L'auto blogue

Archive, octobre 2013

En moto ou autrement, Lou Reed essayait tout.

En moto ou autrement, Lou Reed essayait tout. Photo : AP

DENIS ARCAND –

Le rocker Lou Reed est mort dimanche à 71 ans, d’une maladie du foie. L’Auto Blogue est un bon endroit pour rappeler que la deuxième partie de la vie de cet être excessif, écorché vif et très talentueux a été plus heureuse que la première. Et qu’il a souvent parlé de son bonheur ou de son malheur tel que ressenti derrière la visière de son casque de moto, en roulant sous influence ou pas.

Dans la chanson New Sensations, de 1984, qui suit un tournant dans sa vie —il a cessé de se geler à l’alcool et à l’héroïne un an avant— il parle de sa Kawasaki GPZ et du bonheur qu’elle lui procure.

“I took my GPZ out for a ride
The engine felt good between my thighs
The air felt cool, it’s was forty degrees outside
(…)

I love that GPZ so much, you know, that I could kiss her”

Si au volant, vous souffrez du pied pesant musical, méfiez-vous de cette chanson. On ne le croirait pas au début, mais ce petit beat finit par être de la musique à ticket.

La Kawa GPZ 900 R 1984 : Puissance d'une 1100 cc, poids d'une 750 cc

La Kawa GPZ 900 R 1984 : Puissance d'une 1100 cc, poids d'une 750 cc

Kawasaki avait lancé la GPz1100 B1 mue par un moteur de 1089 cc en 1981, puis la B2 dotée d’un sustème d’injection électronique très sophistiqué, pour l’époque. Reed avait peut-être la version 900 cc, plus maniable, légère et vive, sortie en 1984.

En spectacle, Reed a parfois changé le nom de la moto quand il chantait New Sensations; peut-être selon ce qu’il conduisait à ce moment-là. En 1985, lors du concert Farm Aid (qui a servi à secourir les fermes familiales américaines) une Harley Sportster a remplacé la Kawa et son cri du cœur pour sa GPZ devient : « I love that Harley Davidson so much that I could kiss her. »

C’était un concert patriotique, en plein dans le Midwest, à deux heures de moto du siège social de Harley Davidson à Milwaukee : peut-être qu’embrasser une Harley Sportster passait mieux qu’embrasser une japonaise ce jour-là. Mais Reed, en moto ou autrement, essayait tout ce qui se monte, c’est bien connu; il existe des photos de Reed sur des Harley, prises plus tard.

Après des années de bamboche, on peut penser que rouler sur une GPZ donnait assez d’adrénaline à Reed pour le dispenser de tout autre stimulant.

Ça n’avait pas toujours été comme ça. Il parle aussi d’une autre balade en moto, irresponsable, criminelle et suicidaire, celle-là, dans une chanson tourmentée (et pleine de lucidité, d’apitoiement ou de vantardise, selon le point de vue) intitulée Bottoming Out. Il l’a enregistrée juste un an avant New Sensations, et l’avait écrite durant période où il cessait de consommer. Il y raconte avoir roulé saoul, être tombé, avoir demandé un autre verre quelques jours plus tard et avoir recommencé.

I’m tearing down Route 80 east
the sun’s on my right side
I’m drunk, but my vision’s good
and I think of my child bride
And on the left in shadows
I see something that makes me laugh
I aim that bike at the fat pothole
beyond that underpass

Reed a souvent été vu vivant et présumément sobre sur diverses motos par la suite, alors il ne s’est pas tué en visant le gros nid-de-poule sous le viaduc avec sa moto.

(Ce qui ne l’a pas rendu moins désagréable à interviewer, apparemment.)

Avec l’âge, comme beaucoup de motocyclistes, Reed est passé de la bombe japonaise à la Harley café racer, puis à la Harley Electra Glide, parfaite pour un gars qui a vécu à la dure et fait les derniers kilomètres avec une moto confortable et un foie transplanté.

Il a même eu une phase scooter, étant l’improbable porte-parole des scooters Honda dans une étonnante publicité intitulée « Don’t settle for walking » (ne vous contentez pas de marcher), jouant sur le titre d’un de ses hits, Take a Walk on the Wild Side. Les types de Honda ne savaient peut-être pas à qui ils avaient affaire (ni de quoi parlait la chanson), mais les gens de l’agence de publicité, eux, oui. L’annonce montre un New York caricaturalement glauque et Reed, qui se lève d’un scooter.

Dans la chanson My House, écrite dans les années 90, il décrit les priorités de sa “vie chanceuse” : “My writing, my motorcycle and my wife”.

Quand il a écrit ces lignes, il était marié à une designer anglaise, Sylvia Morales. Écrire et faire de la moto étaient ses deux premières priorités. Il a terminé ses jours avec l’artiste Laurie Anderson.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2013
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives