Éric Descarries

Archive, septembre 2007

Mercredi 19 septembre 2007 | Mise en ligne à 15h06 | Commenter Commentaires (11)

Mustang, pneus d’hiver et courrier

Ah! Nostalgie, quand tu nous tiens!

 

Je viens de passer une semaine au volant d’une Mustang GT cabriolet. Évidemment, j’entends déjà des tollés concernant la surpuissance, la consommation, etc. Et je suis d’accord…en partie!

 

En effet, j’ai été «élevé» dans le monde des «pony cars» et des «muscle cars». Oui, je suis un de ces «damnés» baby-boomers qui était un adolescent durant cet «âge d’or» de la performance à outrance. De tous les véhicules que j’ai admirés à cette époque, il ne reste plus que la Mustang. Il y a bien la Cobra mais dans son cas, j’ai l’impression que personne ne me blâmera de toujours aimer ce bolide. Mais, quant à la Mustang…je ne suis pas certain.

 

Est-ce que je m’achèterais une Mustang GT? Peut-être…Mais ce serait un cabriolet d’abord et avant tout. Il y a plusieurs points attirants dans une Mustang GT. Il y a d’abord sa ligne à la fois moderne et rétro qui a su faire l’unanimité. Puis, il y a la puissance du V8 de 4,6 litres qui, pour un moteur très courant, est à la fois performant et fiable. Mon cabriolet d’essai était équipé d’une boîte manuelle qui me permettait d’exploiter ce moteur à souhait. Il me permettait aussi d’entendre le son magnifique d’un V8. Et ça, même plusieurs de mes amis qui ne sont pas des amateurs de voitures (encore moins de voitures de performance) «capotaient» en entendant ce V8 vrombir. Ce son demeure particulier!

 mustang.jpg

Malgré tout, la Mustang GT demeure fascinante (photo Éric Descarries)

 

Question tenue de route, la Mustang GT a certaines limites qu’il faut savoir respecter. Mais elle demeure facile à conduire. Il est certain que des gens de mon âge connaissent un peu la limite de tels véhicules et savent la respecter. Puis, à plus de 45 000 $, je doute que bien des jeunes «écervelés» soient capables de se la permettre (ils devront attendre trois ou quatre ans qu’elle soit disponible comme voiture usagée…et encore !). Ce qui est plaisant avec cette voiture américaine, c’est qu’on peut la conduire très normalement à basse vitesse sans utiliser toute la puissance mais qu’on peut aussi se «payer la traite» quelques fois. Il faut aussi mentionner que les pneus BF Goodrich g-Force T/A ont leur mot à dire quant au comportement routier de cette auto.

 

Non, je ne l’ai pas essayée sur une piste. Je l’ai fait bien souvent dans le passé avec diverses versions de Mustang. Je n’en ai profité que comme si elle m’appartenait. Lors de mon essai, j’ai cumulé une consommation de 17,6 litres au 100 km soit environ 16 milles au gallon. Pas fantastique, dites-vous? J’en conviens. Mais ceci correspond à de la circulation toujours urbaine…et pas toujours raisonnable. Sur l’autoroute, la consommation est plus raisonnable. Mais je n’ai pas fait cet essai pour prouver l’économie de cette auto. Je l’ai fait pour mon plaisir!

 

Des défauts? Oui. J’en ai trouvé! Il y a avait, par exemple, un petit craquement agaçant au tableau de bord. Puis, la glace du passager faisait un léger bruit de claquement au vent avec la capote abaissée. Ah oui! Cette dernière prenait du temps à descendre. Mais il y avait quand même un peu de place à l’arrière (parfait pour les enfants et ceux-ci peuvent bine voir à l’extérieur car le siège n’est pas trop bas!) et la malle est quand même logeable. Mais ce qu’il y en a des Mustang sur la route!

 

Camaro et Challenger?

 

Chevrolet a annoncé la production de la nouvelle Camaro (construite au Canada…à Oshawa, Ontario!) et Chrysler a aussi annoncé la production de la Challenger à Brampton Ontario. Une bonne idée? Pas certain! Je vous avoue que le prototype de la nouvelle Camaro ne m’emballe pas. Trop stylisé. Celui de la Challenger est plus beau. Mais moins original. GM et Chrysler devraient noter que les ventes de Mustang ont ralenti. Serait-ce que les «baby boomers» qui voulaient d’une Mustang l’ont tous eue? Je me souviens du dévoilement du proto de la Camaro au Salon de Detroit. Il y avait là tout un groupe d’amateurs de Camaro (t-shirt à l’appui) qui criaient «Build it, build it!» (Construisez-la!). Mais c’étaient des «baby boomers» qui avaient déjà leur propre Camaro ancienne. En achèteront-ils une autre ? Pas certain. Quand à la Challenger, il semble que Chrysler veut en faire une voiture de luxe à tirage limité. Un dossier à suivre…

 

Des pneus d’hiver pour Patrick

 

Patrick Nolin (qui signe «patno») a le choix entre trois marques de pneus d’hiver pour sa Matrix 2008, le Gislaved Nord*Frost 5, le Nordman 2 et le Goodyear Ultra Grip Ice.  Lequel choisir? Ce sont trois bons produits. Je connais moins le Nord*Frost 5 car il est tout nouveau mais les proprios de Volvo qui équipent leur auto de Gislaved n’ont que de bons mots pour ces produits. Le Nordman est une ancienne version de Nokian qui a fait ses preuves mais qui risque d’être un peu bruyante. Quant au Goodyear, lui aussi a fait ses preuves mais sa technologie commence à dater. Cependant, un des points qui jouent en sa faveur, c’est qu’il est un produit courant que l’on peut retrouver un peu partout en cas de remplacement immédiat (pneu déchiré ou accident). Quant à une capacité de charge supérieure (95 au lieu des 89 recommandés par Toyota), il en faut pas s’en faire outre mesure. Le comportement de l’auto en sera-t-il changé? Il faut comprendre ici que tout pneu d’hiver est un COMPROMIS. Dans certaines situations, le comportement sera affecté mais fort possiblement pas au point où vous allez le constater. En passant, merci de vos bons souhaits et de vos bons mots!

 

Réponse à sim_car

 

Merci de votre remarque. Cependant, notez que je ne critique surtout pas la consommation de carburant des moteurs GM dont la plupart est très raisonnable. Dans le cas du Buick Enclave, je souligne qu’un V8 serait préférable en cas de remorquage car trop souvent, des gens sont venus à moi après avoir acheté un véhicule à moteur V6 qui, aussi puissant fut-il, s’est avéré moins efficace au remorquage. D’autre part, je suis capable de distinguer la consommation selon la configuration du véhicule. Si un quatre cylindres consomme trop, je le souligne. Si un V8 de performance consomme, je ne m’en plains pas. J’ai toujours dit que lorsqu’on achète une automobile ou une camionnette, on devra débourser. Si l’on veut rejoindre l’idéal…alors, il y a l’autobus et le métro. Quant à moi…j’aime bien les autos!

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






Mardi 11 septembre 2007 | Mise en ligne à 23h05 | Commenter Commentaires (3)

Buick Enclave, Watkins Glen et un départ…

L’impressionnante Buick Enclave

 

Il n’y a pas si longtemps, il était question des VUS multisegment GMC Acadia et Saturn Outlook dans ce blogue. Par conséquent, il me semblait redondant de parler du Buick Enclave puisque ce véhicule est tout simplement la «troisième personne» de ce modèle. Détrompez-vous, l’Enclave est tout simplement différent.

 

Oui, l’Enclave partage une grande partie de son architecture avec les GMC Acadia et Saturn Outlook. Mais ce Buick va au-delà de tout cela. D’abord, regardez bien la carrosserie et vous constaterez que l’Enclave affiche des lignes uniques plus élégantes, plus élaborées. Puis, il y a l’intérieur. Les dessinateurs de Buick se sont certes surpassés donnant à ce produit Buick une allure distinctive et plus poussée. Un seul coup d’œil au tableau de bord est suffisant pour comprendre le travail qui y a été accompli. La finition de bois, les touches d’aluminium brossé et les plastiques «recherchés» donnent à ce Buick une finition difficilement retrouvable sur d’autres produits du genre. Notre voiture d’essai était équipée de six sièges aux coutures précises et distinguées. Les deux sièges du centre et les deux d’arrière se rabattent facilement sans l’aide de moteurs électriques. Ajoutez à cela un système de navigation facilement lisible (et très utile lors de notre voyage aux États-Unis), un lecteur DVD avec téléviseur pour les passagers d’arrière et une climatisation relativement précise.

 blog-1.jpg

Il est plus grand qu’il n’y paraît, le Buick Enclave (photo Éric Descarries)

 

Une mécanique intéressante

 

Le VUS Buick Enclave (il est gros, très gros…même qu’il semble plus gros que la Ford Freestar de ma femme!) partage ses éléments mécaniques avec ceux des GMC Acadia et Saturn Outlook. Sous le capot se trouve un V6 de 3,6 litres qui fait 275 chevaux combiné à une boîte automatique à six rapports. Le Buick Enclave peut être livré avec la traction avant ou la traction intégrale.  C’est cette dernière version que nous avons conduite. Si ce moteur relativement moderne peut nous sembler économique (il nous a donné 11,2 litres au 100 km ou environ 25 milles au gallon, surtout en grand-route), il manquait néanmoins de puissance aux reprises. En fait, le V8 de 5,3 litres dont il a déjà été question dans une hypothétique version Super ne pourrait être que bienvenue.

 

Nous avons utilisé le Buick Enclave pour aller au Zippo U.S. Grand Prix à Watkins Glen dans l’État du New York (oui, c’est vrai que les routes de l’Ontario et du New York sont plus belles que celles du Québec…on s’en rend compte en passant les lignes Québec-Ontario!) et on ne pouvait choisir mieux pour un tel voyage. Le Buick Enclave a beau être plus imposant, il est aussi plus doux et plus silencieux que la plupart des véhicules de sa classe. Il n’y a que la transmission automatique qui nous a semblé hésitante à changer de rapport au moment où l’on s’y attendait! Si les accélérations du V6 semblaient appropriées, ses reprises étaient plus timides! (Oui, vivement un V8!). Par contre, le confort et la tenue de route étaient au rendez-vous. Ce que j’ai bien aimé? Les phares très puissants lors de notre retour de nuit! Ce que j’ai le moins aimé? Le rayon de braquage beaucoup trop grand! Une petite option intéressante? La caméra de recul intégrée à l’écran du système de navigation…et la radio XM avec sa musique d’époque!

blog-2.jpg

C’est à bord d’un Buick Enclave que nous sommes allés à Watkins Glen (photo Éric Descarries)

 

Mon verdict concernant le Buick Enclave? Ce n’est certes pas ce genre de Buick endormant dont on pourrait se méfier. D’ailleurs, avec l’arrivée des Buick Allure Super (à moteur V8) et Lucerne Super, on sent un regain de vie au sein de la marque. En passant, notons la disparition des Rendezvous et Rainier mais célébrons l’arrivée de l’Enclave. Sauf qu’à 59 000$…ça fait beaucoup de sous!

 

Watkins Glen…si vous aimez les anciennes

 

C’est l’année dernière que j’ai découvert le Zippo US Vintage Grand Prix, un évènement annuel qui se déroule à l’incroyable circuit de Watkins Glen dans l’état du New York, une sort de «course» qui met en vedette plus de 400 autos de course anciennes incluant, vous devriez vous en douter (j’ai, vous le savez, un penchant pour ces légendaires voitures), des Cobra et des Ford GT40 des années soixante. Il y avait aussi sur piste des Bugatti des années trente, des Formule Un et 5000 des vingt dernières années et des Mustang, Camaro, Corvette et ainsi de suite.

blog-4.jpg

Des Cobra, il y en avait à Watkins Glen (photo Éric Descarries)

blog-3.jpg

Si vous aimez les Bugatti françaises, il faut les voir à Watkins Glen (photo Éric Descarries)

 

Évidemment, il y avait des Anglaises, beaucoup d’Anglaises, des Mini, des Sprite, des MGB et qu’un seul québécois, Maryo Lamothe. Mais ce qu’il y a d’intéressant, c’est que ce US Vintage Grand Prix se déroule au travers au travers un festival dans le village même de Watkins Glen incluant la reproduction d’un Grand Prix d’époque dans les rues sillonnant le bucolique village à la pointe sud du Lac Seneca le vendredi de l’évènement.

blog-5.jpg

Maryo Lamothe était le seul représentant québécois au US Vintage Grand Prix (photo Éric Descarries)

 

Elle est partie…

 

Elle est partie exactement 58 ans jour pour jour après m’avoir mis au monde, cet amateur d’automobiles de 85 ans qu’était ma mère. Je viens de perdre mon meilleur «fan», on vient de perdre une femme qui aimait bien regarder les courses de Formule Un et de NASCAR non seulement à la télé mais aussi sur place. Bon repos, Germaine…

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






Dimanche 2 septembre 2007 | Mise en ligne à 16h03 | Commenter Aucun commentaire

La Grosse Affaire

Vous vous souvenez de mon essai de la petite Ford Ranger d’il y a quelques semaines ? Je récidive mais cette fois, avec un gros pick-up, un très gros pick-up, le Ford F-350 Super Duty! Incidemment, si vous êtes plus intéressés par les petites voitures économiques, ne vous offusquez pas! Sachez que les ventes de camionnettes représentent presque la moitié des ventes des véhicules neufs au pays! Et je suis un des rares journalistes à s’y intéresser de puis plus de vingt cinq ans. Je me sens donc un peu «responsable» de servir les amateurs de tels véhicules. Depuis ce temps, les camionnettes pick-up ont évolué d’une façon extraordinaire. Et de plus en plus de gens les utilisent non seulement pour leur commerce, mais aussi pour leur utilisation personnelle et pour leurs voyages. Et à cette fin, ils veulent un véhicule luxueux, confortable et puissant!

Le «gros» F-350 qui m’a été prêté par Ford était l’exemple parfait de ce que plusieurs gens recherchent. C’était un Super Duty à quatre portes bon pour cinq passagers, six à la rigueur. Il affichait le plus empattement possible et les roues arrière double qui lui permettraient l’installation d’une sellette servant à tirer des remorques d’un maximum de 18 700 livres! Sous le capot se cachait le tout nouveau V8 Power Stroke turbodiesel de 6,4 litres produits par International. Il fait 350 chevaux et 650 livres-pied de couple ! Il remplace l’ancien V8 Power Stroke de 6,0 litres qui a donné tellement de fil à retordre aux propriétaires de Super Duty du passé, au point même où cela a mené Ford et International en cour! Spécifions tout de suite que ce moteur est une option de 7775 $ sur le prix de base de 51 999 $ du F-350 Super Duty 4 x 4. Ajoutez-y 1935 $ pour la boîte automatique à cinq rapports et 4765 $ pour la finition King Ranch qui inclut un des plus beaux intérieurs en cuir de l’industrie! Prix total du véhicule d’essai avec toutes ses options? 74 939 $!

blogue-1.jpg

Ce gros Ford Super Duty luxueux valait près de 75 000 $ (Photo Éric Descarries)

Silencieux et rapide

J’ais donc mis la main sur cette «Grosse affaire» pour monter directement de Montréal à Ottawa. Disons qu’il faut quelques minutes pour s’habituer aux dimensions impressionnantes du véhicule. Aux intersections, il faut avancer un peu en ligne droite puis donner un bon coup de roue pour tourner sans que les roues arrière n’accrochent quelque chose sur leur passage. Incidemment, le nouveau V8 diesel est tellement plus silencieux que ses prédécesseurs, même au démarrage. Le claquement caractéristique aux diesels n’y est presque plus, pas plus que la fumée nauséabonde. Malgré le poids très élevé du camion, on atteint facilement le cap des 100 km/h en moins de neuf secondes! Faut le faire. Et sur l’autoroute, non seulement le moteur demeure-t-il silencieux, mais ses possibilités de reprises sont impressionnantes (en passant, mon camion d’essai venait des usines Ford au Michigan et il avait un compteur de vitesse gradué jusqu’à 100 m/h…ce que le F-350 peut faire allègrement!). J’ai aussi conduit un autre F-350 avec une remorque de 12 000 livres en remorquage et je peux vous dire que le V8 est aussi à l’aise au travail. Je suis certain que vous vous demandez quel genre de consommation que l’on peut atteindre avec un tel monstre? La consommation moyenne de ce F-350 a été de 17,2 litres aux 100 km soit environ 17 milles au gallon. Pas si mal compte tenu de la vocation de ce très gros véhicule! Notons qu’il y avait plus de grand-route que de ville dans ce calcul.

Question confort, le F-350 King Ranch donne difficilement sa place. Voilà un véhicule idéal pour les grands voyages avec une remorque. Notons que Ford l’avait équipé d’usine des connexions et commandes pour les freins électriques des remorques. Il ne manquait que la télé pour passagers d’arrière, mais c’était à cause du toit ouvrant optionnel qui prenait toute la place. Incidemment, si jamais ça vous intéresse ce F-350, puis-je vous suggérer fortement d’opter pour le 4 x 4 (il existe en deux roues motrices) car selon mes expériences passées, il faut un 4 x 4 pour rouler sur les routes enneigées avec ce genre de «gros truck»!

blogue-2.jpg

Faut voir l’intérieur d’un Super Duty King Ranch (Photo Éric Descarries)

Ce qu’on est CONS!

Je m’excuse auprès de tous les automobilistes (et je m’inclus dans le groupe) mais on est vraiment CONS! Jeudi, l’essence était à 0,97$ dans Laval. Elle grimpe tout soudainement à 1,11 $ (j’ai même vu 1,14$!) le litre le vendredi juste avant le grand week-end! Pourtant, il n’y a pas eu de gros ouragans dans le Golfe du Mexique? Ni de tempête de neige en vue (watchez-ben l’hiver qui s’en vient), ni d’explosion de violence en Extrême-Orient, ni de tremblement de terre ni même de bombe atomique! Et on nous explique dans les journaux que c’est une incertitude du marché qui a causé cette augmentation surprise. Et on avale cela comme des cons…la bouche grande ouverte! De plus, nos gouvernements nous disent que c’est normal! Pas surprenant, ils collectent des taxes sur notre dos encore! Samedi matin, je pars de Laval vers Sainte-Julienne pour une réunion de voitures spectaculaires (les Cobra de Pigeon Performance où l’on amassait des fonds pour la Fondation de la recherche sur les maladies infantiles) puis que vois-je de l’autre côté de la rue? Le poste Esso de Sainte-Julienne qui affiche…0,97$ le litre! Même chose pour l’Ultramar plus loin! Quoi? Pas d’incertitude du marché à une demi-heure de route de Laval? Et vous me dites que les porte-parole des pétrolières ne sont pas des MENTEURS! Ces gens ne devraient même pas se montrer à la télé ou parler aux médias quand il y a une telle hausse. Il en va de leur réputation personnelle! Comment ne pas les traiter de MAUDITS MENTEURS? Et nous, on paie sans mot dire. Pourquoi tous les mouvements de protestation (boycottages et autres) ne fonctionnent-ils pas ? Parce qu’on est vraiment CONS. Moi y compris! Ce qu’on est esclaves de cette maudite essence!

blogue-3.jpg

Au moins, il y avait de superbes bolides à la petite exposition de Pigeon Performance à Sainte-Julienne (Photo Éric Descarries)

D’accord avec Michel Tanguay

Je suis d’accord avec vous Michel! La course de NASCAR à Montréal a été un succès (fort possiblement grâce à l’apport de Patrick Carpentier) mais il faudra travailler encore très fort pour répéter ce succès l’an prochain. Il y aura peut-être d’autres Québécois qui s’ajouteront? Qui sait? Cependant, j’aimerais donc que de gros, de très gros commanditaires s’intéressent à lui pour la série. S’il est capable d’attirer une telle foule, on devrait comprendre qu’il nous représente si bien!

Les fourgonnettes ne sont pas mortes

J’ai lu la réaction de certains lecteurs concernant la consommation de notre fourgonnette. On s’aperçoit que la fourgonnette n’est pas morte! J’ose espérer que les constructeurs vont continuer de nous en offrir. Félicitations Chrysler pour le retour de nouvelle Grand Caravan) à un prix raisonnable! Et j’insiste sur le terne «prix raisonnable»! Car les multisegments, la nouvelle vague de l’auto, ne nous offrent certes pas les mêmes avantages!

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    mars 2008
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité

    publicité