Marie-France Léger

Marie-France Léger - Auteur
  • Marie-France Léger

    Des tendances en aménagement à la survie dans la maison avec deux adolescentes, tout passionne Marie-France Léger.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 1 novembre 2012 | Mise en ligne à 18h08 | Commenter Commentaires (10)

    Il faut du courage

    Vivre dans petit par obligation économique

    Vivre dans petit par obligation économique

    Déménager de 1500 pieds carrés dans 170 pieds carrés, il faut le faire. Pour faire face à la récession, deux Américains, avec leurs deux enfants, ont décidé de vivre dans un minuscule espace.

    Ils ont construit une petite habitation avec le plus de dextérité possible afin de loger le coin salon-cuisine-salle de bains sur le même plan et les deux «chambres» en mezzanine.

    La mère explique qu’il leur en coûte seulement 40 $ d’électricité par mois. La famille a déboursé 12 000 $ sur le coup, mais en retour ne paie pas d’hypothèque. Cela permet l’économie complète d’un des deux salaires.

    Un coup de maître, mais au prix d’un très grand sacrifice en terme d’espace, d’intimité et de confort pour plusieurs années. Qu’en  pensez-vous ? Pourriez-vous  prendre une telle décision ?

    Allez voir cette vidéo. (Merci à Nathalie Clément)


    • Nous l’avons fait au debut des annees 80, mon epouse de l’epoque, mon fils
      de 2 ans et moi.
      Poele a bois, lampes a l’huile et pompe a eau a bras dans une “maison” que
      j’avais bati avec $4000, 20 par 20 avec mezzanine.

      Apres 3 ans de ce regime, les economies accumulees nous ont permit
      d’avoir acces a un pret hypotecaire pour quelque chose de plus grand
      et plus moderne.

      Ce fut la 3 de mes plus belles annees de ma vie.

    • On a beau dire que non, jamais on ne vivrait comme ça mais quand la fatalité vous tombe dessus, les vrais gagnants sont ceux qui prennent le taureau par les cornes et adaptent leur train de vie à leurs moyens réels.
      Plus facile à dire qu’à faire? Sans doute mais je pense qu’il vaut mieux agir que d’attendre que quelqu’un d’autre vienne vous forcer à le faire, non?

    • On peut vraiment faire ça au Canada avec 4 saisons imprévisibles? Douteux.
      Quelle est la ville la plus près? À combien de lieues???
      Avec un gamin de 2 ans bon ça va mais quand ils grandissent ça change la donne, non?

      Très peu pour moi! D’une maison je retournerais en appart mais pas dans un 20 x 20…sauf qu’il y a des garçonnières de cette grandeur-là je présume en ville.

    • Je ne sais pas si je serais capable mais ça nous change de l’autre extrême, les maisons de plus en plus larges.

    • Pourquoi pas ? Les énormes maison qui sont maintenant considérées comme “normales” sont une réalité très récente dans l’histoire de l’humanité.

    • ” Their “Tiny House” is part of their bigger plan to build a mortgage-free home. That home will still be small, but Hari says it will be large enough to at least find space to be alone (and perhaps add a bathtub). ”
      En lisant ceci, je ne crois pas qu’ils ont l’intention d’y rester longtemps.
      Ils vont probablement essayer de la revendre $20,000, en construire une plus grosse. Répéter une fois ou deux et ils pourront avoir leur petite maison sans hypothèque.
      Il y a un montréalais qui s’est acheté une maison en échangeant quelque chose pour mieux. Il est parti avec un trombone rouge.
      http://dariablogue.wordpress.com/2007/10/27/que-vaut-un-trombone-rouge/

    • Doit-on parler de courage? Dans les années ‘60, j’ai connu un couple avec 8 enfants qui vivait dans un 4 1/2. Les 5 filles dormaient dans la même chambre et les 3 garçons sur des lits pliants dans le corridor.
      En 1982, mon conjoint et moi avons acheté un vieux chalet à Laval pour 17,000$. Surnommé “Les arpents verts”, nous avons rénové notre bicoque et y avons fondé notre famille. Quand j’y repense, je me dis que cette époque de notre vie fut fantastique. Car malgré des taux d’intérêt qui avoisinaient les 14%, nous n’avions besoin que d’un seul salaire pour tout payer.
      Cette année, mon fils a payé sa maison, de grandeur moyenne, 15 fois le prix de la nôtre. Et il pense qu’il devra éventuellement en acheter une plus grande s’il veut y élever des enfants. Pour ça, ils auront besoin, lui et sa conjointe, de travailler pendant les 25 prochaines années, en espérant qu’aucun coup dur ne leur tombera dessus. Moi c’est ça que j’appelle avoir du courage.
      C.Tassé

    • Je le ferais, si nécessaire. Mais je crois que le style de vie nord-américain actuel présente déjà beaucoup d’opportunités de couper avant de plier bagages. Mais nous pourrions vivre dans plus petit, même avec nos 3 et bientôt 4 enfants.

      Nous avons par contre pris la décision de payer la totalité de notre maison le plus vite possible afin de ne pas nous exposer à ce genre de désagrément si notre situation changeait. Nous avons aussi acheter une maison selon nos moyens. Ce qui fait que nous n’avons plus d’hypothèque et n’avons qu’à payer les frais annuels d’une maison pour la faire “rouler”. Les sacrifices faits pour arriver à ce tour de force nous semblaient nécessaires pour assurer un toit à nos enfants sans inquiétude et quoi qu’il arrive.

    • Depuis quelques années que je regarde ce concept (Tinyhouses), il y a beaucoup de sens à ça. Une maison comme un gant plutôt qu’un méga-entrepôt, ou une McMansion.
      Je dirais que ce concept convient à une époque de la vie, ou encore à des gens qui n’ont rien à prouver ni à eux, ni aux autres. Les maisons d’avant les années 1970 avaient généralement une empreinte beaucoup petite qu’aujourd’hui et les propriétaires et habitants ne tentaient pas toujours de faire mieux (plus) que les autres sans en avoir les moyens. L’important est qu’on soit bien à l’aise et qu’on se contente du minimum.
      En ces temps où la création de richesse se concentre entre les mains de quelques rares choyés de la société, il est sage de s’en tenir à moins de choses afin de pouvoir passer au travers d’une retraite de plus en plus longue, et de combiner les besoins qu’on se crée avec les moyens dont on dispose. Mettre les effort$ là où ça compte: santé, santé et santé.
      Je vis actuellement dans une résidence de 768 pieds carrés avec sous-sol fini d’une dimension équivalente. Pour vous dire, je n’utilise que 25% de cette superficie. Le reste ne me sert qu’occasionnellement. Alors très peu pour moi les espaces trop grands: je ne tiens pas à ce que les fonds de ma retraite éventuelle servent à d’autres…

    • Les Tiny Houses sont vraiment chouettes, et ils en proposent de plusieurs grandeurs différentes (www.tumbleweedhouses.com), une bonne idée pour un chalet!
      Comme cette famille habite un grand terrain en Floride, c’est certainement possible de vivre dans une si petite maison. C’est certain que la nature autour aide à ne pas se sentir à l’étroit. En ville c’est moins évident. J’habite un 3 1/2 assez grand et je m’y sens souvent à l’étroit parce que je suis collée sur plein de voisins.

      Par contre avec nos hivers, on finirait par s’y sentir à l’étroit – difficile de sortir prendre l’air longtemps quand il fait – 20. De plus, comme leurs enfants sont petits, je pense que c’est tout à fait jouable; avec des ados par contre ce sera une autre histoire.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    septembre 2010
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité