L'auto blogue

L'auto blogue - Auteur
  • L’auto blogue

    Voici un blogue destiné à ceux et celles qui s'intéressent à l'automobile sous tous ses boulons: bleue ou rose, petite ou luxueuse, animée d'un moteur thermique ou électrique. Ses auteurs, des journalistes de L'Auto/Mon volant, parlent des dernières tendances et n'ont pas peur de se salir les mains...
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 26 avril 2012 | Mise en ligne à 5h38 | Commenter Commentaires (10)

    Ils l’ont tu l’affaire, les Chinois ?

    C'est bel et bien un vrai taxi londonien. Et il est bel et bien fabriqué... en Chine. (Photo Sébastien Templier, La Presse)

    C'est bel et bien un vrai taxi londonien. Et il est bel et bien fabriqué... en Chine. (Photo Sébastien Templier, La Presse)

    SÉBASTIEN TEMPLIER -

    On a coutume de dire que la Chine investit presque tous les secteurs d’activités économiques possibles – le milieu automobile par exemple. Et ce, un peu partout sur la planète. Saviez-vous que c’est au point où même les célèbres taxis londoniens sont «made in China» ?

    Il a fallu que je tombe nez à nez avec un de ces taxis au salon automobile de Pékin pour en prendre connaissance (J’ai encore appris quelque chose sur ce coup-là).

    Pour en prendre connaissance, il a d’abord fallu trouver un membre du personnel de Englon Automobile (Z’avez noté l’orthographe «Englon» ?) qui puisse me baragouiner en anglais quelques explications. C’est qui Englon ? Je vais y venir plus bas.

    Après bien des baragouinages que je vous épargne ici, on me fait comprendre que ce charmant taxi anglais exposé au salon de Pékin est ni plus ni moins «made in China» et que ce n’est aucunement de la copie grossière.

    En français dans le texte, précisons que la maison-mère du fameux TX4 – le taxi – a accepté de créer en 2007 une «joint venture» – comme disent les Français – avec le Chinois Geely Automobile. Je vous épargne ici les détails de la transaction et du montage de cette co-entreprise. Toujours est-il que de cette coopération en a résulté non seulement la production et la vente du TX4 en Chine, mais aussi l’exportation de cette production en… Grande-Bretagne.

    Ils l’ont tu l’affaire, les Chinois ?

    Et Englon Automobile dans tout ça ? Ben, c’est la marque née de la «joint venture» sous laquelle sont vendus à présent les taxis TX4.

    La petite demoiselle du «stand» de Englon Automobile m’a baragouiné en anglais que ces taxis sont construits à Shanghai et conduits dans les rues de Londres.

    Elle me l’a dit fièrement.

    Vous pensez.

    Ils l’ont tu l’affaire, les Chinois quand même.


    • L’Angleterre peut bien être en récession!

    • Et comment qu’ils l’ont l’affaire, les Chinois! Malheureusement, c’est l’Angleterre qui fait dur là-dedans, elle qui avait une industrie automobile extraordinaire qui créait chez eux des milliers d’emplois, elle en est rendue là. Bientôt, ils vont acheter leur thé des Chinois. Quoi? Ça fait des siècles qu’is le font? Tant qu’ils ne se mettront pas à capoter pour un rock band chinois, d’abord.

    • tu devrais te promener un peut , mon deuxieme chez moi (shenzhen) c’est comme ca tous les jours , arrive une couple de semaine avant la prochaine i-bebelle et tu vas voir la frenesie , anyway Xiǎngshòu zhōngguó, zàijiàn

    • Pour avoir fait une cinquantaine de kilomètres dans un autobus chinois ( Yutong )
      a Cuba, je suis persuadé que le mot qualité n’existe pas en chinois.
      Pas sur que ces autobus vont encore rouler l’an prochain tellement
      c’est fait cheap. Pas sur qu’ils l’ont tant que ca les chinois.

    • Quand tous les chinois vont prendre la décision d’être payés convenablement, le coût de la vie ici va faire un bond de 1000% ! Et on aura plus de secteur manufacturier domestique pour contrebarrer l’effet. Outch !

    • Souvenons-nous à une époque des produits “made in Japan”. Au début c’était de la pacotille. Je me souviens des petites Toyota Sprint dont les ressorts arrières comportaient des lanières de vinyle entre les lames pour rendre l’auto plus silencieuse. Pas des des farces. Puis par la suite on a vu de la qualité et ensuite les prix plus corsés qui venaient avec. Alors, on a fait appel au Coréen. Au début, leurs produits électroniques étaient de moins bonnes qualités que chez les japonnais. Puis par la suite on nous a vendu des Hyhundai. Comme la Poney à propulsion. La qualité n’était pas au rendez-vous. Que dire maintenant des Automobiles tant japonaises que coréennes? La qualité vient automatiquement avec le produit. Chez les Chinois maintenant. Les bébelles électroniques étaient de la vraie pacotille. Maintenant, essayez de vous procurer un téléviseur. Ils sont tous fait en Chine et la qualité y est. L’auto s’en vient ne vous en faites pas. C’est déjà commencé avec le dernier modèle de la Honda Fit qui est assemblée en Chine. Rien de moins. Ce n’est qu’un début. Le prix des automobiles est sur le point de se stabiliser avec l’arrivée prochaine de ces grands crus à la Confucius. Maintenant dans les super-marchés d’alimentation, je vous défie de faire la recherches des produits d’alimentations provenant de Chine. Vous serez surpris en lisant cette information sur certaines boîtes. Vous verrez, le péril jaune, nous y sommes en plein dedans.
      Gilles Pelletier, Québec

    • Pour avoir fait 600km dans un autobus chinois (je sais pas la marque) à Cuba, j’ai pu admirer le luxe et le confort de ces autobus d’avant garde. Et elle était pas neuve.

      Réveillez-vous, il se passe la même chose qu’à Taïwan, en Corée et au Japon. Nos bons capitalistes se trouvent plein de cheap labours sous-payés dans des pays appauvris par leurs soins, pour nous vendre des bebelles à 500% de profit…
      Puis, progressivement, ces pays développent des méthodes de fabrications, des expertises, des cerveaux et fabrications qui rehaussent la qualité des produits et leur compétitivité sur le marché mondial.

      Tout comme “Made in Japan” équivalait à “cochonnerie” dans ma jeunesse et “top notch” maintenant.

    • Quand la guerre va pogner on va trouver pas mal moins drôles nos achats chez Dollorama et Walmart de produits jetables chinois. Faut se rappeler qu’on parle ici d’un état totalitaire ouvert aux investissements de rapaces occidentaux. Les Inco, GM et les Imperial Oil de ce monde n’ont pas hésité a faire des affaires avec les nazis et les démocraties en même temps. Tant qu’il y a du cash à faire, les humains ça ne vaut rien, surtout pas un chinois.

    • Lorsque le Yuan sera évalué à sa juste valeur, tout ce casse-tête chinois retournera dans sa boîte et on en entendra plus parler.

    • Cé donc beau le capitalisme sauvage!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    septembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité

    publicité