Éric Descarries

Archive, août 2012

Voilà quelques jours que je n’ai rien écrit dans ce blogue étant trop occupé à des sujets très intéressants. Et croyez-moi, des sujets intéressants, ce n’est pas ce qui manque dans ce monde excitant de l’automobile.

Commençons par mes impressions de conduite de la semaine, celles concernant le grand VUS Cadillac Escalade mais en version hybride électrique. En fait, c’est un peu ironique car en même temps, j’ai pu participer au lancement médiatique du grand VUS GL de Mercedes-Benz, une camionnette directement concurrentielle à l’Escalade.

Le grand Cadillac Escalade est un de ces immenses VUS qui ont épaté tant de consommateurs il y a une dizaine d’années au même titre que les Lincoln Navigator, Range Rover, Infiniti QX45, Lexus LX 450 et autres. Tout le monde rêvait de ces grandes familiales…quand le prix du pétrole était toujours abordable. Cependant, aujourd’hui, la situation est bien différente. Avec un litre de pétrole dépassant trop souvent les 1,40$, ces énormes bahuts de luxe carburant gloutonnement à l’essence non seulement à cause de leur V8 de grosse cylindrée mais aussi à cause de leur poids élevé attirent moins l’attention qu’auparavant. Néanmoins, il y a encore plusieurs automobilistes qui aiment ce type de véhicule car ils sont capables de transporter une famille en tout confort tout en tirant une maison-remorque ou un bateau! Certains constructeurs européens proposent un moteur diesel sous le capot de leurs gros VUS. Mais seul Cadillac propose la solution hybride-électrique.

blog-1

Le VUS Cadillac Escalade est disponible avec la motorisation hybride électrique (Photo Éric Descarries)

Le Cadillac Escalade n’a pas changé de forme depuis quelques années. Cependant, on s’attend à une transformation importante d’ici deux ans après le lancement des nouveaux pick-up redessinés de GM. Mais cela, c’est une autre histoire. En attendant, concentrons-nous sur la version actuelle de l’Escalade Hybrid. Dans le cas du véhicule qui m’a été prêté par GM, il s’agit de la familiale régulière (l’Escalade est toujours proposé en version ESV allongée et EXT en camionnette transformable mais pas avec la configuration hybride). Sous le capot de ce produit reconduit se trouve un V8 de 6,0 litres (contrairement au 6,2 litres de la configuration régulière) développant 322 chevaux. Il est combiné à un boîte automatique à quatre rapports qui est la singulière caractéristique de posséder un moteur électrique très élaboré à la place du volant-moteur. Selon les documents de GM, ce genre de mécanique devrait afficher une consommation tournant autour des 12 L/100 km.

blog-2

L’Escalade n’a pas changé de forme depuis quelques années. (Photo Éric Descarries)

Pour ce faire, il faut conduire ce gros camion avec un peu d’attention en situation urbaine. Si l’on est doux avec l’accélérateur, le gros Escalade avancera jusqu’à près de 50 km/h seulement à l’aide du moteur électrique ce que j’ai réussi à faire plus souvent qu’à mon tour! Le seul problème, c’est que, malgré une consommation affichée de 12,1l/100 km au tableau de bord, mes chiffres à la pompe ont été nettement plus élevés. Lorsque j’ai remis le camion au dirigeant de GM, celui-ci s’est empressé de le faire vérifier et il l’a même utilisé durant une semaine pour en vérifier la «véritable» consommation (je n’ai malheureusement pas retrouvé le «blogue» que j’avais écrit sur le GMC Yukon Hybrid il y a deux ou trois ans…peut-être y aurais-je retrouvé la consommation que j’avais obtenue avec ce VUS très semblable à l’Escalade!)

blog-3

On peut voir au tableau de bord que le camion puisse fonctionner qu’avec le moteur électrique! (Photo Éric Descarries)

Autrement, j’ai retrouvé le confort du traditionnel Escalade avec de grands sièges accueillants, un intérieur vaste et somptueux tant à l’arrière qu’à l’avant et surtout un grand tableau de bord avec une instrumentation complète incluant le système de navigation et l’écran de la caméra de marche arrière plus qu’utile avec un véhicule de ce gabarit. Les deux sièges de la troisième rangée se replient par commande électrique offrant un grand espace de chargement. Le clou du spectacle? Des marchepieds qui se déploient lorsqu’on ouvre les portières (celles d’arrière sont, toutefois, un peu étroites à leur base pour faire passer les pieds!).

blog-4

Comme pour tout bon gros VUS américain, il y a beaucoup d’espace de chargement à l’arrière. (Photo Éric Descarries)

blog-5

Le tableau de bord est quand même facilement lisible (Photo Éric Descarries)

blog-6

Les portières arrière sont un peu étroites mais les marchepieds automatiques sont très utiles (Photo Éric Descarries)

Si l’on respecte le fait que cet Escalade soit une grande camionnette avec un centre de gravité élevé et des capacités de remorquage et de charge, on obtient un grand véhicule qui pourrait s’avérer idéal pour de longs voyages. C’est certes une véritable limousine avec une technologie remarquable (dont le prix s’élevait à 100 820 $) Mais, force nous est d’admettre que le véhicule lui-même vieillit. On pourrait dire que c’est de la technologie moderne dans une caisse ancienne. Reste à savoir si GM va reprendre cette technologie hybride-électrique avec la nouvelle génération à venir d’Escalade. En attendant, quelqu’un a-t-il retrouvé ce satané blogue que j’ai déjà écrit sur le GMC Yukon Hybrid?

Le nouveau Mercedes-Benz GL au Nouveau Mexique

Je me suis donc envolé vers Santa Fe (qui, littéralement traduit, veut dire Sainte-Foy!) pour mettre la main sur la toute nouvelle version du grand VUS GL de Mercedes-Benz. Et il s’agit ici du concurrent direct au Cadillac Escalade. D’ailleurs, les gens de Mercedes-Benz d’Amérique n’ont pas arrêté de nous dire que le GL était le plus vendu de son créneau sur notre continent! Au cas où vous aimeriez le savoir, il s’en est vendu quelque 1600 au Canada l’année dernière!

Le nouveau GL se présente avec un avant redessiné, un arrière retouché et de multiples améliorations qui rendent ce grand VUS encore plus facile à conduire, D’ailleurs, à ce chapitre, je peux déjà vous dire qu’il fait beaucoup plus moderne que l’Escalade.  Tout comme ce dernier, le GL est un grand véhicule à quatre portes pouvant accepter sept personnes à son bord (et les deux de la troisième banquette y seront plus à l’aise que dans le Cadillac). Il est aussi à traction intégrale. Cependant, au point de vue mécanique, c’est différent. Le moteur de base du GL (et un des préférés chez nous) est un V6 turbodiesel de 3,0 litres qui développe 240 chevaux mais 455 livres-pied de couple! Lors de notre premier contact, il s’est avéré à la hauteur de la situation, même dans les montagnes du Nouveau Mexique. Toutefois, à l’accélération, il ne pouvait battre le V8 de la version GL450, un engin de 4,6 litres turbocompressé qui fait 362 chevaux et 406 livres-pied de couple et surtout pas l’excitant GL550 dont le V8 turbo (aussi de 4,6 litres) fait 429 chevaux et 516 livres-pied de couple (on a tous hâte de voir comment se comportera le GL63 AMG à venir!) Ces trois moteurs ne sont disponibles qu’avec la seule boîte automatique à sept rapports qui, surtout dans le cas du V6, accusait un temps de réaction important lors des reprises.

blog-7

Le nouveau Mercedes-Benz GL affiche un avant redessiné (Photo Éric Descarries)

blog-8

Même l’arrière a suffisamment été retouché pour être reconnaissable (Photo Éric Descarries)

Les ingénieurs de Mercedes-Benz ont consacré beaucoup de temps à corriger certains petits défauts inhérents à des véhicules de ce calibre dont la réaction de la grande caisse aux vents latéraux grâce au système Crosswind Assist. Ils ont aussi vu à l’affichage électronique du tableau de bord incluant un système de navigation très efficace et une radio facile à manipuler. Justement, l’intérieur de ce véhicule vaut la peine que l’on s’y arrête ne serait-ce que par sa finition exemplaire.

blog-9

Malgré le fait que ce soit un VUS de grand luxe, le GL est très capable en situation hors-route (Photo Éric Descarries)

Éventuellement, j’ose espérer que je pourrai passer une semaine au volant de cet intéressant véhicule, en hiver de préférence car pour le comportement routier sur autoroute et sur les chemins sinueux du Nouveau-Mexique, j’ai été servi à souhait. Incidemment, les dirigeants de Mercedes-Benz en ont profité pour nous permettre de faire un bout de chemin en situation hors-route (ce qui ne manque pas dans cet état du sud-ouest américain et que nous pourrions difficilement reproduire chez nous). Encore une fois, inutile de vous préciser que dans cette situation, le GL se défend très bien (même si peu de propriétaires de tels VUS ne l’expérimenteront!).

blog-10

Le tableau de bord demeure sobre mais il ne manque surtout pas de panache (Photo Éric Descarries)

Mon premier contact avec le GL fut des plus satisfaisants. À prix concurrentiel, je dirais qu’il dépasse largement la plupart de ses concurrents au point de vue esthétique et technique, surtout mécanique. Nous n’avons pu l’essayer avec une remorque et nous n’avons pu en calculer la consommation selon nos propres conditions mais je reste persuadé que la version à moteur diesel sera la plus recherchée chez nous et qu’elle produira une consommation relativement raisonnable! Les Mercedes-Benz GL débutent à 73 700$ au Canada et peuvent grimper au-delà des 95 900 $. Et si vous consultez la liste des prix des concurrents, vous verrez qu’ils ne sont pas plus chers (à titre d’exemple, vous lirez un peu plus haut qu’un Escalade peut valoir au-delà des 100 000 $!). J’espère pouvoir le conduire l’hiver prochain, dans des situations qui seront plus exigeantes que celles vécues au Nouveau-Mexique!

blog-11

Trois moteurs sont actuellement disponibles sous le capot des GL, un V6 diesel, et deux V8 de même cylindrée mais de puissance différente! (Photo Éric Descarries)

Les Légendes du Sport Motorisé

Chaque année, j’aime me rendre au Circuit du Mont-Tremblant pour assister aux courses des Légendes du Sport Motorisé. Malheureusement, cette année, cet évènement n’a pas connu le succès escompté car ses administrateurs en avaient changé la date (qu’ils replaceront au début de juillet l’an prochain!). Résultat, plusieurs participants étaient occupés ailleurs, ce qui n’a pas manqué de décevoir les spectateurs! Toutefois, il y avait sur place quelques véhicules intéressants que vous pourrez voir en photos ci-dessous :

blog-12

Mon confrère Alain Raymond demeure fidèle aux courses de voitures anciennes au Circuit Mont-Tremblant. Il pilote cette remarquable petite Fiat Abarth des années soixante (Photo Éric Descarries)

blog-13

Surprise! Jim Farley (du Michigan), vice-président du marketing (international) pour Ford s’élançait pour la première fois à Tremblant au volant de sa Cobra originale. (Photo Éric Descarries)

blog-14

C’est ce genre d’anciennes voitures de course des années cinquante (dans ce cas, une Maserati) qui m’attire le plus! (Photo Éric Descarries)

blog-15

Jim Farley et sa Cobra 1964 d’usine en action, une voiture qui doit valoir près d’un demi-million! (Photo Éric Descarries)

blog-16

Paul Bissonnette de Ford du Canada pilote cette Mustang 1967 qui n’est pas sans nous rappeler les voitures de la série Trans Am de l’époque (Photo Éric Descarries)

Nouvelle publication

blog-17

Si vous êtes intéressés par les beaux magazines automobile de luxe, procurez-vous le tout premier numéro d’Adrenaline Klassic Plus, une publication canadienne bilingue dont les plus de 160 pages sont illustrées de photographies de très haute qualité. En plus de hot rods et de customs, on y trouve des reportages sur les randonnées de voitures anciennes et des essais routiers de voitures sportives. Le seul hic, c’est qu’il n’est pas disponible en magasin. Il faut alors contacter www.klassicplus.com. Le prix affiché est de 14,95$.

Lire les commentaires (30)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2012
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives