L'auto blogue

L'auto blogue - Auteur
  • L’auto blogue

    Voici un blogue destiné à ceux et celles qui s'intéressent à l'automobile sous tous ses boulons: bleue ou rose, petite ou luxueuse, animée d'un moteur thermique ou électrique. Ses auteurs, des journalistes de L'Auto/Mon volant, parlent des dernières tendances et n'ont pas peur de se salir les mains...
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 21 novembre 2013 | Mise en ligne à 19h22 | Commenter Commentaires (6)

    Deux autos de Kennedy et un révolver de son assassin vendus au même encan

    Adjugée pour 318 000 $. photo : Collection du Star-Telegram de Fort Worth; Bibliothèque de l'Université du Texas à Arlington

    Adjugée pour 318 000 $. Le couple présidentiel et le gouverneur John Connally dans la limo de Fort Worth le 22 novembre 1963 au matin. Photo : Collection du Star-Telegram de Fort-Worth; Bibliothèque de l'Université du Texas à Arlington

    DENIS ARCAND -

    Dans un pays comme les Etats-Unis, obsédé par les autos, les armes à feu, les célébrités et les complots, qui se surprendra que deux limousines ayant servi durant les derniers jours du président John Kennedy viennent d’être vendues aux enchères pour un demi-million de dollars ? L’encan a été tenu à Boston par RR Auctions. Les deux Lincoln ont été vendues avec quantité d’autres artefacts liés à ce président aimé qui incarnait le changement, tenait tête aux Soviétiques tout en évitant la guerre nucléaire et avait l’air parfaitement à sa place aussi bien avec l’homme de la rue qu’avec les vedettes de Hollywood.

    Un révolver Iver-Johnson similaire à celui acheté à 16 ans par Lee Harvey Oswald.

    Un révolver Iver-Johnson similaire à celui acheté à 16 ans par Lee Harvey Oswald.

    Lors d’un encan tenu peu avant le 50e anniversaire de l’assassinat de Kennedy, RR Auctions a aussi vendu un révolver ayant appartenu à son assassin, Lee Harvey Oswald.

    Cette juxtaposition historiquement correcte, mais assez macabre, a sûrement fait monter les enchères.

    Une bague présidentielle en or offerte à Kennedy par sa femme, Jacqueline Bouvier-Kennedy, a été mise aux enchères aux côtés de l’anneau de mariage de Lee Oswald. La bague de l’assassin a suscité une offre finale à 108 000 $, 18 000 $ de plus que le prix payé pour celle de sa victime.

    La Lincoln Continental de Fort-Worth rénovée. Photo : RR Auctions.

    La Lincoln Continental de Fort-Worth rénovée. Photo : RR Auctions.

    Lors de l’encan, une Lincoln Continental décapotable blanche 1963, utilisée pour transporter John et Jacqueline Kennedy le 22 novembre 1963 à Fort Worth, a été adjugée un homme d’affaires et collectionneur démocrate, Jim Warlick, pour 318 000 $ (six fois le montant minimum demandé). Forth Worth était l’étape précédant Dallas dans la tournée texane du président et de sa femme, Jackie Kennedy.

    La Lincoln présidentielle dans laquelle Kennedy a été tué à Dallas n’était pas en vente. Elle est depuis 1977 au Musée Ford, à Dearborn, au Michigan.

    Une autre Lincoln présidentielle en vente à l’encan a aussi été adjugée à M. Warlick pour 210 000 $ (8 fois le prix plancher des enchères).

    Le révolver ayant appartenu à Oswald n’a aucun lien avec l’assassinat du président Kennedy mais a quand même obtenu 30 000 $, 60 fois le prix minimal demandé.

    Le carnet de tir du Marine Lee H. Oswald, en 1956. Photo : RR Auctions.

    Le carnet de tir du Marine Lee H. Oswald, en 1956. Photo : RR Auctions.

    Le carnet de tireur d’élite d’Oswald, à l’époque où il faisait partie des Marines, a été adjugé pour 54 000 $.

    Il y avait toutes sortes de pièces intéressantes parmi les 255  lots, mais aussi un bric-à-brac de photos, balles de golf présidentielles, plumes fontaines, vêtements, peigne en argent du président « utilisée aussi pour peigner John Jr » (son fils) et objets personnels liés de près ou de loin au président, à sa femme, à son assassin et même à l’assassin de son assassin, Jack Ruby.

    Un maillot de bain ayant été porté par Jacqueline Kennedy a été adjugé pour 14 000 $, soit 200 $ de plus que l‘original tapé à la machine dicté par John Kennedy du discours sur l’État de l’Union 1963 et lu par le président au congrès.

    Quelqu’un a payé 4800 $ pour la lettre délirante de Jack Ruby accusant le vice-président Lyndon Johnson d’avoir orchestré l’assassinat de Kennedy.

    Voici la description de cinq lots vendus aux enchères :

    Lincoln Continental décapotable blanche de Fort Worth : 318 000  $

    Hotel-Texas-Marquee-Fort-Worth-November-1963Cette Lincoln Continental 1963 a servi comme véhicule présidentiel après un discours matinal de John Kennedy dans la grande salle de l’Hôtel Texas de Fort Worth.  La décapotable blanche, prêtée par un concessionnaire local, a mené le couple présidentiel accompagné du gouverneur du Texas John Connally à l’aéroport militaire Carswell, où les trois ont pris l’avion et fait le court trajet jusqu’à Dallas. La maison d’enchères RR Auctions attribue une valeur historique à la voiture : « elle est la dernière voiture à mener Kennedy sain et sauf à destination et marque la fin d’une époque. »

    Lincoln Mk V des déplacements quotidiens de Kennedy à Washington : 210 000 $

    1960-Continental-Mark-V-JFK-Limo-arrièreSi Kennedy avait été à bord d’une voiture comme celle-ci à Dallas, l’histoire aurait été différente. Cette berline Lincoln Continental Mark V 1960 noire blindée aux vitres anti-balles était utilisée par le président Kennedy pour ses déplacements ordinaires dans la capitale. C’était une voiture moins ostentatoire et spacieuse que les grandes limousines des fonctions officielles. Une telle voiture fermée était contraire aux moeurs de l’époque lors des défilés publics, où la grande décapotable permettait à un président populaire d’être en contact avec les citoyens. Voilà autre chose que Oswald a tué : après Dallas, les services de protection rapprochée de la Maison Blanche ont interdit les décapotables.

    Le révolver de Lee Harvey Oswald : 30 000 $

    Cette arme avait été achetée à l’âge de 16 ans par le futur assassin de Kennedy. Aujourd’hui c’est une antiquité fabriquée à la fin du XIXe siècle par l’armurier américain Iver Johnson. C’est un révolver automatique, avec cran d’arrêt, sans chien apparent de calibre “.38 Smith & Wesson”, qui n’existe plus maintenant et qui n’est pas le calibre .38 de nos jours. Curieusement, cette arme ressemble beaucoup et est contemporaine au révolver (du même fabricant et du même type mais de calibre .32 et avec un chien extérieur) utilisé en 1901 par l’anarchiste Leon Czolgosz pour tuer un autre président américain, William McKinley. En 1956, la mère du jeune Lee Oswald avait découvert le révolver dans ses affaires et s’était objectée à ce qu’une arme soit dans la maison, a raconté son frère aîné Robert devant la Commission d’enquête Warren sur la mort de Kennedy. Il avait réglé la dispute familiale en rachetant le révolver pour 10 $. Quelques mois plus tard, Lee avait eu 17 ans et s’était engagé dans les Marines.

    Le carnet de tireur du US Marine Oswald : 54 000 $

    Oswald Marine - blogue.jpgCelui qui allait tuer John Kennedy a été formé au maniement des armes à feu par les Marines. Lee Harvey Oswald s’était qualifié “tireur d’élite” sur carabine M1 de calibre .30 lors des épreuves de tir au début de ses trois années les Marines américains, en 1956. Chez les Marines, “tireur d’élite” est la qualification intermédiaire entre “tireur expert” et “tireur de précision”. Le carnet de tireur 1956 (fourni par le Corps des Marines à l’évaluation) d’Oswald inclut ses scores lors de deux pratiques et les résultats de son examen composé de 30 séances de tir. Les résultats et diverses observations sur le vent, l’élévation et sa position de tir sont consignés au stylo par Oswald. Plus tard, il s’était spécialisé dans la surveillance aérienne par radar et sa performance aux épreuves de 1957 lui avait valu seulement la qualification “tireur de précision”.

    La bague de Kennedy : 90 000 $. L’anneau de mariage d’Oswald : 108 000 $

    Bague présidentielle - John Kennedy.jpgEn 1963, Jacqueline Bouvier-Kennedy a commandé chez Cartier une bague en aux armoiries présidentielles, qu’elle a donné à John Kennedy. À l’intérieur, on peut lire JBK to JFK. La bague 18 carats de Kennedy a été adjugée pour 18 000 $ de moins que l’humble anneau de mariage de Lee Oswald, acheté en Union Soviétique à Minsk pour son mariage avec Marina Prusakova le 30 avril 1961. Oswald a vécu en URSS de 1958 à 1962 et avait à ce moment renoncé à son passeport américain. lee harvey oswald-anneau de mariage.jpgL’intérieur de l’anneau d’or 14 carats est estampé de l’étoile soviétique et de l’emblème communiste du marteau et de la faucille. Les sympathies marxistes d’Oswald se sont heurtés à la réalité quotidienne soviétique et il est rentré aux Etats-Unis (non sans difficultés administratives dans les deux pays) avec sa femme et leur premier enfant.


    • Oswald n’était qu’un bouc émissaire. C’est la CIA qui a fait le coup pour le compte du complexe militaro-industriel.

    • Bon ça y est, Oswald a tué l’auto électrique, maintenant.

    • Le complexe militaro-industriel a tué l’auto électrique, pas Oswald…

    • ce qui me fache dans certains articles ,c’est le manque d’informatios et de veracitee des ecrits.. On oublie qu’unepersonne est innocente avant d’etre jugee coupable. Lee Oswald n’a jamais ete juger. Donc innocent, jusqu’a la preuve du contraire.. Et que penser vous du phenomene de la conspiration..SVP renseignez-vous avant de manipuler vos lecteurs

    • @Rexie: Je suis sûr que vous avez raison! La CIA avait été manipulée par le grand-père de Ben Laden, par Sadam Hussein et par Ronald McDonald!

    • “Quelqu’un a payé 4800 $ pour la lettre délirante de Jack Ruby accusant le vice-président Lyndon Johnson d’avoir orchestré l’assassinat de Kennedy.”

      Lyndon Johnson, puissant sénateur du Texas, avait trempé dans des magouilles avec le fraudeur Billie Sol Estes dont la location au gouvernement fédéral de réservoirs inexistants d’ammoniaque servant à la fabrication de fertilisants agricoles. Deux meurtres déclarés comme étant des suicides, celui de l’agent fédéral Henry Marshall du Bureau du contrôle des subventions, qui serait parvenu à se tirer cinq balles dans l’estomac en juin 61, et celui du comptable d”Estes, George Krutilek, malgré les ecchymoses à la tête et deux décès de deux autres témoins du scandale.

      Dans son livre publié en France en 2003, JFK: Le Dernier Témoin, Billie Sol Estes confirme la participation de Johnson dans l’assassinat de Kennedy. Le coup de fil du vice-président à Robert pour lui annoncer la mauvaise nouvelle démontre plus ses ambitions d’être assermenté rapidement qu’un témoignage de sympathie. JFK réfléchissait à la possibilité de retirer Johnson du ticket démocrate lors de la prochaine élection, ce qui aurait anéanti toutes ses chances de devenir président en 1968. Le magazine Life avait prévu à la une de son édition de la dernière semaine de novembre, l’enquête sur les agissements de Johnson en tant que gouverneur. Tout est tombé dans l’oubli avec sa nomination.

      Parfois, la parole d’un fraudeur peut être aussi valable que celle d’un homme publique.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  •  

    publicité

  • Calendrier

    août 2014
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité

    publicité