L'auto blogue

Archive de la catégorie ‘Denis Arcand’

Lundi 1 décembre 2014 | Mise en ligne à 19h00 | Commenter Commentaires (17)

Une appli géniale qui comprend les panneaux de parking

Même Stephen Hawking aurait de la misère.

Même Stephen Hawking aurait de la misère.

DENIS ARCAND -

Comprendre quand et où on peut stationner dans certaines rues montréalaises requiert un quotient intellectuel d’au moins 145 ou beaucoup d’application et d’intuition.

Einstein aurait-il su stationner à Montréal ?

Ce Prix Nobel aurait-il su stationner sans ticket à Montréal ?

Même quand il y a un parcomètre, c’est loin d’être toujours clair.

Mais plus besoin d’être un génie pour éviter les contraventions. La nouvelle version de lappli « P$ Service mobile » promet de décrypter même la signalisation la plus alambiquée imaginée par la Ville de Montréal sur ses panneaux.

Lapplication gratuite compatible sur iPhone, BlackBerry et Android « a pour but de faciliter la compréhension du stationnement pour lautomobiliste », a annoncé Stationnement de Montréal, la pieuvre administrative créée pour encaisser largent du parking dans la ville aux 100 000 parcomètres.

L'application anti-ticket P$ Service Mobile

L'application exégète P$ Service Mobile.

Désormais, avant de verser son tribut dans le gobe-sous, on peut inscrire le numéro de la place convoitée sur son téléphone, puis appuyer sur le lien « Tarification et réglementation » pour savoir tout ce quil faut pour éviter une contravention dans cette place de stationnement. Par exemple, sil est interdit dy stationner entre 15 h 30 et 21 h à tous les premiers vendredis du mois tombant sur une date impaire, de décembre à avril les soirs de pleine lune quand le Canadien joue à Boston, cette période sera ombragée en rouge et affichera l’indication « Stationnement  interdit ».

Si le stationnement est permis, l’appli P$ Service Mobile vous précisera à quel montant s’élève votre contribution au trou sans fond des finances publiques municipales, ainsi que la période autorisée, dont la fin correspond à l’instant où une Aubergine pourrait surgir de nulle part pour vous en coller une entre le pare-brise et l’essuie-glace.

Bote techno 1er dcembre - Application P$ Service Mobile.jpg

Lire les commentaires (17)  |  Commenter cet article






Vendredi 28 novembre 2014 | Mise en ligne à 21h48 | Commenter Un commentaire

L’avenir dans le rétroviseur

Il L'avenir vole bas

L'avenir vintage ne vole pas, il lévite avec sérénité.

DENIS ARCAND -

Avez-vous remarqué que plus personne ne parle du prochain siècle comme on évoquait le 21e siècle durant les années précédant l’an 2000 ? Le ton a changé. On est plus raisonnable. Moins flyé.

Où es-tu, Mike Mercury ?

Reviens sur terre, Mike Mercury.

Il y a 20, 40 ou 50 ans, quon fut optimiste ou pessimiste, remettre le compteur à zéro du millénaire permettait dimaginer des objets, villes et mondes complètement originaux. Et des voitures volantes volontairement irréalistes et totalement différentes de celles qui rouleront encore longtemps sur nos routes.

De nos jours, on rêve l’avenir et l’auto de l’avenir avec moins de naïveté que dans les années 60, l’âge d’or du futurisme. L’auto de lavenir version 2014 ne traverse plus le ciel d’un trait, elle lévite. Elle se prend plus au sérieux, elle pose, elle est esthétique, a le nez en l’air –juste un peu– et est aussi rassurante qu’une auto vintage assurée pour un million de dollars dans votre garage. Et elle est parquée dans une galerie dart.

AstonMartin-DB5_Lres

Un avenir dystopique pour Michelin.

Regardez ces images numériquement composées par le photographe français Renaud Marion, exposées depuis vendredi dans une galerie d’art de Genève. Devant des bâtiments des années 60 et 70, des voitures des années 60 et 70 (juste sans roues). Si les  artistes flairent l’air du temps, voilà une science-fiction bien nostalgique.

JaguarTypeE_Lres

Une E-Type, même avec 4 roues, c'est déjà de l'art.

Renaud Marion ne voit pas les choses du même oeil. La galerie suisse M.A.D. (Mechanical Art Devices) présente “sa vision du transport futuriste au travers de voitures sans roues flottant dans les airs en toute sérénité” à 30 cm du sol au lieu de voler comme la voitures des Jetson ou toutes les autos du film Le Cinquième élément. La technologie est presque mûre, Marion a juste mis des carrosseries plus familières (et bien plus belles) autour.

En 59, la vraie El Camino était déjà de la science-fiction.

En 59, la vraie El Camino était déjà de la science-fiction.

« Quand j’étais enfant, j’imaginais le nouveau millénaire rempli de voitures volantes, de vaisseaux spatiaux, de mondes parallèles, d’extraterrestres cohabitant avec nous sur la Terre et de voyages dans le temps », explique le photographe, qui présente sa vision rétro-futuriste de l’avenir automobile comme de l’art, tout simplement.

Pour voir en haute résolution les images produites par Renaud Marion, cliquez ici.


Un commentaire  |  Commenter cet article






Jeudi 20 mars 2014 | Mise en ligne à 15h26 | Commenter Commentaires (32)

Comment annoncer son agence de pub grâce à Tesla

Cette pub non sollicitée a mis en orbite deux jeunes publicitaires.

Cette pub non sollicitée a mis en orbite deux jeunes publicitaires.

DENIS ARCAND -

Le budget mondial d’annonces publicitaires est d’environ 15 milliards par année, mais deux jeunes californiens viennent de frapper un coup de circuit avec leur pub à 1500 $ non sollicitée de la Tesla Modèle S. Ils ont juste mis leur clip de 60 secondes en ligne et il en train de devenir un bon petit hit viral sur YouTube.

Leur pub s’appelle Modern Space Ship (vaisseau spatial moderne) et on y suit le fantasme d’un petit garçon qui joue à l’astronaute.

En fait, c’est du judo publicitaire : les deux idéateurs de marketing ont surtout utilisé la notoriété géante de Tesla pour promouvoir l’agence de publicité qu’ils viennent d’ouvrir dans un local grand comme l’armoire à balais d’Elon Musk.

Selon Advertising Age, l’annonce a coûté à James Kabushani et à RJ Collins un gros 1500 $, ce qui est 1500 $ de plus que le budget publicitaire de Tesla Motors. Tesla peine à suffire à la demande et n’annonce pas ses voitures électriques coûtant jusqu’à 100 000 $. Les deux jeunes hommes dans vingtaine viennent d’ouvrir Everdream Pictures, leur agence publicitaire à Culver City, en Californie. La pub est un coup de génie pour eux.

D’abord, le président de Tesla s’est assuré que personne ne manque ce cadeau publicitaire et gazouillant le message suivant sur son compte Tweeter : « Je viens de découvrir une super annonce de Tesla faite par deux récents diplômés. J’adore ! »

Ensuite, même s’ils n’ont pas reçu un rond pour l’annonce, les deux jeunes rusés ont quand même eu une invitation de Musk chez Tesla, qui a discuté avec eux et leur a fait faire le tour du propriétaire.

C’est une fichue carte de visite.

Lire les commentaires (32)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    avril 2015
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité

    publicité