L'auto blogue

L'auto blogue - Auteur
  • L’auto blogue

    Voici un blogue destiné à ceux et celles qui s'intéressent à l'automobile sous tous ses boulons: bleue ou rose, petite ou luxueuse, animée d'un moteur thermique ou électrique. Ses auteurs, des journalistes de L'Auto/Mon volant, parlent des dernières tendances et n'ont pas peur de se salir les mains...
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 3 février 2014 | Mise en ligne à 20h53 | Commenter Commentaires (18)

    « Bob Dillon »? Est-ce que Fiat-Chrysler sait qui est Bob Dylan?

    Capture d’écran 2014-02-03 à 20.44.00DENIS ARCAND -

    La nouvelle entité Fiat-Chrysler Automobiles clame sa volonté de préserver l’ « américanité » de Chrysler au sein du conglomérat italien, mais quelqu’un au siège social ne sait pas qui est Bob Dylan.

    Lundi après-midi, le bureau du président Sergio Marchionne a diffusé le compte-rendu mot à mot d’une entrevue accordée en matinée par ce dernier à la station de radio WJR-AM, de Detroit. Bob Dylan est épelé “Bob Dillon”.

    Durant l’entrevue, M. Marchionne a naturellement discuté de la publicité de la Chrysler 200 diffusée lors du SuperBowl, dimanche, mettant en vedette la légende musicale américaine. C’est une production de 60 secondes très léchée qui exalte le patriotisme américain et glorifie le savoir-faire automobile de Detroit. La vedette de ce commercial est nul autre que Le Barde, la Voix d’une génération, The Voice of Protest des années 60, Bob Dylan. Qui est aussi la plus récente embauche chez Chrysler.

    Capture d’écran Bob Dillon - Fiat-Chrysler

    C’est un timing amusant pour une erreur pareille. M. Marchionne et Fiat veulent convaincre les Américains que Chrysler va demeurer une compagnie as American as apple pie même si Grupo Fiat vient de racheter le dernier grand bloc d’actions de Chrysler qui lui échappait encore. Ce qui ouvre la voie à la fusion des deux entreprises.

    La pub de Dylan est un hit internet, 24 h après sa diffusion durant le SuperBowl, elle avait été vue par plus d’un million de fois sur YouTube et ce chiffre aura doublé mardi soir. Ce n’est pas une mauvaise annonce, si vous avez l’estomac assez solide pour ce genre de choses.

    Tous les clichés américains sont dans cette annonce, les cowboys, la Route 66, les images en noir et blanc de Motor City durant les années 30, les cheerleaders adolescentes de high schools, les restaurant diners dans le désert, le baseball, Marilyn Monroe, James Dean et, oui, Bob Dylan lui même, qui à la fin de la pub et à la fin de sa vie, se fait vendeur d’autos et déclare au nom de Fiat-Chrysler : “Nous construirons votre voiture”.

    Et il y a la surprise (le choc ?) de voir Bob Dylan vendre des autos.

    Depuis l’acquisition de Chrysler par Fiat, qui a commencé en 2009, Chrysler a produit plusieurs chefs-d’œuvre publicitaires qui jouent sur la fibre patriotique américaine. La publicité « America’s Import », avec Bob Dylan, suit deux formidables annonces diffusées aux SuperBowl 2011 et 2012, soit la géniale « Imported From Detroit », avec le chanteur Eminem, puis la provocante « Halftime in America », avec Clint Eastwood. L’an dernier, Chrysler avait aussi diffusé la publicité « So God Made a Farmer » pour associer la marque de pick-ups Ram à un célèbre discours rendant hommage aux fermiers américains.

    Ces publicités ont désamorcé tout problème de perception au sujet de la propriété italienne de Chrysler. En fait, les pubs avec Eminem et Eastwood ont été de véritables manifestes de nationalisme économique et ont profité non seulement à Chrysler mais probablement aussi aux deux autres constructeurs de Detroit, GM et Ford.

    Fiat vient de racheter le dernier lot d’actions de Chrysler qui ne lui appartenait pas encore et se prépare à lancer aux Bourses de Milan et de New York la fusion des deux compagnies sous la nouvelle appellation Fiat-Chrysler Automobiles. Cette nouvelle double nationalité est un enjeu de relations publiques aussi bien aux États-Unis qu’en Italie. M. Marchionne doit convaincre les Américains que Fiat-Chrysler n’est pas une compagnie italienne, d’où la pub patriotique du SuperBowl. Parallèlement, M. Marchionne tente de rassurer les Italiens qui s’inquiètent d’un déplacement du siège décisionnel de Fiat vers les États-Unis, avec la prochaine inscription à la Bourse de New York.

    En réalité, Fiat-Chrysler Automobiles sera juste une autre multinationale : elle sera incorporée aux Pays-Bas et son adresse fiscale sera en Angleterre… un arrangement utilisé par les grandes sociétés pour minimiser leurs impôts.

    Selon les lois régissant les compagnies cotées en Bourse, une entrevue du président contenant des informations importantes (des « informations matérielles », comme on dit dans le jargon financier) doit être partagée avec tous les investisseurs. C’est ce qui explique probablement pourquoi le bureau de M. Marchionne a diffusé le compte rendu sténographique de l’entrevue.

    Durant l’entrevue, M. Marchionne a indiqué qu’un des modèles Alfa Roméo qui seront lancés l’an prochain en Amérique du Nord aura un moteur Ferrari.

    Dimanche, durant la diffusion du match du SuperBowl, Bob Dylan n’était pas seulement dans la pub de la Chrysler 200. Une de ses chansons célèbres, I Want You, était la trame musicale d’une annonce de yogourt également diffusée durant la mi-temps.

    Mais celle de Chrysler, où Dylan se fait porte-parole de la Chrysler 200 en personne, a incité plusieurs critiques de musique à déclarer que le poète rebelle des tumultueuses années 60 et 70 s’est vendu à Chrysler pour une pub d’auto. Une compagnie qui ne sait pas épeler le nom de son nouvel employé.

    Pour lire la transcription de l’entrevue (intéressante, au demeurant), allez dans le communiqué de Chrysler et cliquez sur le fichier “ATTACHED” MarchionneWJRFeb32014.pdf, à droite.


    • ..«Bob Dillon»!!?? Elle est bien bonne celle-là. Ils on dû le prendre pour un parent du Shériff Matt Dillon joué par James Arness dans la série «Gunsmoke».

      Y’a quelqu’un quelque part qui en a perdu des bouts. Mais de toute façon, ça ne me fait que rire parce que la pub, ça me laisse froid, même si c’est Bob Dylan qui essaie de me fourguer sa tôle. Je le préfère quand il chante.

    • ”exalte le patriotisme américain et glorifie le savoir-faire automobile de Detroit.”

      wooaahhhh..
      J’ai presque eu le goût de m’enrôler dans les U.S troops!

    • S’il avait chanté sous son vrai nom, l’auraient-ils choisi: Robert Allen “Shabtai Zisel ben Avraham” Zimmerman
      Grand-père ukrainien et grand-mère turque, ça représente quand même bien le rêve américain pour beaucoup d’émigrés du début du 20e siècle.

    • …et l’auteur oublie que Dylan a aussi “vendu” des Cadillac il n’y a pas si longtemps.

      Réponse de Denis Arcand : Vous avez raison, Blueprint, je l’avais oublié. Il conduisait un Cadillac Escalade dans le désert et disait quelques mots à la fin : http://www.youtube.com/watch?v=9X3Bcmf3ckQ. Merci de l’info. Et il a prêté sa présence et ses chansons dans d’autres pubs. Mais je ne crois pas qu’il ait été aussi loin avant, en s’associant directement à un annonceur en disant “Nous construirons votre auto”.

    • Pas si surprenant que ca. Dans une longue entrevue au magazine Rolling Stone il y a quelques annees, Dylan relatait ses impressions sur les changements ayant cours aux Etats-Unis. C’etait d’ailleurs une excellente entrevue. Je me souviens qu’il deplorait que les gens n’achetent pas davantage ‘made in USA’. De plus, les gens changent. On ne peut pas comparer Dylan d’aujourd’hui au Dylan d’il y a 50 ans.

    • Premièrement Bob Dylan ce n’est pas son vrai nom, il a été connu sous environ 10 noms différents, il aurait bien pu décider que l’on écrive, Bob Dillon… qu’est-ce qu’il en a à faire Bob? Il est assez space pour faire ce genre de truc. Est-ce que vous connaissez Bob Dylan assez pour être 100% convaincu qu’il a vu son nom écrit Bob Dillon et qu’il n’a pas remarqué et qu’il a approuvé avec une “erreur”. Mais vraiment, vous avez été payé pour faire un article la dessus…

    • Pas surprenant quand on sait qu’une annonce de la compagnie parue dans les journaux ontariens l’an dernier mentionnait Alpha Romeo (Alfa Romeo pour ceux qui ne le savent pas)… Heureusement que l’ignorance ne soit pas une maladie mortelle!

    • @M.Arcand

      Je savais que vous feriez un article la-dessus. Vous êtes un des rares chroniqueurs qui troque la mousse de nombril pour regarder ce que font les autres autour de lui. Bravo.

    • Ma chanson (reprise de Guthrie) favorite de Bob Dylan :

      http://www.youtube.com/watch?v=pkvf7HcMiLo

      Relativement peu connue, surprenamment.

    • Franchement, c’est “much ado about nothing”!
      Parce qu’un étourdi, ou ignorant, ou malentendant a commis une erreur, voici que de toutes parts fusent les moqueries ou, pire, les dénigrements du nouveau groupe Fiat-Chrysler.

      Ah ! L’Amérique du Nord…
      Toujours prompte à copier l’Europe automobile en technologie, design, sobriété en carburant, etc… et aussi prompte à la dénigrer sans indulgence aucune au moindre faux pas fût-il insignifiant. Car il faut le reconnaître, l’acquisition totale de Chrysler est loin d’être « digérée » aux États Unis comme ici.

      Ce qui serait intéressant, ce serait de savoir si un erratum a été publié par M. Marchionne ou même par… M. Robert Zimmermann.

    • La précédente est ma favorite du “jeune Bob”.

      Ma favorite du “vieux Bob” :

      http://www.dailymotion.com/video/xmhoa5_bob-dylan-highlands_music

    • @germaris
      “Toujours prompte à copier l’Europe automobile en technologie, design, sobriété en carburant,”
      Partiellement faux. Les américains n’aiment pas les hatchback et le diésel.
      Ils n’ont pas aimé la Alfa Romeo Giulietta. Ils l’ont batardisée en Dodge Dart.
      Et pour la sobriété de carburant, en Europe, ils ont toujours trois choix de moteur à essence et deux diésel. Ici, les américains n’ont qu’une seule option … le plus gros moteur européen. Et lorsqu’ils ont deux choix, le moteur est plus gros que le plus gros en Europe.

      Les américains sont à la traine. Ils sont vraiement en retard sur les européens.

    • Les constructeurs américains sont à la traîne des européens, des japonais et même des sud-coréens!

      Maintenant, ils doivent essayer de capitaliser sur le chauvinisme rampant pour mousser les ventes.

    • @ anonymeux

      “Premièrement Bob Dylan ce n’est pas son vrai nom”

      Ca l’est maintenant. Il est officiellement “enregistré” sous ce nom. Et depuis fort longtemps. Et ses enfants s’appellent également Dylan.

      ” il a été connu sous environ 10 noms différents”

      Ah oui? Curieux, Je n’en connais que deux: Robert Zimmermann et Bob Dylan. Vous pouvez m’en nommer d’autres?

      “Mais vraiment, vous avez été payé pour faire un article la dessus…”

      Euh… c’est un sujet de blogue. Quant à son salaire, ça regarde qui, exactement? Si c’est si facile, allez-y! Proposez-nous de sujets!
      Pourquoi cette aggressivité envers quelqu’un que vous ne connaissez pas? On vous a forcé à le lire à la pointe d’un fusil?

      Non mais…

    • Vous ne savez peut-être pas comment fonctionne un sténographe…

      Un de mes amis, depuis longtemps à la retraite, s’était vu confier le mandat de transcrire le jugement rendu verbalement par le juge Jacques Viens dans l’affaire portant sur le droit de Chantal Daigle de se faire avorter. Viens avait parlé du docteur Morgentaler. Mais la copiste avait transcrit: Morgan Taylor… ce qui avait fait sourciller votre collègue Lysiane Gagnon.

      Ce pôv ignare de juge de province (son bureau était à Amos) est tellement “déconnecté”, avait commenté Gagnon, qu’il ne sait même pas épeler correctement le nom pourtant archi-connu de Morgentaler.

      La Gagnon ignorait que le juge n’y était pour rien. Ni même le sténographe; c’est la copiste qui avait fait l’erreur. Et encore faut-il savoir que quand l’alphabet (!) utilisé par les sténos de l’époque ne comportait que des consonnes, si bien qu’il arriva que “sur ses caps de roue” devienne “sur ses quatre roues”.

      Le juge aurait-il dû relire et au besoin corriger avant de signer “son” jugement? Oui… en principe, sauf que là, il s’agissait d’une injonction pour interdire à une femme de se faire avorter! Pas le temps de lire et de relire, donc…

      = = =

      Dans le cas de Chrysler, si l’erreur est celle d’un tiers plutôt inculte, de toute évidence, elle n’en est pas moins celle du service des relations avec la presse de Chrysler.

      Eux, ils ont eu tout le temps de lire et de corriger avant de publier.

      C’est sûr que si le responsable des approbations est un italien qui a ses bureaux en Italie, il peut lui arriver d’échapper le ballon.

      La morale de l’histoire? Messieurs, faites effectuer le travail par quelqu’un dont on peut présumer qu’il (elle) a déjà entendu “blowin’ in the wind” et “the times, they are a’changin’”…

    • Il n’y a rien de grave, connaitre son USAsisme par coeur n’est pas obligatoire pour être intelligent…

      Combien d’américain propriétaire d’usine en Inde qui ont fait l’intégralité leur fortune connaissent les stars indiennes ?

      Steve Jobs et son Foxconn connaissait-il la star chinoise de la chanson, connaissait-il le nom du chef d’état, la capitale ?

    • Bob Dillans c’est le gars qui a inventer les Dill Pickles!

    • Le gars en charge de la pub n’est certainement pas un babyboomer. Trop jeune, sans doute pour connaître les grands noms d’hier. Pour sa prochaine campagne, Fiat-Chrysler devrait penser à Amon Amarth…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité

    publicité