L'auto blogue

Archive du 15 novembre 2011

L'homme qui a dit non à son rêve, par amour pour sa femme et pour 30 000 livres.

L'homme qui a dit non à son rêve, pour ne pas inquiéter son épouse. (Photo Peugeot)

DENIS ARCAND -

En 1969, l’Anglais Hywell Rigby était adolescent et suivait avec fascination l’aventure d’Apollo XI et la conquête de la lune. Les années ont passé, mais jamais il n’a cessé d’être habité par un rêve imprimé à jamais dans son cerveau d’enfant, celui de s’envoler dans l’espace, nous explique le constructeur automobile Peugeot. Cette année, quatre décennies après la naissance de ce rêve de jeunesse, une chance inouïe a souri à Hywell Rigby.

Hywell aurait pu voir ceci.

Hywell aurait pu voir ceci.

Il a gagné un concours organisé par Peugeot durant le lancement de la 3008 en Angleterre. Premier prix: un voyage sub-orbital dans l’espace.

Bien sûr, le quinquagénaire ne pourrait se rendre sur la lune et marcher dans les traces de Neil Armstrong. Mais dès les premiers vols commerciaux dans l’espace, prévus d’ici quelques années, il décollerait dans une fusée, flotterait en apesanteur dans l’espace à 110 km d’altitude, verrait notre planète bleue bien aimée de tout là haut et toucherait les étoiles.

Hywell aurait pu être membre du même club sélect.

Hywell aurait pu être membre du même club sélect que lui.

Il serait membre du même club sélect que Neil Armstrong et les autres astronautes, c’est-à-dire l’infinitésimal pourcentage des êtres humains s’étant momentanément affranchis des chaînes de la gravité et ayant assisté à un lever de soleil sidéral, dans une capsule spatiale accrochée au ciel.

Grâce au concours Peugeot et au vol sub-orbital de 200 000 $ US, son rêve allait devenir réalité… n’eut été des craintes de Mme Rigby.

Un petit pas pour l’homme, un bond de géant vers le Rona.

«Son épouse, qui a peur de toutes les machines volantes, avait des doutes sur son retour sur terre sain et sauf», nous explique Peugeot dans son communiqué. M. Rigby, «par respect pour son épouse depuis 30 ans», a donc décidé, à la place du vol dans l’espace, d’accepter le prix alternatif de 30 000 livres (48 500$) en argent comptant… et de faire des rénovations.

Hywell ne verra jamais cela.

Hywell ne verra jamais cela.

«L’occasion d’aller dans l’espace a immédiatement frappé mon imagination et c’est avec des regrets massifs que je laisse passer cette chance», a déclaré Hywell Rigby. Surtout qu’il laisse peut-être aussi passer la chance de vivre la succession de partys et d’aventures terrestres qui ont déjà commencé pour les clients de Virgin Galactic ayant déjà acheté leurs billets pour les premiers vols (Peugeot n’avait pas annoncé son partenaire spatial; il y a d’autres compagnies).

“J’avoue que c’est un triomphe du pragmatisme sur le rêve…”

«Mon épouse est la prunelle de mes yeux et pour rien au monde je ne voudrais lui causer d’inquiétude. Le prix au comptant nous permettra de redécorer notre maison, de prendre de belles vacances et même de nous acheter une nouvelle auto. Ce sont toutes des choses dont nous profiterons tous deux, mais j’avoue que c’est un triomphe du pragmatisme sur le rêve…»

En effet, Hywell­. En effet.

Hywell aurait pu aller dans l'espace et toucher les étoiles.

Hywell aurait pu aller dans l'espace et toucher les étoiles.

NDLR : Les trois photos de l’espace sont tirées du site internet de la NASA.

Lire les commentaires (19)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    septembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité

    publicité