L'auto blogue

Archive du 30 janvier 2010

Samedi 30 janvier 2010 | Mise en ligne à 10h30 | Commenter Commentaires (5)

L’alliance Spyker-Saab vue par Marchionne

chrylj6n7985.jpg
Sergio Marchionne

CHARLES RENÉ

Les deux derniers mois ont été pour le moins tumultueux pour le constructeur suédois Saab. Après avoir annoncé la fermeture de sa bannière le 19 décembre dernier et laissé planer une possibilité de dissolution, GM se rétracte devant une nouvelle offre de Spyker et annonce s’être officiellement entendu avec le constructeur néerlandais le 26 janvier dernier. Même Bernie Ecclestone s’était montré intéressé par une acquisition, soutenu par le fonds luxembourgeois Genii. Il s’est cependant retiré la veille de l’accord. Sergio Marchionne, PDG du groupe Fiat (et donc de Chrysler) doute toutefois fortement de la viabilité de l’entreprise qui naîtra.

L’homme est certes au fait de l’affaire. Il a tenté, l’an passé, d’arriver à un accord pour prendre le contrôle de Saab, mais l’entente a avorté à la dernière minute lorsque GM a réclamé à Fiat des liquidités. L’offre impliquait également l’appropriation de la division allemande Opel. Marchionne souligne que les marques caractérisées comme étant «marginales» ne pourront survivre aux tribulations actuelles.

Plusieurs analystes sont du même avis et dressent un portrait peu reluisant. La petitesse de Spyker, qui n’est composée que de 100 employés, étonne devant l’imposante masse qu’est Saab (3400 employés). La firme des Pays-Bas n’a également pas une immense valeur (à peine 85 millions de dollars américains) alors qu’elle va débourser 74 millions de dollars US afin d’avoir les mains sur le volant de la gamme Saab. En fait, l’argent pour restructurer cette barque à la dérive viendra essentiellement de la Banque européenne d’investissement dans le cadre d’un prêt substantiel (554,8 millions de dollars US) et du fonds GEM Global Yield (208 millions de dollars US).

Bref, le pari est très risqué, surtout si l’on tient compte du fait que Spyker n’a pas engrangé de profit depuis sa résurrection en 2000 après qu’elle ait cessé de produire des voitures en… 1925. Et on ne parle pas ici de la situation économique désastreuse de Saab, un vrai gouffre financier pour GM. Il faudra une nouvelle gamme d’autos qui excelle pour sortir Saab de cette dèche!

Et vous, croyez-vous en un redressement des choses?

SOURCE: AUTOMOTIVE NEWS;GM; REUTERS; SPYKER

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    novembre 2009
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité

    publicité