Éric Descarries

Archive du 10 septembre 2008

Mercredi 10 septembre 2008 | Mise en ligne à 13h42 | Commenter Commentaires (17)

Longue ballade en Subaru Outback PZEV


 

J’ai toujours eu un petit penchant pour les produits Subauru, c’est su de tout le monde et ce, malgré leurs petits défauts et les petits problèmes (certains étaient gros) qu’ils ont donnés au cours des ans. On dirait que Subaru propose encore des voitures amusantes à conduire (sauf, peut-être la Tribeca…). J’ai donc enfin pu mettre la main sur une Subaru Outback PZEV. Faut dire que j’ai eu quelques demandes de la part de lecteurs à ce sujet. J’ai utilisé cette belle familiale pour aller à Watkins Glen dans l’état du New York la semaine dernière où se déroulait le US Zippo Grand Prix pour voitures de courses anciennes. Je capotais…Mais j’y reviens plus loin.

 

 De Montréal à Watkins Glen, c’est environ six heures de route. Il m’a fallu passer par la très triste 401 (en Ontario, on a commencé à fermer les «Rest Area» pour soi-disant les rénover) jusqu’aux Mille-Îles et j’ai traversé le fleuve pour prendre l’Interstate 81 vers le sud. Je me suis dirigé vers Ithaca,  New York pour y passer la nuit (un Comfort Inn propre et confortable à 85$ la nuit… sortez votre carte du CAA si l’on vous demande si vous êtes membre du Triple A ou AAA) et reprendre la route de campagne vers la piste de Watkins Glen le lendemain. J’ai vu tout ce que je voulais voir en matière de voitures le vendredi des essais et, en fin de journée, je suis remonté vers le New York Thruway par la route des vins (faut voir les vignobles sur le bord du Lac Seneca dans cette région des Finger Lakes) pour reprendre le chemin du retour via Syracuse, le pont de Mille-Îles et la tristounette 401 (Dieu que c’est long le soir entre ce parc des Mille-Îles et la frontière du Québec!).

 

blog-11.jpg

 

J’ai conduit cette Subaru Outback PZEV sur plus de 1200 kilomètres sans me fatiguer (Photo Éric Descarries)

 

J’ai fait ce voyage au volant de cette Outback PZEV à traction intégrale me souvenant que j’avais fait le même voyage il y a deux ans avec une Outback à moteur à six cylindres et avec une Buick Enclave l’année dernière. La fonction PZEV veut dire Partial Zero Emitting Vehicle ou, en français «Émission partielle certifiée». En fait, le moteur à quatre cylindres à plat de 2,5 litres de cette auto (170 chevaux et 170 livres-pied de couple) élimine presque tous ses polluants incluant les vapeurs de carburant répondant aux exigences très strictes du CARB (California Air Ressource Board). Au Canada, ce véhicule est plutôt considéré comme SULEV (Super Ultra Low Emitting Vehicle) qui est 90% plus propre que la plupart des autres moteurs sur le marché. On le dit même plus propre qu’un hybride électrique. TROIS HOURRAS POUR LES COWBOYS!…Excusez…

 

Excusez mon «engouement». Parce que, sur la route, on sent absolument rien de tout cela. Notez que le principe PZEV (qui sera certainement exploité par plusieurs constructeurs sous peu…d’ailleurs Ford nous avait déjà présenté une Contour (vous vous souvenez?) PZEV en format prototype il y a plusieurs années) est plus utile en ville que sur la route (quoiqu’il soit louable dans les deux cas!). On ne sent rien et c’est tant mieux. Car mon Outback de milieu de gamme a superbement bien fonctionné…tout comme je m’y attendais. Le moteur est parfois un peu juste mais il fait son travail correctement. Il émet une son raisonnable et, ma foi, pas désagréable dans l’habitacle. La boîte de vitesses automatique à quatre rapports est appropriée mais j’ai l’impression que Subaru travaille sur des boîtes de vitesses à six rapports ou plus, ce qui devrait nous donner une consommation de carburant encore plus impressionnante. La PZEV qui m’a été prêtée m’a donné une consommation de 7,99 litres au 100 kilomètres pour ce voyage (ATTENTION! Il s’agit ici d’un voyage à 90% sur autoroute à 110-120 km/h). Il y a deux ans, le Subaru Outback à moteur à six cylindres m’avait donné une consommation de 9,2 L/100 km et l’année dernière, la Buick Enclave avait fait 11,2 L/100 km. En fait, là où je veux en venir, c’est que les constructeurs d’automobiles sont capables de construire des véhicules à moteur à combustion interne qui consomment peu et qui ne polluent presque pas. Moins de 8 litres au 100 et presque pas de pollution….il est difficile de faire mieux. Il reste le problème urbain. Mais cela se règle facilement. Si vous n’aimez pas l’auto et que vous devez voyager en ville, prenez le transport en commun. Moi, j’aime l’auto et je «m’endure».

 

blog-31.jpg

 

PZEV veut dire Partial Zero Emitting Vehicle ou, en français, Émission partielle certifiée (photo Éric Descarries)

 

En passant, la Subaru Outback PZEV est très confortable pour de longs voyages. Le grand toit panoramique en verre permet à la lumière de pénétrer dans l’habitacle jusque tard dans la journée. La climatisation était facile à équilibrer (surtout quand on voyage seul) mais j’aurais bien aimé la radio satellite XM qui brillait par son absence (malgré un bouton qui marquait «satellitte»). Je me suis gâté avec cela depuis le temps et j’en ai découvert son utilité en voyage. Tout ce qui revenait à la radio «normale», c’était le discours de John McCain et les conditions économiques du Canada sous le gouvernement Harper. J’avais-ti hâte d’entendre le son des «vieux chars de course».

 blog-21.jpg

 

 

La Subaru Outback PZEV à Watkins Glen (Photo Éric Descarries)

 

Pourquoi ces anciennes?

 

Je m’arrête quelques secondes pour vous faire partager ma passion des courses d’automobile. La plupart d’entre vous savez que je suis in mordu de NASCAR dont je sui l’analyste à RDS. Mais je suis aussi mordu de «vintage racing», ces courses de voitures anciennes qui mettent en vedette mes rêves de jeunesse. En effet, je rêve toujours de ma Cobra. Mais ce que j’adore voir courir les Corvette, Mustang, Cobra, Ford GT, MacLaren T70, Ferrari et autres des années soixante et soixante-dix et les MGB, Mini-Cooper, Lotus Super Seven, Porsche, Alfa Romeo, Sprite et autres voitures sports des années cinquante et soixante. C’était le bon vieux temps où il fallait «conduire» une auto. Pas d’ABS, pas de servo-direction, un confort minime, l’habitacle à découvert…on était loin de se douter des multiples autos sans «feeling» qui nous envahissent de nos jours…

 

 blog-51.jpg

 

 blog-61.jpg

 

blog-42.jpg

Les courses de «vintage racing» sont devenues les troisièmes en importance de compétition automobile aux États-Unis. (photos Éric Descarries)

 

Réponses

 

Ce que j’aime lire vos débats. Dans la plupart des cas, votre correspondance me semble plus intéressante que celle des Car and Driver, Motor Trend et Road & Track sans saveur. La passion de l’auto semble vivre encore dans ce blogue. Il est vrai que l’on discute souvent de consommation (c’est différent des «horsepower de taverne» de mon temps) mais il y a des arguments intéressants dans vos écrits.

 

À Raoul 914

 

Pourquoi 914? Cachez-vous une ancienne Porsche 914 dans votre garage?  En passant, plus de camions sur nos routes? Parmi les multiples chapeaux que je porte, je suis aussi à l’Echo du Transport (un des plus beaux magazine de mécanique-auto-camions-etc au Québec) où il est question de poids lourds. J’ai un infini respect pour les camionneurs et je n’hésite jamais à dire que notre économie nord-américaine roule sur 18 roues. Ne l’oubliez jamais. Cette bonne laitue vert que vous dévorez en hiver, bien, elle vous vient de Californie grâce à un camionneur, bien souvent québécois. Pourquoi ces camions-remorques sont si gros? Parce qu’il y a une importante pénurie de camionneurs en Amérique du Nord…et la plupart des conducteurs ne sont pas payés à leur juste valeur, surtout les conducteurs-propriétaires…Comme le dirait mon ami Brad Diamond de l’émission Motoring 2009..«Don’t get me started!»

 

À Simon_c

 

Bon calcul. C’est pourquoi les Américains achètent des pick-up et des camions de poids mi-moyen à essence. La courte distance qu’ils feront avec leur véhicule (parfois moins de 10 000 km par année) ne justifierait jamais les 6 000 ou 7 000$ de plus pour un moteur diesel. Ah oui, en Europe, n’oubliez pas le support des gouvernements pour diminuer le prix du «gazole» (de l’anglais gas-oil) ou carburant diesel. Chez nous, ce sont les automobilistes et les camionneurs qui doivent supporter les gouvernements (et les pétrolières) avec les surtaxes. Le jour où les camionneurs décideront de faire la grève pour faire baisser le prix des carburants (ils l’ont fait en Europe, c’est ce que je lis dans France Routes), ils obtiendront peut-être de l’aide. Mais alors, (lisez ma réponse à Raoul 914) votre laitue risque d’être moins fraîche ! Le Tundra diesel? Faudrait que Toyota règle d’abord les problèmes de fiabilité de la camionnette et que ses ventes reprennent!

 

À Python

 

Pas compliqué mon cher Python. Le design des autos se ressemble d’une marque à l’autre tout simplement parce que les concepteurs doivent se fier à des ordinateurs pour obtenir des coéfficients de pénétration idéaux. Et vu que les ordis sont tous de la même configuration, ils ne peuvent que donner la même réponse. Pas surprenant que les véhicules rétros (Mustang, Challenger, New Beetle, Mini, Jeep Wrangler) demeurent longtemps populaires!

 

À Milaq

 

Bonne observation. Je suis aussi un amateur de Jeep Grand Cherokee turbodiesel. Mais je vous fais remarquer que le Mercedes-Benz GL 450 que j’ai conduit l’année dernière était à sept passagers. Le Grand n’en accepte que cinq. Et dire que les Européens ont droit à un Jeep Commander turbo diesel comme celui que j’ai conduit en France à un Camp Jeep en juillet 2007…

 

Lire les commentaires (17)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    septembre 2008
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives