L'auto blogue

L'auto blogue - Auteur
  • L’auto blogue

    Voici un blogue destiné à ceux et celles qui s'intéressent à l'automobile sous tous ses boulons: bleue ou rose, petite ou luxueuse, animée d'un moteur thermique ou électrique. Ses auteurs, des journalistes de L'Auto/Mon volant, parlent des dernières tendances et n'ont pas peur de se salir les mains...
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 8 janvier 2014 | Mise en ligne à 14h34 | Commenter Commentaires (35)

    Pub choc: Si les morts pouvaient parler…

    PIERRE-MARC DURIVAGE -

    Les Néo-Zélandais ont peut-être réalisé la plus puissante pub de sécurité routière jamais tournée à ce jour.

    D’accord, les Anglos-Saxons nous ont habitués à des publicités choc sur la sécurité routière. On a encore tous en mémoire l’incroyable court métrage de 2009 qui montrait un trio de jeunes filles victimes d’un grave accident après avoir texté au volant. Ou encore celle où l’on voit un père de famille sauvé par les mains de ses proches, mimant l’effet d’une ceinture de sécurité. Mais cette fois, l’Agence des Transports de la Nouvelle-Zélande vient de diffuser un bijou de pub, qui réussit mieux que jamais à combiner les qualités des pubs choquantes à celles jouant davantage sur la corde sensible des téléspectateurs.

    Dans une mise en scène incroyablement efficace, on y voit une automobile qui fonce vers une autre, qui vient de s’engager dans une intersection. Soudain, le temps s’arrête, les deux conducteurs descendent de leurs voitures et s’approchent l’un de l’autre pour se parler. Simplement pour constater la fatalité de la situation. Le premier roule bien trop vite pour éviter le pire. Les deux hommes remontent dans leurs autos, l’horloge reprend son cours, et la collision, inévitable, survient. Mais pas avant que la victime ne jette un dernier regard à son gamin, assis derrière. Avec le message suivant pour conclure : « Les autres peuvent faire des erreurs. Ralentissez. »

    Le gouvernement du Québec a lui aussi recours à des pubs choc pour faire réfléchir les automobilistes. Avec un succès certain, on doit le dire, comme en témoigne le dernier bilan des décès sur les routes de la province, qui fait état d’une réduction d’environ 10% des collisions mortelles sur l’ensemble du territoire de la Sûreté du Québec, ce qui représente 43 décès de moins qu’en 2012. Mais, en une petite minute, la pub néozélandaise réussit à éveiller chez le téléspectateur des émotions particulièrement bouleversantes, tout en montrant sans censure les conséquences d’un accident à haute vitesse.

    Un exercice d’une rare finesse.

    On vous laisse le soin de juger par vous-mêmes.


    • Wow ! Le génie publicitaire au service de l`humanité c`est bien. Les chiffres indiquent que ces campagnes portent fruit. Bien sur il y a des variances d`une année à l`autre mais tout de même ca marche. Reste que tant qu`il restera une victime, que un jeune dans la fleur de l`âge perdra la vie de maniere insensée il faut continuer.

      Avec la technologie aujourd`hui et avec ce que les jeunes voient déja sur le net et à la télé, il faut utiliser tous les moyens , graphiques, déguelassement réalistes pour faire réfléchir. Si un message n`a pas d`effet sur une personne rien ne dit que le prochain n`en aura pas. Il faut juste pas que la perte d`un ami soit le déclencheur de la prudence.

    • En général, les gens se croient meilleurs chauffeurs qu’ils ne le sont (En Suède durant les années 1990, la question “Croyez-vous être un meilleur conducteur que la moyenne ?”, les gens sondés avaient répondu oui à 90%). Si la pub avait été faite sous l’angle de “attention, vous pourriez faire une erreur en conduisant”, la portée aurait donc été baucoup moindre.

      Une partie du génie de cette pub, c’est justement “Les AUTRES peuvent faire des erreurs. Ralentissez.” Même (voire surtout) ceux qui surestiment leurs capacités derrière le volant se diront “C’est vrai ça ! J’en croise plein de cabochons à chaque fois que je sors de chez nous !”

    • Moi je me demande pouquoi le vehicules ne sont pas bloquer a 120-140km/h?

      Ca donne quoi d’avoir un char qui roule 200 km/h et +, ya aucune autouroute ou route ou tu as le droit à plus de 100 en amérique du nord…

    • Bonne publicité. Malheureusement, il y en a trop qui pensent que cela s’adresse aux autres.

    • «Others make mistakes» Indeed. Le père de famille s’engage dans l’intersection alors qu’à 0:02 on constate que l’autre véhicule est en vue. Pourquoi n’a-t-il pas attendu un peu? Et l’autre qui avait lui aussi une bonne visibilité, il aurait pu lever le pied. Cela dit, il va tenter de freiner au lieu de contourner par la gauche, là où il y a plein d’espace. ( 0:09).

      Et à première vue, il roulait à 108 (0:51) sur une route dégagée par beau temps. Quel est le max permis sur une telle route? 90-100? La vitesse ne serait alors pas la seule variable, ni même la principale.

      Bref, je pense que l’inattention de part et d’autre est la principale responsable de l’accident.

      «Others make mistakes»?? No! Not just others. We all make mistakes!

      Il s’agit de se mettre dans la tête que même si on a le droit de passage, il est toujours préférable de s’assurer que personnes ne va nous le couper. La fois où, comme le dit si bien «justdoit», un «cabochon» a brûlé un feu rouge et m’a rentré dedans, si je n’avais pas regardé à droite puis gauche pour le voir arriver à vive allure, ce n’est pas dans le compartiment moteur qu’il m’aurait frappé mais dans la porte du chauffeur. Il aurait pu me tuer, ce qui n’est pas si grave mais il aurait pu m’estropier à vie, ce qui, comme le dit Stan dans les Boys, «dans mon livre à moi» est beaucoup plus grave.

      Mes antécédents de motocycliste m’ont appris à conduire préventivement. Le terme anglais de «defensive driving» est encore plus parlant.

      Quant à cette pub, si on ne la décortique pas comme je l’ai fait, presque image par image, il faut admettre qu’elle est assez parlante.

    • Même en décortiquant image par image on peut voir que la vitesse est une facteur important du décès présumé des conducteurs impliqués.

      Disons que la vitesse affichée est effectivement de 108 km/h, alors que le véhicule à commencé sa décélération. Si la voiture avait roulé à vitesse prescrite, disons 90 km/h, ça signifie qu’à 108 km/h, soit 20 % plus vite, elle possède 44 % plus d’énergie cinétique.

      Mais plus encore. À 108 km/h, la voiture parcoure 30 m chaque seconde. À 90 km/h, elle n’en fait que 25. À moins d’être en hyper vigilance, comme sur la ligne de départ d’un circuit de drag, le temps le plus rapide de réaction est d’environ 1/2 seconde (mais ça tournerait plus autour de 1 seconde et ça peut aller à 3), ce qui signifie, pour le différentiel de 19 km/h, un 2,5 m de plus de parcouru avant même que les freins ne commence à être appliqués.

      Bref, l’excédent de 20 % de vitesse observé par jeanfrancoiscouture donne beaucoup, beaucoup plus d’énergie cinétique au moment de l’impact. Combien ? Au minimum 44%, mais dans les faits probablement plus, à cause du délais de réaction et du transfert de poids en freinage d’urgence.

      C’est la différence entre mourir et survivre.

    • Une belle pub. Mais une pub c’est une pub et il ne faut pas analyser. Si le gars avait roulé moins vite, il aurait roulé moins vite depuis un bout de temps et l’autre aurait eu le temps en masse de sortir sans risque. Et vlan!

    • @ simon_c : Je me sent comme à la petite école avec votre leçon de mathématiques !?!

      Le Blogue est là pour situer le contexte de la trop grande vitesse en fonction d’un accident éventuel…. on n’a pas à en savoir plus sur la théorie de le relativité des corps en mouvement !!

    • @jeasn-françois couture
      Bravo, vous avez tout compris. Le secret est dans la conduite défensive et j’ajouterais que tout le monde devrait apprendre à conduire une moto car la règle d’or pour rester en vie est celle-ci: Chaque conducteur derrière un volant est là pour vous tuer.
      Les chauffeurs de Sarkozy roulaient bien à 200 km/h en pleine nuit, ceux de Hollande filent à 160. Jamais impliqués dans une collision malgré ces vitesses que de Koninck juge excessive maintenant qu’il fait parti de l’âge d’or. Au fait, le meilleur service qu’il pourrait rendre aux jeunes serait de leur expliquer pourquoi lui, le spécialiste, alors qu’il demeurait à quelques maisons de chez mes parents et propriétaire d’une Corvette à 25 ans, il n’a jamais causé d’accident. Ce doit être parce l’inattention au volant est la cause principale des collisions. Pas la vitesse. L’inattention, c’est ne pas regarder au bon endroit afin de voir venir les pièges de la route.
      Je n’approuve pas ceux qui conduisent à 120 sur une route secondaire à 90. Il faut environ 65 mètres pour s’immobiliser et la conduite défensive dicte de tripler cette distance. Par beau temps, il est facile de voir 215 mètres devant soi. Il ne devrait même pas y avoir de situations désespérées. Nous devons toujours avoir une porte de sortie. Dans cette vidéo, tu diriges ton véhicule sur l’accotement. Plus les portes de sorties se ferment, plus on doit ralentir.

    • ..@simon_c ,19h42

      Je n’ai pas observé «d’excédent de vitesse» puisque je ne connais pas la vitesse prescrite. Aux fins de vos calculs à la J-M. de K. vous me faites dire que la vitesse prescrite est de 90 alors que ni vous ni moi ne le savons.

      La «chiffrologie» à la J-M.de K. c’est bien mais le problème de base c’est l’inattention car la température n’était pas en cause ni la visibilité. Et lors d’accident, c’est toujours le véhicule qui «coupe» la voie dont la responsabilité est engagée. Ce qui ne dispense pas l’autre conducteur de faire preuve de bon sens. Je préfère laisser passer quelqu’un qui me «coupe« plutôt que causer un accident. En fait, la plupart du temps, je ne klaxonne même pas puisque le mal est fait.

      Et je me répète: À mon avis, cette pub est quand même efficace à cause du scénario percutant, sans jeu de mots.

    • @simon_c
      Le 9 janvier, se tiendra à Vancouver la première assemblée publique afin de réviser à la hausse les limites dans la province. La vidéo Speed kills Your Pocketbook a porté fruits.
      La population de Nouvelle-Zélande demande au gouvernement de hausser les limites sur les “open roads”. Voilà qui expliquerait cette vidéo trompeuse.
      L’Australie pourrait faire passer la limite de 100 à 130 sur les autoroutes. Les États-Unis sont passés de 90 à 137 au Texas. L’Utah vient des les imiter. Nos voisins du Maine pourraient adopter le 75 MPH (120 KM/H). La Norvège pourrait s’aligner avec les autres pays européens et adopter le 130. Même possibilité en Angleterre passant de 70 MPH à 80MPH.
      Les limites sur autoroutes interurbaines sont à la hausse parce qu’on ne se frappe pas parce qu’on roule un peu plus vite. Les politiciens ont mis 40 ans à comprendre ce que répètent les chroniqueurs spécialisés en automobiles. Il semblerait que le terme journaliste s’applique seulement aux membres de la Fédération Professionnelle des Journalistes du Québec.

    • @pois_chich
      “Moi je me demande pouquoi le vehicules ne sont pas bloquer a 120-140km/h?”

      Parce que pour les amateurs de vitesse qui ont une tête sur les épaules, il y a des circuits où ils peuvent légalement aller s’amuser avec leur voiture. Vous pouvez avoir une Porsche, et respecter les limites sur les voies publiques, mais aller rouler à 250km/h sur un circuit le samedi après-midi, si vous le désirez.
      On entend souvent l’expression “la route a fait une victime”. Je n’ai jamais vu la route se tasser volontairement pour causer un accident. La route ne fait pas de victime. L’imprudence des conducteurs, et parfois, simplement la fatalité, font des victimes.
      Chaque conducteur est constamment responsable de ses décisions, à savoir s’il va respecter les limites ou non, être prudent ou non, même si ca signifie arriver 5 minutes plus tard.

    • Par contre, au Québec, avant de monter la limite des autoroutes, il faudrait augmenter la longueur des voies de sortie et d’intégration, beaucoup trop courte par endroit.

      Quand l’entrée a une courbe prononcée avec une très petite zone d’accélération, même une voiture normale n’est pas à 100km/h pour intégrer la circulation, alors je ne parle même pas des camion.
      Si la vitesse moyenne (pas celle permise) montait de 115 à 130-140, ça ferait à bien des endroit des écarts de vitesse trop important.

      Et pourquoi ne pas commencer à implanter des panneau de limites variables, ça existe ailleurs et c’est pas mal mieux que juste une limite fixe à 100km/h. Autant il est possible de monter à 130 si les conditions sont bonne, autant on peut réduire quand la météo est mauvaise ou qu’il y a un obstacle à venir. (Travaux, congestion, accidents, etc.)

    • @Kintama
      Pourquoi voyez-vous un problème avec la longueur des bretelles d’accès aux autoroutes? L’Allemagne compte 80 millions d’habitants sur un territoire 5 fois plus petit que la superficie du Québec. Les voies de sortie des autoroutes occupent peu d’espace et sur la A3, la plupart aboutissent en virage en épingle avec un immense panneau AUSGANG (SORTIE) dans le coude.
      J’ai trouvé qu’il était plus facile de joindre l’autoroute ne Allemagne qu’au Québec à cause de leur réglementation. Puisqu’il faut constamment protégé son côté droit, l’automobile entrant a le droit de passage. La-bàs, le clignotant n’est le signalement d’une intention. Il veut dire que l’automobiliste doit changer de voies et ceux en arrière doivent lui céder le passage. Pas surprenant que 99% des Allemands utilisent leurs clignotants. Tellement logique, que l’on a donné le même droit aux autobus urbains aux Québec vers 1991. Le même privilège se fait toujours attendre pour l’ensemble des usagers de la route.

    • une des premières chose qu’on m’a apprise au volant, c’est de conduire pour les autres. En voiture comme en moto. J’ai déjà mis les roues dans le fossé en hiver pour éviter de me faire tuer par un poid lourd qui a débordé sur l’intérieur de son virage. Rasé mon mirroir. J’ai eu la “chienne” de ma vie. Je m’en rappel comme si c’était hier.

      Le but de la pub n’est pas de cibler à qui la faute incombe mais de faire comprendre que plein d’erreur de jugement ce produise et qu’une vitesse un peu plus basse permet à tous de mieux réagir et prendre une descision.

      Celui qui s’excuse aurait aussi pu ce lancé dans un arbre mais il ne pouvait plus réagir, trop tard! 5km/h de moins et il n’était pas à cette intersection à ce moment…

      Je crois que le message est que la majoritée des accidents sont évitables si chacun pense au autre et ce rappel à quel point une voiture en mouvement peut-être dangereuse.

      Maleureusement certaine aide électronique nuisent à l’attention porté à la conduite, les détecteurs de franchissement de ligne par exemple; parfait pour texter car ça vous avertie si vous zizager d’un bord à l’autre.

    • Bonne idée de “monter” les limites à 140kmh. On a déja du mal à rouler 80 tant il y a de traffic.

      140 kmh le museau dans l’échappement du précédent et la grille du suivant dans le coffre, pas de problême!

      Cette politique est proposé par votre membre FIX auto!

      Clairement la première priorité en matière de transoprt au Québec c’est la revision des vitesses limite.

    • @ simon_c
      Oui, moins on va vite, plus c’est sécuritaire, alors roulons tous à 20 km/h, ce serait tellement plus sécuritaire. Sérieusement, le problème n’est pas la vitesse, mais l’incompétence et l’insouciance des conducteurs. La preuve ? Il y a des autoroutes sans limites de vitesse en Allemagne et il y a moins d’accidents qu’ici !
      .
      Mon père me disait toujours qu’il faut conduire comme si tous les autres conducteurs sont des fous échappés de l’asile ! D’ailleurs, j’ai déjà vu une statistique qui disait que dans 70% des accidents, le conducteur jugé non responsable aurait quand même pu éviter l’accident s’il avait eu une conduire préventive.

    • Presqu’à tout coup, on entend les conducteurs affirmer, lorsqu’ils survivent à un accident, qu’ils n’ont pas pu éviter l’autre (véhicule, piéton, cycliste, etc.) parce qu’il est sorti de nulle part, parce qu’ils n’ont pas pu freiner à temps, parce que la chaussée était glacée, mouillée, parce qu’il faisait trop noir, parce que le soleil les a aveuglé, etc. etc. etc.

      Jamais ils ne reconnaissent qu’ils roulaient trop rapidement pour les conditions du moment. Pourtant, chacune des affirmations du paragraphe précédent peut être remplacé par «parce que je roulais trop vite »…

    • @Tous

      Je voulais savoir si vous connaissiez des blog où on peut discuter des voitures usagées ? Je voudrais avoir des opinions sur la Ford Taurus X SEL 2008, il semble y avoir de bons commentaires sur le net, mais ce n’est pas très récent … De plus, c’est du Ford et je suis un peu réticent, alors j’ai besoin d’avoir l’heure juste

      Merci

    • francois_qc le 9 janvier 2014 à 12h48

      Ne pas être le responsable d’un accident n’est même pas 70% d’une consolation lorsqu’on en ressort blessé handicapé ou hanté par le doute que nous aurions dû pouvoir éviter les souffrances associées à un accident de la route.

      Un autre aspect intérèssant est notre conception de la responsabilité en cas d’accident. Beaucoup persiste à ne considérer que la responsabilité nulle ou complète en cas d’accident alors que selon moi, c’est beaucoup plus complexe (et partant compliqué à établir).

      Dans le cas proposé dans cette pub, la responsabilité légale semble claire.
      Cependant ldans un cas semblable, la vitesse, la vigilance, l’état des pneus, l’état d’esprit, et mille autres facteurs peuvent aussi avoir une influence importante sur la responsabilité réelle de l’usager qui bien qu’étant dans son droit, aurait dû pouvoir éviter le drame si ses pneus avaient été en bon état, si il avait laissé son cell dans ses poches, si il avait roulé la vitesse permise ou si il avait juste pas pris pour acquis que le conducteur fautif l’avait surement vu.

      Je pense que collectivement notre façon d’aborder la responsabilité doit évoluer, et je pense que la façon dont les enquêtes sont désormais mené après les accidents de la route va contribué à nous faire évolué.

      Lorsque quelqu’un roule 70kmh dans une zone de 50 et qu’il heurte un véhicule qui lui coupe la voie, il ne porte pas selon moi la même responsabilité que lorsqu’il heurte le même véhicule alors qu’il roulait la vitesse permise.

      Toute infraction implique notre responsabilité. Tant mieux s’il n’arrive pas d’accident…

    • @jmcroteau
      En anglais, ils ont cette expression qui explique beaucoup de collisions. Je n’utilise pas le mot accident parce que la plupart sont le résultat d’une négligence. Donc, les anglophones disent: “Too fast for conditions.” Ça explique tout.
      Prenez l’exemple d’une rue résidentielle avec une limite à 40 km/h. Êtes-vous un danger parce que vous roulez à 50? Non. Le 50 km/h (30 MPH) est légal en Floride et ce n’est pas le désastre. Un enfant joue sur côté de la rue. Est-ce responsable de passer à côté à 50, 40 ou 30? Non. Vous ne savez pas ce qu’il pourrait faire. Maintenant, la même rue a des automobiles stationnées des deux côtés, le passage est étroit. Avez-vous le droit de rouler à 40? Oui. Est-ce responsable? Non. Chaque véhicule est un obstacle à la visibilité et un piéton pourrait sortir brusquement. Le conducteur a la responsabilité d’ajuster constamment sa conduite en fonction des conditions et non pas des limites. Les chauffeurs de ministres ont été d’excellents exemples de conduite rapide sans collision. Ils appliquent tous les règles de conduite défensive.
      Il y a un site facebook qui souhaite voir hausser les limites sur autoroutes au Québec: /vitessequebec

    • @doumguy
      J’ai connu quelqu’un qui respectait religieusement les limites de vitesse et cette personne a causé trois accrochages mineurs en seulement douze mois.
      Si vous allez dans les archives payantes de La Presse, le mardi suivant son décès à Zolder, un policier, qui tenait à garder l’anonymat, avait déclaré au journaliste que Gilles Villeneuve avait débuté sa carrière de coureur automobile sur les routes secondaires entre Louiseville et Berthierville. Gilles Villeneuve, notre héros national, n’avait jamais causé de collision. Il avait un talent de la conduite que je ne possède pas.

    • kiroulbien, il est toujours difficile d’isoler une variable.

      dans votre contre exemple, la personne qui conduit en respectant scrupuleusement les limites aura des accrochages si elle souffre d’horribles catarctes ou bien si elle n’a pas le minimum de talent pourdiriger un véhicule en mouvement.

      Quand à Gilles Villeneuve, il a démoli la Pontiac de son père, c’est un fait connu, dame chance a voulu que personne ne se trouve dans sa trajectoire. Je considère par ailleurs que commencer sa carrière de coureur automobile sur des routes secondaire est inapproprié et tout à fait inconscient.

    • @jeanfrançoiscouture : M. De Koninck ne fait pas de la chiffrologie, mais des mathématiques. Vous auriez plus de crédibilité si au moins vous pouviez dire ce que fait la personne que vous attaquez.

      Les calculs sont très simple. Dès qu’on accepte que la distance parcourue est directement proportionnelle à la vitesse et au temps, et dès que l’on comprend que l’énergie cinétique varie selon le carré de la vitesse, alors là on se sent moins brimé par les limites de vitesse. Par contre faut avoir fait l’équivalent d’un cours de physique de 5ème secondaire. Chose qui n’est malheureusement pas obligatoire au Québec.

      Dommage.

    • @doumguy
      Était-ce à l’époque du slogan Ça marche Pontiac?

    • @simon_c «Attaquer» J-M. de K? Mais voyons donc!! Vous aurez remarqué que j’ai placé «chiffrologie» entre guillemets. C’est une taquinerie, cibole. C’est pour souligner sa propension à concevoir la sécurité routière et à l’expliquer presque exclusivement en fonction de sa spécialité, les mathématiques, qu’il pratique d’ailleurs à un très haut niveau. C’est connu.

      Et pour m’être moi-même déjà fait traiter de «chiffrologue» dans une discussion financière sans que cela ne m’ait «scotché» au plafond, je me permets de vous demander où est passé votre sens de l’humour.

      Allez, relaxez un peu que diable. La vie est courte même si l’énergie est abondante. E=MC2, F=MA, Ec = 1/2 x m x v²

      Et bonne année.

    • Cette pub nous montre bien où la société est rendue en terme de déresponsabilisation. Le coupable, c’est le gars qui se fait couper. Celui qui a fait l’erreur est maintenant la victime.

      Dans cette vidéo, pour nous dévier de toute analyse, on nous présente un enfant qui, on s’en doute, va mourir. En fait, ça n’a rien à voir avec le déroulement de l’accident mais comme personne n’est insensible à une mort d’enfant, on sait très bien de quel bord vont pencher nos émotions. Voilà, le travail de manipulation est fait. Quand la vidéo finit, le coupable, c’est le gars qui roulait à 100 km/h et pas le père qui conduit comme un étourdi avec son enfant à bord.

      “Tout le monde font des erreurs”. Vrai. Et quand le monde se plante, ils doivent en payer le prix, pas transférer la faute sur le dos de l’autre. Dans une société de droit, c’est comme ça qu’on établit les responsabilités.

    • @python-1
      Comme je le disais plutôt. en tapant en anglais limites de vitesses dans ce pays où a été produite cette pub trompeuse, un site web m’a appris que la population réclame une hausse de la limite sur les “open roads”. Le gouvernement ne bouge pas depuis des années et probablement qu’il fait comme à Winnipeg. Il utilise les fonds publics afin de faire une campagne pour forger une opinion dans la masse. Winnipeg a dépensé 200 000$ l’an dernier en publicité pour faire croire que les radars-photo sont efficaces alors que l’audit du vérificateur de la Ville a démontré le contraire.
      Il faut toujours douter des messages publicitaires et des campagnes de relations publiques. Leur but est de façonner une image. On pourrait résumé par: “Voici ce que l’on veut que vous croyez.¨
      La firme Hill and Knowlton avait réussi un coup fumant en faisant basculer l’opinion publique américaine en faveur de la première guerre en Irak. Ils avaient utilisé une jeune fille de 16 ans, Nayirah al Sabah, que l’on avait fait passer pour une infirmière et elle avait raconté que les méchants soldats irakiens avaient jeté par terre les bébés dans les incubateurs. Cela ne s’était jamais produit dans aucun hôpital.
      Les histoires qui font verser des larmes, ça fonctionne souvent.

    • Quelqu’un qui a du talent avec la production audio-visuelle pourrait-il faire une parodie de cette publicité trompeuse en utilisant seulement deux phrases célèbres:

      Le conducteur dans son droit: “Casse-toi, pauvre con.” de Nicolas Sarkozy

      Le conducteur fautif qui coupe le droit de passage: “Escusez” de Serge dit le Ver de Terre (Cruising Bar).

      et après l’impact, affichez ce message:
      Sur une période de 25 ans, moins de 6% de tous les conducteurs provoqueront une collision grave avec blessés ou décès. Si l’argent est le motif derrière la sécurité routière, continuez d’harceler la vaste majorité des usagers de la route. Si c’est la vie qui vous préoccupe, ciblez ceux qui ne comprennent pas et ne comprendront jamais la gravité de leurs gestes.

    • Anyway, ils peuvent bien faire toutes les pubs qu’ils veulent, il reste que quelques minutes ou heures plus tard, quand on embarque dans notre char, on y pense même pas à ses pubs et on roule selon nos habitudes.
      .
      Moi j’ai des gros doutes sur le fait que les pubs changent quoique ce soit aux habitudes de conduite. En tout cas, dans mon cas ça ne change rien.

    • La vitesse tue, cela est un fait facile à comprendre mais plusieurs ont besoin “qu’on leur fasse un dessin” (ou une pub). Pour certains, cela fonctionne, mais pour d’autres…. rien à faire. Il n’y a qu’à penser à Paul Walker, lire les journaux, les statistiques… Si notre propre sécurité ne nous importe pas, pensons au moins à celle des autres. Bonne journée. Patricia Guilbeault

    • Ajout : je suis d’accord avec le point de Kiroulbien – la vitesse n’est pas l’unique élément de danger, elle fait plutôt partie d’éléments à considérer selon les conditions ou contextes d’un lieu et d’un moment donné (voitures stationnées, vision bloquée, présence d’enfants ou d’animaux, saison de chasse (chevreuils), type de chemin (gravelle, asphalte, en pente, sinueux?), piste cyclable, conditions météorologiques, circulation fluide ou dense, condition mécanique du véhicule, habiletés -et état de santé- du conducteur, etc. Donc la vitesse tue dans certaines conditions. Peut-être devrait-on faire des pubs à propos du gros bon sens, mais ce serait fort compliqué…

    • @patriciag
      Si la vitesse tue, expliquez-moi pourquoi nos routes avec les limites les plus élevées sont aussi les plus sécuritaires?
      Dans le cas de Paul Walker, pensez-vous que le problème était la vitesse? Le conducteur pouvait-il avoir un jugement défaillant? 160 km/h en pleine ville!!! Dans l’Express, le journaliste rapporte le témoignage du propriétaire précédent de la Porsche. Une voiture ayant un comportement instable en virages.
      On n’a pas besoin de me faire un dessin. Depuis que le Texas a haussé à 130 et 137 km/h ses limites sur autoroutes interurbaines en juin 2006 puis en novembre 2011, la mortalité routière a continué de baisser.

    • @ simon_c

      Moi je dirais plutôt que c’est de niveau secondaire 4.

    • J’aime la créativité de la pub et le message qui rappel aux gens que les erreurs d’inattention arrivent et qu’une conduite préventive est nécessaire. Par contre, je suis vraiment tanné d’entendre “la vitesse tue”. Il faut aussi une certaine efficacité. On pourrait aussi mettre les limites de vitesse partout à 30km/h. Ça serait beaucoup plus sécuritaire. Les moteurs d’auto seraient plus petit et très économe en essence. Mais malheureusement il faut aussi arriver un jour et ça prends un certain débit de véhicule pour ne pas trop engorger les routes. Le besoin de vitesse est un équilibre entre sécurité et efficacité. La sécurité parfaite à 100% oubliez ça. J’arrive à bientôt 40 ans, j’ai une moto sport, je conduis parfois un peu vite et je n’ai toujours pas eu d’accident. Mais, ça peut m’arriver un jour. Comme personne n’est à l’abris d’un accident d’avion, sauf si tu ne fais jamais rien. La vie de ceux qui ont peur de tout et évite tout, trop pathétique pour moi. J’arrive dailleur d’une plongé-soumarine avec les requins au Honduras. Des très beaux poissons, encore plus beau de proche.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  •  

    publicité

  • Calendrier

    juillet 2012
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité

    publicité