Éric Descarries

Archive, novembre 2010

Vendredi 26 novembre 2010 | Mise en ligne à 22h33 | Commenter Commentaires (23)

Acura CSX Type-S et retour sur la WRX-STI

D’abord, il faut que je vous dise que l’Acura CSX légèrement redessinée depuis les quelques dernières années m’avait complètement échappé. Je sais très bien que la CSX est une voiture réservée au marché canadien mais elle ne m’a jamais frappé. Sauf qu’il y a quelques semaines, je me suis rendu compte, en regardant une réclame dans un grand journal, qu’elle affichait la même calandre tant controversée des autres Acura, soit cette bande chromée unique qui ressemble à une râpe à fromage. Si cette calandre semble un peu maladroite sur certaines Acura, j’ai cru qu’elle faisait très bien à la berline CSX !

Bon! Pour le reste, rien n’a bien changé. Sauf que, grâce à Honda Canada, j’ai eu droit à l’unique version Type-S de 2010. Donc, au lieu d’un quatre cylindres de 2,0 litres de 155 chevaux (déjà plus puissant que le moteur de base de la Civic sur laquelle la CSX est basée), j’ai obtenu un moteur de même cylindrée mais qui, grâce au calage variable de ses soupapes et à quelques petites retouches techniques et électroniques, réussit à développer 197 chevaux…mais à 7 800 tours/minute ! Wôôw. Vous avez bien lu, 7 800 tours/minute! C’est qu’à bas régime, l’Acura CSX Type-S (seulement disponible avec la boîte manuelle à six rapports) n’a rien d’excitant sauf qu’elle est confortable et…bla, bla, bla. Mais si l’on pousse un peu plus l’accélérateur, c’est à 6 000 tours/minute qu’elle «prend son envol». Attention! Oui, la réaction semble vive. Mais ce que le moteur est sollicité! En fait, si vous êtes un tantinet jeune et que vous aimez le son des Honda avec un filtre à air à basse restriction, vous allez être servis. Car, à partir de ces 6 000 tours, le moteur émet un son très audible qui ressemble à un OUAAAAP dans l’habitacle. Ouais, c’est le fun. Mais c’est alors que cette Acura consomme autant que certaines autos à moteur plus imposant! Il reste qu’elle est superbement agréable à conduire, même pour un «vieux» comme moi. Et j’apprends que CSX Type S ne sera pas de retour en 2011. Est-ce parce que Honda doit redessiner sa Civic qui sert de base à la CSX et que la version Type S n’y est plus?

blog-1

Ironiquement, la nouvelle calandre de la famille Acura fait mieux à la CSX qu’aux autres modèles de la marque (Photo Éric Descarries)

Il y avait longtemps que je n’avais pas mis la main sur une Civic et pas plus sur une CSX. Pourtant, je me suis surpris à apprécier cette auto…sauf pour son tableau de bord. Je m’explique. Celui-ci, très semblable à celui de la Civic, semble tiré tout droit d’un film de Star Wars. Disons que les graphiques servant de compteur de vitesse ne m’impressionnent pas beaucoup. Trop «kitsch» à mon goût. Et dire que les critiques automobile ont «assassiné» Chrysler et GM durant les années quatre-vingt pour des «jeux vidéos» semblables au tableau de bord et qu’il acceptent ceux de Honda aujourd’hui!

Cependant, outre cela, j’ai bien apprécié ma semaine au volant de la CSX Type-S. Je ne parle plus de performances ici. Je parle d’un certain confort et surtout d’un silence de roulement (sauf le OUAAP quand je forçais la note!). En effet, trop d’autos m’ont récemment déçu car le son des roues arrière sur le pavé se répercutait vivement dans l’habitacle. Ce qui n’était pas le cas avec la Civic…euh! CSX! L’espace intérieur est vaste, la visibilité très bonne et l’assemblage exemplaire. La finition plus luxueuse est remarquable et il y a suffisamment d’espace pour les passagers d’arrière. Mais j’ai toujours un peu peur du confort des sièges de Honda (et de certaines autres Japonaises) sur de très longues distances…

blog-2

De l’arrière, il n’y a pas grand-chose qui distingue la CSX de sa proche cousine la Honda Civic sauf les feux (Photo Éric Descarries)

Inutile de vous répéter que la tenue de route de la CSX était des plus rassurantes. La direction est précise à souhait et le freinage honnête. Tout le reste, c’est tout simplement une Honda Civic mieux habillée. Pourtant, n’a-t-on pas déjà reproché à Ford d’avoir créé une Lincoln avec une Granada ? C’est un peu ce que Honda a fait avec la CSX. Tout comme Toyota le fait avec plusieurs Lexus…comme quoi les constructeurs japonais ne sont pas plus «fins» que les Américains, n’est-ce pas?

blog-3

Facile à lire, le tableau de bord de la Civic/CSX mais pas nécessairement élégant (Photo Éric Descarries)

En fin de compte, je dois vous avouer que j’ai aimé ma semaine au volant de la CSX qui m’a donné une consommation moyenne de 12,2 L/100 km, surtout en situation urbaine. Souvenez-vous des OUAAAP! Ça cause une consommation plus élevée, ces régimes de fou (entre 6 000 et 8 000 tr/mn!). Ah oui! Elle affichait un prix de presque 30 000 $, cette CSX Type-S. Un peu trop d’argent direz-vous? Peut-être. Mais si le modèle ne revient pas en 2011, cela veut dire que les propriétaires de CSX Type-S de 2010 auront en main une véritable pièce de collection. Tant mieux pour eux!

L’effet Subaru

Avez-vous vu l’effet que mon impression de conduite des Subaru WRX et STI a provoqué chez nos correspondants la semaine dernière? Ouf! Il existe encore de l’enthousiasme pour les autos…du moins pour certaines autos. Et les Subaru font encore partie de ce groupe unique. C’est pour cela que j’ai laissé ce blogue durer un peu plus longtemps cette semaine. Seulement, j’ai «accepté» certains commentaires qui frisaient l’inacceptable. Ce qui m’oblige à vous rappeler que si vous croyez que votre opinion vaut plus que celle des autres, au moins, ne soyez pas insultants.

En ce qui me concerne, je crois toujours que les Subaru sont des autos agréables à conduire et peut-être à posséder. Mais ce n’est pas la première (ni la dernière) fois que j’entends des commentaires négatifs, voire même vitrioliques sur la marque. Je connais personnellement des gens qui ont possédé des Subaru et qui n’en auront plus jamais (un gars se «tanne» au troisième moteur d’Impreza en moins de deux ans et vend l’auto immédiatement après la pose du troisième moteur ce qui lui a permis l’argument d’un «moteur neuf» pour sa vente!…D’autres se sont «tanné» de faire réparer les freins…enfin, chaque marque connaît ses déboires). Certains ne jurent que par leur Subbie même s’ils ont connu des problèmes. Au moins, la marque demeure une icône dans l’industrie.

blog-4

Pour les mordus de Subaru, le constructeur dévoilait le prototype de ce que serait l’Impreza à venir au récent Salon de l’auto de Los Angeles

Ça me fait penser à une autre marque japonaise très connue qui, malgré les nombreux rappels et les histoires d’horreur d’accidents mortels dus à des accélérateurs collés continue de passer des réclames à la télé disant que telle ou telle organisation a déclaré ses véhicules les plus sûrs et les plus fiables sur le marché. C’est assez pour vous écoeurer de ces supposées organisations soi-disant neutres et honnêtes. Mais il y a encore des gens qui n’achèteraient rien d’autre que des Japonaises (pourtant, de ces temps-ci, il y a des constructeurs nord-américains qui produisent des véhicules spectaculaires!). Et dire que Volkswagen s’en mis en tête de devenir le numéro un mondial d’ici 2018!

Tiens, il y a ce certain cousin dans ma famille qui ne jure que par une certaine marque européenne avec laquelle il a eu tant de problèmes et qui est encore décriée de nos jours par des clients qui sont «tannés» de payer si cher chez les concessionnaires. Il jure qu’il n’achèterait jamais de véhicule américain…pourtant, il se cherche un VR fiable…mais, surtout pas Américain…comment le conseiller?

Des fois, c’est trop drôle. Il y a quelques années, une de mes connaissances ne voulait plus rien savoir des Américaines (il n’avait pas eu de problèmes…c’est qu’autour de lui, tout le monde lui disait qu’une auto américaine, ce n’était pas bon!). Il m’annonce donc qu’il venait de s’acheter une Japonaise et qu’il ne le regrettait pas. Il me montre sa Japonaise…une Mazda Tribute! Dieu que j’ai eu de la difficulté à lui prouver que c’était un véhicule assemblé chez Ford aux États-Unis avec, de surcroît, des éléments mécaniques de Ford dont le V6.

Je ne m’éloigne pas du sujet. C’est juste pour vous dire que la perception que nous avons de certains véhicules peut être biaisée. Oui, je l’avoue, j’aime bien les produits américains…mais pas tous…comme j’aime certains produits japonais…mais pas tous…et certains produits européens…mais pas tous! C’est tout simplement une question de perception. Tiens, vous souvenez-vous des Ford Tempo et Mercury Topaz? Combien de gens (et surtout de journalistes) n’auraient jamais voulu se faire voir au volant de ces autos? Et pourtant, on en voit encore régulièrement sur nos routes même si leur production s’est terminée en…1993? Et toutes ces Cavalier qui sillonnent toujours nos routes?  Ne manque plus que les Dodge Aries et les Plymouth Reliant…mais je dérape.

Tout cela pour dire…je me demande si mon article sur l’Acura CSX Type-S soulèvera autant de passion? Je ne crois pas…Pourtant, c’est une Japonaise !

Une première neige

Vendredi matin, nous nous sommes levés avec un centimètre ou deux de verglas au sol. Rien de bien excitant, c’est comme cela depuis des milliers d’années chez nous. Mais alors, pourquoi nos routes n’étaient-elles pas préparées en conséquence? C’est en écoutant les nouvelles et surtout les commentaires et critiques à la radio que je me suis rendu compte que les services d’entretien des routes tant provinciaux que municipaux n’étaient pas prêts pour cette petite intempérie. Résultat? Des autos accidentées à la dizaine, il y a même un ou deux blessés graves, des gens qui ont chuté et un service de transport en commun qui, au niveau des bus de la métropole, a été complètement paralysé pendant des heures. «On» n’était pas prêt! Pas prêt, le 25 novembre? Voilà une insulte à l’intelligence! Qui plus est, on nous sert comme excuse que le sel n’aurait pas fait effet pour des raisons de plus en plus discutables. Allez dire cela à ceux qui ont endommagé leur véhicule et à qui il coûtera plus cher de réparations que de revenus pour cette journée. À lire toutes ces réunions qui ne servent à rien et tous ces offices gouvernementaux qui se traînent les pieds mais qui n’hésiteront pas à blâmer tout le reste du monde pour ces dommages…Un bon conseil. Quant, à la radio, on vous dit un matin que les routes sont impraticables et que déjà, il y a plusieurs accrochages et accidents, aussi bien rester chez vous, vous déclarer malades et risquer une coupure de salaire plutôt que payer des milliers de dollars de dommage. Rester pris et brûler une transmission automatique? Rien de moins que 2000 $! Et cela, c’est pour une voiture bien ordinaire! Ah oui! Avez-vous installé vos pneus d’hiver? Le 15 décembre, c’est bien trop tard. L’hiver chez nous, ça commence à la fin d’octobre. Ça fait au moins soixante ans que je le sais, moi! Comment cela se fait-il que trop de mes «concitoyens» ne le sachent pas encore?

Petit note : il se peut que vos commentaires ne soient pas publiés aussi rapidement que d’habitude au cours des prochains jours. Écrivez quand même, je les publierai un peu plus tard!

Lire les commentaires (23)  |  Commenter cet article






Mercredi 17 novembre 2010 | Mise en ligne à 22h58 | Commenter Commentaires (39)

Subaru WRX et STI et un magasin de bonbons !

Certains lecteurs et participants à ce blogue commençaient à être à la fois inquiets et impatients d’avoir mon opinion sur les plus récentes Subaru WRX et STI. Donc, après avoir conduit les deux autos en août dernier à Calabogie en Ontario, tant sur piste que sur la route, j’ai repris possession des deux modèles la semaine dernière dans la région de Montréal.

J’ai d’abord mis la main sur une WRX Limited, une belle berline de 37 995$ dont les lignes extérieures adoptent désormais le même style que celui de la STI sauf pour l’aileron arrière plus bas. Évidemment, on remarquera les ailes élargies et les boucliers plus agressifs. Sous le capot, on retrouve le même quatre cylindres à plat turbocompressé de 2,5 litres mais qui fait 265 chevaux. Sur ma voiture d’essai, il était combiné à une boîte manuelle à cinq rapports qui se manipulait très facilement. Évidemment, la WRX demeure une auto à quatre roues motrices (ou à traction intégrale à visco-coupleur, si vous préférez) d’une répartition 50/50.

J’avais déjà roulé au moins une centaine de kilomètres l’été dernier avec la WRX et je m’étais déjà rendu compte que c’était une berline sportive dont la suspension était plutôt rigide. Inconfortable? Peut-être si vous êtes un peu douillet (ou si vous roulez sur les «belles routes» de certains coins de province) mais on s’y fait rapidement. On ne peut qu’apprécier la direction précise et la puissance linéaire du moteur.

blog-1

Noua avons longuement essayé la WRX dans la région de Calabogie en août dernier (Photo Éric Descarries)

Question consommation (il faut avouer que la WRX fonctionne mieux à l’essence super) j’ai obtenu un chiffre de 12,65 L/100 km mais surtout en condition urbaine. Malheureusement, malgré un intérieur assez agréable (le même que celui de l’année dernière), les échappements (au son dit «sport») se sont avérés très bruyants à un certain régime et définitivement désagréables à un niveau de couple spécifique. En fait, la vibration intérieure était tout simplement dérangeante! Outre cela, la voiture est une berline sport recommandable…mais pas autant que la STI!

blog-2

La STI devant le vignoble de la Rivière du Chêne à St-Eustache…il n’y a pas qu’en Californie qu’il y a de bons vignobles. (Photo Éric Descarries)

La STI

En effet, malgré son moteur beaucoup plus évidente du même quatre cylindres de 2,5 litres turbo (il fait 305 chevaux au lieu de 265), la WRX STI d’essai qui me fut proposée en milieu de semaine s’est avérée aussi plus silencieuse et plus agréable que la WRX Limited. Et c’était une STI de base! Cette fois équipée d’une boîte à six rapports, les échappements, quoique tout aussi «sport» que ceux de la WRX, émettaient un son nettement moins envahissant dans l’habitacle. Cette STI affichait, elle, un prix de 37 995 $, soit 2000 $ de moins que l’année dernière (une STI toute équipée vaut 43 000 $!) et elle fonctionnait aussi à l’essence super. Évidemment, à ce prix, on obtient une STI en version berline (la grande nouveauté de 2011), la version hatchback se présentant avec un prix de base de 38 895$. Pour les mordus de chiffres de consommation, j’ai fait une moyenne de 13,22 L/100 km (le tableau de bord indiquait, lui, une consommation de 12,2 L/100 km!) mais avec une plus grande proportion de conduite sur autoroute (un de mes confrères s’est plaint d’une consommation de plus de 16 L/100 km en ville!).

blog-3

Un intérieur avec des sièges offrant un bon support latéral pour la STI (photo Éric Descarries)

Mais alors, j’ai préféré la STI, non pas pour son surcroît de puissance mais surtout pour son comportement routier et son plus grand silence de roulement. De plus, la STI est équipée d’une commande à la console qui permet de choisir plus de puissance et un mode de traction qui peut varier de 50/50 à 41/59 pour la conduite sportive, un accessoire qui n’est pas nécessairement indispensable mais qui est agréable si l’on sait l’utiliser avec parcimonie.

blog-4

C’est ce petit moteur (mais au fait, où est-il?) qui anime la STI (il est sous le radiateur de l’interrefroidisseur…)

Ce que je n’ai pu faire cette semaine, je l’ai déjà fait sur la piste de Calabogie près d’Ottawa en août dernier. En effet, j’ai eu la chance de conduire la STI sur piste et croyez-moi, grâce à sa suspension améliorée, à son système de distribution de la traction (mentionné plus haut) et aux pneus Dunlop de très haute performance, on obtient une véritable petite auto de course qui pourrait très bien battre des bolides de compétition d’il y a quelques années ! Tout y est, de la puissance à la tenue de route au support latérale des sièges. Malheureusement, ces remarques ne sont pas vérifiables sur les routes publiques (elles pourraient l’être mais c’est à vos risques…et peut-être à ceux des autres automobilistes!). Néanmoins, l’auto demeure intéressante et surtout très rassurante à conduire. Évidemment, j’aurais bien aimé la conduire en hiver (j’imagine que les pneus d’hiver sont assez coûteux pour cette auto) car je crois que la STI est plus l’image d’une voiture de rallye (comme elle l’a déjà prouvée) que celle d’une auto de course.

Ah oui! L’auto (WRX ou STI) est logeable et elle offre, dans sa version berline, une bonne visibilité (même malgré l’aileron surélevé de la STI). L’ensemble est relativement confortable et on obtient un coffre arrière bien utilisable. Recommandable? Certainement. Mais vous devez vous préparer à vivre avec une berline sportive disons…un peu plus robuste que la moyenne des compactes du genre. Mais en ce qui a trait à la conduite…enfin…il faut se surveiller pour ne pas dépasser les limites permises!

Un magasin de bonbons

Je n’ai pas eu la chance de vous en parler la semaine dernière mais au moment de revenir à Montréal suite aux présentations de Dodge et de Chrysler en Californie, le constructeur nous recevait pour une dernière fois dans un petit musée privé situé à une dizaine de minutes de route de l’aéroport de San Francisco. Le petit établissement que j’ai visité à la sauvette s’appelait The Candy Store (il existe un véritable magasin de bonbons à San Fran qui s’appelle aussi The Candy Store…mais ce n’en est pas le cas…!). Le nom avait été choisi en référence à une expression américaine qui dit «To feel like a kid in a candy store» ou «Se sentir comme un enfant dans un magasin de bonbons». Et c’est ce que j’ai vécu durant le court temps où j’y étais (et que je me promets de revenir!). En effet, dans le Candy Store, on y retrouve une collection privée d’une trentaine d’autos dont certaines sont très rares.

blog-5

Quelques-unes des belles voitures du Candy Store…(Photo Éric Descarries)

blog-6

Une superbe Jaguar SS100 (photo Éric Descarries)

blog-7

Une très rare Ferrari 330 GTC (photo Éric Descarries)

blog-8

Une de mes préférées, une Lincoln Cosmopolitan 1950 préparée pour la course Carrera Panamericana mexicaine. (photo Éric Descarries)

blog-9

Et une Corvette de course autrefois pilotée par Dick Gulstrand…(photo Éric Descarries)

À atchoum

Non, il n’y a pas de hayon de prévu dans la gamme de Chrysler 200 à venir. Mais il y a un cabriolet à venir!

À alrod 260

Pourtant, j’ai bien apprécié la conduite de la CR-Z…

À blueprint

La plateforme de la Grand Cherokee serait partagée avec une ML à venir et celle de la Durango avec celle d’une GL à venir selon les présentateurs de Chrysler. C’est ce qui nous été répété dernièrement.

À benlevelo

Encore une fois, je reste persuadé qu’une CR-Z avec un quatre cylindres Honda moderne serait plus efficace et certainement pas plus énergivore que l’ensemble hybride actuel qui exige un surplus de poids dû aux batteries, entre autres!

Lire les commentaires (39)  |  Commenter cet article






Vendredi 12 novembre 2010 | Mise en ligne à 16h23 | Commenter Commentaires (19)

Honda CR-Z et Chrysler, beaucoup de nouveaux Chrysler

J’attendais cette auto avec impatience. En effet, après avoir connu l’époque des superbes petites Honda CR-X des années quatre-vingt, je me demandais comment le constructeur japonais allait reproduire l’enthousiasme que l’auto originale soulevait. Honda Canada m’a donc prêté une de ses premières CR-Z Hybrides pour une semaine.

D’abord, il faut avouer que la CR-Z affiche une ligne superbe, quelque chose qui, à mon avis, manquait chez ce constructeur depuis quelques temps. Et les multiples gens qui ont vu la voiture et qui m’ont fait part de leur admiration pour son style en sont une preuve vivante. Cependant, il y a un petit bémol à apporter à cette exécution. La belle grande lunette arrière peut sembler spectaculaire, elle n’aide pas beaucoup à la visibilité arrière. Puis, il y a ces grandes portières qui ne facilitent pas l’accès (ou la sortie) de l’auto dans des endroits serrés.

blog-1

Il faut avouer que la petite Honda CR-Z a toute une ligne! (photo Éric Descarries)

blog-2

La lunette arrière est spectaculaire mais la visibilité, vous vous en doutez, y est sacrifiée (photo Éric Descarries)

Le moteur à quatre cylindres de 1,5 litre de 122 chevaux et 128 lb-pi de couple qui anime cette petite auto à traction avant vient combiné à un moteur électrique intégré (IMA) de 13 chevaux (mais de 58 lb-pi) ce qui procure à la CR-Z des performances intéressantes…en autant que l’on choisisse la bonne fonction. En effet, la CR-Z est la seule voiture hybride avec une boîte manuelle à (six) rapports mais ses performances sont sujettes à un choix d’économie de carburant du conducteur. À la gauche du tableau de bord se trouvent trois commandes, Économique, Normale et Sport. Si l’on choisit la première, l’auto est nettement moins performante mais sa consommation en est modérée. Le moteur s’éteint de lui-même lorsque l’auto est arrêtée à un feu rouge mais il repart aussitôt que l’on presse l’accélérateur ou l’embrayage. En fonction Normale, la CR-Z est relativement rapide mais en fonction Sport, elle devient la petite auto de sport que je recherchais. Sauf que…

blog-3

L’intérieur est bien conçu et bien aménagé pour deux personnes mais les sièges manquent de confort (photo Éric Descarries)

Sauf que j’ai utilisé la CR-Z pour aller au salon CamExpo de Québec et, malgré que le petit coupé fût agréable sur la route, le siège du conducteur ne m’a pas paru adapté à une longue route. En quelques heures, une douleur a envahi ma fesse et ma cuisse de droite et ce, malgré l’utilisation du régulateur de vitesse! Puis, outre cette visibilité arrière difficile, ce que j’ai trouvé de déplaisant, c’est ce pommeau de levier de vitesses dont la partie supérieure en métal était trop froide à basse température. Il me fallait un gant ou, comme me le faisait remarquer un des mes amis journalistes de Toronto, Jim Kenzie, peut-être que Honda sera le premier constructeur à proposer un levier de vitesses chauffant!

blog-4

Le hayon soulevé, on ne profite quand même pas de beaucoup de coffre (photo Éric Descarries)

Blague à part, j’ai bien aimé la petite auto pour son allure sportive. Mais je ne suis pas certain qu’il lui faille cette fonction hybride pour se distinguer. Honda pourrait très bien vendre des CR-Z avec une mécanique plus conventionnelle comme celle de la Civic Si plus puissante (et l’auto serait plus légère vu qu’elle n’aurait pas de batteries). Je crois, sans diplôme d’ingénieur, que la CR-Z serait aussi économique, moins coûteuse et plus rapide! Ah, ce qu’il faut endurer des bonzes du marketing.

blog-5

Le petit quatre cylindres profite de l’aide d’un moteur électrique intégré (photo Éric Descarries)

Le tableau de bord «futuriste» de la CR-Z est facile à lire alors que le compteur de vitesse affiche très lisiblement celle à laquelle nous roulons. Les sièges, hélas, ne sont pas créés pour de longues distances, je le répète. Il n’y a pas de place à l’arrière, que deux trous pour le «rangement» et le coffre n’est pas des plus utiles non plus n’offrant qu’une petite portion pour des objets qui doivent être camouflés.

Autrement, la CR-Z est plaisante à conduire, je l’avoue. Son freinage est adéquat et sa tenue de route (appuyée des pneus Dunlop Sport) est remarquable. Ma voiture d’essai affichait un prix de 23 400 $ (sans la configuration hybride, il me semble que l’auto pourrait se vendre autour des 20 000 $ et devenir une icône dans l’industrie automobile).  J’ai obtenu une consommation moyenne de 6,56 L/100 km sur quelque 700 km en conduite en ville et sur autoroute sans «rouler en fou» !

Oui! La CR-Z est une voiture sport amusante. Mais ce que j’aimerais voir Honda en offrir une version plus «performante» comme je l’ai expliqué plus haut…(soupir!)

Des Dodge et des Chrysler impressionnantes

Je reviens tout juste d’un programme de Chrysler en Californie. En fait, je crois que je devrais dire un des plus impressionnants programmes de Chrysler depuis un bon bout de temps!

En effet, Chrysler vient de se sortir d’une tempête. La marque nous revient avec des véhicules aux lignes reconnaissables mais dont la technologie en a été transformée. Il faut dire qu’il y a des hommes et des femmes extraordinaires qui ont tout fait pour garder la marque vivante. Parmi ceux-là, il y a l’Italien Sergio Marchionne (qui a travaillé longtemps à Toronto et qui connaît encore plus le domaine de l’auto que je ne le pensais!) et l’ex-Montréalais Ralph Gilles, un Haitien d’origine qui maîtrise «notre» français mais qui est un mordu de l’auto. Ajoutons-y une foule de designers incluant l’Allemand Klaus Busse dont la culture est plus américaine que teutonne.

blog-6

La grande vedette de Dodge sera certes le nouveau VUS Durango avec lequel Mercedes-Benz partagera des éléments de base (photo Éric Descarries)

Chrysler lancera donc sous peu une gamme renouvelée dont les vedettes seront les Dodge Charger redessinées (dont la tenue de route et la qualité de construction sont tout simplement extraordinaires…et je ne mâche pas mes mots!), des Grand Caravan tout simplement renversantes, de nouveaux VUS Durango à sept passagers dont la plateforme sera ultérieurement utilisée par Mercedes pour ses nouveaux GL (le prix des Durango sera au moins de la moitié de celui des GL…), des Challenger plus puissantes mais moins énergivores et des Avenger tout simplement éblouissantes sans, toutefois, changer de robe. Du côté de la marque Chrysler, vous noterez la version redessinée de la Town & Country et une toute nouvelle Chrysler 200 qui remplacera la Sebring. Peut-être que la caisse originale de la Sebring ne vous emballera pas. Mais la mécanique (dont le quatre cylindres de 2,4 litres maintenant disponible avec une boîte auto à six rapports) vous surprendra, surtout au niveau de la suspension qui permet une tenue de route digne des meilleures européennes…oups! Il y a un embargo et je ne peux vous en dire plus. Mais sachez au départ que 26 des 30 bagues (bushing) de la suspension originale ont été changées sur les Sebring…pardon, Chrysler 200 et Avenger!

Notez que la grande vedette de cette présentation, c’est le moteur V6 Pentastar de 3,6 litres qui en surprendra plus d’un comme il l’a fait pour moi dans une Challenger sur la piste de course d’Infinion Speedway dans la région de Napa Valley.

J’espère pouvoir vous en dire plus sur chaque véhicule au cours des mois qui suivront. Car il s’agit d’au moins huit véhicules. Et d’autres suivront. Voici, en attendant, un petit photoreportage de ce voyage.

blog-7

Le pilote montréalais Kuno Wittmer, pilote de Dodge Viper en SCCA World Challenge était mon instructeur à la piste d’Infineon en Californie (photo via Eric Descarries)

blog-8

Totalement redessinée, la nouvelle Dodge Charger se comporte comme une voiture de très haut de gamme. D’ailleurs, plusieurs d’entre nous avons vécu la même réaction : on ne se pensait pas à bord d’une Dodge! L’auto est photographiée devant le Skywalker Ranch de Georges Lucas en Californie. (photo Éric Descarries)

blog-9

Une vue de loin, très loin, du Skywalker Ranch de Georges Lucas sur Lucas Drive en Californie (photo Éric Descarries)

blog-10

Sans qu’il n’y paraisse trop, le VUM Journey de Dodge a été profondément retouché, surtout au niveau de l’intérieur et de la suspension. Et les prix seront plus qu’abordables! À surveiller! (photo Éric Descarries)

blog-11

La Chrysler Sebring (berline) n’est plus. Vive la nouvelle Chrysler 200 dont une version cabriolet nous arrivera au printemps. (photo Éric Descarries)

blog-13

Les Dodge Grand Caravan (et Chrysler Town & Country) ne seront mues, à partir de maintenant, que par le spectaculaire moteur V6 de 3,6 litres du constructeur! (photo Éric Descarries)

blog-12

Le directeur de la marque Dodge, Ralph Gilles, qui a passé une grande partie de sa jeunesse à Montréal (Saint-Laurent), est responsable du design des véhicules de la marque. Il parle aussi un bon français «de chez nous»!

Une Nissan de police?

Attention Lavallois, j’ai vu de nouveaux véhicules dans la cour du poste de police du boulevard St-Martin et il y avait…un Nissan Cube tout blanc avec gyrophares et inscriptions «Police de Laval» sur les portières. Beau coup de publicité ou de marketing ou encore de relation publique. Mais imaginez-vous de vous faire tasser au volant de votre Mustang ou de votre Camaro par la police de Laval à bord d’un…Cube!

À python

Vous ne comprenez rien à l’art…les feuilles mortes sur le plancher de la Mercedes, c’était pour illustrer l’automne…

À jon8

Il serait préférable que vous passiez chez votre concessionnaire Mercedes-Benz pour faire emplir votre réservoir d’urée. Les avertissements peuvent mener à une grande difficulté à faire démarrer la voiture. Quant à l’achat d’urée de l’extérieur…attendez un peu…«l’aftermarket» n’y est pas encore prêt!

Lire les commentaires (19)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    novembre 2010
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité

    publicité