Éric Descarries

Archive du 1 juin 2012

Vendredi 1 juin 2012 | Mise en ligne à 11h26 | Commenter Commentaires (11)

Mustang GT et Cadillac XTS 2013

Je ne veux pas vous casser les pieds avec mes histoires de Mustang mais je viens tout juste de passer une semaine au volant de la Mustang 2013, cette fois une version GT. Si je compare cette GT à la Mustang V6 de la semaine dernière…aussi bien comparer Dr Jekyll à Mr. Hyde.

Définitivement, il y a un véritable monde de différence entre une Mustang «de base» et une GT. La Mustang de la semaine dernière avec le V6 devrait satisfaire la majorité des conducteurs de tous les jours qui recherchent un peu de plaisir au volant d’une auto. Mais, dans le cas de la GT, il faut savoir apprécier ce genre d’auto. La Mustang GT qui m’a été confiée par Ford avait nettement plus d’équipement que son équivalent avec le moteur V6…de là l’explication des quelques 20 000 $ de plus à la facture!

blog-1

Le toit de verre fait toute une différence…et que dire de la couleur? (Photo Éric Descarries)

La GT (d’un vert «pomme» qui la rendait très évidente) était mue par ce V8 Ti-VCT de 5,0 litres qui vient de gagner 8 chevaux en 2013 (passant de 412 à 420 chevaux…«big deal»!). Ce moteur était combiné avec une boîte de vitesses MT82 à six rapports qui m’a parue très précise! Le pont arrière affichait un rapport de 3.73 :1. Ce pont faisait partie d’un ensemble de performance qui incluait des freins Brembo plus imposants, des pneus Pirelli 225/40R19 et des jantes appropriées. Ce qui m’a le plus impressionné? Le toit de verre (non ouvrant) qui ajoutait 2200 $ à la facture! Et vu que la voiture était équipée d’un système de navigation, j’ai eu droit à un écran pour la caméra de marche arrière…que j’ai bien apprécié sur cette Mustang dont la visibilité arrière n’est pas des plus faciles. Toutefois, elle avait ces sièges Recaro que j’ai tant aimés sur la version de base (une option de 1000$) mais qui me demandait un peu plus d’acrobatie pour y monter ou en sortir! Ce que je n’ai pas apprécié outre mesure? La sonorisation Shaker Pro (une autre option de 1000 $!) qui pouvait faire sauter les glaces de la voiture mais dont le subwoofer prenait trop de place dans le coffre (qui n’est pas plus grand qu’il ne faut malgré qu’il soit capable de prendre les bagages des deux passagers principaux.).

blog-2

Le tableau de bord de cette GT avait une instrumentation différente incluant un système de navigation dont l’écran était particulièrement utile pour la caméra de marche arrière. (Photo Éric Descarries)

Conduire ce genre d’auto est toujours un grand plaisir, ne serait-ce que pour entendre le vrombissement des échappements sur la grand-route. Toutefois, avec la GT, ce plaisir est un peu estompé par le silence de roulement de l’auto. C’est seulement quand on sollicite l’accélérateur que le vrombissement se fait entendre. Les accélérations sont incroyables et si l’on sait manier le levier de vitesses, les reprises sont étonnantes. Mais il faut savoir garder les mains sur le volant! J’aurais bien aimé me trouver un endroit isolé pour expérimenter encore une fois le système de lancement (Launch) pour les accélérations vives. Malheureusement, il n’y a plus beaucoup de place sur nos routes pour faire de tels essais. Il y a trop de voitures sur nos routes et, même si certaines portions de route sont en meilleur état, la technologie moderne a depuis longtemps dépassé la possibilité de l’exploiter sur nos routes. Puis il y a toujours cette surveillance policière. Elle est justifiée, croyez-moi. Mais avez-vous une idée de ce qui pourrait m’arriver si un policier m’arrêtait et qu’il me reconnaissait? Je sens que je servirais «d’exemple». Aussi bien ne pas y penser…

blog-3

Le coffre n’est pas des plus vastes. Alors imaginez qu’on lui prend de l’espace pour y ajouter ce «bibelot» acoustique! (Photo Éric Descarries)

La Mustang GT Coupe Premium affichait un prix total de 49 499$ plus les 1500$ de frais de transport. Ah oui, j’oubliais. La consommation! Quand on achète une telle auto, il ne faudrait pas y porter autant d’attention car on y perdra le plaisir de la conduire. Cette GT m’a procuré une moyenne de consommation de…20,1 L/100 km (alors que le compteur au tableau de bord m’indiquait 17,9). Toutefois, je dois vous avouer que je ne l’ai pas conduite en «pépère». J’ai profité des 420 chevaux plus d’une fois, surtout à l’accélération (non, je n’ai pas senti le besoin de faire des burn-out). Mais, encore une fois, quand on se procure une telle auto, vaut mieux prévoir la possibilité de l’exploiter sur une piste de course (et c’est possible à peu de frais). On n’est plus aux années soixante….! Et c’est peut-être mieux ainsi!

blog-4

Le secret? Ce V8 de 5,0 litres qui fait 420 chevaux! (Photo Éric Descarries)

La Cadillac XTS…qu’en pensez-vous?

La semaine dernière, j’ai pris trois jours pour aller dans la région de Los Angeles afin de conduire la nouvelle Cadillac XTS, la plus grande berline de la marque qui remplace l’ancienne DTS (les rumeurs veulent qu’éventuellement, il y aura une plus grande Cadillac dans un avenir plus ou moins rapproché). De passer de la Mustang GT à la XTS, il y a toute une marge…pourtant!

blog-5

La Cadillac XTS 2013 conserve la grande calandre typique à la marque…avec l’énorme écusson en son centre (Photo Éric Descarries)

La XTS qui sera bientôt commercialisée repose sur une plateforme semblable à celle de le Chevrolet Impala. Cela veut dire qu’elle est mue par un moteur V6 (ce 3,6 litres que l’on retrouvera dans toutes les autos GM un peu comme le V6 Pentastar de Chrysler qui est dans tous les produits Chrysler) combiné à la traction avant. Pour votre information, sachez que la XTS est construite à une usine GM d’Oshawa en Ontario.

blog-6

La Cadillac XTS est construite en Ontario (Photo Éric Descarries)

Si la XTS vous semble petite, sachez que c’est une illusion d’optique car ses dimensions se rapprochent de celles d’une Audi A7. Elle affiche, toutefois, une ligne moderne qui cadre bien avec les attentes d’aujourd’hui. J’ai toujours un peu de difficulté avec la calandre dont l’écusson est beaucoup trop gros mais le reste de l’auto me semble bien exécuté. L’accès à l’intérieur est facilité par de grandes portières, surtout à l’arrière. Le reste, vous pouvez le constater comme moi. En fait, je devrais vous en reparler quand l’auto nous sera disponible pour une semaine.

blog-7

Le tableau de bord est à la fois simple et complexe. Mais il est élégant. (Photo Éric Descarries)

Ce que je ne pourrai reproduire, c’est l’essai sur route que j’ai pu faire dans les montagnes de la région de Santa Monica. Définitivement, la XTS procure une tenue de route supérieure à ce que ses prédécesseurs ont pu nous donner. J’ai pu pousser l’auto, une version Premium à traction intégrale, sur une petite route de montagne utilisant les commandes (palettes) au volant pour «jouer» avec la boîte de vitesses. Malgré son poids évident, la XTS s’est avérée une excellente routière dans un exercice que, j’en suis persuadé, aucun propriétaire de XTS ne voudra reproduire. Le V6 cependant, même s’il est très silencieux, ne sera jamais un V8!

blog-8

Peut-on s’habituer à un V6 sous le capot d’une «grande» Cadillac? (Photo Éric Descarries)

Tout y est, de la plus récente technologie des tableau de bord électronique avec affichage vidéo unique aux fonctions CUE (Cadillac User’s Experience) qui ressemblent à celles d’un téléphone intelligent à la mécanique moderne et surtout imperceptible. Il reste à voir quel genre d’impressions j’aurai après une expérience d’une semaine (au lieu de quatre ou cinq heures). Néanmoins, je dois vous avertir tout de suite, ce n’est pas la Cadillac de votre père…ou de votre grand-père!

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    juillet 2010
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité

    publicité