L'auto blogue

L'auto blogue - Auteur
  • L’auto blogue

    Voici un blogue destiné à ceux et celles qui s'intéressent à l'automobile sous tous ses boulons: bleue ou rose, petite ou luxueuse, animée d'un moteur thermique ou électrique. Ses auteurs, des journalistes de L'Auto/Mon volant, parlent des dernières tendances et n'ont pas peur de se salir les mains...
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 29 mai 2013 | Mise en ligne à 15h45 | Commenter Commentaires (85)

    Voitures électriques: les politiciens rêvent ?

    Les politiciens, à l'image d'Angela Merkel, manifestent un empressement à voir la voiture électrique s'imposer. Plus que les consommateurs. (Photo Johannes Eisele, Agence France-Presse)

    Les politiciens, à l'image d'Angela Merkel, manifestent un empressement à voir la voiture électrique s'imposer. Plus que les consommateurs. (Photo Johannes Eisele, Agence France-Presse)

    SÉBASTIEN TEMPLIER –

    Les gouvernements manifestent plus d’empressement que les automobilistes à voir des milliers de véhicules électriques sur les routes nord-américaines et européennes. Optimisme béat, recherche de capital politique ou méconnaissance de la technologie de leur part?

    Lundi, la chancelière allemande Angela Merkel a réitéré l’intention de son pays de voir un million de véhicules électriques sur ses routes d’ici 2020.

    Intention louable, manifestée déjà en 2009. Quatre ans plus tard, au 1er janvier 2013, seulement 7000 voitures électriques étaient en circulation en Allemagne, selon l’Agence fédérale allemande de l’automobile. (De ce nombre, combien appartenaient d’ailleurs à des entreprises ou à des collectivités locales?)

    L’an 2020, c’est demain. Sept années. Un million de véhicules électriques sur les routes allemandes en 7 ans?

    En février 2011, le président américain Barack Obama a affirmé la même ambition dans son discours de l’Union : un million de véhicules électriques sur les routes américaines, en 2015.

    C’est dans deux ans.

    Deux ans et quelques mois après son discours, on estime qu’environ 25 000 véhicules électriques ET hybrides branchables circulent au sud de la frontière, comme le rappelait cette semaine Automotive News.

    En supposant que ces 25 000 automobiles aient été vendues entre ce discours de l’Union et aujourd’hui (ce qui n’est pas le cas), ils s’en vendraient à ce rythme 150 000 d’ici… 2020. On est loin du million, qu’il soit ciblé dans deux ans ou dans sept ans.

    Chez nous ? Dans son plan d’action 2011-2020, l’ancien gouvernement Charest a estimé qu’il se vendrait presque 120 000 véhicules électriques au Québec en 2020. C’est l’équivalent de plus de 25% des ventes de véhicules neufs de l’an dernier. En date d’aujourd’hui, il ne s’est même pas vendu un millier de véhicules électriques dans la province.

    Le gouvernement du Québec souhaiterait voir 300 000 véhicules électriques sur les routes de la province en 2020? Sait-il qu’il s’y est vendu 415 000 véhicules à essence en 2012?

    Méchant coup de volant qu’il va falloir donner pour inverser la tendance.

    C’est à se demander si tous ces politiciens associent dans leurs projections les voitures électriques aux véhicules hybrides branchables et véhicules hybrides à autonomie prolongée.

    Poser la question c’est y répondre.

    Associées ou pas, les tout électriques et hybrides branchables n’atteindront pas ces chiffres en 2020.

    Quant aux raisons, c’est un autre sujet.


    • Parlons-en des raisons.
      Le cartel pétro-auto protège son marché de voitures complexes à entretiens coûteux et à durée de vie limitée. Contrairement à un moteur électrique qui n’a qu’une seule pièce mobile et qui ne chauffe pratiquement pas. Donc beaucoup plus durable pour nous et beaucoup moins payant pour les fabricants. De plus un VE demande de5 à 9 fois moins de dollars pour le nourrir, encore des économies pour nous.
      .
      Offrir au compte goûte des voitures électriques trop chères faiblardes et peu autonome, c’est une excellente stratégie pour repousser les acheteurs. Pensez à la EV-1 de 1999 : 200 km d’autonomie!
      .
      Attaquez maintenant les gouvernements qui encouragent les voitures propres, et le Dieu pétrole trônera bientôt sur une terre invivable.

    • Vos chiffres sont erronés. Il c’est vendu environ 1000 VÉ au Québec en 2012. Et les ventes sont en pleine croissance cette année.
      Salut Plug in America, il y présentement 100 000 VÉ. Ils estiment qu’il y aura 100 000 ventes en 2013. Donc les objectifs sont ambitieux, mais pas inatteignables.
      http://www.pluginamerica.org/

    • Facile, il n’y a pas assez de carottes et de bâtons. Pourquoi ne pas commencer par accepter les voitures électriques sur les voies réservées comme en Californie et leur réserver les meilleures places dans les stationnements. On peut aussi commencer à délimiter des parties du centre-ville réservées aux électriques ou hybrides comme c’est le cas à Londres.

    • J’espère que vous avez un bon bonus de Powercorp M. Templier pour nous mentir si souvent…

    • La voiture électrique demande un changement de mentalité et changer la mentalité du monde est chose difficile. C’est nouveau et sa fait peur à certains. Aussi un flagrant manque de connaissances, même de certains chroniqueurs automobiles. Il y a encore beaucoup de chemin a faire.

    • Il s’est vendu plus de 25000 voitures électriques au USA depuis le mois de janvier 2013 (Janvier à avril). Au même rythme, ca fera 100000 voitures électriques de vendus cette année. V_dussault a raison. Voir le lien: http://insideevs.com/april-2013-plug-in-electric-vehicle-sales-report-card/

    • Chaque chose dans la vie a un coût, l’épicerie, l’internet, la maison, et bien sur l’automobile. Ici au QC pays de la petite voiture à moindre coût, il est encore plus difficile de penser que les autos autres que hybrides à la Prius peuvent présentement concurrencer oû prétendre à une plus value tant que les gens qui regarde ce segment ( qui sera toujours une niche) en fonction unique des dollars dépensés.
      Si tu veux laisser ton EMPREINTE ÉCOLOGIQUE, tu dois acheter soit une LEAF ou une VOLT, ou une PRIUS sans tenir compte du prix.
      Mais ce n’est pas cela la réalité, et présentement que ce soit Nissan ou GM ou Toyota, ils n’ont aucune raison de diminuer les prix, car en bout de ligne le reste de la chaîne alimentaire, c’est a dire les garagistes, les fabricants de toutes les composantes qui sont remplacés dans nos autos conventionnelles ne peuvent se permettre si rapidement une révolution ou l’élimination de tout ces services ferait tomber une trop importante partie d’une économie qui en a grandement besoin.

    • @rexie,

      désolé, mais pour les théories du complot faudra affiner un peu l’argumentaire. Il y a des compagnies indépendantes des gros conglomérats qui s’essaient à la voiture électrique. Le capital à risque ne manque pas si une technologie assez viable, pratique, abordable se présente. Une voiture électrique qui aurait toutes les qualités requises pour prendre une part de marché significative ne manquera pas de bailleurs de fonds, le marché est immense.

      Pour l’heure, le pétrole demeure encore le moyen le plus pratique et il existe encore bien des obstacles technologiques au passage au tout électrique de façon massive. Il ne faut pas juger à la production d’un seul exemplaire ou d’un millier de copies fortement subventionnées autrement inabordables. S’il fallait remplacer tout le parc automobile avec les voitures électriques disponibles présentement, le gouvernment n’aurait pas assez d’argent dans ses coffres pour subventionner tous ces achats. Sans compter que les métaux rares requis pas les piles d’aujourd’hui manqueraient assez rapidement faisant monter en flêche les prix. Le pétrole paraîtrait ridiculement abordable à côté des piles au lithium.

    • Monsieur Templier, il y avait au 31 décembre 1201 véhicules électriques immatriculés au Québec. Il faudrait en ajouter quelques un pour les ventes des cinq remiers mois de 2013. Vos chiffres sont erronés.

    • @rexie,

      et j’ajouterais que c’est sans compter que dans bien des pays présentement, l’électricité est produite en brûlant du gaz naturel et du pétrole. Le passage à la voiture électrique continuerait de consommer du pétrole et des carburants fossiles, quoiqu’on en pense. Il faut faire attention de croire que tous les pays disposent de ressources hydro-électriques comme le Québec quand vous faites une analyse. Et pour ce qui est de l’éolien, la pétrolière Shell est très active dans ce dossier.

    • @pierre1510
      Une économie qui en a besoin, pas la population. Vous irez dire ça aux maréchals ferrants, vendeurs de foin et ramasseurs de crottes du XXème siècle! On n’arrête pas le progrès, sauf accidentellement pendant 100 ans de monopole pétrolier.
      Depuis quand le système capitaliste prédateur se préoccupe-t-il de ceux qui perdent leurs emplois à cause d’un changement du marché? Vous rêver, c’est pour se protéger le cartel qu’ils crient au scandale.

      .
      @dcsavard
      Pas de complots dans notre plusss belle industrie capitaliste au monde? La commission Charbonneau ça vous dit quelque chose?
      Pardonnez-moi mais il faut avoir les reins assez solide merci pour s’attaquer au marché de l’automobile établi. Ce n’est pas ti joe du coin qui va révolutionner quoi que ce soit à lui tout seul.
      À date seul Elon Musk , homme d’affaire génial et exceptionnel est en train de percer… et la partie est loin d’être jouée…
      Si n’y a pas collusion, expliquez-moi la EV-1 de GM, la RAV4-EV de Toyota et la Altra-EV de Nissan, qui faisaient toutes 200 km d’autonomie il y a 14 ans!
      IL N’Y A PAS D’OBSTACLE TECHNOLOGIQUE. Il y a des obstacles commerciaux de cartels vieux d’un siècle qui se traînent les pieds…
      Tesla le prouve avec brio avec de simples piles conventionnelles. +10 000 de vendues et toute la production (500/sem.) réservée à l’avance.
      On ne change pas le parc automobile en criant binne, ce sera graduel et pour le mieux. Et ne vous inquiétez pas pour le gouvernement qui épargnera 20 milliards par année en achat de pétrole, ce poison qui nous étouffe depuis assez longtemps.
      Le prix des piles est artificiellement gonflé.
      Pour une Tesla S, si on paye maintenant, c’est 10 000 $ pour remplacer le meilleur pack de piles au monde pour dans 8 ans, à la fin de la garantie… si elles sont faibles pour la peine.
      .

      .
      Le lithium est recyclable à 98% et l’appellation “terres rares” est du XIXème siècle et n’a pas de rapport avec les grandes quantités qu’on retrouve dans nos sous-sols.

    • IL est démontré que produire de l’électricité pour charger des voiture électrique , électricité produite avec des génératrices à essence, diésel et gaz naturel est moins polluant que utiliser directement le combustible dans le moteur de voiture. Les moteurs faisant tourner les génératrices tournent à un régime constant et le plus efficace possible. Les entreprises produisant de l’électricité de cette façon n’ont pas intérêt à gaspiller le combustible. Évidement, l’hydro-électricité demeure la meilleure méthode et la moins polluante.
      Alors même dans le cas ou du fuel est utilisé pour produire l’électricité, il y a un gain en regard de environnement quoique moindre qu’au Québec par exemple.

    • @Rexie

      Pour une fois, vous avez bien raison à propos du complot des pétrolières, en particulier américaines. Voici d’ailleurs un groupe de texans qui complotent pour faire monter le prix de l’essence:

      http://www.herndonfineart.com/images/Sports/smith_huddle_II.jpg

    • @Sampiq
      Même avec de l’électricité en provenance du charbon, le VE est regagnant sur le char à pétrole
      http://www.teslamotors.com/goelectric#electricity
      .
      @dcsavard
      Bien sûr, les pétrolières adorent se tirer dans le pied et tuer leur vache à lait. .. Ahhh! vous vouliez dire que Shell est très actif pour étouffer les technologies éoliennes!
      C’est comme cet ingénieur d’hydro-Québec qui était surpris de constater que les nouvelles éoliennes livrées par G.E. étaient MOINS PUISSANTES que la génération précédente…

    • Rien à comprendre du propos dans cet article, c’est beau de jouer à l’autruche, mais de ne pas mentionné que la raison pour laquelle les gouvernements veulent pousser l’électrique est juste celle du très très gros bon sens me scie en deux.

      On est rendu là un point c’est tout, la raison n’est pas “un autre sujet” !

    • Sans les pressions des hydrocarburiens, l’énergie solaire et éoliens les auraient remplacé depuis 50 ans!
      Imaginez un instant, un réseau électrique cellulaire dans chaque domicile avecpiles de stockage au sous-sol, des piles genre nickel-Fer d,une durée de vie de 50 ans. De petites éoliennes silencieuses et des toitures solaires qui accumulent l,énergie et qui même la revend sur le réseau au besoin. Un réseau propre, indépendant à l’abri des grandes pannes avec de l,énergie gratuite et infiniment renouvelable.
      http://thumbnails.visually.netdna-cdn.com/powering-the-world-with-zero-carbon-emissions-and-solar-power-alone_50290ad06d2c7.jpg

    • On pourrait commencer par retirer les subventions à l’exploration et l’exploitation pétrolière… juste ça, ça ferait monter le prix du carburant à moyen terme, rendant l’acquisition d’une voiture électrique plus intéressante, tout en faisant économiser les gouvernements.

    • … et leur faire payer leurs impôts…

    • Faut aussi voir quel sont les moyens les plus rentables pour réduire la pollution, c’est-à-dire le nombre de tonnes de carbone éliminé par dollar. Pour bien des administration sur la planète, le vélo en libre-service, style bixi, est l’option la plus rentable, suivit par les TEC.

      Implanter des photo-radars permet non seulement de réduire la consommation d’énergie, mais aussi d’engranger des revenus. J.-M. DeKoninck évalue que la consommation d’énergie par les véhicules moteurs pourrait réduire de 23 % juste en changeant les habitudes de conduite. Pour des juridictions.

      À coût pratiquement nul, forcer l’implantation pour les constructions neuves de bornes de recharge, principalement pour les condos, aiderait aussi un peu.

      Si les politiciens sont réellement soucieux de réduire la pollution, ils doivent agir avec ce qui aura le plus d’impact par dollar.

    • … Et à long terme c’est évident que ce sont les voitures et autobus électriques les moins polluants de tous, et de loin! Il faut donc éliminer les voitures aux hydrocarbures fossiles et développer au maximum les sources d’ électricité propres, gratuites et infiniment renouvelables provenant du vent, de l’eau et du soleil.
      C’est le gros bon sens…

    • Oui moi aussi “je rêve”.
      Je rêve d’une humanité qui survit malgré les catastrophes écologiques qu’elle provoque.

      En fait, il nous manque plutôt de “rêveurs” et décideurs qui pensent un peu plus loin qu’aux présentes difficultés et imperfections de la transition – difficultés qui paraissent bien légères quand les scientifiques s’accordent à dire que la survie de l’humanité est en jeu.

    • @ rexie, sampiq et v_dussault:

      Messieurs, une précision s’impose quant aux chiffres de ventes de voitures électriques, au Québec et ailleurs dans le monde.
      Vos sources – comme les politiciens manifestement – font l’amalgame entre les véhicules électriques et tout ce qui est branchable (hybrides branchables et hybrides à autonomie prolongée).
      Comme indiqué dans ce post du blogue, je fais mention des véhicules électriques seuls, et non pas de tout ce qui est branchable. Par conséquent, les 25 000 ventes indiquées aux États-Unis par la source de sampiq (InsideEV), pour les 4 premiers mois de l’année, sont plus qu’à relativiser. Si l’on s’en tient aux 100% électriques, ce chiffre est de 7000 unités environ (abstraction faite des ventes de Tesla qui sont des estimations non vérifiées dans le tableau d’InsideEV). À ce rythme, on arrivera à 25 000 tout électriques vendues cette année aux USA.
      Pour ce qui est du Québec, quand je mentionne moins de 1000 exemplaires de tout électriques vendues, je parle évidemment de véhicules tout électriques et non pas des Prius branchables, Volt, C-max, Fusion – ou autres Karma à la rigueur – autant de véhicules branchables mais pas tout électriques. Faut-il – encore – préciser.
      J’invite ceux qui souhaitent avoir les ventes exactes au Québec des i-Miev, Leaf, Focus et Tesla à me contacter.
      La relecture et la nuance méritent d’être prescrites.

      Sébastien Templier, La Presse

    • @ sebastien templier: Votre article: “Deux ans et quelques mois après son discours, on estime qu’environ 25 000 véhicules électriques ET hybrides branchables circulent au sud de la frontière, comme le rappelait cette semaine Automotive News.” Ce sont les deux types de véhicules qui sont mentionnés.

      Pour la Volts, en moyenne, la volt est utilisée à 73% en mode électrique et la médiane est à 80%. Peut être pas 100% électrique, mais pas si mal. Voir le site: http://www.voltstats.net/ Cette année je ferai approximativement 14000 kilomètres en mode électrique et 6000 kilomètres en mode essence. Donc voiture électrique ou essence?

    • @sampiq:
      «@ sebastien templier: Votre article: “Deux ans et quelques mois après son discours, on estime qu’environ 25 000 véhicules électriques ET hybrides branchables circulent au sud de la frontière, comme le rappelait cette semaine Automotive News.” Ce sont les deux types de véhicules qui sont mentionnés.»
      Oui, justement ! Ce n’est même pas un 25 000 qui porte uniquement sur les véhicules 100% électriques.

      «Pour la Volts, en moyenne, la volt est utilisée à 73% en mode électrique et la médiane est à 80%. Peut être pas 100% électrique, mais pas si mal. Voir le site: http://www.voltstats.net/ Cette année je ferai approximativement 14000 kilomètres en mode électrique et 6000 kilomètres en mode essence. Donc voiture électrique ou essence?»
      Pas si mal pour une hybride, mais on ne peut prétendre qu’elle de la même catégorie que la Leaf ou la Focus électrique.

    • @sebastien templier: Vous avez raison, La Volt n’est pas de la même catégorie que la Leaf ou autre tout électrique. Par contre, ne faudrait t-il pas prendre le nombre de Volt vendu et multiplier par 0,73 car elles roulent en moyenne 73% du temps en mode électrique? Ces données sont téléchargées à partir des voitures et donc assez précises. Cette année je ferai approximativement 14000 kilomètres en mode électrique et 6000 kilomètres en mode essence. C’est tout comme si j’avais une Leaf qui fait 14000 km/an et une Yaris qui fait 6000 km/an. Mais je ne voulais pas deux voitures. De plus sur la Volt, le moteur qui fait avancer l’auto est électrique.

    • @S.T.

      Comment pouvez-vous n’avoir qu’un estimé? Les sources des ventes sont des nombres précis non? Avez-vous ça des fabricants? Des immatriculations?

      Et votre “25 000 ET hybrides branchables”, c’est faux.

    • @S.T. Tesla à lui seul en a plus de 10 000 de livréees!

    • @S.T. De toutes façon, on sait à quelle auge vous mangez. Vos gros titres qui déprécient les V.E., ils se retrouvent à la tonne en première page et même si on corrige le tir par après il y a une grosse majorité de lecteurs qui ne rendent pas jusqu’ici.

      Vous êtes biaisés contre les VE pas à peu près.
      Au lieu de ” Voitures électriques: les politiciens rêvent ?” vous auriez pu titrer
      “Ventes de voitures propres, des chiffres qui parlent” et mentionner que les ventes de VE ont plus que triplé par rapport à l’an dernier… par exemple…
      On le sait que Lapresse participe activement à re-tuer la voiture électrique par de la douce désinformation pour les intérêts à Desmarais, et on ne s’attend pas du tout à ce que vous l’avouiez.

    • @rexie
      “J’espère que vous avez un bon bonus de Powercorp M. Templier pour nous mentir si souvent…”
      Et qui vous paye pour mentir si souvent et essayer de faire passer les écolos pour des cons ?

    • Question d’habitudes et de prix. Le problème étant que les gens changent de véhicule trop souvent pour justifier la différence de prix. Un véhicule de 10 ans c’est pas vraiment a la mode…

    • Je possède une auto TeslaS depuis décembre dernier et je puis vous affirmé que c’est de très loins la meilleur voiture que je n’ai jamais conduit.
      Il est normal que les ventes de voitures électriques on un départ lent car encore auolurd’hui, le plus gros commantaire négatif concernla crainte de manquer d’énegie ce qui est une crainte inutile pas plus que le manque d’essace sur le boul. Métropolitain.
      LOrse que j’ai placé ma commande il y a prêt de 3 ans, j’avais le no 432. Donc, après un an d’offre sur leur site internet, ils n’en avaient vendu que 432.
      Aujourd’hui, ils en vendent plus 20,000 par année, soit une progression de 46 fois plus.
      Pllus l’offre de model sera grande plus les ventes prendront une augmentation expotentiel.
      Il ne suffit que de s’assoir à l’arrière du volant d’une de ces voiitures électriques pour désirer en avoir une a sois. Je n’Ai pas encore rencontré une seule personne qui ont examiné ma TeslaS qui ne désirait pas en posséder une, surtout si un model similair peut s’acheter à moins de $40,000.
      Il ne faut opas oublier que nous sommes au Québec et lorsque je me branche pour faire le plein (480km) je prend de l’argent dans ma pôche gauche ($2.35) pour la remettre dans ma pôche droite. L’électricité nous appartier, pas a un pays du moyen orient.Fini les arrêt au stations de service.
      Ma crainte ? La puissance des pétrolières.

      r.brodeur35@gmail.com

    • Et quel titre a-t-on encore ce matin en première page de LaPresse ?
      “L’aube lointaine des véhicules électriques”…peut-être… plus tard…

    • Et durant tout ce temps perdu à dialoguer sur hybride, 100%-75%-50%) en Europe et plus particulièrement en France la Toyota Yaris Hybride 13 200 Euro (3.0 l/100km mixte normalisé) se vend au même prix que sa p’tite sœur essencel (4.0 l/100km mixte normalisé)

      Et quoi penser de la nouvelle Renaud Zoe 100% électrique 210 km d’autonomie normalisée (125/180 km usage normal) lorsque l’on sait que 87 % des Européens parcourent moins de 60 km par jour. et en Amérique du Nord 85% parcourt moins de 100 km/jours.

      En France, le prix d’achat du tout électrique est similaire ou même parfois moindre que le prix d’achat d’un même modèle diésel.

      G.Duquette

    • Faudrait voir si les voitures supportent bien notre hiver.

    • Je pense que le biais de m.Templier n’a d’égal que le biais de Rexie…

      Je préfère de beaucoup le sens commun de d.duquette ou de r.brodeur.

      J’ai lu il y a peut-être un an que 90% des automobiliste font moins de 100 km par jour.

      Pour la très grande majorité des ménages, l’obligation de conduire un véhicule à l’autonomie infini ou dont la recharge (branchement ou plein d’essence) se fait en 5 minutes se résume à d’exceptionnel déplacements lors de vacances.

      Dans la même lecture, j’avais noté que GM/Chevrolet avait développé son cahier de charge pour la Volt autour de cette réalité.

      Sachant tout cela. La Tesla de m.Brodeur apparait comme une voiture tout à fait apte à combler une famille moyenne.

      Sachant cela la Volt de GM me semble une voiture dont le design est l’ingénierie est très, très pertinent.

      Sachant cela la Prius de Toyota (ainsi que la mienne) me semble un redoutable compromis eu égard de son prix nettement plus abordable qu’une Volt et sans aucune proportion avec celui de la Tesla model S.

      Si quelqu’un me demande laquelle des 3 je préfererais posséder? Facile. Une model S rouge.
      Si quelqu’un me demande pourquoi une Prius au lieu d’une Volt? Facile. le prix, la fiabilité apréhendé et une certaine méfiance à l’égard de GM. Mais si la Volt avait été plus abordable, j’aurais vraiment hésité. Je reviens sur l’ingénierie de la Volt et j’insiste sur l’ingéniosité de l’ensemble.

      Il faut aussi noter que beaucoup de ménage possèdent 2 voitures. Ces ménages peuvent très bien utiliser la mini-van pour le tour de la Gaspésie et la voiture “écologique” pour le quotidien ordinaire.

      Il faut aussi apprécier le fait que l’abondance des ressources hydraulique au Québec et le prix réellement bas de l’électricité au pays fausse un peu le portrait. Le coût d’opération de la Tesla de M. Brodeur serait nettement plus élevé dans la région de New-York même s’il serait quand même plus économique qu’une voiture de même poid et de même gabarit qui fonctionnerait à l’essence. Le “gain” de M.Brodeur serait réel mais moindre à New-York qu’à Montréal (prix de l’électricité ET prix de l’essence).

      Le dernier point qui nous intéresse est le fait qu’on achète un véhicule (ou n’importe quel bien) en ne payant que le prix du véhicule (ou du bien). Si on avait à payer le coût social et environnemental du véhicule (du bien, ou de l’energie nécéssaire à l’usgae du bien), on verrait que la facture changerait beaucoup. Actuellement on souille sans nettoyer. Qui peut croire que tout ça peut se faire sans coûts?

      L’empreinte écologique d’un déplacement électrique versus celui d’un déplacement à l’essence est sans doute difficile à établir précisément, mais il semble raisonnable de penser que l’électrique est globalement plus efficace et moins nuisible.
      Mon idée est que s’il était possible d’évaluer précisément tout les coûts et de les charger effectivement à l’utilisateur, on verrait 2 choses: Beaucoup de monde devrait changer leur habitudes faute de moyens pour payer et une méga récession.
      Autrement dit, on est pas mal vertueux jusqu’à ce que ça touche notre portefeuille ou notre confort. J’ai encore vu personne faire de dons pour un organisme oeuvrant à dépolluer la planète.

      Pour ma part je sais que j’ai acheté une Prius pour:
      1- Économiser de l’essence
      2- Réduire la pollution que je fais au détriment de l’environnement et du futur.
      3- Remplacer un véhicule qui avait beaucoup roulé.

      Comme je roule encore beaucoup, je me garde de faire la morale à qui que ce soit car malgré ma Prius et mes 4,4 litres au 100km, je pollue davantage que mon voisin qui va travailler à pied et qui roule son pick-up pour 75 à 100 km par semaine.

    • @Doumguy : votre commentaire est peut-être le plus sensé que j’ai pu lire depuis longtemps.

      -La très vaste majorité des propriétaires de Tesla S ont au moins une autre voiture. Tant mieux pour eux.

      - Dans l’équation de la consommation d’essence, il y a trois variables : le modèle, la distance parcourue annuellement et le style de conduite. Tous peuvent contrôler la troisième facilement, un peu moins la seconde et la première, seulement au renouvellement des voitures.

      Pour ma part, je ne roule ni en hybride, ni en électrique parce que :
      1- Je ne suis pas prêt financièrement à changer de voiture
      2- Ça me prend une voiture capable d’accepter trois sièges d’appoint sur la banquette arrière
      3- Je roule très peu par année (10 000 km, à plus de 70 % sur des distances de plus de 500 km par jours lorsqu’elle est en usage), donc la voiture ne s’usent pas beaucoup mais se déprécie à cause du temps, mais du coup les voitures électriques sont hors du coup.
      4- Je trouverais stupide, au niveau écologique, de remplacer un véhicule en parfait état de marche par un véhicule neuf, pour passer de 800 L / année à 700 L (le seul véhicule hybride pouvant accepter trois sièges d’appoint est la Highlander de Toyota). 100 litres de moins en 13 ans (durée prévue de possession de la voiture), c’est 1300 litres, soit à peu près ce que ça coûterait en essence faire venir une Higlander de l’usine à ma porte… Sans compter l’essence dans le transport des matériaux nécessaires à la fabrication de la dite voiture.

    • Nous savons tous que Rexie a, disons, un fort penchant pour les autos électriques. Mais un blogueur n’est pas un journaliste. Il n’est pas tenu à faire des reportages objectifs et équilibrés, donnant le pour et le contre des sujets qu’il aborde.
      .
      Dans un reportage sur les autos électriques en Europe et en Amérique et l’implication de leur gouvernement, je suis surpris qu’on ne parle pas ici de la Norvège où les autos électriques ont un grand succès, suite à l’appui énergique du gouvernement. Même que la tout électrique Leaf s’est vendu en plus grande quantité en avril dernier que tout autre modèle d’autos, électriques ou à essences. Ce qu’on pourrait qualifier de succès mais qui contredirait le titre de “Les politiciens rêvent”. Mentionner la réussite de la Norvège serait par contre plus objectif et c’est ce que l’on attend d’un grand journal comme Lapresse.
      .
      Une chance, nous pouvons compléter notre information ailleurs:
      .
      http://www.avem.fr/actualite-voiture-electrique-la-nissan-leaf-numero-2-des-ventes-en-norvege-en-avril-4096.html

    • En considérant que GM faisait la EV-1 Ni-MH en 1999 à 200 km d’autonomie, ne serait-il pas normal de voir apparaître une Volt toute électrique à AU MOINS 200 km?
      14 ans plus tard… 250-300 mettons?
      c’est de la mauvaise volonté évidente.
      .
      Voyez “Qui a tué la voiture électrique” et vous constaterez comme moi que les fabricants le font exprès de ne pas produire de bonnes électriques.
      .
      Et encore une fois, si Tesla peut le faire avec presque des moyens de fortune, pourquoi pas les autres?
      Pourquoi n’y a-t-il sur le marché grand public qu’un seul modèle d’électrique qui soit une voiture “normale”? UN seul modèle depuis 3 ans. Aucune amélioration sensible, aucune compétition des autres grands fabricants… sauf de Tesla qui ne fait pas partie de la “gang”.
      .
      Les gouvernements mangent habituellement dans la main des pétrolières, mais c’est la population qui rêve d’un monde sans hydrocarbures… pour protéger nos enfants et nos petits-enfants

    • Pour répondre à la question et ne pas la contourner, est-ce-que les politiciens rêvent?

      Bien sûr. Le rêve est un bon vendeur durant les campagnes électorales. On évite soigneusement les cauchemars comme les finances publiques en mauvais état. Ce n’est pas le cas de l’Allemagne mais c’est celui de la France et des…États-Unis.

      Et puis, les politiciens ne rêvent pas. Dans le cas des véhicules électriques, nous les reconnaissons dans ce qu’ils font de mieux. Ce sont des champions des “OPM”. Vendre de beaux projets avec l’ “Other People’s Money.”

    • Il faudrait faire comme la Norvège, taxer lourdement les véhicules qui consomment beaucoup pour encourager l’achat de véhicules non-polluants. Pas l’essence, ce qui pénaliserait tout le monde et remplirait encore plus les poches pleines des pétrolières qui nous refileraient la taxe.

    • @ rexie
      Ils devraient plutôt taxer selon le nombre de km parcouru par an, comme ça, ceux qui utilisent le plus les routes participeraient plus pour leurs réparations, bref, utilisateur payeur. Et ceux qui ont des véhicules électriques payeraient aussi leur part. Ce serait plus juste pour tout le monde !
      .
      Beaucoup de gens n’ont pas le choix d’avoir des véhicules qui consomment plus. On a qu’à penser aux familles avec plusieurs enfants qui doivent avoir une mini-van ou même plus gros, ceux qui ont besoin d’un pickup pour leurs travaillent ou leurs loisirs, etc.
      .
      C’est gens payent déjà plus de taxe que les autres dû aux taxes sur l’essence étant donné que leurs véhicules consomment plus, alors pourquoi les pénaliser encore plus ?
      .
      D’ailleurs plusieurs gouvernements y songent de plus en plus pour compenser les pertes en taxe dû aux véhicules qui consomment très peu ou pas du tout.

    • Non Non Non, une exemption de taxe pour les grosses familles, mais les autres utilisateurs de gros pollueurs plus taxés à l’achat.
      Le but est d’inciter à moins polluer et à se libérer du pétrole qui grève les finances publiques et privées. Dans le même ordre d’idée, on ne taxe pas les VE, on leur donne un rabais incitatif.
      .
      Sais-tu que ton jupon commence à dépasser?
      .
      Les budgets pour les routes ne viennent pas des taxes(ou si peu) mais des impôts générales.

    • @François : effectivement, taxer les véhicules est contre-productif si on veut limiter l’usage de l’essence. C’est comme si, en voulant limiter l’usage du tabac, on aurait taxer les cendriers selon leur taille au lieu de taxer le tabac comme tel.

      Ainsi, les citoyens, avec un prix du pétrole réflétant les dommages liés à l’exploitation de cette ressource (plus de taxes sur le carburant) et des taxes selon les distances parcourues annuellement seraient mis face à leurs responsabilités, et des choix différents pourraient en découler, le tout sans imposer une solution unique.

    • D’autres politiciens près de chez nous, font des actions pour promouvoir les véhicules électriques et verts: le Salon du véhicule vert aura lieu demain, dimanche le 9 juin à Laval:

      http://www.aveq.ca/1/post/2013/06/salon-du-vhicule-vert-de-laval-2013-ce-dimanche-9-juin.html

    • @ simon_c
      Vous donnez raison à De Koninck pour le retour des radars photo au Québec. Son argument massue pour nous les imposer était la baisse de 40% des décès de la routes dans les trois années suivant leur installation en France en 2001. Il n’y avait aucun appareil en fonction durant les premiers 34 mois de la période.

      Vous dites que taxer les véhicules est contre-productif, pourtant le bonus-malus donnent des résultats probants en France. Il n’y a pas assez d’acheteurs de véhicules consommant beaucoup et payant le malus, pour compenser le bonus que le gouvernement verse à ceux qui acquièrent un véhicule à faible consommation.

      Que vous vouliez l’admettre ou pas, le pétrole fait partie de notre mode de vie et il le sera encore longtemps. Si 72% de la production sert aux transports, le reste est transformé en de nombreux produits chimiques qui entrent dans la fabrication d’un nombre incalculable de produits de consommation courante. L’ordinateur que vous utilisez pour nous envoyer vos commentaires intéressants constitue un bel exemple.

    • @ rexie
      Pourquoi tu dis que le budget des routes ne vient pas des taxes sur l’essence, ou si peu ?
      .
      Sur le prix que nous payons à la pompe, environ 45% du montant sont des taxes de toutes sortes (fédéral, provincial et local, sans parler de 1 ou 2 cents pour le transport en commun), les taxes sur l’essence rapport des centaines de million voir, des milliards par an !
      .
      Crois-tu vraiment que les gouvernements sont prêts à se passer de toutes cette argent provenant de la vente de l’essence ? Naaaa ils vont trouver d’autres façons pour nous taxer et récupérer l’argent perdu à cause des VE. On y échapperas pas.
      .
      D’ailleurs l’Orégon, le premier état à avoir taxer l’essence, étudie la possibilité de taxer sur le millage (kilométrage) justement. Non, on y échapperas pas, malheureusement.
      .
      Ça ne m’étonnerais même pas que les compagnies d’électricité nous arrivent un jour avec deux tarifs sur les factures, un pour la maison et un autre, plus chère, pour recharger la voiture …. Y sont ben capable de faire ça !

    • L’argent qui est pas dépensé en pétrole par les conducteurs de véhicules électrique est dépensé autrement. Je ne connais pas personne qui le cache sous son matelas. Cet argent économisé est dépensé en biens de toutes sortes et qui sont taxés. Personnellement, j’en ai pas plus au bout de l’année, mais nous avons été un peu plus au restaurant, un peu plus de rénovations dans la maison, un peu d’électricité dépensée, et tout ces dépenses sont taxées. Pour plusieurs de ces dépenses, l’argent demeure entièrement au Québec, ce qui aide à la balance commerciale du Québec. Quand je dépense pour du pétrole, presque tout cet argent part à l’extérieur du Québec, le même argent dépensé autrement profite plus au Québec. En plus, moins de pollution.

      Texte tiré de Quebec Science juin 2013:
      Un milliard de dollars par mois! C’est le montant que le Québec perd au profit des pays producteurs de pétrole. Pour Robert Laplante, directeur de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC), la situation est inacceptable. Selon lui, il est vraiment temps que ça change: «Notre balance commerciale est négative, et c’est dû aux transports. Depuis trois ans, nos importations dépassent nos exportations, essentiellement à cause du pétrole destiné à nos véhicules. Avec la flambée des prix, l’argent sort massivement de la province pour enrichir les pays producteurs, alors qu’on aurait ici toute l’électricité nécessaire pour assurer l’essentiel de nos déplacements.»

    • @Sampiq

      Il est temps de relativiser. (Larousse: Faire perdre à quelque chose son caractère absolu en le replaçant dans un ensemble, un contexte.)

      Quelle part occupe le pétrole de l’Alberta dans notre consommation? Cela ne change rien à la balance commerciale canadienne et n’influence donc pas la valeur de notre dollar. Seulement un séparatiste peut concevoir l’achat de pétrole de l’ouest du pays comme une importation.

      deuxièmement, étant donné qu’aucun gouvernement en place au Québec a eu le courage d’augmenter nos tarifs d’électricité au prix moyen du marché canadien, la facture d’Hydre-Québec est une aubaine. il est bien plus avantageux de vendre notre ressource aux Américains en période de pointe durant les mois chauds de l’été car il s’agit d’argent neuf qui rentre au Québec.

    • @kiroulbien: Je ne savais pas que les navires citernes qui déversent leur pétrole brut au quai de Ultramar venaient de l’Alberta. J’ai du manquer mes leçons de géographie et d’économie. Un petit milliard par mois qui sort du Québec est rien en somme. Des peannuts.

    • @Kiroulbien: Pour répondre a votre question, facile, un gros zéro baril ne vient de l’ouest canadien au Québec. Et seulement au Québec, on importe de l’extérieur du Canada, rien de l’Alberta, pour plus d’un milliard de dollars de pétrole par mois, un pet. Ça change rien a la balance commerciale du Québec et du Canada, a peine 12 milliard par année. Vous êtes plus fort que tout le monde en économie.
      http://www.mrn.gouv.qc.ca/energie/statistiques/statistiques-import-export-petrole.jsp

    • @ sampiq
      Les taxes sur les biens et services ne sont que de 15%, il y en a pour près de 45% sur l’essence, devines ce qui rapporte le plus aux gouvernements ;-)
      .
      Je ne parle pas contre les véhicules électriques ici, je parle contre les gouvernements qui vont encore trouver des façons de nous vider les poches.
      .
      @ kiroulbien
      Aucun pétrole de l’Alberta dans l’Est de pays actuellement. Ici le pétrole provient principalement de la mer du nord en Europe et de l’Algérie, c’est pour ça qu’ils veulent inverser le débit d’un oléoduc, pour ne plus importer du pétrole de l’étranger et utiliser celui de l’Alberta, au moins notre argent resterait au Canada.

    • @francois_qc: C’est vrai, que 15% en taxes. Mais en considérant que si cet argent est dépensé ici, ça fait plus car ça fait travailler des gens d’ici qui eux paient des taxes et impôts. Je n’ai aucune idée de combien ça fait, mais plus que 15% assurément. Par exemple, un repas au restaurant rapporte plus que 15% en taxes car le serveur, cuisinier, etc sont payés et eux paieront des impôts, dépenseront et paieront des taxes sur leurs achats, etc. C’est pourquoi les gouvernements subventionnent les industries pour qu’elles demeurent en place. Le gouvernement américain a prêté à l’industrie automobile américaine pour cette raison, les gouvernements des USA, Colombie Britannique et Ontario et du Québec subventionnent les voitures économiques en énergie car ce qui ne vas pas à l’extérieur est dépensé ici. C’est payant de dépenser en place, plus que ce que ça coute. Par exemple, l’autoroute du Saguenay a couté 1 milliard au gouvernement, mais a rapporté combien en impôt des travailleurs et taxes? J’ai travaillé sur cette autoroute et j’ai payé des impots et taxes et mangés aux restaurant à l’Étape plus souvent qu’a mon tour. Une partie de ce 1 milliard est revenus dans les coffres du gouvernements. Au bout de la ligne, ça a couté 1 milliard mais a rapporté beaucoup dans les coffres des gouvernements, et par le biais, revient en partie à tous.

    • @kiroulbien
      Parlant de relativiser, TOUS les plastiques ne comptent que pour 4 (QUATRE)% de la consommation de pétrole…
      Ça vous donne une petite idée de combien on en brûle de ce poison pour les transports! Des gaz nocifs pour la santé (des frais énormes de miliards externalisés par les pétrolières ) et du CO2 qui bouleverse le climat (des frais externalisés aussi) en voulez-vous en v’là!
      .
      Les inondations, les crues, de l’érosion accélérée, des pluies plus abondantes que l’on vit de plus en plus, sont directement causées par le réchauffement qui crée, à l’échelle planétaire, plus d’évaporation.
      Ajoutez y l’excitation de la chaleur sur les systèmes climatiques et on voit la pagaille qui s’installe.
      Vous aimez parler de chiffres? Tout le monde paye des milliards de milliards de dégâts, pour une poignée d’actionnaires ( même pas le fameux 1% ) assis sur leur pouvoir de s’enrichir en détruisant la faune, la flore, la santé et le climat! What a deal!
      .
      Dire que certains ici les défendent.

    • @francoiqc
      Le pétrole bitumineux albertain est, avec le nucléaire et le gaz de schiste, la pire cochonnerie que l’homme a inventé. C’est de l’auto-destruction à plein régime, en plein au moment où il faut cesser d’émettre du CO2!
      N’est-ce pas simon_c , cher brave “vrai” écologiste allergique au pétrole? ;-)

    • @simon-c
      Ton exemple est illogique. C’est comparer les grosseurs de tanks à gaz… On les rempli plus souvent, c’est tout…
      .

      Si on taxait les gros fumeurs en plus des paquets, il y en aurait un paquet(!) qui arrêteraient.

    • @sampiq

      “Vous êtes plus fort que tout le monde en économie.”

      Quelle mouche vous a piquée? françois_qc m’a donné la même réponse mais plus poliment.

      Vous savez, quand j’étais étudiant à l’université, le pétrole de l’Alberta coulait à flot dans les raffineries de Montréal. Je réalise que mes connaissances ne sont pas à jour et soyez assuré que cela ne me laisse pas indifférent qu’il n’y ait que 11.9% de pétrole canadien provenant de Terre-Neuve qui soit vendu au Québec.

      Vous m’avez obligé à mettre mes connaissances à jour et j’aimerais vous en remercier. J’affiche un copier-coller d’un document du ministère des Ressources Naturelles qui résume très bien les 40 dernières années.

      “Les approvisionnements en provenance du reste du Canada représentent actuellement 11,9 % du total. Rappelons que l’Ouest canadien a déjà été la source la plus importante d’approvisionnement au début des années 80 et qu’il a occupé une place négligeable au cours des années 90. L’oléoduc Sarnia-Montréal, ouvert en 1976 afin de relier les raffineries montréalaises à l’Ouest canadien, n’est plus utilisé; il a plutôt été inversé en 1999 de Montréal vers Sarnia. Actuellement, l’approvisionnement en brut canadien provient principalement de Terre-Neuve.”

      Cordialement.

    • @kiroulebien: Excusez-moi, mais je n’ai jamais parler du pétrole de l’ouest, avant que vous abordiez ce sujet en mentionnant ” Seulement un séparatiste peut concevoir l’achat de pétrole de l’ouest du pays comme une importation.”, Cette phrase n’étant pas de mon gout, et même de mauvais gout, j’ai riposté.
      Bon, terminé, on est quitte.
      Pour moi, tout argent qui sort du pays est néfaste a notre économie. C’est la base de l’économie. Dépenser notre argent dans notre ville, notre province et notre pays est certainement mieux que l’envoyer en Algérie et ailleurs dans des endroits producteurs de pétrole. Personnellement, je préfère acheter un produit local qu’un produit importé lorsque c’est possible. L’électricité est d’origine locale et propre au Québec. Le pétrole, d’où qu’il vienne est néfaste pour l’environnement, notre santé et notre économie puisque le Canada en importe et celui de l’Alberta pollue au max.
      Je n’ai pas de voiture électrique car mes déplacements ne conviennent pas a ce type de véhicule. Mais ces voitures seront améliorées dans un futur proche. En attendant, je me contente d’une Volt qui avec seulement 20000 kilomètres par année se rentabilise toute seule malgré que 30% de mes déplacements exigent du pétrole polluant et puant. La moyenne a vie de consommation est 1,86 litres/100 km. Encore trop, mais mieux que les 9 litres/100km de mon précédent véhicule. C’est mon petit effort pour laisser a mes enfants un monde meilleur et surtout leur montrer qu’il est possible de faire quelque chose pour ce monde.

    • @ sampiq et rexie

      Je ne vous obstine pas sur ce que vous dites ici, vous avez entièrement raison, je dis juste que les différents pallier de gouvernement, étant ce qu’ils sont, quand ils vont constater une baisse de revenue provenant des taxes sur l’essence dû aux véhicules branchables, et bien ils vont nous taxer autrement, c’est certains.

    • @francoisqc
      Je trouve que vous insistez pas mal trop beaucoup mettons souvent sur les inconvénients des électriques… et là vous répétez comme simon_c.
      .
      12 milliards qui sortent du Québec chaque années pour le pétrole, vous trouvez pas que ça compense un peu beaucoup énormément ?
      et la pollution?
      et le smog?
      et les soin$ de santé?
      et les dégâts à l’environnement?
      et les dégâts climatiques?
      Comprenez-vous ce que vous lisez coudonc?

    • simon_c le 8 juin 2013 à 13h04

      “Ainsi, les citoyens, avec un prix du pétrole reflétant les dommages liés à l’exploitation de cette ressource (plus de taxes sur le carburant) et des taxes selon les distances parcourues annuellement seraient mis face à leurs responsabilités, et des choix différents pourraient en découler, le tout sans imposer une solution unique.”

      Puisque la part de marché qu’occupe les véhicules électrique reste actuellement marginale, la taxe sur l’essence est actuellement une taxe sur la distance parcouru annuellement. Il me semble infiniment plus simple de hausser cette taxe si elle ne couvre pas les dommages dont vous parlez, que de mettre sur le “marché” une nouvelle taxe intrusive qui vient relever l’odomètre de chaque véhicule…

      Concernant l’argument de la nécessite de taxer l’électricité d’un véhicule électrique, voici mon opinion (prière de ne pas lapider), ça ne me dérangerais pas de payer un prix équivalent au kilomètre pour rouler électrique, je pense que ce serait envisageable si le prix d’achat d’un tel véhicule était à peu près équivalent à une version thermique.

      Si demain Toyota offre une Camry thermique à $27 000.00 et une version électrique avec un équipement comparable à $27 000.00 je suis disposé à acheter et à payer l’électricité autour de 8 cent le kilomètre. Mais si la Camry électrique avec les mêmes équipements se vendait $47 000.00, ben là je veux pas payer 4 fois le tarif régulier pour l’électricité…

      À moins bien sûr que Rexie ait raison dans son complot et qu’on veuille re-tuer la voiture électrique…

      À prix égal, j’aime très énormément plus prendre l’électricité verte du Québec que le pétrole douteux d’Algérie ou le pétrole dégueux d’Alberta.

      Dernière remarque, je suis plutôt perplexe de lire certains commentaires sur les taxes et impôts. Voudriez-vous que le gouvernement abolissent toutes taxes et impôt? Les pétrolières n’y perdraient pas une cenne! Elles ferait sans doute même plus d’argent puisqu’il deviendrait sans risque d’enfreindre toute loi, tout règlement.

      Sans taxe sans impôt, pas de gouvernement, pas de contôle, pas de service. Tout un programme!

      Cela dit, les mêmes taxes, les mêmes impôt devraient suffire à produire, disons, 30 à 35% plus de services, question d’efficience et surtout de corruption. ;-)

    • @ rexie,
      Je n’insiste pas sur les inconvénients des électriques, je ne parle même pas des électriques, des avantages ou inconvénients. Je ne dis pas non plus de continuer à consommer du pétrole.
      .
      Je dis juste que je ne fais pas confiance aux gouvernements et la journée où ils vont trouver qu’il entre moins d’argent via les taxes sur l’essence, ils vont nous taxer autrement, c’est tout !
      .
      C’est quoi que vous ne comprenez pas dans cette affirmation ?
      Vous croyez vraiment que les gouverneMENTs sont gentils et vont tous nous enlever des taxes, qu’ils sont prêt à perdre cet argent ?
      .
      Pour les gouvernements, que l’argent restent ici ou partent ailleur ils n’en ont rien à foutre, ce qui comptent pour eux c’est ce qui entrent. Et si ils en entre moins, pour une raison ou une autre, ils vont nous taxer ailleurs.
      .
      rexie, je ne croyais pas que vous étiez si complaisant envers les gouvernements et que vous leurs fasiez si confiance.

    • @francoisqc
      Les gouvernements sont tout ce qui reste pour empêcher les compagnies de nous exploiter encore plus sauvagement. Les compagnies le savent bien, ils savent bien aussi que si les gouvernements sont abolis, il y aura des révoltes pas bonnes pour les affaires. C’est pourquoi ils les pressurisent et les infiltrent de candidats à leur solde, qu’on voit retourner au privé avec des emplois dorées au grand jour après leurs mandats. Bien mieux de laisser l’apparence du pouvoir aux gouvernements, sur lesquels la grogne populaire se retourne, pendant que c’est business as usual pour les mégacorporations mondialisés qui détiennent le vrai pouvoir.
      Faites un petit exercice: remplacez “gouvernement” par “compagnie” et “taxes” par “profits” dans votre intervention…

      Votre jupon dépasse je vous dis…;-)

    • @ rexie,
      Là j’ai de la misère à vous suivre, visiblement on ne parle pas de la même chose. Et je ne vois pas de quel jupon vous parlez, désolé.

    • C’est pourtant simple, tu dis que les gouvernements peuvent difficilement se passer des taxes du pétrole et vont nous faire payer autrement , donc tu tires sur un des gros avantages des électriques :
      les énormes économies à l’utilisation, de l’ordre de 5 à 10 fois moins cher que le pétrole.

    • @doumguy : de plus en plus de juridiction taxent selon la distance parcourue annuellement, ou songent à le faire.

      La voiture électrique est là pour rester (à moyen terme, à très long terme l’auto-solo est condamnée) et le paradoxe est qu’elles usent plus le réseau routier, du fait de leur masse plus importante, que les voitures à essence, dont les propriétaires sont taxés.

      Augmenter les tarifs d’électricité pénaliserait les ménages à faibles revenus et qui n’ont pas les moyens d’avoir une voiture, électrique ou non.

      Moi aussi, à prix égal, je favoriserais l’électricité au pétrole. Mais en même temps, au financement des infrastructures routières sans pénaliser les plus pauvres.

      Tant qu’à parler finances… on devrait logiquement cesser de subventionner l’exploitation et l’exploration pétrolière. Des centaines de millions à épargner à l’échelle du Canada annuellement.

    • @ rexie
      Tu es vraiment obsédé, dès que nous disons quelque chose tu tourne ça tout croche. Tu as vraiment un esprit tordu … Ce que j’ai dit ça ne veut pas dire de ne pas acheter un véhicule électrique, actuellement c’est un avantage et je parle contre les gouvernements qui pensent juste à nous soutirer de l’argent d’une manière ou une autre … Ah pis laisse faire, ça ne vaut même pas la peine de te répondre. Tu es décourageant …
      .
      Comme ont dit, les fanatiques nuisent beaucoup plus à leurs causes qu’ils l’aident.

    • 1- Ça me parait difficile de taxer l’électricité a un taux supérieur que pour les résidences pour les autos électriques. J’ai juste a me brancher sur la sécheuse ou le chauffe-eau.
      2- Les gouvernements n’aiment pas que de l’argent sorte du pays, car l’argent dépensé ici rapporte plus évidement. C’est d’ailleurs pourquoi Obama a aidé l’industrie automobile américaine.
      3- Dans certains cas et selon les besoins, les autos électriques peuvent déjà être plus économiques que celles a essence. Mais pas pour tout le monde, ça dépend de l’usage prévu. C’est pas fait pour tirer une remorque. Dans mon cas, une tout électrique ne peut convenir. Mais ce que j’ai hâte qu’un modele satisfaisant mon besoin soit disponible et selon mes moyens. Rexie, j’ai pas les moyens pour une Tesla…
      Entretemps, la Volt me coute déjà moins cher que ma précédente voiture. Mais ça dépend toujours avec quoi on compare.

    • @ sampiq
      Comme je disais, l’Oregon (le premier état à taxer l’essence) sont déjà à étudier la possibilité à taxer les gens au millage par mois ou année. est-ce que ça va se réaliser ? Je ne sais pas, mais c’est à l’étude.

    • L’essence à 142,4 le litre à Montréal a plusieurs stations ce soir. Le kilowatt est encore à 0,08 cents et reste stable…

    • @Sampiq : Pas besoin de taxer l’électricité utilisé en recharge.

      1- On met la 3ème tranche de tarification (celle excédant le 60 kWh quotidien), un seuil que les ménages défavorisés atteignent rarement, même durant les pires froids (et à ce moment, on pourrait suspendre ou relever cette troisième tranche de consommation).

      En fait, une troisième tranche de tarification affecterait surtout ceux qui ont de très vastes demeures, ne font aucun effort d’efficacité et/ou ont des voitures électriques.

      2.- On met en place une stratégie pour favoriser les recharges hors des heures de pointe. Je me trompe peut-être, mais il me semble que votre Volt peut être programmée pour cela.

    • @francois_qc: Tu es un prophète de malheur! L’Oregon et la Californie sont les deux états ou il se vend le plus de voitures électriques. J’ai lu quelque part que la Leaf est un gros vendeur pour Nissan en Oregon. Mais je ne vois pas comment ils pourraient taxer sur le millage. Ça serait probablement contesté car ça rentre dans la vie privée. A suivre…

    • La Leaf en Oregon, le plus gros vendeur de Nissan.
      http://earthfix.opb.org/communities/article/nissan-electric-car-sales-booming-in-oregon-washin/

    • @ sampiq
      Peut-être pour ça que l’Oregon étudie la possibilité. Comme tu dis, ça peut peut-être être contestable, je ne sais pas, mais j’ai lu qu’ils étudiaient la possibilité.

    • simon_c le 10 juin 2013 @ 17h05

      je persiste à penser que la taxe sur l’essence est déja proportionelle à la distance parcouru et qu’il est plus simple d’hausser celle-ci que d’instaurer une nouvelle taxe qui au aurait des airs de surtaxe.

      Concernant le poid, il est vrai que les piles sont lourdes. Une Prius est probablement plus lourde qu’une Corolla de 100 à 150 kg. Mais cette Prius ne profite pas des avantages d’une électrique puisqu’elle est hybride. Ça veut dire qu’elle est alourdit par les piles sans être allègé d’un moteur thermique, d’une transmission, d’un radiateur, d’un démarreur et tutti quanti…

      Par ailleurs je pense que lorsqu’on commencera à taxer le surpouds de 125kg d’une auto électrique, l’industrie du camionnage va devoir faire un gros lobbying car ce qui endommage nos routes, ce n’est pas la Honda Accord de mon voisin, la Volt de sampiq, ma Prius ou la Tesla de M.Brodeur. Bien sûr faudra pas pénaliser les camions. ils transportent des biens qui font rouler l’économie et des denrées indispensables dont toute hausse viendrait affamer plein de monde qui ne pourraient subir un prix conséquent.

      Ce serait pourtant plus simple d’interdire l’automobile.

    • Du concret: trois états américains, dont des démocrates, ont ajouté une nouvelle taxe annuelle de 100 à 120$ aux propriétaires de VE et d’hybrides car “ils ne paient pas leur utilisation du réseau routier”. D’autres états étudient la chose. (automotive news)

      En 2011, au Canada, les VE représentaient 0.03% des ventes. Moins de 10% étaient des ventes au détail, c’est à dire à des particuliers.

      En 2012, avec une offre bonifiée, la part de marché a grimpé à 0,1% pour les manufacturiers offrant des VE (incluant la Volt et les branchables). Le Québec compte pour 50% des ventes de VE au pays. En 2012, on comptait moins de 3000 VE immatriculés au pays, toutes années confondues (Globe and Mail).

      La valeur de revente de la Leaf s’est effondrée suite au réajustement des prix de 6000$ cette année. Elle a l’une des pires dépréciations de toute l’industrie. (automotive news).

      Bref, les VE ne décolleront pas tant qu’un VE de 20k$ à 5 places avec une autonomie de 500km et qui se recharge à 100% en moins de 5 min ne sera pas offert (Blueprint ;) )

    • Hier je lisait dans le Protégez-vous auto 2013, qu’en 2012 il y a 4,5 million de véhicules sur les routes au Québec et de ce nombre, seulement 1000 était électrique.

    • En 2010 et 2011, il y en avait pas ou presque. Donc il y en as 1000 fois plus. :)

    • @ sampiq
      Parles-moi de ça quelqu’un de positif ! :-)

    • Comme le verre, moitié plein ou moitié vide. :)

    • La voiture électrique est encore au stade de l’expérimentation en raison de son autonomie (Maxi 150 km) et de son temps de recharge. En Europe, PEUGEOT-CITROEN viennent de présenter une voiture fonctionnant parfaitement à l’essence et à l’air comprimée. Cette voiture va sortir en série en 2016 avec 2 modèles (1 Peugeot 2008 et une Citroen C4). Sa consommation en essence est de 2,9 litres aux 100 km. Je pense que là, il y a une véritable révolution notamment pas de problème de recharge et de coût des batteries comme sur la voiture électrique.

    • Denis Arcand | La Presse .Publié le 12 juin 2013 | Mise à jour le 12 juin 2013 à 11h38

      “Durant le mois de mai, le patron de Tesla, Elon Musk, avait précisé ses projets de véhicules compacts: une berline à prix grand public et un multisegment seraient lancés «d’ici trois ou quatre ans». La semaine dernière, à l’assemblée des actionnaires de Tesla, il a précisé que la berline serait lancée en 2016, qu’elle aurait des airs de famille avec le Modèle S, des éléments de conduite autonome, si un véritable pilote automatique n’est pas encore au point, et qu’elle aurait une autonomie d’environ 320 km. Le tout pour un prix de détail suggéré d’environ 30 000$.”

      “Sur le plan des ventes, Tesla a eu un bon mois de mai. Il a vendu 1453 exemplaires du Modèle S, moins que les 2138 Nissan Leaf et les 1607 Volt vendues durant la même période. Mais le Modèle S est une voiture de luxe dont le prix oscille entre 60 000 et 100 000$ et ses marges de profit sont sûrement supérieures à celles de Nissan avec son auto tout électrique et de GM avec son hybride essence-électricité.”

      Je me demande si c’est le même 2016 que jedi08… En tout cas, de ce que j’ai vu conduire une Tesla semble une expérience positive.

      $30 000.00 c’est à peine plus qu’une Prius…

    • @doumguy
      Surtout ne fait pas le test de conduire une Tesla S, car la Teslatite, ça s’attrape mal sale en dedans d’un quart d’heure! Et il n’y a pas de cure autre que de s’en procurer une… :-)

    • @Sébastien Templier
      -
      Excellente mise en lumière de la situation de l’électricité en matière automobile et en matière de politiciens en rêves d’expectatives projetés.
      .
      Personnellement, je m’éforce de garder ma lucidité, tout comme vous, en faisant la part des choses selon la suivante :
      1- Hybride Inversé, moteur électrique en principal et moteur à essence en secondaire. Avec deux obligations factueles de recharge en 8hrs sur le 120Volt ou 4hrs sur le 240Volt et aussi un plein d’essence à la station service du coin.
      Comment croire qu’une telle servitude puisse inciter une vaste plage de clientèle désireuse d’économie à être limité en distance à parcourir avec charge et plein d’essence à faire sur des distances limites entre chaque type de distributeur à énergie.
      .
      2- Toute électrique avec distances très limites et vitesse limite tout autant, sinon en dépassant le 88.51 Km/hrs vous réduisez la distance annoncé par le fabricant qui évalu et estime les performances de son véhicule sur condition routière contrôlée et idéal seulement en quelques endroits très favorables en conditions, avec comme vitesse maximum d’essai le 88.51 km/h ou 55 m/h.
      La Tesla dans les faits actuel, et non en projection d’intention projeté, s’adresse à une clientèle des plus fortuné et qui sur l’ensemble des moyens investies ne peut rentabiliser les argents investis que sur le très long terme de 10 ans et plus en comparaison d’équivalent tout essence comme énergie de propulsion pour un investissement équivalent. L’électricité aux USA et Provinces Canadiennes ne se compare pas au tarif d’Hydro Québec.
      -
      3- Hybride essence/électrique SREC qui est de beaucoup plus performante que l’hybre conventionnel essence/électrique et, sans égal et sans pareil comparé à une électrique/essence ou toute électrique, mais qui est beaucoup plus dispendieuse à produire et donc qui s’adresse à une clientèle limite des plus fortunée à l’achat.
      -
      De plus, nonobstant les limites des barres hautes des gouvernements à atteindre en quantité vendu et les incitatifs offerts pour les achats de ces véhicules, au frais de tous les contribuables du Continent Nord Américain pour favoriser les idéaux politques des gouvernements, il n’en reste pas moins que le prix demandé par les fabricants n’est absolument pas à la porté de la grande majorité des acheteurs de VA d’Amérique. Ceux là même qui voient leurs revenus baisser et le coût de la vie augmenter.
      .
      Pour quel type d’économie en définitive, si le véhicule acheté aujourd’hui est surdéclassé au BlackBook l’année suivante ou la deuxième année parce que l’innovation du modèle suivant en terme de capacité d’énergie et longeur de distance à parcourir lui est de beaucoup supérieur.
      .
      La plus grande et grosse majorité des gens ne sont pas fou et facilement bernable, parce que veut voeux pas, les gens ont appris à compter et à mesurer les limites de leurs portefeuilles.
      Ce qui met en évidence :
      4- Hybride essence/électrique avec moteur puissant à essence et moteur d’appoint électrique qui offre qu’une seule démarche pour faire le plein d’énergie et qui offrent des distances à parcourir plus longue et des comportements routiers plus réalistes en vertu de toutes les conditions routières existantes dans la réalité et la vie de tous les jours en Amérique et, aussi sur toute la Planète.
      À mon avis.

    • Les politiciens rêvent peut-être pas surement pas les automobilistes Français :

      4779 automobiles tout électrique vendues en France de janv. à juin 2013. 8 fois plus qu’à la même période l’an passé.
      22 702 hybrides vendues en France de janv. à juin 2013. 180% d’augmentation sur le premier semestre de l’an dernier.

      Le rêve n’est pas si loin de devenir réalité.

      Ah oui, au risque de me répéter. En France, le prix d’achat du tout électrique est similaire ou même parfois moindre que le prix d’achat d’un même modèle diésel.

      L’industrie automobile revit le même scénario qu’à ses débuts : Une progression lente mais inéluctable. Progression qui passera à la vitesse grand V lorsque le tout électrique sera devenu autant sinon plus abordable que les modèles à essence.
      Tout comme Henri Ford avec son système de chaine de montage a fait abaisser les coûts pour que l’automobile deviennent un produit abordable pour la masse, l’industrie du tout électrique aura elle aussi son Henri Ford.

      G.Duquette

    • Pourquoi ne pas offrir des “kits” de conversions, au lieu de modèle neufs à des prix exhorbitant? Certains le font déjà par eux-mêmes!

      J’ai un pick-up usagé que j’adore pour le côté utile, mais je ne paierai jamais 30 000$ pour une voiturette pour enfant électrique qui possède 100km d’autonomie, en encore moins 70 000$ pour vrai véhicule électrique.

      S’il y aurait un kit de conversion qui m’offrirait 400-500 km d’autonomie pour un montant plus ou moins acceptable, je serais le premier à dire “GO”. Mais en attendant, le marché de la voiture électrique est centré sur le marché urbain avec des autonomie et des temps de recharges ridicules.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    novembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité

    publicité