L'auto blogue

L'auto blogue - Auteur
  • L’auto blogue

    Voici un blogue destiné à ceux et celles qui s'intéressent à l'automobile sous tous ses boulons: bleue ou rose, petite ou luxueuse, animée d'un moteur thermique ou électrique. Ses auteurs, des journalistes de L'Auto/Mon volant, parlent des dernières tendances et n'ont pas peur de se salir les mains...
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 14 janvier 2010 | Mise en ligne à 9h43 | Commenter Commentaires (9)

    La relation entre les Américains et l’automobile: une profonde mutation en cours

    57_her_tbird_10.jpg
    Ford Thunderbird 1957

    CHARLES RENÉ

    L’année 2009 a été marquée par une profonde métamorphose de la manière de consommer l’automobile aux États-Unis. Ceci se traduit par une tangente inédite: plus de voitures, lors de ce millésime, ont été mises au rancart que d’autos ont été achetées. C’est la première fois qu’une telle chose se produit depuis que le Department of Transportation américain a débuté la comptabilisation de la chose en 1960. L’écart n’est pas négligeable: 10 millions de véhicules ont été acquis l’an dernier sur le territoire américain alors que 14 millions de bagnoles ont été retirées de la route. Cette baisse semblerait loin d’être passagère. On prévoit que cette hémorragie fera réduire le parc automobile étasunien de 10% d’ici 2020. Les Américains revoient leur relation avec l’automobile.

    Plusieurs causes expliquent ce glissement si important. Tout d’abord, il y a le fait que le marché entre dans une période de saturation progressive. Présentement, aux États-Unis, il y a 117 voitures par tranche de 100 personnes ayant un permis de conduire. À titre de comparaison, il y a, au Canada, un ratio de 75 voitures pour 100 personnes en âge d’obtenir leur permis de conduire (incluant ceux le possédant).

    Le litigieux programme «Cash for Clunkers» est aussi une des pistes d’explication. Lors de l’année 2009, 700 000 véhicules ont été détruits en échange d’un montant de 4500$. Il est certain que ce programme a permis de retirer plusieurs spécimens dans un état de décrépitude avancé, mais plusieurs voitures en bonne condition ont été sacrifiées, sans possibilité de récupérer quelle pièce que ce soit.

    Finalement, on ne peut nier l’effet direct de la montée du prix du brut, un heurt qui décourage de nombreux ménages à faire l’acquisition d’une nouvelle auto.

    SOURCES: THE GLOBE AND MAIL; THE GUARDIAN


    • “Cash for Clunkers” ! “…plusieurs voitures en bonne condition ont été sacrifiées, sans possibilité de récupérer quelle-que pièce que ce soit.”

      Bravo pour l’environnement et le recyclage ! Un très grande et soutenue main d’appaludissement. Y a des trucs parfois que je n’arrive pes à comprendre.

    • Le programme ‘Cash for Clunkers’ fut merveilleux et naturellement personne au Canada ou au Québec ne voulut le pousser, ni meme nos ‘pseudos verts’ ou nos chefs syndicaux ou nos politiciens épris recemment d’écologie.

      J’attendais cela pour acheter un Saturn Aura construite à Kansas City.

      Pour le reste, il est malheureux que les Américains comme les Québécois achètent de plus en plus de votures autres que GM ou Ford.

      Le style des carrosseries ne semblent plus émouvoir les acheterus car les importées sont laides.

    • Je ne crois pas que les américains aient encore compris qu’il est possible de rouler en voiture, mais ce n’est pas nécessaire de rouler en SUV ou en gaz guzzler pour aller chercher une bouteille d’eau chez le dépanneur du coin. Il est certain que si le parc de voitures étaient constitués de petites voitures économiques et “non-polluantes, le pays s’en retrouverait beaucoup mieux à bien des points de vue. Toutefois, nos voisins ne sont pas encore tout à fait prêts pour la grande conversion. . . On a qu’à penser que la voiture la plus vendue est encore ce bon vieux camion F-150 qui “boit comme un cochon” l’essence à plein réservoir et c’est là que le problème se situe.
      Gilles Pelletier, Québec

    • Vive toyota ! Gm, chrysler et ford sont risibles. Acheter ces marques est encourager des compagnies inefficaces, c’est le contraire du capitalisme.

    • Le prix de l essence est LE facteur qui à fait bouger les américains. Peu importe la faillite annoncée de leur industrie préférée il leur fallait et leur faut encore un véhicule assez imposant pour permettre a leur aussi imposant derriere d`y prendre place.
      Et puis il y a le chauvinisme américain . Bigger is better et only in the u.s.a. et u.s.a. is number one et the amercan way of life…
      L`aveuglement patriotique a fait qu il se sont assis dans leurs gros chars et se sont fait doubler par la technologie et la fiabilité d a peu pres tous les autres.
      Et puis bien sur il y a l influence de l omniprésent lobby des pétrolieres qui commence tranquillement a perdre son emprise…
      Ca sera un long processus mais alors qu ici les véhicules rappetissent encore plus et que les législation obligeront une plus grande effécacité énergétique , de l autre coté de la frontiere on tentera peut- etre vraiment de rattrapper le temps perdu. Quand ils veulent vraiment ,les américains ils sont capables mais ca leur prend un bon coup de pied bien placé et une humilité forcée dans la gorge pour qu ils bougent…

    • Boff vous allez voir, ça va redevenir comme avant. Les banquiers s’en contre-fiche ils ont recommencés à s’attribuer de bonus inimaginable et y parrait que les Américains recommencent tranquillement à s’acheter des grosses bagnoles énergivores. Y’aura toujours quelqu’un pour détruire ce qu’on essaye de bâtir.

    • La mentalité est encore la même. Seulement ce qui a changé c’est l’épaisseur de leur porte-feuille.
      On a (pour ceux qui l’ont vu), l’attitude du Bigshot de GM, à la question de la possible fabrication de petites voitures. Tout juste, s’il n’a pas craché sur le journaliste !

    • Leur relation avec l’auto change parce qu’avant, ils pouvaient acheter une maison sans cashdown et amortir sur 50 ans. Alors, ils pouvaient rouler en gros char à crédit, avoir leur maison à crédit et payer de l’intérêt toute leur vie pour leur “american dream”. Maintenant, ils doivent faire des choix.

    • Attention, ce n’est pas le prix du pétrole mais la très dure crise économique qui secoue encore les USA. Regardez leur taux de chômage et vous comprendrez. Aussi, la population vieillit, la pyramide d’âge s’inverse etc.
      Globalement, la consommation d’essence a chuté de plus de 8 % en 2009 aux States, vs 5 % au Canada.
      Ce passage à vide de l’industrie automobile s’effacera de lui-même lorsque ça ira mieux, on gage ?
      Au fait, avez-vous vu le joueur des Bengals de Cincinnati, le #85 OchoCinco, arriver au stade, samedi dernier, avec son nouveau « jouet », un espèce de truck ahurissant. C’était son propre cadeau d’anniversaire ! L’exemple venant de haut, celà en dit encore long sur leur mentalité: tu réussis dans la vie, alors tu roules en gros char !!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

     

    publicité

  • Calendrier

    avril 2010
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité

    publicité