Éric Descarries

Archive du 11 juillet 2007

Mercredi 11 juillet 2007 | Mise en ligne à 18h32 | Commenter Commentaires (6)

Mazdaspeed3 et les lois du Québec

C’est un peu parce que notre lecteur Nouepeyiô me l’avait demandé que je sois retourné essayer la Mazdaspeed3. En fait, j’avais conduit la petite voiture quelques minutes lors d’un évènement majeur mais je ne l’avais pas demandée pour une plus longue période de temps. Là, je l’ai fait et, tout compte fait, je ne suis pas mécontent du conseil que j’avais donné à notre lecteur.

 

En fait, je ne lui avais pas conseillé! Il avait le choix entre cette Mazda, une Legacy familiale et une Volvo V50. Pourquoi pas la Mazdaspeed3? Parce que vivre avec cette auto et une petite famille et les obligations de tous les jours, il serait mieux avec une voiture plus «conventionnelle». Comprenons-nous bien, je n’ai rien contre la Mazdaspeed3. Elle est tout simplement impressionnante. Et elle est tellement plaisante à conduire. Mais rouler un «hot-rod» à l’année longue? Avec une famille?  Pas sûr….

 

Si vous êtes jeune et que vous désirez une véritable petite bombe qui est en même temps un véhicule relativement «pratique», la Mazdaspeed3 est pour vous. Mais il vous faudra user d’un peu de discernement avec l’accélérateur sinon, «quetchink-quetchink» le carburant…et les contraventions! Et avec les lois qui s’en viennent…

 

De base, on voit bien que la Mazdaspeed a la caisse de la Mazda 3 Sport avec tous les avantages que cela apporte (dimensions «urbaines», quatre portes, hayon et espace de chargement pratique). Sous son capot se trouve le quatre cylindres MZR à injection directe qui équipe aussi les Mazdaspeed6 et les CX-7. Dans le cas de la 3, il développe 263 chevaux et 280 livres pied de couple. Évidemment, il est combiné à une boîte manuelle à six rapports (qui m’a parue meilleure que les autres boîtes mécaniques de Mazda mais qui était encore un peu récalcitrante). Et la traction avant. J’aurais bien aimé qu’elle fût à traction intégrale, cette Mazdaspeed3, elle m’aurait semblée plus équilibrée. Mais je comprends que Mazda ait voulu en garder les coûts à un niveau raisonnable. De toutes façons, il est facile d’atteindre le cap des 100 km/h en moins de sept secondes…quand on réussi à garder les pneus au sol! En effet, 263 chevaux aux roues avant, c’est du «power» ça, monsieur. Mais la mécanique ne réagit pas toujours de la même façon. Parfois, on pouvait y sentir un effet de couple (mais il n’était pas aussi agressif que prévu). Parfois les roues avant se mettaient à sauter. C’est un peu la faute des gros pneus Potenza RE050A qui ont du mordant. Par contre, ce sont ces mêmes pneus qui donnent à cette voiture une tenue de route exceptionnelle lorsqu’on la pousse. Mais encore une fois, malgré le beau travail de Mazda du côté des suspensions, il faut le bon endroit pour pousser une telle auto. Quant à moi, il m’est facile de trouver quelques minutes sur une piste de course (grâce à cette profession). Mais ce n’est pas permis à tout le monde à moins d’appartenir à un club qui loue une piste pour du «lapping».

 mazdaspeed3.jpg

La petite Mazdaspeed3 est une bombe amusante à conduire sauf que…(photo Éric Descarries)

 

 

L’intérieur de la petite voiture est bien aménagé alors que Mazda lui a installé un pédalier en aluminium et des carpettes bien identifiées. L’auto serait confortable si nos routes le permettaient. Mais voici pourquoi je suis content de ne pas l’avoir recommandée à un père de famille comme M. Nouepeyiô (j’espère avoir bien épelé le nom…encore une fois!). Je demeure dans Laval et souvent, je dois prendre la voie de service de l’autoroute Laval (440) entre Pie-IX et des Laurentides. C’est une route idéale pour tester les suspensions et avant longtemps, seuls les tout-terrains pourront l’utiliser tant elle est mauvaise. Mais ce n’est pas le genre de route pour la Mazdaspeed3 (et il y en a des routes du genre au Québec!). Je crois qu’à la longue, on se «tanne» d’une suspension aussi rigide. Puis, il y a les grosses roues et les pneus surdimensionnés, des P215/45R18. Pour y ajouter des pneus d’hiver, il faut payer des 275$ par pneu au moins (Pirelli ou Blizzak) ou choisir un pneu avec un indice de vitesse moindre. Au moment d’écrire ces lignes, il n’y avait pas encore de roue d’acier équivalente mais je me doute qu’une jante de 17 pouces pour Mazdaspeed 6 pourrait faire. Enfin…

 

Question de consommation, j’ai fait une moyenne de 12 litres au 100 km, ce qui donne 23 milles au gallon. Le moteur peut s’avérer très docile en ville mais Bon Dieu qu’on est tenté de le solliciter. Évidemment, le son peut devenir envahissant. C’est plaisant lorsqu’on est seul mais moins drôle pour les passagers. Le prix? 30 995 $ plus les frais de livraison et les 100$ de taxe d’accise pour le climatiseur (une taxe qui remonte aux années soixante-dix lors de la première crise du pétrole…et pourtant, personne ne la conteste même si les voitures modernes consomment presque la moitié moins que les gros V8 du temps!). Enfin, oui, la Mazdaspeed3 est une vraie petite bombe que j’aimerais recommander…mais comme deuxième, troisième ou quatrième voiture…

 

Les nouvelles lois

 

Quelques gens m’ont demandé mon avis sur les nouvelles lois que Québec veut imposer aux automobilistes. Yves Boisvert de La Presse écrivait mercredi le 11 juillet que les mesures de la Ministre des Transports n’emballent pas les chroniqueurs automobile. Dans mon cas, cher collègue, elles me plaisent. Depuis déjà un bon bout de temps que je conduis avec un écouteur à l’oreille pour mon cellulaire (je crois qu’ainsi, je ne suis pas plus dangereux que lorsque je parle à un passager et de toutes façons, je ne compose jamais en roulant. Je m’arrête au besoin. De plus j’évite les conversations trop longues en promettant de rappeler. Ou, encore une fois, je m’arrête). Je serais peut-être plus drastique quant à la surveillance des conducteurs en état d’ébriété (comment cela se fait-il qu’il n’y ait pas plus de polices le samedi soir? Comment se fait-il qu’il y ait tant de récidivistes sur la route? Faudra-t-il qu’un juge ou un ministre perde un être cher à cause de l’un d’eux avant que les lois changent ou soient mieux appliquées? ). En ce qui a trait à la vitesse, je laisse cela à la discrétion de certains bons conducteurs en autant qu’ils se rendent compte que l’excellente tenue de route de leur bolide ne peut compenser pour des routes endommagées. Mais que ça m’insulte de voir des autos de police rouler bien au-delà de la vitesse limite sans gyrophares. J’en ai même vues, il n’y a pas longtemps, rouler à plus de 110 km/h dans des zones de construction identifiées à 80 km/h, A-t-on le droit de les dénoncer? Ça m’écoeure!

 

Il ne reste que les radars photo. Là, je n’embarque pas! Ce ne sont pas sur les autoroutes que l’on constate les gros accidents avec décès. C’est sur les routes secondaires où la vitesse tue…et bien souvent avec de petites autos dont on vante la tenue de route. Une voiture a une belle tenue de route si la route est bien faite et que le pavé est parfait. Pas sur nos routes de campagne sinueuses. Allez en Allemagne où l’on roule à plus de 200 km/h sur les Autobahns mais où les vitesses limites sont respectées (voire même surveillées) sur les petites routes.

 

Je reviens d’un voyage en France où l’on vante les mérites du radar photo. Sur l’autoroute menant vers Marseilles, mon chauffeur de taxi roulait (pendant plus d’une heure) à plus de 150-160 km/h (dans une zone de 120) avec sa Passat familiale diesel. Mais il ralentissait lorsque les panneaux indicateurs signalaient l’approche d’un radar photo. Il y a même une fois qu’il a dû freiner presque en panique parce que la circulation ralentissait trop vite!  Lâchez-moi avec les radars-photo sur les Montréal-Québec et ainsi de suite. Ce n’est qu’un moyen d’engraisser les coffres de l’État. Voyons plutôt aux routes secondaires et ajoutons-y des policiers…surtout pour l’alcool! Et tant qu’à ramener les cours de conduite, pourquoi ne pas y ajouter des cours de conduite de performance sur piste de course (question de montrer à un conducteur novice les limites d’un véhicule et bien souvent les grandes capacités des pneus et suspensions qui peuvent sauver une situation au lieu d’un freinage en catastrophe qui déséquilibre une auto), et sur pavé mouillé. J’ajouterais même quelques minutes au volant d’un poids lourd  pour vivre la situation lorsqu’on les coupe impunément sur les autoroutes pour constater comment le conducteur doit faire des efforts incroyables pour ne pas causer une catastrophe. Ça, on s’en reparle?

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  •  

    publicité

  • Calendrier

    juillet 2006
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité

    publicité