L'auto blogue

Archive du 28 janvier 2010

Jeudi 28 janvier 2010 | Mise en ligne à 15h40 | Commenter Commentaires (9)

De l’électromagnétisme pour freiner les truands

CHARLES RENÉ

On ne se le cache pas, hormis fournir du vulgaire sensationnalisme, les poursuites n’ont aucune utilité et sont d’une dangerosité démesurée. Une compagnie californienne travaille actuellement sur le développement d’un système afin de promptement faire avorter cesdites chasses à l’homme. Eureka Aerospace, une firme œuvrant dans le domaine de la défense, mise sur un procédé avant-gardiste qui semble, de prime abord, très efficace.

Le procédé s’édifie autour d’un objet à peine plus gros qu’une valise. Pesant entre 23 et 25 kilos, le HPEMS (High-Power ElectroMagnetic System) peut, au moyen d’un puissant champ électromagnétique (efficace jusqu’à une distance de 200 mètres et pouvant traverser un mur de béton sans peine), paralyser l’entièreté du système électrique d’une auto en visant ses microprocesseurs. Toutefois, seuls les véhicules modernes pourraient être affectés, les autos fabriquées avant les années 70 n’étant pas pourvues de technologies assez poussées pour assurer l’efficience de l’invention (voleurs, prenez des notes ici). En tenant compte du fait que l’âge moyen du parc automobile canadien est de 7,9 ans, disons que la majorité des véhicules serait perturbée des suites d’une telle décharge.

Les Marines américains seraient, à l’heure actuelle, les acheteurs les plus intéressés par une telle avancée. Son rayon d’action permettrait une utilisation des airs, chose qui avantagerait grandement l’armée lors de combats ou tout simplement  pour libérer des otages. Les policiers montreraient également un intérêt certain en la chose, c’est indéniable.

Malgré le fait qu’elle paraisse séduisante, l’idée mérite d’être débattue. Le pouvoir d’un tel outil pourrait certainement ouvrir la porte à de l’abus. La question est de savoir jusqu’à quel point une poursuite pourrait justifier l’emploi d’une telle arme. Quelle frontière faudrait-il outrepasser avant que l’on déploie le HPEMS ? Le fait de paralyser cette batterie de microprocesseurs indispensable au bon fonctionnement d’une auto peut certes créer l’effet inverse de celui qui avait été préalablement voulu : la servodirection, le servofrein ainsi désactivés pourraient prendre de court le conducteur et se solder par un accident. Un encadrement rigoureux sera nécessaire.

SOURCE: POPULAR SCIENCE

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    janvier 2010
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité

    publicité