L'auto blogue

L'auto blogue - Auteur
  • L’auto blogue

    Voici un blogue destiné à ceux et celles qui s'intéressent à l'automobile sous tous ses boulons: bleue ou rose, petite ou luxueuse, animée d'un moteur thermique ou électrique. Ses auteurs, des journalistes de L'Auto/Mon volant, parlent des dernières tendances et n'ont pas peur de se salir les mains...
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 29 mars 2010 | Mise en ligne à 16h28 | Commenter Commentaires (9)

    Pas de «comeback»

    Le futur partenariat liant Renault à Daimler ne laisse espérer une venue ici, sous un forme ou une autre, d'une descendante de la Renault 5. (Photo AFP)

    Le futur partenariat liant Renault à Daimler ne laisse espérer une venue ici, sous un forme ou une autre, d'une descendante de la Renault 5. (Photo AFP)


    Sébastien Templier

    Renault, Nissan et Daimler s’apprêtent à vivre un – discret – ménage à trois. Si cela se confirme, leur futur partenariat devra leur permettre d’augmenter leur volume de vente tout en réduisant leurs coûts de production. Pas de quoi fouetter un chat apparemment pour qui espérerait voir une certaine influence française se manifester ici.

    Daimler semblerait être le grand bénéficiaire de cette nouvelle alliance. L’Allemand a besoin de développer de petits modèles. Il s’offrirait ainsi le savoir-faire d’un spécialiste de petites voitures rentables: Renault. Sans compter que cela l’aiderait à se conformer à la réglementation européenne en matière d’émissions de CO2.

    Renault, de son côté, pourra partager ou réduire les risques inhérents au développement de voitures électriques. Créneau dans lequel il est très avancé.

    L’alliance de Renault avec Nissan n’a permis aucun retour, sous une forme ou une autre, des Français en Amérique du Nord. On peut l’espérer avec l’influence de Daimler sur le marché ?…

    Que les nostalgiques de la Renault 5 ravalent leur enthousiasme. Ce n’est pas demain la veille que l’on reverra les Français en Amérique du Nord. Plus jamais ? Pas de sitôt en tout cas, comme on l’explique dans un article à paraître cette semaine sur monvolant.

    Il fut un temps où les Français était relativement ambitieux sur le marché nord-américain. Un temps révolu où les Dauphine, 4CV et DS débarquaient ici en force. Un temps ou la petite Renault 5 justement, mieux connue sous le nom commercial de Le Car, avait un certain succès.

    «Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître», comme chantait Charles.

    Ces moins de 20 ans connaîtront-ils un retour vers le futur made in France ? Rien n’est moins sûr.


    • Les Français n’ont qu’eux-mêmes à blâmer pour leurs insuccès ici. Refuser d’installer de vrais pare-chocs, d’anti-rouille ou de systèmes de chauffage, c’est être borné. De plus la fiabilité de bien des voitures françaises de l’époque était inférieure à celle, déjà très médiocre, des américaines de ces années.

    • Je ne pense pas que nous verrons le retour de Renault très bientôt. Cependant, la venue de la Versa est en lien direct avec l’alliance Renault-Nissan. La plate-forme de la Versa est basée sur la Clio et plusieurs de ces composantes électiques et électroniques proviennent de l’Europe.

      Le ”Made in France” ne sera potentiellement possible que si l’Euro continue sa dépréciation VS les dollars CAN et US. Les coûts relier au transport n’est tout simplement pas avantageux pour les petites voitures, parlez-en aux gestionnaires de VW qui ont transférer la production de l’Allemagne vers le Brésil…Renault-Nissan favorise quant à lui le Mexique pour la production des petites voitures en Amérique du Nord.

      Mais nous ne verrons peut-être jamais la venue de la Renault 5, mais le retour de la Micra est éminnent avec l’introduction de la plate-forme V de Nissan qui donnera naissance à 2 ou 3 modèles sous-compactes au niveaux mondial.

      Peut-être verra-t-on l’introduction d’un moteur diesel chez Nissan aussi…Reanult étant un leader en la matière…je ne suis pas fanatique du diesel, mais les nouvelles technologies font des miracles maintenant !

    • @ simon_c
      Mais exitait-il une voiture de cette époque révolue, par chance, qui pouvait être totalement fiable dans son tout ?
      La semaine dernière, j’ai lu, soit sur “Autonet ” ou ” Auto123 ” un propos allant dans le même sens, à savoir que la mentalité française, dans le monde automobile, ne cadrait pas avec la mentalité typiquement nord-américaine, ce qui exclut le Québec, car nous sommes comme des « hybrides »; mi-américain, mi-européen dans l’âme !!

    • …fort heureusement, la nostalgie et les souvenirs, bons et mauvais, ne sont pas altérables par les médiocrités politiques, et fort heureusement aussi, nous finirons aussi par goûter à la technologie européenne…qui a bien évolué, alors que nos instances politiques ne juraient que par les produits…voisins… ils n’auront qu’à changer les noms, ou le moteur ou la transmission, parce qu’après tout, la technologie ne tient pas compte des frontières et des barrières psychologiques… à titre d’exemple, il fut un temps ou l’importation de véhicules asiatiques faisait frémir les constructeurs nord américains, au point où ils ont été obligés de modifier leurs plans de match… exemple ? la Pacer… alors, les français, ils viendront quand ils voudront avec leurs merveilles, tout comme les Italiens sont en train de le faire… au compte goutte… sans écœurer notre amour propre…bien sûr… et ils sauront nous séduire…

    • @benlevelo : La fiabilité n’était pas ce qu ‘elle est aujourd’hui, mais Toyota, Honda et Mazda s’en tiraient pas mal. Ensuite les Allemands, puis Datsun (Nissan), GM, Ford, Chrysler et en queue de peloton, les véhicules français, même si certains fans les ont bichonnées.

      Les Français disent que leur échec est dû à la mentalité Américaine de gros pickups mous, énergivores et imprécis, contrairement à leurs voitures nerveuses, petites et à la conduite préciser. Plus facile dire ça que d’admettre que refuser d’installer de véritable parechocs, un antirouille, un système de chauffage ou des catalyseurs aurait probablement fait beaucoup pour vendre de ce côté-ci de l’Atlantique. Après tout, BMW vend très bien ici…

    • @simon_c

      … admettez que même si les français “semblent” être plus opiniâtres… force est d’admettre que de leur côté, les ricains se sont toujours comportés comme des péquenots protectionnistes, qui n’ont jamais compris que précision et mécanique pouvaient se conjuguer, et qu’on est pas obligé de se doter d’un pare-choc de F-450 sur une Renault, pour se sentir invincible et en sécurité…( le stock-car n’est pas très connu en Europe )… vous préférez peut-être “tasse toé mon oncle ” ?

      … à cet effet, je me souviens d’avoir acheté une Fiat 128, à prix dérisoire, parce que la première vitesse ne passait pas… pour enfin comprendre en la réparant, que le plouck avait forcé le bras de vitesse au point d’en tordre la tige qui reliait le bras de vitesse à la transmission… ( je l’ai redressé avec un “vise-grip” ).

      …mais maintenant, avec l’envahissement des composantes électroniques…nous sommes , à cet égard, sur un même pied d’égalité… et je ne vous dirai pas lequel…

      “Ces moins de 20 ans connaîtront-ils un retour vers le futur made in France ? “sûrement… en omettant de raconter les sombres côtés des magouilles politiques…

    • Il y a quelques temps un journaliste demandait à l’ ancien PDG de PSA PEUGEOT CITROÊN quand les deux marques du groupe reviendraient en Amérique du Nord il a répondu par la boutade suivante : « dans 100 ans au moins……». Pour Renault, mais Renault est déjà en Amérique du nord par le biais de Nissan. Acheter une Nissan «c’ est un peu acheter une française». De toute façon les constructeurs français regardent ailleurs. Depuis janvier 2009 le marché automobile chinois est le premier de la planète et il n’ est pas saturé comme le marché américain et européen. Après la Chine il faudra regarder du côté de l’ Inde. Si les voitures françaises ne sont pas en Amérique du nord en Amérique du sud elles se vendent plutôt bien.

    • Nonobstant les défauts antérieurs des autos ” Made in France ” ( mais qui en avait-il pas ?!! ) c’est tout de même dommage de ne pas avoir un ou des choix de plus lorsque l’on magazine une voiture, surtout que les modèles français cadrent assez bien dans le moule québécois.

    • @ pinip

      Vous traitez les Américains de protectionnistes ? Vous semblez oublier que votre France “cherie” agit de la même facon au sein de l’UE. Elle s’oppose continuellement (17 fois en 8 ans) à toute forme harmonisation qui mettrait en péril ses acquis. Faire ça à ses “frères” de la communauté… pas très gentil non ?

      L’échec des voitures francaise n’a rien a voir avec le protectionnisme. Les Américains ont érigé les même barrières aux Japonais et aux Allemands ils ont passé à travers. Les Francais ont eu leur chance, ils n’ont écouté personne et un jour, ils ont perdu leur place.

      À eux de se retrousser les manches et de reconquérir ce marché au lieu de brailler et checher un coupable. C’est une business, pas une garderie…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    juillet 2012
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité

    publicité