main sur la B250, surtout qu’un de mes amis qui possède une B200 Turbo y est intéressé. Malheureusement pour lui, il n’y a plus de boîte manuelle (qu’il affectionne particulièrement) au catalogue.

À omni_tag

Le  «-30-»? Une vieille habitude…Pas de Toyota à l’AJAC? Oui, il y avait les Prius enfichables. Mais ce n’état pas une question de satisfaction des propriétaires mais une première impression générale comparativement à la concurrence qui comptait…ce que peu de consommateurs veulent faire!

À raoul 914

Lotus Evora? Ce n’est pas nouveau. Et je me demande même si la marque survivra encore une année!

À JFCapauxos

Oui, cette cours de F-1 était excitante. La remonté de Vettel était remarquable. Mais suivez-vous la NASCAR? On est à deux courses de la fin des deux séries (Nationwide et Sprint) et l’écart entre les points de deux meneurs des deux séries est d’à peine quelques points…après une trentaine de courses! Et c’en est du pareil pour la série de camionnettes Camping World. Avez-vous vu comment Ricky Stenhouse a réussi à remonter deux tours de retard il y a deux semaines en Nationwide? Ou comment l’équipe de Jimmy Johnson a réussi à rebâtir l’arrière de sa Chevrolet (que le pilote avait reculé dans le mur) après quelques arrêts aux points? Ou, comment le jeune Brad Keselowski réussit à se tenir à la porté du championnat Sprint à quelques points de Johnson? Wow!

À felix_e

Intéressant que cette technologie du pneu, n’est-ce pas? C’est là qu’on se rend compte qu’il y a beaucoup de travail et de recherche dans le domaine…et que d’essayer de trouver ce qu’il y a de mieux sur le marché n’est pas évident!

Lire les commentaires (25)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    juillet 2010
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité

    publicité