L'auto blogue

L'auto blogue - Auteur
  • L’auto blogue

    Voici un blogue destiné à ceux et celles qui s'intéressent à l'automobile sous tous ses boulons: bleue ou rose, petite ou luxueuse, animée d'un moteur thermique ou électrique. Ses auteurs, des journalistes de L'Auto/Mon volant, parlent des dernières tendances et n'ont pas peur de se salir les mains...
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 30 janvier 2012 | Mise en ligne à 16h39 | Commenter Commentaires (56)

    L’ÉTS cherche des biocarburants efficaces et équitables

    DENIS ARCAND –

    Une des grandes critiques actuellement adressées à l’industrie des biocarburants est qu’elle va littéralement chercher dans l’assiette des pauvres de la nourriture qu’on met dans nos réservoirs à essence. En effet, l’industrie utilise beaucoup de maïs, de canne à sucre et de blé pour produire de l’éthanol. Cela fait augmenter la demande dans les pays dévoloppés et fait monter le prix mondial. Or le maïs, en particulier, est l’aliment de subsistance dans de nombreux pays pauvres, là même où une hausse, même modeste, a les effets les plus graves.

    Trouver une solution à ce problème est un des mandats du professeur Patrice Seers, titulaire de la toute nouvelle chaire de recherche en combustion des biocarburants de l’École des technologies supérieures de Montréal (ETS).

    “Mes travaux portent sur la caractérisation [vitesse de flamme, taux d’évaporation des gouttes] des biocarburants pour la combustion et leur application dans le moteurs”, a-t-il dit à La Presse. “Un des mandats, à la chaire en biocarburants, est d’évaluer le potentiel des biocarburants dans les moteurs à combustion interne afin d’identifier les plus prometteurs.”

    Cela inclut étudier, d’un point de vue combustion, des biocarburants de dernière génération qui ne font pas concurrence à l’alimentation. Ces sources de biomasse pourraient venir de résidus bioagricoles ou de plantes non agricoles. Ou encore, il y a probablement des molécules dans la nature, autres que celles qui sont actuellement utilisées pour produire des biocarburants.

    Avant d’obtenir cette chaire, le professeur Seers a vu ses recherches sur les biocarburants subventionnées par Auto21, le programme fédéral d’aide publique à l’industrie automobile ontarienne. Avant cela, en 2000, quand il étudiait à l’ÉTS, il avait modifié un moteur de motoneige Polaris pour le rendre moins polluant. (Les moteurs deux-temps ont une combustion particulièrement malpropre et polluante).

    Pour éviter de recevoir 200 courriels demandant quels sont ces trois moteurs, qu’on aperçoit derrière le professeur Seers dans la vidéo à 00:23 et plusieurs fois par la suite, l’Autoblogue lui a posé la question : il y a un Renault 4 cylindres, un Honda cylindres et un Honda 4 cylindres. (On vous laisse deviner quel est lequel). Ces trois moteurs et plein d’autres qui traînent dans son labo, servent à tester les biocarburants et les mélanges.

    La Chaire doit aussi déterminer les mélanges optimaux des biocarburants avec l’essence ou le diesel afin de réduire la pollution des moteurs.

    Pensez-vous que le bioéthanol est le carburant de l’avenir ?


    • Enfin!

    • Je peux tout de suite sauver des millions en recherche à l’ETS en lui fournissant les mélanges optimaux pour réduire la pollution:

      0% Biocarburant
      0% Essence
      0% Diesel
      100% Electrique

    • En principe, tout ce qui est biocarburant implique une ponction dans l’environnement. Et c’est là qu’il est le problème à la base. Que la matière première soit d’origine animale ou végétale et d’origine marine ou terrestre, il y aura un coût important d’un point de vue écologique à payer pour penser remplacer à très grande échelle les carburants actuels par des biocarburants. En conséquence, je pense que ce n’est qu’une solution intermédiaire et d’appoint en attendant de passer à autre chose.

    • @frederico
      Assez d’accord avec vous, mais tout depend de la source electrique.
      S’il faut exploiter des centrales nucleaires pour repondre aux besoins
      des voitures electriques, on n’est pas plus avance!

      Je crois qu’une diminution drastique du nombre de voitures personnelles
      est la voie de l’avenir.

    • Même les avions se tournent ver les bio-carburants:
      http://www.gizmag.com/boeing-747-8-biofuel-atlantic-crossing/18940/

      @frederico
      Au lieu de faire l’étalage de votre pensée magique en répétant toujours la même chose sans penser aux conséquences, vous pourriez vous rendre utile en nous montrant les développements qui se font dans les voitures électriques ou les batteries. Ca ferait monter plus vite l’enthousiasme des gens pour l’électrique que votre martèlement maladroit.
      Des infos comme ça par exemple :

      http://www.gizmag.com/3d-thin-film-batteries-recharge-in-minutes/18187/

      Passez le mot à Rexie.
      En passant, comment vous vous séparez les articles ? Pile ou face ? Roche, papier, ciseau ?

    • Le groupe finlandais Neste est déjà très avancé dans ce genre de recherche pour un biocarburant de substitution en aviation:

      http://nesteoil.com/default.asp?path=1;41;540;1259;1260;16746;17727

    • A la question: D’où vient l’électricité? frederico doit répondre: De la prise dans le mur.

      frederico fait avec l’électricité ce que d’autres faisaient avec l’hydrogène. L’électricité DOIT être produite et aujourd’hui à la grandeur de la planète elle est massivement produite par la combustion du pétrole, du gaz naturel et du charbon. Et je le dis tout de suite pour l’hydrogène, même si l’élément est abondant, il n’existe pas à l’état libre dans la nature prêt à être brûlé, il faut le produire et pour ça dépenser de l’énergie.

    • J’ai déjà vu un container ouvert de poches de grains de maïs venant l’ouest canadien à destination d’Israël et c’est écrit sur les sacs « Gift of Canada ». J’étais fier. Un ami d’Israël qui donne de la nourriture aux palestiniens. Là j’apprends qu’on transforme de la nourriture en carburant et que personne n’est scandalisé alors que la moitié de la planète que crève de faim? Parlez-moi d’une gang de bien-pensants qui ont le sens des priorités.

      Simon Picotte

    • Les scramjets, vous connaissez? 100% électriques.

      @gl00001 j’ai autant de contacts avec frederico que vous en avez avec blueprint.

    • @jutamat
      D’accord avec vous que le nucléaire c’est une épée de Damoclès mortelle.

    • @ gl000001 : Frederexico est un troll électrique

    • Le carburant de l’avenir? Pour un moment, oui.

      A moins d’une révolution dans les matériaux utilisés dans la composition des batteries, les voiture électriques ne seront pas des voitures du peuple. A mon avis on devra attendre 25 ans avant de les voir massivement sur les routes. elles se vendront uniquement lorsqu’il y aura retour sur l’investissement.

      Pour un biocarburant, c’est à mon avis ‘relativement’ assez simple et rapide à mettre en marché. Une fois qu’on sait comme le faire (le plus compliqué) on construit l’usine. C’est déjà compatible avec notre vieux parc automobile actuel et ca se distribue dans une station service existante. Le ‘time to market’ est assez rapide.

      Donc, disons que ca prends 10 ou 15 ans mettre au point et produire ce bio-carburant, on va en profiter jusqu’à ce que le parc automobile au complet soit électrique dans peut-être 40 ou 50 ans. Ca donne une trentaine d’année d’utilisation d’un produit moins polluant et qui n’enrichie pas les dictateur car on pourra (peut-être) le produire localement.

    • scramjets électriques? c’est quoi la joke?

    • @respectable
      Ca fait 5 ans que tout le monde décrie l’utilisation d’aliments pour produire de l’éthanol. Arrivez en ville. Belle plogue sur Israël.

      @piratemaboul
      Je sais. Ca fait 2 ans que je débats avec lui. On dit “électroll” également ;-)
      Je ne l’avais jamais entendu parler de scramjet électrique. Il se renouvelle quand on le force un peu. Même si c’est encore une fois quelque chose d’hypothétique.

      @jenotepee
      Ce sont les moteurs d’avion du futur … lointain. Dans 100 ans, on pourra peut-être controler le plasma pour faire avancer un avion sans le détruire … à petit feu.

    • @ rexie & jutamat

      Pour chaque décès dù au nucléaire il y en aurait environ 4000 causé par le charbon… Et ça ne comprend même pas les conséquences des changements climatiques. Alors, même si vous vous donnez raison l’un l’autre, vos appréciation du nucléaire ont autant de crédibilité qu’un scramjet 100% électrique.

    • @ gl000001

      je sais ce qu’est un scramjet… c’est la blague que je n’ai pas compris car je cherche tjrs le lien entre scramjet et électrique.

      info sur un groupe de recherche au québec qui travaille sur les ramjet (compétiteur scramjet):
      http://www.socpra.com/documents/Plante_Ramjet-Moteur-rotatif-continu-densite-puissance-elevee.pdf

    • C’est beau l’électrique, mais mêmes les plus optimistes doivent admettre qu’il y a énormément d’application pour lesquelles ça sera pas possible de si tôt. Vous imaginer une bétonnière électrique? Une souffleuse hybride? Le transport de marchandise lourde reste un énorme consommateur de carburant fossile, et j’imagine mal remplacer la couchette du chauffeur par une immense et lourde batterie…

      L’avantage des biocarburants, c’est qu’ils vont affecter tous les types de véhicules, donc avoir plus d’impact réel que les solutions “à la pièce” comme l’hybride.

    • Scramjet hybride MHD

    • @jenotopee
      Le scramjet électrique réchauffe les gaz par un jet de plasma. Et le plasma est créé électriquement. Une blague … très bonne description.

    • @rexie
      Vous vous assurez d’être lu en écrivant une seule ligne. Il manque de détail par-contre.

      MHD = Magnéto-Hydro-Dynamique. Plasma autrement dit.

      Tiens: Pentone + MHD sur youtube (que je ne peux pas voir au bureau) Il y a de quoi saliver. N’est-ce pas Rexie ?

    • @rexie

      t’as pas compris ce qu’est un scramjet à ce que je vois. Pour faire simple, un scramjet, c’est un tube. À l’entrée, il faut une entrée de d’air à une vitesse supersonique (si c’est pas supersonique, c’est pas un scramjet…c’est une flute disons!). Donc, on a à l’entrée de l’air supersonique qui est ralenti par la forme particulière du tube. La vitesse doit rester supérieur à Mach1 car la combustion (avec combustible, il va de soi: hydrogene par exemple) doit se faire à vitesse supersonique. La tuyère accélère ensuite le fluide et le système est propulsé.

      Un scramjet 100% électrique est donc totalement impossible, c’est disons contre nature.

    • @louwi

      Merci pour la référence à la compagnie finlandaise Neste qui produit des biocarburants. Ils ont développé un processus industriel pour en produire à partir des déchets organiques industriels (et municipaux?); c’est LA façon de faire.

      D’ailleurs, au Québec nous construirons bientôt des usines de biométhanisation des déchets organiques municipaux. Elles produiront du méthane et du compost, mais pas directement du biocarburant pour les camions et les avions, à ce que je sache.

      Une autre méthode est la Gazéification des déchets organiques et même des plastiques qui produit un gaz de synthèse qu’on peut ensuite transformer en biocarburant: une autre avenue intéressante, surtout pour recycler les plastiques.

      Là aussi, un chercheur de l’Université de Sherbrooke a fait un excellent travail qui débouche maintenant sur la production industrielle avec les processus brevetés de la compagnie Enerkem Technologies qui peut même recycler le caoutchouc.

      De toute façon, bravo à l’ÉTS pour ses recherches sur les biocarburants. Il faut développer de l’expertise au Québec sur ce sujet critique pour l’avenir.

      ——

      Références:

      http://nesteoil.com/default.asp?path=1,41,540,1259,1260,16746,18463

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaz%C3%A9ification

      http://www.enviroaccess.ca/techno-26-fr.html

    • “Un accélérateur MHD (magnétohydrodynamique) est un convertisseur MHD qui met en mouvement un fluide conducteur, grâce à un champ électrique et un champ magnétique combinés.
      Le principe de base est le même que celui d’un moteur électrique. Tous deux possèdent un inducteur (électroaimant) générant un champ magnétique dans un induit.
      Dans le cas d’un moteur conventionnel, cet induit est solide : c’est une bobine constituée d’un enroulement de fil métallique.
      Dans le cas d’un accélérateur MHD, cet induit est fluide : liquide conducteur (eau salée, métal liquide) ou gaz ionisé (appelé plasma).
      Les accélérateurs MHD n’utilisent donc pas de pièce mécanique mobile, contrairement aux moteurs électriques traditionnels, ils convertissent directement l’énergie électromagnétique en énergie cinétique. Un fluide est mis en mouvement dans un champ magnétique, par un champ électrique débitant un courant électrique aux bornes d’électrodes immergées dans le fluide.”

    • @rexie
      Il y a au moins 40 sortes d’instabilité dans le plasma :
      http://en.wikipedia.org/wiki/Plasma_equilibria_and_stability

      Comment voulez-vous avoir un plasma stable dans un réacteur ouvert à des vitesses supersoniques ? C’est pour ça que je faisais référence plus haut, à un moteur qui se détruit lui-même.

    • Supposez un instant que les Scramjets à MHD (ainsi que les torpilles sous-marines quasi super-soniques à MHD) soient aussi secrets que les U2 dans leur temps.

      Ne serait-il pas de mise de laisser courir des fausses infos d’instabilité… et de “peut-être dans cent ans” ?

    • Poursuivons l’article de wikipedia sur les générateurs MHD, cité par Rexie …

      http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9n%C3%A9rateur_MHD

      “La Russie est d’ailleurs le seul pays qui dispose aujourd’hui (depuis 1971) d’une centrale MHD fonctionnelle, délivrant par ce moyen 25 MW. [...]

      Le générateur MHD russe U-25 utilise ainsi des parois en céramique et des électrodes en chromite de lanthane, avec un plasma composé à 40 % d’oxygène et à 60 % de gaz naturel, chauffé à 2000 degrés et enrichi par un mélange ionisant à base de potassium ou de césium et de mercure. ”

      Un mélange de 60% de gaz naturel chauffé à 2000 degrés!

      Pour toutes les configurations de générateur MHD citées, cela prend une source d’énergie qui chauffe le fluide conducteur: soit un réacteur nucléaire ou une combustion d’énergie fossile. Si on réussit le tout, on peut obtenir des rendements de 60%, ou lieu du 40% classique, dans la production d’électricité.

      Bon! Bravo! On pourrait brûler plus efficacement du charbon dans le générateur MHD. Tant mieux, mais so what?

      Quel rapport avec les biocarburants? On aura encore besoin de carburant diesel pendant des années, peut-on en produire de façon renouvelable, plus naturelle et moins nocive pour l’environnement que par l’extraction du pétrole? C’est ça le sujet de l’article.

      Oui, on peut fabriquer des biocarburants à partir des déchets plutôt qu’à partir de nouvelles cultures qui entrent en compétition avec les aliments. Et on peut en même temps, recycler les vieux plastiques et les vieux pneus et autres caoutchouc.

      Alors BRAVO!!!

    • Bon. Ca y est. Je travaille pour le gouvernement US maintenant. Bravo Rexie.

      @misterb
      Vous aussi, vous travaillez pour les américains ? On se rencontre ce midi pour paufiner nos campagnes d’intox ?

    • Comme dit MisterB

      Bravo pour le recyclage de nos déchets, mais la voie royale vers la réduction marquante de nos déchets gazeux dictée par l’urgence climatique, c’est l’électricité.

      Ce sont les nombreuses pressions et exercices de relations publiques des pétrolières omniprésentes et omnipotentes qui nous en empêche.

      Relisez l’Histoire de 1900 à nos jours..

    • Ce qui ce passe dans une chambre de combustion n’est pas totalement compris. La recherche pourra optimiser encore les procesus.

      La conversions de déchets contaminés en carburant est une avenue intéressante, de même que l’éthanolisation de surplus agricoles ponctuels et inexportables. Mais je doute que l’on puisse atteindre un pourcentage élevé d’éthanol sans toucher à la chaîne alimentaire.

      Par contre, si par réduction des distances parcourues, de la vitesse sur la route (je ne roule jamais au-dessus des limites de vitesse par soucis écologique), des choix de motorisation moins énergivores et la substitution d’une bonne part du parc automobile à essence par des motorisation électrique on diminue d’un bon pourcentage la consommation de carburant, la part relative de biocarburant augmentera.

      C’est mathématique. Exemple : si présentement on peut avoir 4 % d’éthanol dans l’essence sans toucher à la chaîne alimentaire, et qu’on diminue la consommation d’essence de 80 % par les mesures précitées, le pourcentage d’éthanol dans le mélange peut alors augmenter à 20 %, sans aucun effort de production. Même si on ne fait que respecter les limites de vitesse et pratiquer l’éco-conduite, le pourcentage pourrait passer de 4 % à 5 %.

      Autre aspect à considérer : les moteurs actuels ne sont pas optimisés pour l’éthanol. Quand Toyota tente de rendre son gros 5,7 L FlexFuel, ça n’exploite pas les caractéristiques du E85. Avoir à concevoir un moteur autour du E85, donc fait que pour ce carburant, je profiterais des propriétés de l’éthanol, soit un plus haut indice d’octane et une grande chaleur latente d’évaporation. Mon moteur serait alors turbocompressé et à injection directe, le taux de compression serait haut et je n’aurais pas d’échangeur air-air. Ça donnerait un moteur petit, léger et puissant.

    • On s’en fout du MHD. Pour réduire drastiquement et urgemment nos émissions de CO² et de SMOG, c’est le tout électrique qui est le plus efficace. point.

      Mais comme le cartel des énergies fossiles et associés mènent le bal depuis cent ans, on se fait prendre à leurs jeux de désinformation et tournage en rond… de bio machins, de écoénergétiques, d’hybrides peu efficaces, de diesel “propre” (Y’a-t-il quelque chose de plus ridicule que d’appeler du diesel “propre”?) de gadgets qui font économiser le ¼ d’un huitième de litre pendant que la moyenne de consommation des nouveaux modèles augmente avec leurs tailles…

      Et tout ce fouillis de “”nouvelles technologies”" n’a pour but que d’étirer notre dépendance aux moteurs à explosion et notre captivité au cartel.

    • J’aime bien les explications de Simon-C. Ça a le mérite de démonter qu’en prônant des alternatives pseudo-écologique on peut maintenir notre fidélité envers l’industrie pétrolière.

      Comme Rexie le dit, je crois qu’il est impératif de cesser les émissions de CO² et de SMOG le plus tôt possible. On accepte sans chigner des technologies idiotes comme les EcoBoost ou les autres Skyactiv alors que la consommation des véhicules continus d’augmentés. La seule façon de s’affranchir du cartel pétrolier c’est de passer aux électriques…. maintenant.

    • @frederico : Que vous le vouliez ou non, et moi je ne le veux pas, il y aura encore des véhicules à moteur thermique pour bien des années. Je suis probablement le plus grand défenseur de la réduction de la consommation de pétrole et un partisan avoué de la voiture électrique. Par contre il y a des limites importante à cette technologie qui ne sont pas encore franchie. Donc tant que le miracle n’arrivera pas, il faut diminuer la consommation d’essence de manière urgente par tous les moyens. Les carburants alternatifs sont une solution partielle. Rien de pseudo-écologique là-dedans.

      En fait, la seule solution véritablement et totalement écologique est la réduction massive du kilométrage parcouru et de la vitesse sur route. Pour le reste, il faut appliquer immédiatement les solutions disponibles.

      C’est pas très écolo de ne rien faire sous prétexte que la voiture électrique est bloquée par un gros complot.

    • @rexie

      je te rappelle que c’est toi qui a amené le sujet sur les MHD.
      Et encore une fois, lorsque tu es à bout d’argument, tu nous sors ta fameuse phrase “le cartel des énergies fossiles”

      Ce serait bien que tu sois constant dans ce que tu dis. T’as déjà dit ne pas croire au principe que le pétrole vient de source fossiles. Tu proposais une autre source non-fossile. Serait-ce que tu as changé d’idée depuis?

      je pense que c’est toi qui tourne en rond, alors d’immense investissement sont fait pour développer la voiture électrique. Il y a probablement autant d’argent investi pour ce qui touche au batterie qu’au moteur thermique. A différence est que le thermique s’appuie sur plus de 100 ans de recherche ininterrompue alors que les investissement majeure sur les piles ne date que depuis le début des années 90 avec l’avènement des téléphones portables car comme l’a dit Newton: “Si j’ai vu plus loin, c’est en montant sur les épaules de géants”

    • @Simon_C

      Une réduction de la consommation = trop de CO² . Selon Daniel Breton, président de Maître Chez-Nous 21ième siècle, le seul regroupement écologiste qui ne reçoit pas d’argent noir au Québec, le point de non-retour au delà duquel on constatera une accélération irréversible des catastrophes naturelles est de 32 Gigatonnes de GES relâcher dans l’atmosphère par année. En 2010, les émissions mondiales de gaz à effets de serres tournaient au alentours de 30,6 gigatonnes. En 2011, lorsque les données seront compilés, nous serons probablement aux alentours de 31,5.

      Alors ce n’est pas en réduisant notre consommation avec des Ecoboost ou en conduisant des Volts qu’on va stopper les émissions! Ça nous prend des Tesla et des BYD à prix abordable dès maintenant!

    • @jenotopee

      Les progrès fait avec les voitures électriques sont constamment mise de côté parce que ça nuit aux intérêts de grandes corporations qui vivent de la dépendance du monde sur l’énergie. Et dès qu’une voiture électrique est sur le point de connaître un succès commerciale, leur valets politiques décadrent les lois contraignantes afin de permettre aux grands fabricants américains de produire en toute quiétude des voitures à moteur thermique à bas prix. C’est ce qui est arrivé lorsque GM s’est rendu compte que sa EV-1, qui pouvait faire 200 km sur une seule charge, pouvait répondre à la plupart des besoins des automobilistes américains. Sa technologie révolutionnaire, jamais égalé, fut mise au rancart et 15 ans plus tard ils nous présente une Volt peu efficace qui aime mieux les pompes à essences que les bornes électriques.

    • @frederico

      j’comprends pas votre raisonnement. Vous ne voulez pas qu’on atteigne votre point de non-retour…et vous etes contre la réduction de consommation.
      Je suis daccord qu’une voiture électrique émettrait moins, mais c’est pas du zéro émission non plus. Si seulement l’extrême est bon pour vous, c’est pas des voitures électriques qu’il faut, ce sont des vélos ou la marche.

      En passant, vous conduisez quoi?

    • 2jenotopee
      Les piles électriques Nickel-Fer brevetées par Thomas Edison en 1906 procuraient 320 km d’autonomie à la Detroit Electric de 1908 (3500livres) et 390 km à la Baker Electric.
      Elles se rechargeaient en 4h45 et avaient une durée de vie estimée de 30 a 50 ans par le fabricant. On en a ravivé après 70 ans en changeant l’eau dedans et elles fonctionnent comme des neuves.

      C’est vers 1910 quew le cartel pétro bancaire a pris le dessus sur le congrès américain et depuis ce temps, le développement des piles électriques a régressé.

      Mais tu sais tout ça.

    • Finalement Rexie et Fredirico sont des intégristes, des élecgristes ou des intétriques?

      L’électrique est l’énergie la plus appropriée dans bien des situations et plusieurs de celle-ci ne sont pas encore en marche. C’est un fait.
      Mais trouver une solution qui peut s’adapter au parc automobile actuel et ses usagers en utilisant le réseau de distribution en place est une voie noble et plus pragmatique.
      En effet, si nous développons une technologie de bio carburant qui utilise les déchets gargantuesques que produit notre mode de vie, nous jouons double. On soustrait les dommages environnementaux divers qu’ils causent à leur disposition inutile, gaz, lexiviat, odeur, pollution, dévastation de terrain et leur émission de GES et nous produisons du carburant qui nous permet de conserver nos bagnoles et épargne d’autant nos ressources.
      Si et seulement si, le carburant ne produit aucun déchet notable.

      Je trouve que c’est gagnant-gagnant. Mais il reste à voir si les recherches de M. Seers déboucheront là-dessus.

      Ce qui n’empêche en rien de développer l’électrique.

    • Il faut quand même dire que l’idée est surprenante, considérant que c’est déjà fait.

      http://www.quelleenergie.fr/magazine/autres-energies/blue-petroleum-bfs-petrole-revolutionnaire-6939/

    • @fredrico : bon, je suis d’accord, il y a trop d’émissions. Je vous suggère de suivre mon exemple et dès demain, laissez votre voiture à la maison. Zéro émission. Voilà. Vous allez enfin pouvoir faire votre part.

      Si jamais vous êtes obligé, mais c’est vraiment en dernier recourt, de prendre votre voiture, j’espère que vous allez pratiquer l’éco-conduite. Et que vous allez éviter les produits made in china.

      Aussi, j’espère que, contrairement à rexie/dominic ric/erixir (même personne, mais ça vous le savez très bien) vous allez éviter les vacances à Cuba, étant donné la grande pollution des jets. Faut être conséquent.

      Maintenez donc votre maison au maximum à 18°C le jours et 14°C la nuit. L’énergie électrique économisée aidera Hydro à exporter plus aux USA, là où l’électricité est majoritairement produite à l’aide de carburants fossiles. Ne climatisez jamais l’été. J’allais oublier : éteignez tous vos appareils électriques. Évitez de vous reproduire étant donné l’empreinte écologique des Québécois (quoique je pour un conspiro, ça devrait être naturel de rester célibataire…)

      Avez ça vous allez enfin pouvoir éliminer l’essentiel de vos émissions polluantes.

    • Voilà Frederico, vous savez enfin comment faire moins d’émissions polluantes que moi.

    • @djoni : je dirais que frederico ou rexie ne veut surtout rien changer à ses habitudes et attend la voiture électrique-miracle.

    • @rexie

      vous confirmez ce que je disais, il n’y a pas eu de développement sur les piles entre le début du siècle et les années 90.

      Et arrêtez de nous ramener votre detroit electric. Elle avait une vitesse limité à 32km/h, je sais pas si vous réalisez, mais 32km/h, c’est a peu près la vitesse qu’une voiture roule sur le Idle. Je sais que vous n’essayez jamais de comprendre les chiffres qu’on vous donne, mais à cette vitesse, le freinage aérodynamique est environ 10 fois inférieur à celui à 100km/h. Poussez votre detroit electric à 100km/h et son autonomie serait de 32km. C’est sans compter les forces contre électromotrice qui seront décuplé.

      Si on compare, on est passé d’une voiture qui a environ 32km d’autonomie à 100km/h a disons une leaf qui à 160km d’autonomie. D’une voiture qui offre un toit, sans chauffage, sans système de dégivrage, des freins à languette de bois ou de cuir, à une voiture moderne. Grosse différence, vous ne trouvez pas.

      Pendant ce temps, on est passé d’une Ford T avec son moteur en ligne 4 cylindres de 2.9L qui développait 20hp et dépensait 15L/100km pour une vitesse maximal de 70km/h. En extrapolant de la même façon, on obtient un freinage aérodynamique 2 fois plus élevé si on est à 100km/h au lieu de 70km/h. On obtient donc une consommation de 30L/100km. Maintenant, on a une focus qui fait 160Hp pour une consommation de 5.2L (sur l’autoroute selon de guide de l’auto 2012)

      Si on résume, en 100ans, on a multiplié l’automie des voitures électrique par 6 et celle des voitures à essence par 6 aussi.

      Beaucoup de contrainte ne sont pas pris en compte, mais bon, c’est pour faire réalisé à ceux qui vont lire les commentaires, que le votre ne tient pas la route!!!!

    • @jenotopee
      Pour le principe, les arguments que vous avancer sont valable. Pour ce qui est des calculs et des chiffres je doute que vous fassiez mieux que Rexie.
      La résistance à l’avancement aérodynamique est inversement proportionnelle à la vitesse au carré mais il faut connaître le coefficient de traîné et il y a aussi la résistance au roulement qui augmente de manière plus linéaire.
      Ne citant aucune de ces inconnues il faut seulement retenir que les données de l’un et l’autre des véhicules comparés sont différente.

      Ainsi une Focus ne consomme pas 5.2 l en développant 160 h.p. mais plutôt 15 à 20 h.p., sinon vous ne rouleriez pas à 100km/h mais au maximum que la voiture peut atteindre. Je doute également qu’un modèle T consomme 15l/100, mais je suis certain que son coefficient de traîné était épouvantable, probablement comme la Détroit electric d’ailleurs.

      A ce sujet on pourrait demander à un propriétaire de Leaf quelle distance il peut parcourir à 32 km/h sans climatisation et accessoire, et on aurait une bonne idée de l’amélioration. Je doute que l’on réalise 1 800 km sur une charge tel que laissent entendre vos calculs?

    • Depuis quelques semaines, la moitié des commentaires que j’écris ne passent pas, malgré leur facture acceptable. Le jeu est truqué pour le lecteur.

    • Et arrêtez de nous ramener votre detroit electric. Elle avait une vitesse limité à 32km/h, je sais pas si vous réalisez, mais 32km/h, c’est a peu près la vitesse qu’une voiture roule sur le Idle. Je sais que vous n’essayez jamais de comprendre les chiffres qu’on vous donne, mais à cette vitesse, le freinage aérodynamique est environ 10 fois inférieur à celui à 100km/h

      @jenotopee

      Bravo pour votre courage mais je lui ai expliqué ça des dizaines de fois par le passé. Je peux même vous prédire qu’il vous parlera bientôt de la Jamais Contente, un autre concept préhistorique dont il s’inspire pour ses théories.

      Une des stratégies du “troll”, c’est d’inonder un blogue du même message pour vous faire perdre le gout d’y répondre. Et comme il a assez de temps libre pour écrire 10-15 fois par jour et vous non, vous allez vous essouffler avant lui.

      Bonne chance quand même.

    • @Simon_c

      Titan, une des +cent lunes de Saturne a une atmosphère composée de méthane.
      Ils ont observé que les molécules les plus hautes réagissent aux rayons solaires, se transforment en molécules organiques d’hydrocarbures complexes et retombent sur la lune.

      Sur cette lune, il y a des lacs, des rivières et des océans d’hydrocarbures. Si c’est comme les poches d’hydrocarbures d’ici, le méthane reste sur le dessus, puis il y’a l’essence, le mazout et le goudron tout au fond.

      Les scientifiques qui commentaient ce documentaire supposent que ce phénomène a pu se produire au tout début de la formation de la terre et que les pressions et mouvements de la croûte terrestre se sont mis de la partie pour en arriver du gaz jusqu’au charbon, en passant par le pétrole bien-sûr.

      C’est sûr que l’hypothèse (récente) du pétrole fossile suppose la rareté… et qui dit rareté dit profit$$$

    • Rexie, ça change quoi pour nous l’origine du pétrole ? Ton histoire de pétrole abiotique ressemble à la version de Kutryavtsevd (pas sur de l’orthographe du nom du chercheur russe des années ‘50).

      Au final, si les prix des combustibles fossiles sont haut, ça fait juste inciter à moins consommer et ça pousse le développement de nouvelles technologies. C’est la loi de l’offre et la demande dans sa version la plus crue, telle qu’elle était enseignée en cinquième secondaire avant la réforme. Mieux que ça, pour les écologistes, savoir que le pétrole est d’origine fossile et n’est pas disponible en quantité illimité, ça nous (les écologistes) aide à trouver des arguments pour sortir de la dépendance à ce produit.

      Pas de complot là-dedans.

    • @Simon_C

      À quoi sert de savoir l’origine du pétrole? Et bien, curieuse question de la part d’un scientifique. J’ai entendu dire qu’ils en cherchaient des comme vous au BAPE, du genre pas trop curieux.

      En moins de deux ans, deux catastrophes naturelles ont possiblement été causées par l’exploitation secrète du pétrole abiotique. En avril 2010, la plateforme pétrolière Deep Horizon connaît des ennuies techniques et explose. Le problème est que ce pétrole, ben il faut aller le chercher, et c’est là où ça se compliques. Parce que malgré les énormes progrès technologiques, nous n’avons pas encore trouver le métal ou l’alliage capable de résister à la fois au pressions énormes et surtout aux très hautes températures. Le métal finit par fondre ou se ramollir et les soupapes de sécurité ne peuvent plus jouer leur rôles. C’est ce qui s’est passé quand, après trois ans de forage, au cours du quel sont intervenus de nombreux incidents, Deep water horizon a atteint le gisement de pétrole. Toutes sortes de rumeurs ont été diffusées mettant en cause des imprudences perpétrées par les ingénieurs ou des défauts d’entretien des équipements, pour que, justement, personne ne puisse découvrir que l’accident est survenu simplement parce que la technologie humaine a atteint là ses limites.

      Il ne faut pas non plus oublié que le Tsunami du 11 mars 2011 a peut-être été causé par effondrement d’une ancienne poche de pétrole abiotique qui s’est affaissée après son exploitation. Mais bon, j’imagine qu’on ne saura jamais la vérité, c’est beaucoup trop compromettant pour le système économique mondial.

    • @frederico : je n’ai pas écris ” à quoi sert de savoir l’origine du pétrole” mais bien “ça change quoi pour nous l’origine du pétrole ?” lorsque je t’ai répondu.

      Quand je dis que t’es un conspiro, on en a une autre démonstration. Tu affirmes avec beaucoup d’autorité que les 2 catastrophes sont probablement causées par le pétrole abiotique, une théorie en soit pas mal boiteuse, alors que d’autres explications plus simples existent. Tu amènes un sujet que tu ne comprends pas, sans lien avec le sujet principal, pour tenter de démontrer l’existence d’un gros complot mondial…

    • @Rexie

      Moi aussi je suis censuré.

    • si c’est vrai que le pétrole est abiotique (ce que je doute), ce serait une bonne nouvelle car à un détail près, le pétrole fait très bien la job et est utilisé dans de nombreux produit.

      Bon ok, le détail est qu’il pollue et qu’il est bien parti pour “scrapper” notre planète…

      sérieusement, je suis plutôt d’accord avec l’argument qu’une origine abiotique serait une très mauvaise nouvelle. Comme simon_c l’a dit, pétrole illimité=baisse du prix du pétrole=désintérêt pour nouvelle forme de propulsion. C’est dans l’adversité qu’on développe de nouvelles technologies, pas dans la facilité.

    • @jenotocee

      Je suis d’accord avec vous sur le point que le pétrole est une ressource énergétique à éviter mais malheureusement ceux qui contrôle les stocks de pétroles contrôle aussi les différents leviers qui interdisent la commercialisation d’une énergie propre et économique.

      En fait, les rois du pétroles sont assis sur des ressources sur laquelle ils peuvent demander ce qu’ils veulent ET pour l’éternité. À une seule condition: ne jamais dévoiler les quantités réelle de pétrole qu’ils peuvent exploiter, afin de maintenir les prix élevé. Et pour ça, tout les moyens sont bons, y compris enrôler des politiciens, des scientifiques et des personnalités médiatiques pour maintenir la population dans le mensonge.

      Une perte de temps et d’argent, dites-vous; mais à l’échelle des profits des pétrolières (et de leur filiales énergétiques et du secteur automobile), c’est une goutte dans l’océan.

      Mais tout ceci est bien expliqué dans les médias indépendants, il suffit de s’informer.

      http://www.dailymotion.com/video/xewkez_la-face-cachee-du-petrole-1-2-le-p_news

      http://www.dailymotion.com/video/xewm92_la-face-cachee-du-petrole-2-2-les-g_news

    • Justement, le Gouvernement du Québec annonce aujourd’hui:

      “Usine à Varennes: du carburant produit avec des déchets”

      http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/technologie/201202/07/01-4493299-usine-a-varennes-du-carburant-produit-avec-des-dechets.php

      “Enerkem et Éthanol GreenField ont concrétisé hier un projet très attendu, celui de remplacer le maïs par les déchets solides dans la production commerciale de biocarburant.

      Leur coentreprise investira quelque 90 millions [...] L’usine devrait commencer sa production en 2014 et employer 40 personnes.

      La technologie mise au point par Enerkem permet de produire de l’éthanol à partir de matières non recyclables comme les déchets de construction et d’autres résidus solides qui aboutissent normalement dans les terrains d’enfouissement.”

      Wow! BRAVO!

    • @frederexie : lier de vidéos produits par ReOpen911, c’est pas fort du tout. ReOpen911, c’est une gang d’idiots conspirationnistes qui restent accrocher à leurs histoires d’hologrammes sur le WTC, de missiles sur le Pentagone et de l’implication du mossad lors du 11 septembre 2001.

    • Ceci sera ma dernière intervention.
      Reopen 911 est un site respectable mis en ligne dans de nombreux pays par des bénévoles et avec des fonds privé d’un millionnaire américain assoiffé de vérité.
      La face cachée du pétrole est un livre des plus fouillé écrit par un journaliste de haut niveau ayant ses entrées dans les hautes sphères des grandes entreprises et des diplomates au niveau mondial.

      @MisterB
      Je dirais bravo moi aussi si je ne savais pas que ces mini-projets et publireportages sur les bio-gaz ne sont que de petites briques de marketing de manipulation d’opinion en vue de nous faire céder à l’odieux gaz de schiste.

      @simon_c le désinformateur de GM et/ou Ford?
      Les hologrammes c’est nul, mais le missile et le mossad? Of course!
      Ce fut deux Boeing c-32 sans hublots de l’armée américaine qui ont frappé les tours…
      Et J-F fKennedy : 3 snipers.
      Les complots sont, par définition, secrets et les meilleurs, ont en entend jamais parler.
      Le complot qui a donné naissance au cartel pétro-bancaire est né en 1872. Le cartel a pris le contrôle du gouvernement américain en 1910. Depuis plus de cent ans, il s’est élargi et diversifié. On l’appelle le conplexe militaro-industriel, la globalisation… De nombreuses guerres furent motivées uniquement par la soif du cartel de s’approprier plus plus plus de pétrole.
      “Pétrole, guerre d’un siècle” de William Engdahl, 2004, 330 pages.
      “The history of the Standard Oil Company” Vol.Iet II, de IdaM tarbel, 1904, 800pages.
      “Rouler sans pétrole” Pierre Langlois, 2008, 293 pages.
      “Qui a tué la voiture électrique” “TerrorStorm” “Zeitgeist” youtube
      @frederico : Merci!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    octobre 2012
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité

    publicité