Éric Descarries

Éric Descarries - Auteur
  • Éric Descarries

    Chroniqueur automobile depuis près de 20 ans, Éric Descarries a été adjoint à la rédaction de L'Almanach de l'auto de 1985 à 1999...
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 15 août 2012 | Mise en ligne à 0h09 | Commenter Commentaires (19)

    BMW M5, Mustang, Spark, Dart et autres

    Ce ne sont pas les sujets qui manquent de ces temps-ci dans le monde de l’automobile. En ce qui me concerne, je n’ai même pas besoin de voyager à l’autre bout du monde pour vivre des expériences intéressantes.

    Prenez, par exemple, la voiture qui m’a été confiée la semaine dernière, la BMW M5. Quelle auto! La M5 est une version de (très) haute performance de la superbe berline de Série 5 de BMW. Évidemment, ce qui est excitant dans une telle expérience, ce sont les exploits que l’on peut faire avec cette grosse auto à moteur V8 bi-turbo. Mais ce qui aura le plus retenu mon attention, ce sont les multiples détails techniques que l’on peut y retrouver.

    blog-1

    La sublime BMW M5 (Photo Éric Descarries)

    D’accord, la M5 affiche un prix dépassant les 100 000 $. Mais la M5 n’a presque rien à voir avec une berline de Série 5 courante. Débutons avec le moteur, un V8 de 4,4 litres qui fait 560 chevaux et 502 livres pied de couple grâce à l’ajout de deux turbocompresseurs Garrett placés sur le dessus du moteur dont l’alimentation et les échappements sont inversés. Les échappements grimpent donc sur la partie supérieure de ce moteur et si l’on retire le couvercle de plastique qui le recouvre, on y voit deux demi-ordinateurs (l’ordi principal a du être divisé en deux et placé ainsi parce qu’il n’y avait plus de place sous le capot!) qui doivent être refroidis par liquide (ils sont au dessus des échappements)! Incidemment, ce V8 émet un drôle de son à l’extérieur. Il est combiné à une boîte à double embrayage à sept rapports que j’ai mis quelques jours à apprivoiser. Je ne suis pas un grand fan de ce type de boîte, je l’avoue. Oui, c’est rapide et précis mais c’est aussi un peu brusque, surtout au premier contact. Dans le cas de cette M5, il n’y avait pas de position P (Park). Tout ce qu’il fallait faire, c’était de couper le contact (par bouton pressoir au tableau de bord) et la boîte automatique se plaçait toute seule en «Park». En ce qui a trait aux performances, je vous le dis, elles sont époustouflantes. L’accélération de 0 à 100 se font en environ 4 secondes alors que je n’ai pas osé «tester» la vitesse maximale (je ne suis pas fou, après tout!) mais disons qu’elle devrait dépasser facilement les 250 km/h!  Quant à la direction assistée hydraulique (!), elle est d’une précision remarquable (même si les énormes pneus Michelin de performance sont bruyants). La M5 est à propulsion arrière avec un pont antipatinage qui permet quand même un peu de cris de pneus. Quant au freinage, il est d’une conception unique avec d’énormes disques montés sur des portes moyeux uniques. Et il freine, croyez-moi! Ah oui! Avant que je l’oublie, cette M5 était équipée d’un système «Stop-Start» qui neutralisait le moteur quand j’étais arrêté à un feu rouge. Ce système pouvait aussi être désactivé.

    blog-2

    La M5 vue de l’arrière (Photo Éric Descarries)

    Toutefois, la technologie n’était pas réservée qu’à la (folle) mécanique. Avant de prendre les commandes de l’auto, il faut d’abord se familiariser avec les multiples accessoires électroniques à commencer avec le siège du conducteur qui est ajustable dans tant de façons incluant le support de cuisse, celui de l’appuie-tête et du support lombaire. Tout y est électrique y compris le positionnement du volant, les multiples détecteurs d’objets autour la voiture, les caméras latérales, la radio (avec cette fameuse commande rotative au centre de la console), les rétroviseurs extérieurs qui s’assombrissent quand une autre voiture vous suit avec ses phares allumés…ouf! Ah oui, n’oublions pas la réflexion du compteur de vitesses, du compte-tours et de la position du levier de vitesses dans le pare-brise. Il y a aussi toutes ces commandes au volant, le chauffage et la ventilation des sièges, le pare-soleil de lunette arrière et des glaces arrière, l’ouverture automatique du coffre et le système d’aide à la fermeture des portières (pas besoin de les fermer de toutes nos forces!). Ajoutez à cela la caméra de marche arrière, le régulateur de vitesse actif, la détection d’angle mort, la vision nocturne de détection des piétons (que je n’ai aps essayée), le toit ouvrant électrique, les avertisseurs de proximité en reculant, les ajustements de fermeté de la suspension et la fonction manuelle de la boîte de vitesses avec le levier ou les palettes au volant…et je ne sais plus!

    blog-3

    Un tableau de bord complet et complexe (Photo Guillaume Descarries)

    Il faut être prudent si l’on veut pousser une telle auto. Son poids devient un facteur d’importance dans le déplacement des masses. BMW a bien vu à créer une suspension unique à cette auto. On le voit surtout aux tourelles de suspension avant sous le capot. Leurs supports supérieurs en aluminium sont plus rapprochés que ceux des autres versions. Évidemment, la tenue de route est impeccable et on serait tenté de pousser la machine un peu trop, un exercice que je ne recommande que sur une piste de course (mais qui va se payer une location de piste et lancer cette grosse berline à toute épouvante dans des courbes..au prix où les pneus doivent être)…

    blog-4

    L’incroyable V8 de la M5 avec deux turbos sur le moteur (Photo Éric Descarries)

    J’en aurais tellement plus à dire sur cette superbe automobile qui représente, à mes yeux, l’ultime berline. Mais je me contrôle! Cette BMW affichait un prix de base de 101 500 $ et un prix total (avec les options) de 104 000 $ plus les frais de transport de 1995 $. Si l’indicateur au compteur montrait une consommation moyenne de 18,1 L/100 km, mon compte d’essence (super, naturellement) m’indiquait que j’avais fait 19,6 L/100 km. N’oubliez pas que c’est une voiture de (très) haute performance…mais c’est tout un rêve d’en conduire une pendant une semaine!

    2000 km en Mustang

    Je ne veux pas revenir encore une fois sur les Mustang (je commence à ressembler à un vendeur de Mustang) mais je dois vous parler de mon petit voyage de 2000 km en Mustang V6 cabriolet. En effet, encore une fois cette année, Ford m’a prêté un cabriolet Mustang pour quelques jours de vacances dans le Maine. En fait, c’était une Mustang d’exactement la même couleur que celle qui m’a aussi été prêtée l’année dernière pour un voyage semblable mais cette fois, au lieu d’être un modèle GT à moteur V8, j’ai choisi une Mustang V6 2013. Si l’on oublie le choix des moteurs, il s’agit de voitures presque identiques.

    blog-5

    La Mustang cabriolet V6 sur la 1A dans le Maine (Photo Éric Descarries)

    Toutefois, il y a toute une différence au niveau de la motorisation. Le moteur V6 est bien à l’aise dans cette Mustang. Il permet certaines performances satisfaisantes (comme je l’écrivais dans mes impressions de conduite du coupé à moteur V6, j’aurais aimé tester les 305 chevaux de ce 3,7 litres contre les 300 chevaux d’une ancienne GT des années soixante mue par un V8 390) mais ce n’est certes pas le V8. La différence s’est faite sentir dans les côtes des Montagnes Vertes alors que la voiture était sous la commande du régulateur de vitesses à 110 km/h. Le V6 s’essoufflait avant d’atteindre le sommet des côtes et même dans un cas, il a causé l’annulation du régulateur de vitesses. Cependant, c’était en sixième rapport. En cinquième, il n’y avait aucun problème. Pourtant, l’année dernière, sur la même route, le V8 en sixième grimpait allègrement ces pentes.

    Autre remarque d’importance, malgré le fait que cette Mustang (avec la finition Mustang Club Of America) avait des sièges de base (et non les Recaro optionnels), j’ai pu conduire l’auto pendant des heures sans douleur au bas du dos. Plus confortable que je ne l’aurais cru. Et je répète que le coffre de cette auto accepte facilement les bagages de deux passagers en voyage et ce, même avec la capote abaissée.

    blog-6

    Les cabriolets Mustang pullulaient dans le Maine (Photo Éric Descarries)

    Je me suis aussi servi de l’auto pour me rendre de Laval à mon travail à RDS, pour aller au Sommet des Légendes à Tremblant, pour aller au Grand Prix de Trois-Rivières et pour faire mes courses locales couvrant alors un peu plus de 2000 km. J’ai donc obtenu une consommation de 9,3 litres au 100 km. Même si le réservoir est petit (quelques 60 litres), j’ai pu rouler longtemps avant de devoir m’arrêter pour le ravitaillement. L’année dernière, j’ai obtenu 9,5 L/100 km avec le V8!  Affichant un prix d’environ 41 000 $ (incluant toutes une liste d’options incluant la navigation et la radio satellite), cette Mustang V6 cabriolet peut représenter un bon achat. Mais en ce qui a trait à sa revente, elle aura plus de valeur avec le V8 !

    Chevrolet Spark…hummm!

    Aussitôt revenu d’une courte vacance, aussitôt au travail. La semaine dernière, j’ai participé au lancement médiatique de deux voitures dans Montréal. La première, ce fut la toute petite Chevrolet Spark. En vérité, j’avais déjà conduit cette auto lors de sa présentation aux parcs et flottes dans Laval mais que pour quelques kilomètres seulement. Cette fois, ce fut pour une journée complète en compagnie de mon confrère et bon ami Raynald Côté du CAA. Nous avons complété une tournée qui nous a mené du Vieux-Montréal à Laval puis à Sainte-Anne de Bellevue tout en revenant par l’autoroute.

    blog-7

    La Chevrolet Spark est même plus petite que la Sonic! (Photo Éric Descarries)

    J’avoue que la Spark n’est pas le genre de voiture qui m’attire tout particulièrement. Toutefois, je dois reconnaître qu’avec ses quatre portières et son vaste intérieur, ce sera une vive concurrente aux Scion iQ, Smart et autres mini-autos du genre. Mue par un quatre cylindres de 1,25 litre, ce petit moulin développe 85 chevaux et 82 lb-pi de couple. Nos autos d’essai étaient à boîte automatique à quatre rapports alors qu’une manuelle à cinq rapports y est disponible. La Spark à traction avant se présente en trois finitions : LS (13 495$), 1LT (16 695$) et 2 LT (18 495$) plus 1500$ de frais de transport. Questionnés sur le fait que la Spark se rapprochait de la Sonic, les dirigeants de GM du Canada nous ont dit croire que cette auto plairait plus aux jeunes.

    blog-8

    C’est la première expérience de Chevrolet dans le créneau des mini-autos. Affichant un style qui lui est unique, la Spark pourrait très bien réussir auprès des citadins mais on peut lui reprocher un prix de base qui se rapproche trop de celui de voitures comme l’Accent (incidemment, les deux autos nous viennent de Corée du Sud!). Ce qui pourrait attirer les jeunes, ce sont les accessoires facultatifs ($) qui incluent la radio satellite, le Bluetooth et une «app» de navigation BringGo qui sera disponible plus tard.

    Il y a beaucoup d’espace intérieur dans la Spark (Photo Éric Descarries)

    La Spark serait la plus grosse mini-auto sur le marché et son espace intérieur en est une preuve convaincante. Son tableau de bord de style «motocyclette» est semblable à celui de la Sonic. L’auto procure des accélérations intéressantes (sans plus!) et des reprises…disons un peu laborieuses. Toutefois, nous y avons remarqué une suspension relativement ferme qui transmet facilement les imperfections de la route.  Puis, sur l’autoroute, j’ai trouvé que la direction devenait très légère ce qui rendait la petite voiture moins stable à plus de 110 km/h.

    blog-9

    C’est un petit quatre cylindres de 1,25L qui motive la Spark (Photo Éric Descarries)

    La Spark est disponible en huit couleurs avec une imposante combinaison de finitions intérieures. Chevrolet en annonce une consommation de 5,2 L/100 km sur route (avec l’automatique) et une garantie de 5 ans ou 160 000 km. Oui, la Spark peut être amusante mais je me demande jusqu’à quel point elle sera en demande. Mais on ne sait jamais…souvenez-vous des Geo Metro!

    Dodge Dart

    À peine descendue de la Chevrolet Spark, je me suis dirigé chez Dodge qui présentait aussi une nouvelle auto aux médias, la Dart. Cette petite berline qui remplace la Caliber est basée sur une plateforme modifiée d’Alfa-Romeo Giuletta. Il s’agit bien évidemment d’une auto à traction avant mue par un moteur à quatre cylindres en ligne de 2,0 litres de 160 chevaux ou de 1,4 litre avec turbocompresseur de 160 chevaux aussi. Plus tard, nous aurons droit à la version R/T avec un quatre cylindres turbo de 2,4 litres de 184 chevaux. Chrysler Canada avait mis à notre disposition des versions Rallye et Limited pour une ballade qui nous a mené (encore une fois avec mon ami Côté) vers l’ouest, cette fois par le bord de l’eau. Puis, avec une Limited, je me suis dirigé vers le Circuit Gilles-Villeneuve.

    blog-10

    Chrysler Canada a procédé au lancement médiatique de la Dart à Montréal. (Photo Éric Descarries)

    J’ai déjà conduit une Dart Rallye à la piste d’essai de Chrysler au Michigan en juin dernier. Elle m’avait laissé un peu sur mon appétit. Mais en roulant avec une Rallye dans Montréal, j’ai trouvé l’auto plus performante qu’au Michigan. Toutefois, je réserve mes commentaires pour plus tard, quand j’aurai conduit la voiture pendant toute une semaine dans mon patelin. En attendant, sachez que la SE de base affiche un prix de 15 995$, la SXT de 17 995$, la Rallye de 19 495$, la Limited de 23 245$ et la R/T à venir de 23 995$.

    blog-11

    La Dart sur le Circuit Gilles-Villeneuve en préparation pour le NAPA 200 de NASCAR (Photo Éric Descarries)

    Petite correction

    Mon ami Michael Hozjan me signale que sa publication Adrenaline Klassic Plus dont je parlais la semaine dernière est aussi disponible chez certains marchands spécialisés de l’automobile.

    blog-12

    À jeanvesti

    Pas facile de plaire à tout le monde et son père. Mais non seulement est-ce que j’essaie de varier les sujets mais aussi, je vous fais part de ce que je vis dans cette profession. Et je parle des véhicules que les constructeurs m’offrent. En passant, je ne comprends pas l’allusion au blogue pas payant? Je le répète, je ne reçois pas un cent pour cette publication…et c’est mon choix! Je peux donc dire ce que je pense!

    À quelques-uns d’entre vous

    Merci d’être venus «à ma défense». Mais vous avez raison, je dois varier les sujets et ne pas faire des «comparos» de Mazda vs Honda…il y en a déjà trop!

    À simon_c

    Merci d’avoir retrouvé l’article. Le GMC Yukon Hybrid m’avait donné 13,9 L/100 km ce qui me semble plus raisonnable que les plus de 20 L/100 km que j’ai obtenus avec l’Escalade Hybrid. Toutefois, je mets en doute ce résultat moi-même. Et je cherche encore où j’ai pu faire erreur.

    À alain tanguay

    Content d’avoir de tes nouvelles. Je devrais mettre la main sur cette auto dans un avenir plus ou moins rapproché…j’espère…on s’en reparle.


    • M. Descarries

      Pas payant, je comprends, personnellement, je n’en ferais pas tant. Vous devriez laisser une note en haut de la page à ce sujet.

      Merci

    • Wow ! 20 L/100 km et plus de 100 000 $ pour un véhicule dont on ne peut pas exploiter plus du dixième des possibilités de performance, le tout sans l’intégrale ni de capacité de remorquage et avec un confort moindre que dans une série 5 régulière.

      Dire qu’on critique un VUS parce qu’il fait 15 L / 100 km…

      Ce qui est aussi aberrant, c’est de penser qu’un VUS Yukon hybride (13,9 L/100 km) aura une taxe de grosse cylindrée de 156 $ tandis que la M5 qui prend 5,7 L d’essence pour la même distance sera surtaxée de seulement 73 $.

      Un autre que la taxe à la cylindrée est une farce monumentale. Taxez le produit (essence) et non le contenant (cylindrée) est plus logique.

    • Quel magnifique auto que cette M5. Votre commentaire: ” la vision nocturne de détection des piétons (que je n’ai pas essayée)” est bien bonne.
      La mustang V6 n’est certainement pas une bombe, mais devrait satisfaire son proprio dans 98% des cas. Comparé à leur ancien V6, c’est un jet! Sans oublier les quelques milliers de $$$ de sauver à l’achat.

    • Pourquoi ont-ils scrappé le look d’enfer de la Giulietta en plus de la renommer avec le nom d’un éternel citron des années 70 ? Je ne comprendrais jamais les américains. Des fois, j’ai l’impression qu’ils ont une relation “love-hate” avec leurs bagnoles.

      Intéressant de savoir que la valise d’une Mustang décapotable est relativement grande. Mais elle ne peut surement pas prendre deux sacs de golf et deux valises ? Je prévois faire un voyage de golf dans l’Ouest canadien. Une décapotable me semble un must pour passer les Rocheuses.

    • Sur la Mustang : en ville le V8 consomme bien plus. Si le terrain avait été plat aussi le V6 aurait eu encore plus d’avantage. En fait, avec nos routes et le prix du carburant, le V8 est plus souvent qu’autrement superflu.

      Sur la Spark : c’est une voiture qui ne coûte pratiquement rien à offrir et qui ne doit pas avoir une grosse marge de profit. Par contre chaque Spark vendu fait baisser la moyenne de consommation des véhicules GM (notons au passage que la consommation annoncée en ville est très bonne mais ordinaire sur route), et c’est pour ça qu’elle est offerte : ainsi fonction le CAFE.

      C’est une option plus réaliste et viable que les autres micro-voitures offertes mais on voit que la faillite de GM a fait mal : la transmission automatique à 6 vitesses en version très petits moteurs n’est pas prête et le moteur est un vieux moteur Daewoo remodeler par GM, au lieu d’un trois cylindre de 1,0 turbo DI qui aurait fait des merveilles sous le capot.

    • Les propriétaires de M3 ou M5 ne disent jamais qu’ils ont une BMW mais une M…….Je suis allé souper au Forty North la semaine passée sur la rue Principale à St-Sauveur, les M défilent, il y avait une Ferrari décapotable qui a passé devant la terrasse au moins 4 fois, les bye, bye aux serveurs fusent…
      Une chose est certaine, faut être poli avec la pédale car toute cette puissance devient dangereuse.

    • De la M5 à la Spark, le choc a dû être assez brutal, merci, quand il a été le temps de faire un essai. D’ici quelques années, si elle peut s’avérer le moindrement fiable, la Spark sera visible dans plusieurs campus scolaires québécois.
      .
      La Dart, de ce que j’ai lu ailleurs, ne se démarque pas de la concurrence. Et sa consommation de carburant serait plus élevée que celle de la Caliber. L’arrière ressemble à celui des Escort des années 90. On ne lèche pas la vitrine longtemps devant, mettons…

    • La M5 est trop “sleeper” pour moi, quand tu paie $100,000 pour une voiture tu ne veux pas en voir des pareilles a tous les coins de rue.

      Ca serait bien si vous pourriez mettre la main sur une Tesla Model S pour la comparer à la M5, les performances et le prix sont a peu près équivalents. Tesla a commencé à faire des road-test à Montréal pour les clients sérieux.

    • @ simon_c
      Ne fais pas ton surpris pour la M5, tous véhicules de cette puissance ferait la même consommation pendant ces tests et plusieurs plus encore si on parle des exotiques sportives.

      Tiens, petit comparatif avec chiffres officiels:
      BMW M5
      V8 4,4 : 560 hp, 500 lb-couple, manuel: ville 14,4 / route 9,2 // automatique: ville 9,2 /route 8,6

      Cadillac CTS-V
      V8 6,2 : 556 hp, 551 lb-couple, manuel: ville 14,9 / route 10,5 // automatique: ville 17,7 / route 10,7

      C’est le prix à payer pour avoir des véhicules de très très haute performance. Et les Corvette, Ferrari, Lamborghini et autres du genre c’est encore pire !

      Mais si tu as les moyens de te payer ce genre de véhicule, tu est supposé d’avoir les moyens de mettre l’essence qui va dedans. ;-)

      Et je suis d’accord avec toi quand tu dis “Taxez le produit (essence) et non le contenant (cylindrée) est plus logique.”

    • Oupsss, pour la consommation de la M5 automatique en ville, c’est 13,2 et non 9,2 comme je l’avais écrit dans ma réponse précédente.

    • @François_Qc : Bien d’accord avec vous. Sauf qu’on est très rapide pour critiquer les VUS, mais on laisse passer sous le radar les grosses sportives.

      La différence, c’est que les grosses sportives sont moins utiles que les VUS.

    • Nouvelle Honda Accord

      Le derrière est pratiquement une copie conforme de la Genesis sedan. Tant qu’au reste, pas de très changement. Tant qu’au WOW, ça sera pour une autre fois.

    • L’Accord avec du WOW est réservé à d’autres marché comme l’Europe. On va la voir ici, mais dans la famille Acura :-( .

    • @jeanvesti
      Le “WOW” pour un char en bas de $30K, c’est un bonus. Ca ne fait pas parti des critères de base pour moi.

    • @raoul914

      Tout est question de goût. Des séries 5, il y en a pas à tous les coins de rue à MTL. En plus, les pare-chocs modifiés lui donnent toute une allure.

      L’acheteur de M n’a pas besoin de la même reconnaissance que l’acheteur de Porsche. Les vrais connaisseurs reconnaissent instantanément la différence entre une 323, 328 ou une 335 et une M. Tout comme les vrais connaisseurs reconnaissent la différence entre une WRX et une STi, ou entre une Golf, une GTI et une R… (prix du simple au double)

    • Quelle est votre opinion ? Opterez-vous pour le nouveau Santa Fe 2.4 L Premium AWD 2013 ou pour 5 000$ de moins le Santa Fe 3.5L Limited 2012 ?

    • @patgarch
      Comme la Taurus ordinaire (27K) et la Taurus SHO (twin turbo et AWD) 40K.

    • @gl000001

      La Kia Optima, la nouvelle Ford Fusion, la future Mazda 6, la Nissan Altima( moins) je leur attribue un WOW pour leur dynamisme. Honda s’est fait critiqué pour la Civic et il arrivera la même chose avec l’Accord, il ne veulent pas prendre de chances car ils ont peur de perdre des parts de marchés aux US. En Europe, ils sont toujours plus moderne.

    • @jeanvesti
      Le “WOW” pour moi, c’est une carosserie qui flashe, qui est belle, qui se démarque. La priorité pour moi est d’avoir une bonne mécanique. C’est pour ça que je dis que c’est un bonus si on peut avoir du WOW en plus.
      Les trois voitures que vous mentionnez sont relativement anonymes (selon mes goûts). Aucun WOW là. La Giuletta en a beaucoup par-contre et la Dart beaucoup moins. Ca rejoint quand même ce que vous dites. L’Europe a plus de WOW en général.
      Et ça rejoint ce que je dissais plus haut. Les américains (en général) ne connaissent pas vraiment les voitures. Ils veulent des gros sofas roulants, étanches et insonorisés. Si ça dévie de la “norme”, c’est louche.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    octobre 2013
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité

    publicité