L'auto blogue

L'auto blogue - Auteur
  • L’auto blogue

    Voici un blogue destiné à ceux et celles qui s'intéressent à l'automobile sous tous ses boulons: bleue ou rose, petite ou luxueuse, animée d'un moteur thermique ou électrique. Ses auteurs, des journalistes de L'Auto/Mon volant, parlent des dernières tendances et n'ont pas peur de se salir les mains...
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 20 février 2012 | Mise en ligne à 18h27 | Commenter Commentaires (22)

    Appel à tous. Souvenirs de familiales : envoyez-nous une photo.

    Une Plymouth des années 50 durant la grande sécheresse du Kansas, en 1961

    Une Plymouth familiale 1959. Dommage qu'on ne voie pas les ailerons, derrière.

    L’ÉQUIPE DE LA PRESSE AUTO -

    Il y en avait des énormes, des petites, des carrées, des rondes, de toutes les couleurs et certaines étaient recouvertes de simili-bois. C’était les paquebots de la route. Bien avant que Lee Iacocca invente la fourgonnette, des décennies avant que les familles nord-américaines adoptent le VUS, il y a avait la familiale.

    À chaque fois que La Presse Auto publie un article sur une familiale, quelqu’un nous rappelle l’époque pré-ceintures de sécurité, où les enfants (plus un ou deux amis du voisinage) passaient les longs voyages vers le chalet ou la Côte Est américaine assis ou étendus en arrière dans la soute, grande comme un gymnase. La vue panoramique de la route se déroulant à l’envers était parfaite.golf familiale

    Ne nions pas l’évidence, la familiale est en voie de disparition en Amérique du Nord. À part les Allemands, Volkswagen, Audi, Mercedes, BMW, peu de constructeurs trouvent encore leur profit dans les familiales, ces voitures entre les cinq-portes à hayon et les VUS. Pourtant, les rares qui restent sont toutes très belles : la Golf, la Avant, la Classe E, la Série 3 Touring et même l’improbable Cadillac CTS Sport Wagon.

    Envoyez-nous une photo

    Une des choses qu'un père doit montrer à son fils : comment enfiler un ver sur un hameçon.

    Une des choses qu'un père doit montrer à son fils : comment enfiler un ver sur un hameçon.

    Alors jetez un coup d’oeil à vos vieilles photos noir et blanc ou aux couleurs délavées de l’époque. Il y a sûrement des photos des station wagons de votre enfance, avec vous et d’autres ti-culs en culottes courtes, ou avec la petite voisine, devant la voiture ou entassés dans la soute. Ou peut-être que c’est vous qui étiez au volant, vos enfants derrière. Et si vous, votre familiale et vos photos sont jeunes, cet appel s’adresse à vous aussi.

    Envoyez-nous une photo d’une familiale qui vous rappelle quelque chose, avec le nom du modèle, une date, l’endroit et le souvenir qui va avec. Ça peut être un bon souvenir­. Ou pas. Mais il faut que ce soit court : un paragraphe, SVP. N’oubliez pas de signer et d’indiquer d’où vous nous écrivez.

    auto@lapresse.ca


    • Pas de photo, mais un ami de mon père avait une familiale (aucune idée de la marque c’était dans les années 80) et une fois on avait fait un tour sur un siège dans la “valise” qui pointait vers l’arrière.

      J’avais trouvé ça pas mal le fun!!

    • Oui étant jeune je me souvient de la familiale a mon Père!….j’imagnie que c’est la que j’ai commencer a aimer ce type de véhicule que les anglais appelle Break!….j’ai posséder une Mercedes-Benz E320 Familiale afin de faire profiter a mes enfants a mon tour….une tourner a la Gaspésie avec comme siège occupe! la banquette arrière qui vous fais admirer le paysage de par la vitre arriere…car la banquette est dans cette direction……peu importe la familiale c’est toujours une voiture a part qui nous fais vivre de bon moments!

    • J’avais 6 ans, c’était une Toyota Corona Crown Custom 1972 (bleu poudre !). Mon frère et moi jouions aux légos sur le plancher de l’espace cargo derrière, à 80 milles à l’heure entre Montréal et Québec sur la 20.

      La troisième banquette émergeait du plancher et était dirrigée vers l’arrière, avec deux petites ceintures ventrales seulement : Mal de coeur assuré en ville.

      Elle était mue par un 6 cylindres en ligne, elle était silencieuse et confortable. Elle avait un design très particulier pour l’époque. Il y avait même une télécommande pour faire fonctionner la radio depuis la banquette arrière “volume” et “tuning”.

      Tous mes petits amis la trouvait “sharp” (l’équivalent de “hot” aujourd’hui).

      http://www.cardomain.com/ride/2670934/1972-toyota-crown

    • Pourtant une des meilleures familiales depuis 50 ans est toujours en production.

      http://www.goauto.com.au/mellor/mellor.nsf/0/1364926998629DE7CA257888002927E7/$file/Volvo_V70_large.jpg?OpenElement

    • Autour de 1980 j’ai eu une Mercurey Cougar avec des panneaux en simili-bois. Lors de notre premier voyage vers Myrtle j’avais aménagé une quasi salle de jeu à l’arrière avec une glacière pleine de liqueurs et jus. Les 2 gars se sont battus tout le voyage pour prendre la place sur l’espace entre nous deux et comme ils buvaient tout le temps, je devais arrêter sur le bord de la route à toutes les 30 minutes. Ce fut ma dernière familiale, un réservoir plein ne me permettant pas de faire le trajet Montréal-Québec

    • Une Volvo 1974. Les moeurs étant très différentes, on y entrait un parc dans lequel je dormais pendant les longs trajets !

      J’aime tellement ce concept de voitures que j’ai possédé des rarissimes Honda Accord Wagon 1991 et 1995. Le meilleur d’une voiture et un espace cargo plus important. Pas d’affreuse minivan pour moi…

      Après un détour par la Matrix, c’est maintenant une Golf Familiale qui égaie mes trajets et me permet de transporter à l’intérieur vélos, skis, raquettes, équipement de camping et autres. Le plus grand bonheur pour moi étant le plein-air et non la conduite !

      Le plus grand défaut des familiales ? La lunette arrière constamment sale. Heureusement, elles viennent toutes avec un ou deux essuie-glaces à l’arrière.

    • On a eu notre première voiture alors que j’avais environ 5 ans (1976-1977…), dans ma tête de petite fille, il n’existait qu’une seule voiture: une familiale avec les panneaux en “bois”. Vous pouvez imaginer ma déception quand mon père est arrivée avec une petite Honda grise sans grande personnalité.

    • Je suis né en 1949 et laissez-moi vous dire que les Station Wagon était rare dans les années 50-60.
      C’était tellement laid.
      N’oubliez-pas que dans les années 50-60 les ambulances étaient ,un Station Wagon.
      Et le Cadillac du corbillard avait l’air d’un Station Wagon.
      J’ai j’aimais connu quelqu’un de mes chums qui s’est vanté que son père avait un Station Wagon.
      Bonne réflexion.
      Gilles Beaulieu.MontréaL.

    • Mercury Linx (équivalent de la ford escort). Brun. 80 et quelques. Nos poches de hockey dans la valise et on courait les tournois. Ou les chamaillages pour faire le tour dans la valise…

    • Pas de photo pour moi non plus… En fait, mes souvenirs de la “familiale” ne sont même pas vraiment de la voiture… familiale!

      Adolescente à la fin des années ‘70, notre copain que l’on surnommait – réellement – très amicalement “Chameau” pouvait utiliser leur voiture familiale, un espèce de gros bateau beige avec de magnifiques panneaux de bois sur les côtés! Une merveille! Et comme à l’époque les ceintures n’étaient pas obligatoires, la voiture servait d’autobus à toute la “gang” (nous étions loin des gangs de rue!). C’était très pratique alors que dans la banlieue ouest, le services d’autobus était plutôt déficient, pour ne pas dire inexistant : 3 personnes sur la banquette avant, 4 derrière et enfin, 4 autres joyeux lurons qui regardaient vers l’arrière en faisant des “tatas” aux automobilistes qui suivaient! Pendant une couple d’années, cette familiale a servi d’autobus privé à tout un groupe d’amis pour aller faire du patin à roulettes à la Récréathèque ou au Cesar’s Palace!

    • Une fois poupa de 2 enfants’, jai été propriétaire de 3 familiales: une Toyota Corolla 1982, achetée neuve et conduite 6 ans, que j’ai adorée et que j’ai changée pour une Ford Taurus 1986, achetée d’occasion en 1988, qui bien que spacieuse et silencieuse mais endormante m’a fait regretter la précédente et finalement une grosse Volvo 740 turbo 199… qui n’avait que ‘2 ans’ au moment de l’achat et au volant de laquelle j’avais un sentiment de plénitude et un $entiment de “vidétude” quand elle entrait au garage.
      Petite anecdote: j’avais donné la Volvo bien usée à notre fille et une montre Cartier (achetée 10$ en Asie) quand elle fréquentait l’université: les 2 “marques” la faisaient passer pour la petite fille à papa!!!

    • La familiale me rappelle une horrible tragédie sur la route de Murdochville: un camion de billots s’est renversé sur une grande familiale et les 11 occupants sont morts écrasés sous la charge ( 9 enfants et les parents ). Heureusement, il y plus de beaux souvenirs dans ces promenades du dimanche….

    • Souvenir d’un beau “Station-wagon” Galaxie 500 de Ford 1966. Moteur 6, transmission manuelle (oubliez le top chrono 0-100 en 4 secondes), couleur beige sans trop de chrome. Troisième banc arrière avec vue vers l’arrière, caractéristique la plus “trippante” roulez à 60-70 mph à voir s’éloigner le paysage. Donc normalement 9 passagers (pas nécessairement tous des adultes) mais assez de palce pour en mettre 13 pour faire une 20 de km entre une visite des grands-parents et d’une ma tante. Roger, dans le temps à Saint-Hyacinthe. Malheureusement pas de photos sous la main, mais si j’en trouve je vous la fait parvenir.

    • Quel plaisir de lire au sujet des familiales.

      Mon père était un malade, un vrai malade des Citroën DS, à deux occasions il a échangé, avec un ami, sa DS Pallas contre leur familiale, histoire de faire le tour de la Gaspésie et une autre fois, des Maritimes.

      Comme si une Citroën n’était pas assez étrange chez les gens hors du Québec, elle avait la particularité d’avoir les sièges arrière arrangés d’une façon inhabituelle.

      La banquette était tout a l’arrière, entre les deux roues tout en laissant un espace énorme vers l’avant. Parfait pour nous les enfants, pour passer les longues routes assis ou étendus sur le plancher confortablement rembourré.

      Quand venait le temps de faire du “sight-seeing”, on dépliait les strapontins, juste en arrière de la banquette avant, et hop, trois sièges de plus.

      Mais vraiment le fun était de voyager assis par terre et de laisser filer le monde, occupés a manger des cerises, ou a s’étirer sur le dos regardant le dessous des arbres se défiler tout autour de nous.

      J’inclus un lien qui montre l’arrangement Citroën de la familiale qui nous a permis d’emmagasiner une collection de souvenirs très agréables, voyageant en famille, insouciants de la vie qui nous attendait a l’âge adulte, chaque minute semblait comme un film en kaléidoscope.

      Bien sur, on parle même pas de la suspension “tapis volant”, que Citroën avait développée et qui faisait sourcilier bien des gens.

      Ah oui, elle avait aussi des phares qui tournaient avec la position du volant, plus fou que ça, ça se pouvait pas.

      Très avant-gardiste, qu’elle était cette Citroën familiale.

      Avec regrets, elle a du être retournée a son propriétaire a notre retour.

      Que penser du caractère d’une minifourgonnette????

      Merci.

      Benz du BC.

      http://www.losson.com/index.php?page=fr-vehiculesDetail&idmodele=18

    • Je me souviens très bien du Ford Mercury 1962 de mon père.On avait jamais vu une voiture avec trois sièges.Pour nous les cinq enfants c’était comme voyager dans un véhicule tout confort
      J’ai appris à conduire avec son Chevrolet Caprice station wagon 1967 avec imitation de bois sur les côtés. Quand même de beaux souvenirs sutout quand on allait skier à Lachute.

    • @omni-tag

      Wow !!! Je n’avais jamais entendu parler de / vu cette auto ! Et je dois dire qu’elle est franchement jolie !
      Dommage qu’il n’Ait pas de photos de l’intérieur

    • 1972 une ‘’super Renault 12” Break avec les cotés en simili bois, quel chic!! oui mais elle était spaaacieuse et le confort des sièges et la je ne blague pas, on peut en rire aujourd’hui comme hier d’ailleurs, mais il n’en reste pas moins que les voitures françaises sont et ont été toujours très confortable. J’avais juste une fille a l’époque mais nous faisions du camping, alors ma femme ma fille et tout l’équipement de camping y compris le seau a glace et les verres pour le vin , du camping sauvage oui, une ile au Kiamika mais tous le confort pour un séjour des plus agréable. Ah oui il y avait le ”dingy” embarcation gonflable avec les rames .et 1972 juste un peu avant la première crise du pétrole, elle n’était pas gourmande .Comme dise les Français: que du bonheur cette voiture .

    • je pars a la recherche de photos

    • Je suis trop jeune pour avoir des souvenir d’une familiale (mes parents n’en ont jamais eu), mais je trouve extrèmement désolant que ce type de carroserie soit en disparition au Canada … C’est le meilleur des 2 mondes (agilité et espace).

      J’imagine que le prix du gaz n’est pas encore assez élevé …

    • Au début des années 80, mes parents possédaient une Pacer beige familiale ultra confortable. Lorsque la banquette arrière était abaissée, mon frère et moi pouvions nous étendre et jouer à des jeux, la tête près de la porte arrière vitrée et des haut-parleurs performants. Pour les vacances, nous nous assoyions sur le bout de la banquette abaissée, chacun de notre côté, des tas de bagages entre nous. Nous nous appuyions sur les sièges avant, les pieds dans le vide, nos têtes sorties par les fenêtres de côté, dans le vent pour des centaines de kilomètres. On l’appelait la patate ou l’aquarium.

    • Comment peut-on envoyer une couple de photos ?
      La boite commentaire ne semble vouloir couper/coller.


      Réponse de D. Arcand : Il faut numériser vos photos (n’importe quelle imprimante moderne a la fonction “scan”) et nous les envoyer en pièces jointes à l’adresse auto@lapresse.ca.

    • En Juillet 2008, nous étions en vacances dans Charlevoix, notre Saturn LW200 2001 chargée comme un mulet. Notre chalet était situé sur une presqu’ile dans un endroit bien joli. Lors de notre départ, quelle surprise de constater que le petit pont reliant l’île fût démoli par un fort courant d’eau, une digue de montagne ayant rompue la veille! Nous avons donc dûs sortir notre familiale par les champs, tirés par une pépine ! Heureusement, elle continue de contribuer à nos souvenirs de vacances sans problèmes!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  •  

    publicité

  • Calendrier

    février 2011
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28  
  • Archives

  • publicité

    publicité