L'auto blogue

L'auto blogue - Auteur
  • L’auto blogue

    Voici un blogue destiné à ceux et celles qui s'intéressent à l'automobile sous tous ses boulons: bleue ou rose, petite ou luxueuse, animée d'un moteur thermique ou électrique. Ses auteurs, des journalistes de L'Auto/Mon volant, parlent des dernières tendances et n'ont pas peur de se salir les mains...
  • Lire la suite »

    Archive de la catégorie ‘Charles René’

    Nissan Leaf 2013

    Nissan Leaf 2013

    CHARLES RENÉ –

    Malgré les efforts de plus en plus marqués des grands joueurs, la voiture électrique reste un produit diffusé marginalement. Difficile cependant de montrer du doigt son rendement, marqué par le silence de roulement et la grande réserve de couple qui se libère dès l’amorce. Ce qu’on lui reproche surtout, c’est son autonomie qui s’étiole dès que l’on effleure la pédale d’accélération ou lorsque l’on sollicite trop l’équipement électronique – et on ne parle pas ici du temps de recharge. C’est cette quête au rendement qui a poussé l’université Riverside en Californie à étudier l’escargot marin.

    L’idée, aussi particulière qu’elle puisse paraître, a débouché en une découverte qui pourrait changer à tout jamais la manière que l’on stocke l’énergie électrique. David Kisailus, professeur assistant en génie chimique et en génie de l’environnement, s’est intéressé aux dents de la plus grosse espèce de chitons. Ce mollusque brouteur que l’on retrouve sur une bonne partie des rives de la côte ouest américaine possède un organe de mastication appelé radula. Ce dernier est pourvu de 70 à 80 dents pour moudre le roc afin d’atteindre les algues, aliment de base de son alimentation.

    Inutile donc de dire que ces dents sont extrêmement solides. Elles contiennent de la magnétite, le biominéral le plus résistant sur la planète, qui rend évidemment ces dents magnétiques. Le chercheur a recréé le processus de biominéralisation et a découvert que le procédé était très peu complexe et pouvait être adapté pour produire un nanomatériau utilisable dans les batteries au lithium-ion et les cellules photovoltaïques. Kisailus affirme que l’efficacité générale des cellules augmente et que le temps de charge de la batterie diminue énormément.

    Ces nanocristaux pourraient en outre diminuer les coûts de production grâce à un processus de production qui demande beaucoup moins de chaleur.

    Bref, une percée fascinante qui démontre à quel point l’étude des organismes vivants permet de trouver des pistes de solutions jusque là insoupçonnées.

    SOURCE: UNIVERSITÉ DE LA CALIFORNIE (RIVERSIDE)

    Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






    Vendredi 8 mars 2013 | Mise en ligne à 14h09 | Commenter Commentaires (2)

    Infiniti proposera une version hybride du QX60

    2013_InfinitiJX35_029

    CHARLES RENÉ –

    Nouvelle année, nouveau nom et nouvelle motorisation pour celui que l’on appelait jusqu’à tout récemment JX35. Le grand multisegment d’Infiniti sera désigné par le vocable QX60, une nouvelle appellation qui s’inscrit  dans une réforme complète des noms des modèles de la gamme du constructeur. Une déclinaison hybride s’invite pour l’occasion afin d’appuyer l’effet de nouveauté.

    Ce nouveau moteur, composé à la base d’un quatre-cylindres de 2,5 litres suralimenté par compresseur volumétrique, cherchera à offrir le rendement d’un V6 tout en consommant autant qu’un quatre-cylindres atmosphérique. Inutile de dire que c’est un objectif très ambitieux pour un véhicule qui dépasse les 2000 kg et qui a recours à un moteur suralimenté.

    Pour ce faire, Infiniti emploie un moteur électrique de 15Kw  intégré à la transmission à variation continue qui se couple au moteur thermique via un embrayage. La puissance totale obtenue atteint les 250 chevaux, à peine 15 chevaux de moins que le V6 de 3,5 litres disponible de série. Le rouage intégral sera, par ailleurs, vraisemblablement optionnel.

    Ce proche cousin du Nissan Pathfinder complètera le trio de modèles hybrides d’Infiniti  également composé de la Q50 (anciennement la berline G) et de la Q70 (auparavant la berline M).

    Plus de détails suivront son lancement mondial qui aura lieu le 27 mars prochain dans le cadre du Salon de l’auto de New York.

    SOURCE: INFINITI

    Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






    dsc_5609_1024x768

    CHARLES RENÉ –

    La Tesla S est certainement l’une des voitures les plus fascinantes du moment. Imaginée par le sud-africain d’origine Elon Musk, la première grande berline de luxe entièrement électrique impressionne tant par ses performances (0-96 km/h en 4,4 sec. pour la livrée Performance) que son autonomie avérée (482 km avec la batterie de 85 kWh). Ce n’est néanmoins pas son aspect innovateur qui fait actuellement les manchettes. Une critique acerbe du journaliste du New York Times John M. Broder publiée en début février a déclenché l’ire de Musk qui s’est exprimé avec virulence sur la Twitter.

    Le nœud de l’affaire concernait l’autonomie réelle de la berline. Le papier de Broder résumait en détail son essai qui avait pour but de tester le réseau de recharge rapide nouvellement implanté sur la côte Est des États-Unis. Son parcours s’est achevé abruptement sur la plate-forme d’une remorqueuse après une chute rapide de l’autonomie estimée. Musk a immédiatement réagi avec une rare virulence, affirmant que le journaliste avait carrément truqué son essai.

    Le PDG de Tesla a plus tard publié des données concernant l’utilisation de l’auto en question (comportement de conduite, utilisation du chauffage et périodes de recharges) pour discréditer le journaliste. L’ombudswoman du New York Times, Margaret Sullivan, s’est par la suite jointe à la partie pour défendre l’intégrité de Broder en affirmant qu’il agissait de «bonne foi» tout en lui donnant une légère tape sur les doigts concernant la précision des faits relevés.

    Le mal était néanmoins fait. Musk a affirmé cette semaine en entrevue à Bloomberg que l’incident a fait perdre 100 M$ à son entreprise. Plusieurs annulations de commandes et une baisse de la valeur de l’action inscrite au NASDAQ (chute de 12% depuis la publication de l’article) ont été les conséquences tangibles du bras de fer. On ne parle pas de l’image de marque qui a évidemment été aussi affectée, peu importe qui est réellement sorti vainqueur du débat.

    Ces péripéties montrent à quel point il est complexe de mettre sur le marché un produit autant innovateur, surtout lorsqu’on soulève des questionnements sur une caractéristique aussi prépondérante que l’autonomie d’une auto électrique. Elles mettent également en relief l’importance d’une bonne campagne de relations publiques (trop forte réaction de Musk ?) et l’influence des médias dans la prise de décision du consommateur, surtout lorsqu’il est question d’un produit aussi coûteux.

    Malgré la méthodologie du journaliste du NYT, son histoire signale l’incontournable difficulté de prédire l’autonomie d’une auto électrique. Cette faille s’amplifie par temps froid, ce qui pose certes un problème d’adaptabilité à nos conditions climatiques marquées par de constantes fluctuations thermiques.

    SOURCES: BLOOMBERG; NEW YORK TIMES; TESLA; TIME MAGAZINE

    Lire les commentaires (86)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    janvier 2010
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité

    publicité