L'auto blogue

Archive, avril 2011

Vendredi 29 avril 2011 | Mise en ligne à 13h51 | Commenter Commentaires (17)

911 GT3 RS 4.0: la dernière de sa génération (VIDÉO)

CHARLES RENÉ

Au cours des derniers mois, Porsche a multiplié les éditions spéciales de son vaisseau amiral, la 911. C’est, en quelque sorte, une façon de saluer le départ cette génération, codée 997, dont l’arrivée date de 2005. Mais voilà, cette lignée ne tirera pas sa révérence sans pousser un dernier cri rauque. L’ambitieuse entreprise a poussé Porsche à éditer l’ultime GT3, le jouet de piste suprême.

Bien évidemment, les liens étroits avec le monde de la course sont palpables. Le six-cylindres à plat de 4 litres qui prend place à l’arrière partage nombre de composantes avec son homologue issue du programme de compétition du constructeur. Le résultat impressionne. On est arrivé à soutirer pas moins de 500 chevaux à cette mécanique atmosphérique, un bond de 50 chevaux en comparaison à la GT3 RS de moindre cylindrée (3,8 litres). On obtient donc un ratio de 125 chevaux par litre, une prouesse.

Une boîte manuelle à 6 rapports, le seul choix possible, se charge de relayer cette foudre aux roues arrière. Cette vivacité se traduit de manière inévitable dans les accélérations, alors que sa masse plutôt contenue (1360 kg) est catapultée à 100 km/h en départ arrêté en deçà de la barre des quatre secondes (3,9 secondes).

Les éléments suspenseurs retouchés et ses voies plus larges trahissent également une grande promiscuité avec le milieu duquel elle s’inspire.

Sa rareté (à peine 600 seront produites) et son prix (211 000$) en font un objet d’exception. Difficile toutefois de nier que ce sera possiblement la dernière 911 à autant respecter l’héritage légué par une poignée de modèles qui ont marqué l’imaginaire.

À voir et à écouter dans la vidéo ci-haut (musique mélodramatique lassante en prime).

SOURCE: PORSCHE

Lire les commentaires (17)  |  Commenter cet article






Samedi 23 avril 2011 | Mise en ligne à 15h00 | Commenter Commentaires (30)

La Chine, l’exemple électrique?

Nissan Leaf

CHARLES RENÉ

Pendant que l’attention est braquée sur les puissances occidentales pour assurer le leadership du développement de la voiture électrique, Pékin est proactif. Le gouvernement chinois soutient son développement à coups de milliards. Ces investissements stratégiques positionnent le premier créancier des États-Unis dans le peloton de tête de l’effort électrique mondial selon un rapport produit par la firme PRTM pour le compte de la Banque mondiale.

Le géant de l’Orient espère, par l’entremise du déploiement de ces politiques, positionner correctement ses pions afin d’affronter trois principales problématiques dont les effets iront en s’accentuant dans les prochaines décennies: les changements climatiques, l’approvisionnement en énergie et la qualité de l’air en zones urbaines. Bien évidemment, on ne peut taire le coup de pouce que de telles initiatives donnent à l’industrie automobile chinoise en pleine ébullition.

Pour se faire, l’État a installé des projets pilotes dans dix villes en 2009. Ce plan visait la faisabilité d’une intégration progressive de véhicules électriques dans la flotte gouvernementale. Depuis ce temps, 15 villes supplémentaires se sont jointes à l’expérimentation. En outre, on met progressivement en place un système de primes à l’achat pour stimuler l’adoption de ces véhicules auprès des consommateurs, le nerf de la guerre.

Les barrières à l’entrée sont très hautes dans l’industrie automobile mondiale édifiée sur le moteur à combustion, la Chine s’affaire donc également au développement d’une expertise dans la conception de moteurs et de batteries.

Il faut toutefois souligner que cette tranche de marché évolue à très grande vitesse et que le pays pourrait rapidement être détrôné.

SOURCES: AUTOMOTIVE NEWS; BANQUE MONDIALE

Lire les commentaires (30)  |  Commenter cet article






Vendredi 22 avril 2011 | Mise en ligne à 15h53 | Commenter Commentaires (6)

Mazda va de l’avant avec son CX-5

MazdaMinagi_086_preview

Mazda Minagi

CHARLES RENÉ

C’est maintenant confirmé, le nouveau multisegment compact de Mazda s’appellera CX-5. Destiné à remplacer l’essoufflé Tribute, il se situera tout juste en dessous du CX-7 dans la hiérarchie de la famille.

Côté design, ses traits seront fortement inspirés du concept Minagi présenté à Genève en mars. Sa silhouette sera donc façonnée dans l’esprit du nouveau courant styliste qui sera emprunté par Mazda pour dessiner ses prochaines générations de modèles, le design Kodo.

Aucune spécification technique en ce qui a trait aux motorisations n’a encore été communiquée. On sait cependant que la CX-5 épousera les technologies SkyActiv, à savoir, entre autres, l’injection directe, des paramétrages différents des boîtes de vitesses et des avancées au rayon du poids et de l’aérodynamisme de la carrosserie.

Parallèlement à cette nouvelle, Motor Trend confirme que Mazda offrira d’ici un an et demi des motorisations diesel pour quelques modèles nord-américains. Le CX-5 pourrait légitimement bénéficier de cette incursion du gazole.

La version de production de ce petit multisegment sera présentée à Francfort en septembre prochain pour prendre d’assaut les concessionnaires en 2012.

Des intéressés?

SOURCES: MAZDA; MOTOR TREND

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    avril 2011
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité

    publicité