L'auto blogue

L'auto blogue - Auteur
  • L’auto blogue

    Voici un blogue destiné à ceux et celles qui s'intéressent à l'automobile sous tous ses boulons: bleue ou rose, petite ou luxueuse, animée d'un moteur thermique ou électrique. Ses auteurs, des journalistes de L'Auto/Mon volant, parlent des dernières tendances et n'ont pas peur de se salir les mains...
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 12 novembre 2012 | Mise en ligne à 7h00 | Commenter Commentaires (10)

    Entêtement masculin: la testostérone encore montrée du doigt

    Contrairement aux femmes, les hommes luttent contre le sommeil et défient la foudre.

    Contrairement aux femmes, les hommes luttent contre le sommeil et défient la foudre.

    DENIS ARCAND -

    Une dépêche en provenance de l’Australie nous apprend quelque chose qui s’applique sûrement ici aussi. Les hommes sont deux fois plus susceptibles de s’endormir au volant que les femmes, nous dit l’assureur australien AAMI (Australian Associated Motor Insurers), qui a fait faire un sondage de la population automobile de la grande île du Pacifique Sud. Ce n’est pas vraiment nouveau : une étude américaine avait découvert la même proportion d’entêtement masculin en 1999.

    En Australie, un homme sur trois admet qu’il lui arrive de s’endormir au volant durant quelques instants. Seulement 14% des femmes disent en arriver là. Pourquoi cette différence? La conductrice moyenne décide d’arrêter bien avant le conducteur moyen. Quand elle est fatiguée, elle arrête. Quand Monsieur est fatigué, il s’accroche au volant et s’efforce d’extirper encore quelques kilomètres de sa soirée de conduite.

    D’ailleurs, 52% des hommes ont dit aux sondeurs de l’AAMI qu’ils ne voient aucun problème à prendre la route durant trois heures de conduite et plus sans repos; seulement 38% des femmes ont dit la même chose.

    L’étude australienne est muette sur les causes de cet entêtement, mais ici , à La Presse Auto, on pense que c’est à cause de la testostérone (on y revient un peu plus bas dans le texte).

    La recommandation des experts est de prendre une pause à toutes les deux heures au volant (soit faire une marche d’au moins 15 minutes, soit faire une sieste d’au moins trois-quarts d’heure), dit l’AAMI.

    L’assureur australien note que 30 % des accidents mortels sur les routes d’Australie impliquent un conducteur fatigué. L’Australie, avec ses routes interminables, a mis sur pied un réseau de 220 stationnements-dodos dans tout le pays, appelés Driver Revivers (ravigoteurs de conducteurs).

    « Une fois en route, c’est tentant de continuer à conduire pour se rendre à destination le plus vite possible, mais c’est très risqué de continuer à conduire si on baille ou si la fatigue nous fait sur-corriger la direction de la voiture en donnant des coups de volant brusques, dit Reuben Aitchison, de l’AAMI. Si vous vous assoupissez durant juste quatre secondes à 100 km/h, votre auto franchit la longueur d’un terrain de soccer (110 m).

    Au Québec, la fatigue au volant tue 135 personnes par année et est la 3e cause de mort au volant après l’alcool et la vitesse.

    L’homme : un excellent conducteur électrique

    Cette différence d’attitude est peut-être bien liée à la perception du risque.

    "On a le temps de finir notre ronde de golf..."

    "On a le temps de finir notre ronde de golf..."

    L’an dernier, une autre étude —américaine, celle-là— avait montré que les hommes étaient bien plus susceptibles d’être tués par la foudre que les femmes. En fait, l’auteur avait examiné une quantité gigantesque de rapports du coroner et s’était aperçu que 82 % des foudroyés à mort étaient des hommes. Cette approche donnait plus de détails sur les circonstances des décès que les statistiques compilées par l’équivalent américain d’Environnement Canada (la National Atmospheric and Atmospheric Observation), qui sont quand même assez précises.

    Il avait remarqué que les hommes détestaient interrompre des activités sportives comme le soccer, le baseball, la pêche, le tennis, le ski nautique  quand le tonnerre annonce un orage électrique. Or, ces activités-là sont plus risquées s’il tonne parce qu’elles se pratiquent sur de grands plans dégagés où un type debout est sûr d’être le point conducteur le plus élevé si la foudre s’abat.

    Un corps humain est composé à 90 % d’eau et est donc un excellent conducteur électrique.

    L’an dernier, plusieurs experts avaient avancé l’explication suivante : les hommes et les femmes ont des comportements différents face au tonnerre et aux risques en général, très probablement à cause de la testostérone.

    Dès les premiers coups de tonnerre, la réaction féminine typique était empreinte de logique : « la foudre, c’est dangereux, on rentre ». La réaction masculine typique était : « On a juste deux trous à faire pour finir la ronde, on a le temps » et on peut s’imaginer le type qui s’élance avec un fer 5 pointé vers les nuages juste au moment où le prochain éclair déchire le ciel.

    Dans les réunions familiales d’été, on voit souvent la même différence de comportement : quand il tonne, la plupart des femmes se lèvent, certaines vont chercher les enfants, et elles entrent dans la maison. Les hommes prennent leur temps, continuent de jouer aux fers ou à tourner les boulettes sur le barbecue.

    La testostérone, c’est excellent quand on chasse le mammouth, ou quand on se bat, ou quand on est vraiment en amour avec une femme, ou quand on joue au football et que c’est le dernier essai et 1 verge et les buts. Mais c’est moins bon si on veut survivre à un orage. Ou à une envie de dormir au volant.


    • Vous être mon rayon de soleil M. Arcand.

    • Mautadine de testostérone! Va-t-y falloir castrer les gars comme condition préalable à l’obtention du permis de conduire? Tout un débat de société en perspective!

    • 60% d’eau dans le corps humain, pas 90%. Sinon on se liquéfierait à la moindre contrariété.

    • En effet, dans le “Textbook of Medical Physiology” de M.Arthur Guyton, “la quantité d’eau totale dans le corp d’un homme de poid moyen (70 kilogrammes) est approximativement 40 litres, donc en moyenne cela revient à 57% de son poids total.

    • Et dire que l’homme se situe au sommet de la pyramide vivante…

      Si les femmes n’étaient pas là, on serait moins nombreux non ?

      Avec l’évolution des sciences de la santé, on peut rêver à l’hermaphrodisme. Alors nous en aurions terminé avec les combats extrêmes, les chauffards et les électrocutés volontaires.

      Le 90% d’eau, c’est ce qui a été observé dans la tête de certains sujets…

    • http://fr.wikipedia.org/wiki/Masse_corporelle_humaine#Teneur_en_eau

      80% dans le cerveau
      61% pour un adulte moyen

      @paul.dussault1
      Etre hermaphrodite, nous aurons les organes reproducteurs males et femelles. Donc on prendrait des risques et on conduirait mal. Conclusion : plus d’accidents. Et il faudrait interdire le tirage de cheveux et l’arrachage de vètements dans les combats extrèmes ;-)

    • Alors, on peut conclure que la testostérone, mélangé à un pourcentage d’eau un peu trop élevé au cerveau pourrait aider la sélection naturelle à réduire l’augmentation de la population masculine. Donc, il reste plus de femme qui attendent à l’abris de l’orage…continuer à jouer au golf, je vais attendre dans mon auto!

    • Même si on mettait bout à bout tous les accidents causés par le sommeil des hommes, ce ne serait toujours qu’une fraction de l’incroyable dangerosité féminine sur nos routes. Vous savez : celle qui ne sait pas prendre de décisions, qui change à moitié de voie, qui prend 30 secondes sur le stop et qui lorsque vous y allez y va en même temps, celle qui freine dans chaque tournant, celle qui roule à 40 dans la voie de gauche…

    • Il y a des siècles, çà prenait un peu de testostérone pour oser naviguer sur l’immensité des océans dans un voilier en bois avec comme seuls moyens de navigation, une boussole et un sextant.

      Il y a cent ans, sans aucune connaissance en aérodynamique, ça prenait des couilles pour oser défier les lois de la gravité dans le simple but d’imiter le vol d’un oiseau.

      Il y a 23 ans, ça prenait une bonne dose de testostérone pour qu’un jeune étudiant chinois se place devant une rangée de chars d’assault envoyés à la Place Tiananmen pour mater les mouvements de protestation.

      Il existe un état d’équilibre lorsque les avantages pèsent autant que les désavantages. Que serait devenu notre monde sans testostérone?

    • @baal666

      Selon les statistiques de la SAAQ, le nombre d’accidents de la route causés par des femmes est plus bas que celui des hommes, mais bon, on si bien assis sur ses préjugés crasseux.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    février 2011
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28  
  • Archives

  • publicité

    publicité