L'auto blogue

Archive, décembre 2011

Vendredi 23 décembre 2011 | Mise en ligne à 14h25 | Commenter Commentaires (10)

Les voleurs d’autos mis en échec par leurs empreintes fessières

Capture d'écran_1 - blogueDENIS ARCAND -

Vous êtes unique et vos fesses aussi.

Des constructeurs automobiles japonais pourraient lancer d’ici peu des voitures dotées d’un système antivol qui reconnait votre derrière. L’Institut avancé de technologie industrielle de Tokyo affirme avoir inventé un siège biométrique capable de reconnaître parmi toutes les paires de fesses au monde, les deux fesses du propriétaire d’un véhicule.

La carte topographique 3D de votre popotin est mémorisée par le système antivol.

La carte topographique 3D de votre popotin est mémorisée par le système antivol.

Le système consiste en un logiciel lié à 360 senseurs disposés sous le tissu du siège du conducteur. Ces 360 senseurs mesurent la pression sur une échelle de 1 à 256 et le logiciel fait la cartographie 3D du derrière de toute personne prenant place sur le siège.

Une fois programmé, le logiciel topographique garde en mémoire vos empreintes fessières et celles de vos proches qui sont autorisés à conduire l’auto. Si c’est l’un de vous, l’auto démarre normalement. Sinon, l’auto ne bronche pas. Et ce, même si le voleur a la clef ou connaît tous les trucs pour trafiquer l’allumage.

On n’essaiera pas de vous faire croire qu’on comprend le japonais et qu’on a lu le rapport d’expérience du professeur Shigeomi Koshimizu, qui dirigeait l’équipe de jeunes ingénieurs. L’histoire a été publiée dans l’édition anglaise du journal Nikkei et reprise par d’autres publications, dont Wired, qui se demande avec justesse ce qui arrive « si vous portez un portefeuille dans la poche d’en arrière ou si vous prenez du poids durant les Fêtes ».

Le groupe de chercheurs du professeur Koshimizu affirme avoir testé son dispositif d’identification par les fesses avec six personnes et que le taux de reconnaissance est de 98 %.  Il espère qu’un constructeur automobile commercialisera l’invention d’ici trois ans.

Durant le test fait à l’Institut avancé de technologie industrielle de Tokyo,  le logiciel roulait sur ordinateur personnel ordinaire, qui affichait à l’écran le pattern de distribution de poids de la personne pesée. Dans une automobile, le logiciel pourrait fonctionner sur un des ordinateurs de bord.

Lire les commentaires (10)  |  Commenter cet article






Jeudi 22 décembre 2011 | Mise en ligne à 16h25 | Commenter Commentaires (28)

Nouvelle importation japonaise : une auto chinoise

La Honda Fit faite en Chine n'a pas débarqué sur cette plage, mais elle a traversé le Pacifique jusqu'au Canada

La Honda Fit faite en Chine n'a pas débarqué sur cette plage, mais elle a traversé le Pacifique jusqu'au Canada

DENIS ARCAND -

Tout le monde sait qu’en transférant en Chine de la technologie toujours plus avancée, les grands constructeurs automobiles du monde entier jouent à un jeu à court terme. Pour l’instant, ils font beaucoup d’argent en nourrissant l’énorme marché chinois. Mais un jour, toutes ces nouvelles usines construites 50-50 avec des partenaires industriels chinois auront fourni des autos à chacun des millions de chinois qui découvrent les joies de la mobilité individuelle. Quand la Chine sera elle aussi un marché mature, que feront les industriels chinois avec toutes ces usines ?

Ils viseront les marchés nord-américains et européens avec des marques d’autos chinoises. Mais à ce moment-là, les actionnaires auront touché leurs dividendes. Et les dirigeants actuels des constructeurs automobiles auront encaissé leurs bonis et pris leurs retraites. Ce sera le problème de quelqu’un d’autre.

Le navire Freedom Ace, photographié haut sur l'eau, allégé de son chargement

Le navire Freedom Ace, photographié haut sur l'eau, allégé de son chargement de 6400 voitures

En attendant de voir Geely, SAIC, Great Wall et autres marques chinoises débarquer ici, voici un avant-goût, qui nous vient d’un constructeur japonais qui n’attend pas pour se servir des bas coûts de production chinois : au début du mois, un tout premier chargement de Honda Fit fabriquées en Chine a été déchargé au port de Vancouver.

Six-mille-quatre-cents Fit sont sorties du ventre du cargo japonais Freedom Ace et commencé, sans tambour ni trompette, l’invasion chinoise du marché automobile nord-américain. Les petites soldates Fit portaient l’uniforme japonais de Honda, mais ce sont bel et bien des chinoises fabriquées par Guangqi Honda Automobile, à Guangzhou, dans le Sud-Est de la Chine, à environ 150 km de Shenzhen et de Hong Kong, l’épicentre industriel et financier de la région. Guangqi Honda Automobile est une co-entreprise entre Honda et la chinoise Guangzhou Automobile Group.

Sans doute pour contrer les effets de la hausse du yen par rapport aux dollars canadien et américain, Honda décidé de ne plus envoyer vers le Canada des Fit fabriquées au Japon. Cher, le travailleur japonais de Honda, 20 fois plus cher que son collègue chinois. À la place, toutes les Fit exportées ici seront faites à Guangzhou, au moins jusqu’en 2014, quand Honda ouvrira une nouvelle usine de petites voitures au Mexique.

Ces travailleurs chinois du constructeur automobile Geely gagnent une fraction du salaire de leurs collègues japonais... et canadiens

Ces travailleurs chinois du constructeur automobile Geely gagnent une fraction du salaire de leurs collègues japonais... et canadiens

Les coûts de production d’une voiture sont 20 fois moins élevés en Chine qu’au Japon.

Mais les multinationales qui s’installent en Chine ne peuvent faire comme partout ailleurs et fonder une filiale nationale. Elles doivent prendre un associé chinois (souvent une société d’État provinciale) et former des co-entreprises détenues à 50 % par chacun des partenaires. Le transfert technologique se fait dans ces co-entreprises chinoises et le savoir-faire est acquis localement. Ainsi, les deux usines de Guangqi Honda Automobile à Guangzhou assemblent des Honda Accord, City, Fit et Odyssey pour le marché chinois.

Fabriquée par Honda et Guangzhou Automobile, la Li Nian S1 a déjà un nom pour les oreilles non chinoises : l'Everus.

Fabriquée par Honda et Guangzhou Automobile, la Li Nian S1 a déjà un nom pour les oreilles non chinoises : l'Everus.

Forte de cette expérience, la compagnie lance ces jours-ci un modèle purement chinois, la Li Nian S1. C’est son nom chinois, mais on lui a déjà donné un nom pour les oreilles non chinoises, l’Everus.

L’Everus vise le conducteur urbain chinois, généralement acheteur de sa première auto et n’ayant pas encore les moyens d’acheter une une “vraie” Honda. Elle coûtera entre 10 500 $ (prix de base) en Chine et 15 300 $ pour la version mieux équipée.

Un jour, quand Guangzhou Automobile Group aura de l’expérience et les reins assez solides, on verra peut-être des Everus débarquer par bateaux entiers au Canada.

Alors vous, achèteriez-vous une voiture chinoise à 10 700 $ ?

Ou la boycotteriez-vous par solidarité avec nos chers compatriotes qui travaillent dans l’industrie automobile en Ontario ?

Lire les commentaires (28)  |  Commenter cet article






Jeudi 22 décembre 2011 | Mise en ligne à 14h05 | Commenter Commentaires (6)

Lincoln aura sa propre agence de pub

12LincolnMKX_17_HR

CHARLES RENÉ -

Lincoln se cherche, ce n’est un secret pour personne. La division de luxe de Ford qui nourrissait jadis l’envie de générations entières n’a plus l’envergure d’antan. Son identité est floue, elle se perd dans une mer où les marques de luxe rivalisent d’ingéniosité pour assurer leur différenciation. La promiscuité des produits Lincoln avec la gamme Ford est certes l’élément central qui plombe la marque. La haute direction de Ford est consciente du problème et s’attaquera de front à son image en se dotant d’une boîte de pub.

Les campagnes de publicité pour Lincoln seront dorénavant créées par une firme faite sur mesure pour Lincoln par la géante de la communication marketing WPP. Ce nouvel organe sera basé à New York pour se détacher complètement des quartiers généraux de Ford à Dearborn au Michigan. On cherche, par le fait même, à profiter du bassin de créateurs qui émane de la Grosse Pomme pour revigorer l’image de Lincoln et ainsi arracher des parts de marché aux mains des grandes marques de luxe. Quelques modèles du constructeur seront également redessinés pour asseoir cette stratégie.

Trop timide à première vue, ce plan n’implique pas une réelle refonte de la gamme pour assurer une nette scission avec Ford, comme a fait General Motors par exemple avec Cadillac.

SOURCE: FORD

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    décembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité

    publicité