Éric Descarries

Archive, février 2006

Dimanche 26 février 2006 | Mise en ligne à 13h50 | Commenter Aucun commentaire

Histoire de trucks

Lexus ou Freightliner

Vous savez certainement que j’ai un penchant pour les camions, des camions de toutes grandeurs. La semaine dernière, j’étais invité par Toyota Canada pour essayer la nouvelle Lexus RX350, un véhciule construit aux usines de Cambridge en Ontario (la seule Lexus qui n’est pas faite au Japon!) et qui connaît un succès énorme en Amérique du Nord. Passant de 3,3 à 3,5 litres, le V6 de la RX350 fait maintenant 270 chevaux au lieu de 223. Et il est combiné à une boîte automatique à cinq rapports ce qui lui permet des performances nettement plus rassurantes! Lexus a également ajouté beaucoup d’éléments d’insonorisation à cet utilitaire multisegment pour le rendre encore plus silencieux et confortable. Malheureusement, il neigeait, ce qui nous a empêché de faire des essais d’accélération prévus sur une piste d’attérrissage mais, néanmoins, il était facile de constater le gain de puissance du véhicule à traction intégrale. Notons en même temps que la climatisation y a été révisée (vous comprendrez que nous ne l’avons pas essayée en hiver!) et que la pompe de la servo-direction a été retouchée pour plus de précision. Ce fameux RX350 demeure un des choix les plus recommandés par toutes les publications spécialisées dans le domaine. Son prix de base, au Canada, est de 51 550$. D’autre part, je me suis tapé , jeudi et vendredi dernier, sept heures de vol aller, sept de retour, pour aller tester les tout nouveaux moteurs Detroit Diesel à Portland en Oregon. Faut le faire! Tout cela pour trois heures de route! En passant, si vous ne l’avez pas compris, il s’agit ici de tracteurs poids lourds de grand-route. C’est une autre de mes spécialités, un domaine qui, contrairement à celui de l’automobile, exige beaucoup de connaissances techniques. En d’autres mots, il peut sembler facile pour n’importe lequel petit nouveau de s’instituer “journaliste automobile” (essayer de lancer une berline sportive dans une courbe ne tient pas nécessairement du génie!), ce n’en est pas le cas pour les poids lourds. Question conduite, il faut vraiment une formation (que je ne maîtrise malheureusement pas pour les routes publiques!) mais question connaissance, il faut plus que mémoriser les communiqués de presse des constructeurs. Le monde des camions poids lourd subit présentement de grandes transformations techniques pour répondre aux nouvelles normes antipollution et sécuritaires. C’est donc un domaine fascinant! Cette fois, j’ai eu droit à une ballade de trois heures à bord d’un beau Freightliner Columbia bien chargé (je n’ai pas le permis CDL ou Commercial Drivers’ Licence pour conduire sur les routes américaines) mû par un nouveau moteur Detroit Diesel Series 60 avec filtre à particules pour empêcher la suie de s’échapper par les échappements. Un ordinateur portatif y avait été installé pour que l’on puisse se rendre compte du travail de ce filtre, une dépense supplémentaire pour les propriétaires de parcs de camions. Et ce sera obligatoire pour 2007…en attendant les autres nouvelles normes de 2010! Ce camion roulait avec le nouveau carburant diesel à faible teneur de souffre qui s’en vient et qui permettrait d’importer (enfin) plusieurs véhicules à moteur diesel d’Europe. Incidemment, Freightliner et Detroit Diesel appartiennent au groupe DaimlerChrysler qui inclut les Mercedes-Benz et voitures de Chrysler. Il a été fortement question du principe Bluetec de Mercedes dont nous aurons la chance de parler sous peu. En attendant, je ne peux que me remémorer l’excellente balade en Freight avec Alain Merkel, l’ingénieur d’origine française qui m’était attitré. Dieu, ce que j’en ai appris des choses! Lire le reste de cet article »

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 22 février 2006 | Mise en ligne à 22h32 | Commenter Aucun commentaire

Un mois en Subaru

Legacy et WRX à l’essai

Au travers les quelques voyages que j’ai faits ce mois-ci, j’ai pu essayer au moins trois véhicules Subaru, soit une berline de base Legacy à moteur quatre cylindres atmosphérique et transmission automatique, une familiale Outback avec moteur à quatre cylindres atmosphérique et boîte manuelle et une excitante WRX à boîte manuelle. Il est facile de comprendre l’engouement de plusieurs automobilistes pour les produits Subaru. Leur motricité aux quatre roues leur permet des prouesses incroyables sur la neige ou la glace. Heureusement que les voitures de presse de Subaru sont équipées de pneus d’hiver, dans ce cas, des Bridgestone Blizzak très efficaces. J’en ai surtout vécu l’expérience sur la route demi-enneigée, demi- glacée qui relie Mont-Tremblant à St-Donat (quelqu’un a-t-il découvert le numéro de cette route?). Ma Legacy Outback y était tout à fait à l’aise…et surtout rassurante. Quant à la WRX, quel petit bijou. Heureusement que Subaru a modifié la ligne du couple du moteur de cette sportive berline. On en sent maintenant la puissance à tous les régimes. Les seules notes négatives: une direction trop tendre et…un son de moteur auquel j’ai de la difficulté à m’habituer. Outre cela, je n’ai pas eu à trop me plaindre. Même la consommation m’a parue…normale!En passant, avez-vous regardé le Daytona 500? Que d’action! J’aime tellement mieux la NASCAR que la Formule Un! Lire le reste de cet article »

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Samedi 18 février 2006 | Mise en ligne à 23h31 | Commenter Aucun commentaire

Toute une semaine!

Plus de considération pour la Lexus RX350

Toute une semaine. Ceux qui croient que le métier de chroniqueur automobile est un job de rêve doivent y penser à deux fois. En tout cas, ce n’est pas un job de 9 à 5! Après m’être tapé la semaine dernière (lundi et mardi avec Pneus Continental à Tremblant, mercredi à Chicago au Salon de l’auto, jeudi à Chicago avec camions International, de retour par avion vendredi et samedi au Challenge sur glace à Sherbrooke), voilà que cette semaine, je me suis envolé mardi pour Toronto pour le salon international canadien de l’auto, j’ai passé jeudi avec Lexus pour la nouvelle RX350, puis je me suis envolé pour Daytona le même jour et j’ai passé une journée à la piste avec les gens de camions Freightliner pour une présentation spéciale incluant des entrevues avec les pilotes. Je suis revenu samedi pour préparer le Daytona 500 que je commenterai le dimanche à RDS! Et vous m’enviez?Outre cela, j’aimerais revenir sur la Lexus RX350. Je viens de me rendre compte cette semaine que cet utilitaire multisegment est construit au Canada depuis 2003 pour le marché nord-américain. C’est la seule Lexus qui n’est pas (complètement) faite au Japon! De plus, c’est le véhicule le plus vendu de la marque. Les nouveaux clients de la RX350 apprécieront certes la puissance renouvellée de ce véhicule qui passe de 223 à 270 chevaux avec un couple qui augmente de 242 à 251 livres-pied. Qui plus est, selon Lexus, le RX350 serait moins énergivore que le 330 grâce à sa boîte automatique maintenant à cinq rapports! L’usine ontarienne de Cambridge construit quelque 73 000 RX par année, ce qui est remarquable! Et dire que plus de 62% du contenu est canadien (selon les normes de l’ALENA!). Parmi les multiples modifications apportées à cette auto, notons une meilleure insonorisation et un système de navigation très efficace. Nous avons fait quelques heures au volant de la nouvelle RX350 (malgré la neige et la pluie verglaçante) et l’expérience fut des plus intéressantes. Notons que Toyota Canada qui avait mis ces autos à notre disposition les avait chaussées de pneus Bridgestone Blizzak appropriés pour la circonstance. La RX350 a aussi subi 34 modifications telles que suggérées par la clientèle et 5 par les normes gouvernementales. Mais ce qui est le plus intéressant, c’est que le prix de base de la RX se situe maintenant à 51 550$ alors que la version de luxe est à 54 500$ et la version Premium à 56 550$. L’Ultra Premium est à 64 050$ Lire le reste de cet article »

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    février 2006
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728  
  • Archives

  • publicité

    publicité