L'auto blogue

Archive, août 2012

Vendredi 31 août 2012 | Mise en ligne à 11h43 | Commenter Commentaires (8)

La Mazda 6 pourrait être offerte en plusieurs déclinaisons

BLOGUE MAZDA 6

CHARLES RENÉ –

La nouvelle génération de la Mazda 6 a été dévoilée mardi dernier à Moscou. Cette cuvée, troisième du nom, tentera de freiner la perte d’importance au sein de la famille (en ventes) qu’a encaissée sa devancière durant les dernières années. Magnifique sur photo, elle nourrit déjà les rumeurs sur son avenir.

Selon la publication anglaise Autocar, cette 6 de dernière mouture pourrait éventuellement être offerte en livrée à deux portières. Akira Tamatani, designer en chef de Mazda, a confirmé à la revue qu’une telle carrosserie pourrait venir compléter l’offre d’ici peu de temps. Une telle décision serait logique et comblerait l’espace laissé vacant par le départ de la RX-8 avec une approche clairement différente (lire populiste).

Une version de performance du modèle devrait par ailleurs être proposée en option, selon un autre magazine anglais, Auto Express. Cette rumeur tombe sept ans après l’abandon de la MazdaSpeed6, une livrée plutôt sportive mue par un quatre-cylindres turbocompressé.

Finalement, le constructeur évaluerait la possibilité d’introduire le rouage intégral dans sa berline intermédiaire, un atout quasi indispensable si l’on veut rendre l’auto compétitive dans un segment particulièrement féroce.

La Mazda 6 débarquera dans les concessionnaires québécois au début de l’année 2013 comme modèle 2014. Nous devrions avoir ses spécifications techniques d’ici quelques mois. Chose certaine, elle abandonnera le V6 pour mettre l’accent sur la frugalité.

SOURCES: AUTOCAR; AUTO EXPRESS

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






Vendredi 24 août 2012 | Mise en ligne à 15h55 | Commenter Commentaires (7)

Jaguar renouera avec la boîte manuelle

jag_f-type_image_5_040412_LowRes

CHARLES RENÉ –

La boîte manuelle se meurt, c’est indéniable. Elle disparaît même dans les segments les plus sportifs, au profit de l’efficacité. Les transmissions robotisées prennent le plus souvent le relais, louangées pour leur rapidité d’exécution et leur simplicité d’utilisation. Il restera néanmoins toujours des amateurs de la troisième pédale, ceux qui aiment une conduite beaucoup plus pure. Jaguar semblerait les avoir écoutés.

La marque anglaise devrait renouer avec la boîte manuelle après plusieurs années d’abandon selon le magazine Car and Driver. Surprenante en apparence, cette décision relève plutôt d’une logique de marché. Cette transmission sera embarquée dans la nouvelle venue, la F-Type, une Jaguar qui se veut une interprétation moderne de la E-Type, l’intemporel coupé qui a été couvert de louanges par Enzo Ferrari. Cette F-Type sera alors une sportive pur-sang qui s’aventurera dans les plates-bandes de la Porsche 911, une autre icône qui offre encore la manuelle sur sa fiche d’options.

Malgré que son dévoilement officiel soit programmé pour le Salon de Paris (27 septembre prochain), on sait déjà que ce nouveau biplace sera mû par trois mécaniques suralimentées. Un V6 de 3 litres suralimenté par compresseur s’avance en entrée avec deux déclinaisons de 340 et 380 chevaux. Un V8 de 5 litres, lui aussi greffé à un compresseur volumétrique, est proposé moyennant un plus grand déboursé.

Bien belle sur les photos-espions, ce roadster pourrait faire des ravages si Jaguar fait correctement ses devoirs.

SOURCES: CAR AND DRIVER; JAGUAR

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






Lundi 13 août 2012 | Mise en ligne à 14h51 | Commenter Commentaires (2)

GM, c’est «foot»!

Chez GM, Joel Ewanick a apparemment payé de son poste son idée d'associer Chevrolet à Manchester United. (Photo Phil McCarten, Reuters)

Chez GM, Joel Ewanick a apparemment payé de son poste son idée d'associer Chevrolet à Manchester United. (Photo Phil McCarten, Reuters)

SÉBASTIEN TEMPLIER –

Sur fond de ventes moroses, de limogeage d’un cadre de la haute direction et de grandes difficultés de sa marque européenne Opel, General Motors s’est payé le luxe d’afficher sur les maillots de l’un des clubs de soccer les plus populaires de la planète sa marque Chevrolet. Le constructeur américain est-il complètement «foot» ?

Manchester United se frotte les mains. Les Red Devils ont signé un accord de commandite de 559 millions $US avec le constructeur de Detroit pour imprimer la marque Chevrolet sur les torses de Wayne Rooney et de ses coéquipiers.

GM est devenu le 26 juillet le commanditaire exclusif du club de soccer à partir de la saison 2014-2015 et ce, pour sept ans. Dans le détail, Manchester United touchera 70 millions $US lors de la première saison puis cette somme augmentera de 2,1% au cours de chaque saison pendant la durée de l’accord. General Motors paiera également 18,6 millions $US au cours des saisons 2012-2013 et 2013-2014.

Une aubaine pour «MU», plombé par une dette équivalente à plus de 680 millions de nos beaux dollars, mais dont le chiffre d’affaires en 2011 a été de 514 millions.

Cet accord fait beaucoup jaser.

Chez nos voisins du sud.

La presse américaine s’interroge sur le limogeage inattendu du directeur marketing de GM, Joel Ewanick, l’homme à l’origine de ce partenariat jugé coûteux pour ce colosse de l’automobile aux pieds d’argile. Cette année est morose à Detroit. Depuis le début de l’année, GM a perdu des parts de marché aux États-Unis alors que ses ventes sont en baisse au Canada. Sa croissance en juin n’a été que de 4% au sud de la frontière quand la moyenne de l’industrie y a été de 15%.

Cet accord fait beaucoup jaser.

De l’autre côté de l’Atlantique également.

Ce contrat au montant faramineux est signé au moment où GM menace de fermer une ou plusieurs usines d’Opel. La presse européenne souligne la différence de régime entre une marque – américaine – dont les ventes en Europe cette année ont progressé de 14%, et une autre – allemande – qui au contraire baisse de 15% dans l’estime des consommateurs.

Pour reprendre les mots de Jacques Chevalier dans le magazine français Le Point, «GM n’a pas intérêt à déshabiller Paul pour rhabiller Jacques, mais l’exemple du contrat mirobolant dans le football contraste sévèrement avec l’attitude de père Fouettard des dirigeants de GM à l’égard d’Opel».

Le constructeur américain est-il complètement «foot» ?

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    décembre 2013
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité

    publicité