L'auto blogue

L'auto blogue - Auteur
  • L’auto blogue

    Voici un blogue destiné à ceux et celles qui s'intéressent à l'automobile sous tous ses boulons: bleue ou rose, petite ou luxueuse, animée d'un moteur thermique ou électrique. Ses auteurs, des journalistes de L'Auto/Mon volant, parlent des dernières tendances et n'ont pas peur de se salir les mains...
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 1 août 2012 | Mise en ligne à 17h04 | Commenter Commentaires (15)

    Le gaz naturel refait surface

    «Gazer» sa voiture, un geste appelé à se répéter ? (Photo André Pichette, La Presse)

    «Gazer» sa voiture, un geste appelé à se répéter ? (Photo André Pichette, La Presse)

    SÉBASTIEN TEMPLIER –

    À la mesure de ses réserves très importantes découvertes aux États-Unis il y a peu, le gaz naturel refait surface dans les bureaux des gouverneurs et dans les couloirs des directions des constructeurs américains. La pression s’intensifie.

    Les gouverneurs des États détenteurs de réserves de gaz veulent profiter de cette manne. Manifestement. Lors d’une rencontre entre dirigeants, l’Oklahoma et le Colorado ont récemment demandé aux «Big Three» de Detroit plus de véhicules roulant au gaz naturel. Tout comme 11 autres États, ils se sont engagés à en acheter des «milliers» pour leurs services publics.

    L’enjeu est énorme. C’est bien beau d’avoir du gaz en stock, encore faut-il l’écouler. Comme l’a fait remarquer un analyste de Bloomberg Industries, Sam Brothwell, leur problème n’est pas l’offre, mais la demande.

    En Amérique du Nord, Honda est actuellement le seul constructeur à vendre – aux États-Unis seulement – une voiture au gaz naturel – la Civic GX. General Motors vend essentiellement depuis 2010 des camionnettes commerciales. Chrysler propose un ou deux modèles.

    Au sud de la frontière, une proportion famélique de 0,1% du gaz naturel produit serait utilisée pour les transports, selon le Département de l’Énergie.

    Les «promoteurs» avancent alors leurs arguments: la fracturation hydraulique de la roche facilite l’extraction du gaz naturel des formations schisteuses (avec les conséquences et les polémiques que l’on sait), les réserves sont abondantes, les prix du gaz chutent, un moteur au gaz naturel émet environ 25% moins d’émissions polluantes qu’un moteur à essence, et l’autonomie d’un véhicule au gaz est deux fois plus importante que celle d’une voiture électrique.

    Reste que le gaz naturel est un combustible fossile, polluant à extraire et à transformer, dont le réseau de distribution est inexistant et serait onéreux à mettre en place. Et le portefeuille du consommateur moyen n’est pas assez épais pour pouvoir s’acheter une voiture au gaz naturel compressé.

    Tout de même. La pression s’accentue.

    Il y a huit jours, le Groupe Chrysler a milité auprès d’un comité sénatorial américain pour que les véhicules au gaz naturel puissent bénéficier des mêmes rabais à l’achat que les véhicules électriques. Arguant que les premiers modèles au gaz arrivaient sur le marché. Le constructeur a souligné au passage une absence de «parité» entre les deux technologies.

    Utilisé ailleurs dans le monde avec plus ou moins de parcimonie, le gaz naturel, que l’on a cru tomber en désuétude, refait surface.


    • Il y a une compagnie de transport québécoise (laquelle ?) qui s’est associé à Gaz Métro pour s’approvisionner en gaz naturel liquéfié pour plusieurs de leurs camions. Ils peuvent remplir à Montréal, Québec et Toronto. Il y aura des traversiers également. Celui de Tadoussac a été annoncé récemment.

    • Bon, C’est transport Robert.

      Et une compagnie a pensé à une meilleure façon de fracturer la roche pour extraire les gaz de shale.

      http://www.gizmag.com/dry-extraction-fracking/23513/

    • rien de nouveau ni d’exceptionnel : au Brésil, on peut convertir sa voiture pour rouler au gaz naturel (ainsi qu’à l’alcool) depuis les 1970.

      On est incroyablement en retard.

      Guillaume Blouin-Beaudoin

    • Pour une flotte, le gaz naturel est une option envisageable. Convertir un moteur à essence ou diesel à gaz naturel n’est pas si complexe. On peut envisager dès lors un gestionnaire de flotte qui favorise des voitures hybrides rechargeables et qui seraient alimentées au gaz naturel.

      Ou encore, pour ceux qui ont le gaz à la maison, des stations de recharge domestique.

      Ça, c’est pour le court terme.

      À plus long terme, il est possible d’envisager stocker de l’énergie électrique sous forme d’hydrogène, et de mélanger 10 % d’hydrogène au gaz naturel. Nous aurons toujours des surplus ponctuels d’électricité, que ce soit des centrales au charbon qui, à cause de temps d’arrêt et de remise en marche, fonctionnent pour presque rien la nuit ou d’éoliennes qui tournent alors que la demande est faible. Cela permettrait de mieux valoriser les surplus.

      Sur le plus long terme encore, le gaz naturel, qu’il soit seul, mais encore mieux lorsque combiné à de l’hydrogène, pourrait ouvrir la porte à la pile à combustible. Pour le rendement, c’est génial.

    • Rien de nouveau sous le soleil, effectivement. Je me souviens très bien d’avoir lu, dans un “Guide de l’Auto” des années 70, l’essai d’un véhicule (de marque Ford, si ma mémoire est exacte) converti au gaz naturel.
      Les mêmes arguments pour et contre revenaient : combustion relativement propre et efficace, problèmes de stockage et de distribution.
      35 ans plus tard et rien, ou presque, ne change. Décourageant parfois, mais pas surprenant. Ça donne une idée de l’aspect “dinosaurien” des industries automobile et de l’énergie.

    • Vous allez la trouver moins drôle quand le gaz naturel de schiste va refaire surface… dans votre robinet…

      Y’a rien comme l’électrique, son seul défaut : pas payant pour l’industrie.

    • Le gaz “naturel” pollue 73% autant que le pétrole… et les innombrables fuites du réseau de distribution laissent échapper du méthane “cru” 25 FOIS plus nocif que le CO²

    • @northernbud
      Les voitures converties des années 70 étaient de hybrides essence-gaz. Il fallait démarrer à l’essence (surtout lorsqu’il faisait froid) et on “switchait” au gaz par après.
      Leur problème était la faible puissance. Il fallait revenir à l’essence pour monter des cotes moyennes.

      @rexie
      “innombrables fuites” des stats s.v.p. Avec le produit qu’il y a dedans pour que ça sente dégueulasse, personne ne laisse couler les fuites longtemps.
      Et les vapeurs d’essence lorsqu’on remplit la voiture sont cancérigènes pour les gens qui habitent autour des pompes. Le bilan est quand même beaucoup mieux que l’essence.

    • @gl0001
      J’ai encore mieux que des statistiques. Tout ce qu’on ne voit pas, à l’infra-rouge.
      http://www.youtube.com/watch?v=iW6Fw8bLIu0

    • “Y’a rien comme l’électrique, son seul défaut : pas payant pour l’industrie.”—-rexie

      Tant mieux ! Où puis-je acheter un voiture électrique de 25 000 dollars, pouvant loger 5 passagers 3 enfants dans les sièges d’appoint, ayant un coffre d’un volume sous la ligne de fenêtre d’au moins 425 litres, pouvant faire 500 km entre 2 recharges et dont la dite recharge prend moins de 5 minutes ?

    • Pourquoi ce limiter à une seul forme d’énergie? Le gaz est une source naturelle beaucoup moins polluante et il disponible en bonne quantité. De plus nous en produisons quotidiennement, nos déchets domestiques, nos usines d’épurations des eaux, nos campagnes (purin animal) et quoi encore… Évidement, il y a le gaz de schiste et ça c’est, très très mal…Parler de gaz en ce moment est très mal vue. En passant les voitures électriques qui roulent en Amérique du nord fonctionnent tout aussi bien avec l’électricité produite par le charbon, le pétrole (fossile), le gaz naturel (fossile), hydroélectricité, le nucléaire, l’éolien, le solaire et d’autres. Loin des yeux…

    • @rexie
      Encore Youtube. Ici, au bureau, on barre les sites webs insignifiants !!!

      @simon_c
      Ou 1000 km avec ma Jetta ;-)

    • @rexie concernant le clip YouTube.
      Ce qui s’échappe n’est pas du gaz, mais de la vapeur d’eau due aux basses températures du GNL.
      Voici un bon exemple de désinformation!

    • @G.Gemme
      Même avec la pire source d’électricité : le charbon, un véhicule électrique pollue moins qu’un au pétrole.
      Source – Renault

      @guy-22
      Vous êtes nouveau? Un ami de Simon_C ? Qui me dit que ce n’est pas vous qui désinformez? Les fuites des tuyaux de gaz sous pression contiennent … du gaz! La condensation de la vapeur d’eau de l’atmosphère se fait à l’extérieur des tuyaux et superficiellement, sans pression.
      Dans les poches de gaz, il n’y a pas d’eau.

      “These leaks are happening everyday on every flowing platform in the Gulf (des milliers). My job is to find them so operators can fix them.”
      http://www.youtube.com/watch?v=ZJ_3D3ZpmVE

    • Une image vaut mille mots n’est-ce pas?
      L’industrie des hydrocarbures est toujours aussi irresponsable et assoiffée que de profits au détriment de tout le reste.

      http://www.youtube.com/watch?v=M0QF_4u_vK0

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    novembre 2009
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité

    publicité