Marie-France Léger

Marie-France Léger - Auteur
  • Marie-France Léger

    Des tendances en aménagement à la survie dans la maison avec deux adolescentes, tout passionne Marie-France Léger.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 3 août 2011 | Mise en ligne à 17h44 | Commenter Commentaires (21)

    Rénover la maison pour inclure grand-maman

    Ce sera de plus en plus le cas chez nous aussi: les entrepreneurs rénovent  maintenant souvent en fonction de la venue  à  la maison de grand-maman.  Elle est en assez bonne santé ,encore active, elle ne veut pas entendre parler de vivre dans une résidence pour aînés. Vous avez une bonne  relation avec elle, vos enfants l’adorent. Résultat : vous aménagez le haut du garage en appartement pour elle ou vous lui cédez le sous-sol, très  agréable à vivre une fois pomponné.  Aux États-Unis, c’est en train de devenir une tendance  en rénovation domiciliaire,comme en fait foi cet article du USA Today. Là-bas, il existe même des permis  pour les entrepreneurs en construction spécialisés dans l’aménagement  pour aînés. Cette façon de procéder permet de ne pas déménager pour acheter une maison bi-génération.   De votre côté, pensez-vous qu’ accueillir sa  grand-maman autonome chez soi -mais avec une entrée séparée- est une option qui a de l’avenir  ? Et pourquoi ?

    Une grand-maman en forme. Photo B. Brault

    Une grand-maman en forme. Photo B. Brault


    • Pourquoi pas grand-papa?

    • Je crois que c’est une bonne solution. J’ai fait des plans justement pour faciliter cette transition pour un couple dans la quarantaine qui souhaite donner un bel espace pour mamie.
      Elle aura le loisir d’être chez elle avec toutes les facilités nécessaires. Elle aura son intimité complète.
      J’en suis moi aussi à souhaiter ce genre d’arrangements éventuellement.
      Ce n’est peut-être pas toujours possible. Il faut être respectueux pour Mamie ou Papi et surtout pas d’envahissement dans son coin à elle sans sa permission.
      Il faut que les plans soient préparés avec l’accord de toutes les personnes concernées.
      Si la locataire quitte, ça restera toujours un plus pour les jeunes propriétaires. On a placé des portes qui pourront être condamnées si un nouveau locataire se présente.
      On a souhaité le plus de lumière possible avec de grandes fenêtres dans un espace qui aurait pu servir de garage. Le sous-sol sera pour le dodo et les travaux sur internet.
      Eh oui mamie a aussi ses bonnes habitudes!
      Malheureusement il n’y a pas encore beaucoup de constructions neuves qui sont dotées de cette possibilité. Il faut comprendre qu’au prix où sont vendus les maisons d’aujourd’hui …. c’est un ajout important sur le budget.

    • Une très bonne idée!…Je pense que que les grands-parents peuvent transmettre beaucoup et ce quel que soit l’âge. Les petits adorent leurs grands-parents qui savent les affectionner et surtout, ils ont besoin de “ce lien” affectif qui donne la définition réelle de ce que c’est qu’une famille. Vivre à proximité peut favoriser ce lien.

      Un clan, une entité où on se sent aimé, apprécié quelque soit l’âge où les événements qui jalonnent la vie ne donne-t-il pas justement un sens à la vie…Il me semble que le monde en a besoin…

    • Et les grands-pères ?

    • Les grand-pères sont mort voyons donc, c’est pourquoi grand-maman se cherche un nouveau nid… ça me semble claire comme de l’eau de roche!

    • La belle-mère à la maison et c’est la séparation immédiate… :)

    • Oui, lorsque mes parents le désireront, ils pourront payer eux-mêmes (C’est ce qu’ils veulent) pour se faire faire une annexe à notre maison. Plus jeune j’ai vécu la même situation alors que mes grands-parents vivaient dans un logement connexe à notre maison et j’en ai grandement profité en tant qu’ado (deux frigidaires accessibles :-) Avoir la chance de connaître ses grands-parents est une richesse méestimée, et je suis certain que de vivre près de sespetits enfants est une joie inégalable. Je le souhaite à tous qui ont les personnalités et les ressources pour le faire.

      Je souligne qu’une des clés du succès de ce genre d’entreprise est la discrétion des grands-parents. Ils doivent savoir mettre de l’eau dans leur vin et ne pas s’ingérer trop dans les affaires de la famille. Il faut que les espaces puissent se fermer et que chacun puisse avoir son intinité. Grand-papa ne doit pas dire à son beau-fils que la pelouse n’est pas fait et grand-maman ne doit pas dire à sa belle-fille que le lavage n’est pas fait (excusez les stéréotypes)

    • J’ai aussi trouvé très malhabile que vous utilisiez uniquement “grand-maman”. Mais bon, passons…. je trouve effectivement que c’est une belle possibilité. Dur de dire ce que l’avenir nous réserve et comme pour le moment il existe 4 “grands-parents” (Mes parents et ceux de ma conjointe), dur de prédire l’avenir. Sauf que ça me semble une solution sensée, un beau compromis pour tout le monde.

    • Certainement une très bonne idée pour certains, mais en ce qui me concerne, avoir ma mère à la maison, c’est non.

    • Bon matin,

      je trouve l’idée très intéressante et applicable.

      Et de toute façon dans les 20 années à venir il faudra que les familles fassent quelque chose pour leur ainés (ées), les centres d’accueil québécois sont déjà surpeuplés, les CHSLD ne sont vraiment pas sécuritaire, le personnel est blasé au maximum et baigne dans une ambiance extrêmement malsaine (quant à moi ils se foutent carrément des ainés), bref, je pense que ce sera la meuilleure des solutions.

      Je crois même que si une famille décide de rénover une partie de son domicile pour accueillir leurs ainées ils devraient aussi demander une allocation (ou un loyer) à ceux-ci.

      L’idée n’est pas de les exploiter, loin de là, mais de se servir de cet argent pour acheter les services d’une femme (ou homme) de ménage, d’une infirmière quand c’est nécessaire et pour le transport par taxi ou dans le véhicule de la famille si les grand-parents n’en ont pas ou sont incapable de l’utiliser.

      D’un autre coté si les ainés sont vraoment en bonne santé ils peuvent aussi participer à l’éducation et la garde de leurs petits-enfants… Pas question ici de les leurs garocher dans les bras mais que grand-mère s’occupe d’eux au retour de l’école, les aide à faire leurs devoirs (au primaire surtout) (comme par exemple de 16h à 18H) et qu’on la rémunère pour le faire, je crois que ce serait profitable pour tout le monde.

      Personnellement, je pencherais pour l’inverse, avoir une très grande maison et accueillir la famille que mon enfant déciderait de fonder. L’idée serait aussi d’avoir une entrée privée pour eux mais ils pouraient avoir les avantages d’un très grand terrain (sinon une terre), d’un jardin etc.

      Reste qu’il y a une condition incontournable : être capable de vraiment vivre en se côtoyant chaque jour, et ça, je me demande si c’est vraiment possible…

      Mon enfant m’a présenté sa nouvelle conquête il y a quelques mois, et déjà sans même y avoir pensé, sans même avoir voulu y faire allusion il y avait la barrière, que dis-je, la clôture de préjugés de : la belle-mère.

      On part de loin ici au Québec pour ce type d’accomodement comparativement à l’Europe.

    • AJOUT

      je lis les commentaires et je retrouve déjà ce type de refus, de rejet sans appel de la figure parentale. J’ai remarqué le même phènomène chez les amis (ies) de mon enfant. Je ne suis pas arrivée à comprendre le pourquoi de la chose.

      Ces enfants ont tout reçu de leurs parents, absolument tout. Ils n’ont jamais manqué de rien, les parents les ont toujours laissés libre de faire et d’agir à leur guise, leur ont toujours donné de l’argent mais, sitôt qu’ils sont face àquelqu’un qui correspond à leur idée de “figure parentale” ils ont une réaction de dégoût sinon de haine. Aussitôt qu’ils sont en contact avec une personne du type “figure parentale” ils se ferment totalement et s’organisent pour lui exprimer leur dégoût et fuir, ils ne veulent pas de contact, aucun, même pas lui parler, ne serais-ce que de la pluie ou du beau temps. D’ou leur vient cette haine ?

      C’est vraiment quelque chose que je ne m’explique pas. L’an passé mon enfant (qui est adulte maintenant) et moi sommes allée 10 jours en vacances ensemble pendant l’été. Quand elle est revenue au bureau, les collègues de son âge lui ont dit:”Yeurk, comment t’as fait ? Ça du être plate au boutte !” Ouf, ça a été un choc d’entendre ça.

      Ni moi, ni elle n’avons compris ce qu’elles voulaient vraiment exprimer par leur réflexions. Enfin, quand je parlais de préjugés dans mon précédent commentaire…

    • Un détail important : VÉRIFIER AVEC VOTRE MUNICIPALITÉ! Ce ne sont pas tous les règlements de zonage qui sont sympathiques aux logements intergénérationnels, mais de plus en plus de villes le sont. Cependant, il y a encore une vieille mentalité « une maison = un ménage » à bien des endroits. Un coup de fil au service d’urbanisme de votre municipalité AVANT même de dessiner (ou de faire dessiner) vos plans pourra vous être salutaire.

    • Beaucoup de gens de la fin des boomers et des X deviennent “amis” avec leurs parents lorsqu’ils atteignent 40 ans et leurs parents 60 et plus. Ca rend la co-habitation plus facile.

      De nos jours, les X qui sont souvent “amis” de leurs enfants Y. Resteront-ils “amis” lorsque les Y atteindront 40 ans ? Le concept d’amis des Y me semble plutot nébuleux.

      Bon je généralise beaucoup et je n’aime pas faire ça normalement , mais je vois une tendance (c’est peut-être juste moi) et la question que ça soulève, m’intrigue.

    • Mon conjoint et moi sommes en plein dans ce processus : nous achèterons prochainement la maison de mes parents (bungalow construit en 1960), et ferons ajouter un étage complet pour notre famille au début de 2012. Mes parents continueront d’habiter leur maison, nous habiterons au-dessus. C’est un gros projet, un gros investissement de temps, d’énergie, et d’argent, mais il y a tellement d’avantages : ça nous donne accès à une résidence très bien située dans un quartier en demande, et avec de jeunes enfants, cela nous permet d’avoir une gardienne à portée de main. De plus, les enfants adorent leurs grands parents et sont heureux chez eux, c’est un cadeau inestimable que nous leur faisons de pouvoir grandir, ne serait-ce que quelques années, à leurs côtés. Pour mes parents, il y a également plusieurs avantages, outre celui de pouvoir rester dans leur maison plus longtemps : on prend en charge l’entretien de la maison, et toutes les responsabilités qui viennent avec, ils côtoieront leurs petits enfants quotidiennement ou presque, ce qui pour eux est un bonheur, et bénéficieront d’une aide pour toutes les petites tâches et responsabilités qui commencent à les dépasser (un exemple : le passage de la télé à l’ère numérique – ils sont complètement largués!). Mes parents n’étant pas du tout du genre intrusifs, je suis certaine qu’ils n’empièteront pas sur notre vie privée. Mon conjoint est très à l’aise dans tout ça, c’est très important aussi. Mais d’ici là, nous devrons investir énormément de temps pour que le projet se réalise et que tout se passe bien. L’important c’est de bien prendre son temps pour que chaque étape soit bien faite et pour aller chercher toutes les informations nécessaires, tant pour les aspects légal et administratif que pour les aspects techniques de la construction.

    • Nous sommes très intéressés à réaliser un projet de ce genre. Malheuresement, comme le soulignait louis-benoit précédemment, certains municipalités sont très pointilleuses sur ce qui est permis de faire. À Sherbrooke par exemple, il faut partager au moins une des pièces de vie (cuisine, salon…) avec “l’autre génération”, tout ça dans le but d’éviter que le logement occupé par les grands-parents deviennent un logement loué à n’importe qui. Je comprends que certains propriétaires s’inquiètent de la multiplication des logements dans leurs quartiers par une utilisation détournée des bigénérations, mais il n’est pas question pour moi de partager ma cuisine avec ma mère ou ma belle-mère. Déjà que je dois la partager avec mon conjoint ! :)

      Nous avons déjà songé avoir les deux belles-familles avec nous, une bigénération à trois ménages…. est-ce que d’autres y ont songé ?
      Ça ne semble pas très courant et pourtant… les familles étant moins nombreuses, il revient souvent au même couple d’enfants de s’occuper de leurs parents respectifs. Comment choisir les grands-parents avec qui on va demeurer ? Grosses discussions en perspective….

    • C’est un sujet qui mérite réflexion… et ce n’est surement pas donné à tout le monde de pouvoir le réaliser. Et je ne parle pas ici de moyens monétaires, mais bien de la co-existence de tout ce beau monde ensemble.

      C’est certain que pour les grand-parents, c’est un arrangement intéressant, puisqu’il permet de demeurer “autonome” plus longtemps et d’avoir de l’aide pour les travaux domestiques. Pour les petits enfants aussi, c’est plaisant d’avoir Mamie et Papi près d’eux…

      C’est en tant que parent que je vois moins les avantages… Bien sûr, il y a la satisfaction de savoir que tes parents ne sont pas “placés” dans un foyer, et c’est déjà pas mal. Mais…

    • @cath09:
      c’est un excellent point, la bigénération à 3 ménages… Qui est-ce qu’on choisit sinon? Ma mère est une adepte du cheap feeling, ça virerait en “On sait ben, tu choisis elle!” M’enfin, c’est une des raisons pour lesquelles je ne m’embarquerais pas dans une co-habitation bigénérationnelle (à 2 ou à 3 ménages…).

    • @ gofrankiego: Je comprends votre position, mais en ce qui me concerne, la différence d’âge entre ma mère et moi est très grande (elle aura 70 ans cette année, j’en ai à peine 30). Je ne me vois pas scrapper ma vie de couple et ma vie familiale à un si jeune âge. C’est déjà très difficile de conjuguer le rôle de mère, travailleuse, conjointe…et il y a tellement de baby boomers qui se tapent une dépression à force de s’occuper de leurs parents âgés à la maison, pas sûre que je veuille tester.

      Mais rassurez-vous, nous sommes 8, mon père (plus jeune) est encore en vie, nous serons assez nombreux pour prendre le relais…mais pas chez moi. ;-)

    • Il y a quelques mois on m’a demandé si des duplex étaient en vente dans le quartier : une famille voulait en acheter un avec les grands-parents, qui auraient pris le logement du haut. C’est une situation gagnant-gagnant si on peut s’entendre avant de signer les papiers : les enfants ont leurs grands-parents à proximité, ceux-ci ont moins de responsabilités et peuvent voyager quelques mois par année. En plus, les personnes qui arrivent à la retraite hésitent souvent à vendre leur maison pour aller à loyer, de peur de se retrouver mal pris.

    • C’est une bonne idée pour pallier aux appartements hors de prix du privé qui facture à outrance des services aussi simple que d’aider à mettre des bas support ou les chsld publics. C’est aussi une bonne idée pour les personnes qui sont en bonne santé et/ou ont une bonne autonomie.

      Celà dit, je ferais une autre suggestion d’habitation pour les personnes malades chroniques mais jeunes (-de 65 ans): il n’y a aucune ressource spécialisée pour eux. Il y a des adultes aussi jeunes que de 30 ans dans les chsld, faute de d’autre chose. Personnellement, ma mère est en chsld depuis qu’elle a 55 ans et elle en aura 62 ans prochainement…

      M’enfin, je pense qu’après la vague des aînés «parqués dans les hospices», la tendance a les garder dans la famille reviendra. Question budgétaire (tout est tellement cher pour tout le monde) principalement mais aussi parce que l’on se rendra compte qu’ils ne sont pas inutiles.

    • Probleme….. Peut-etre que grand-maman ne veut pas de conflit familiaux… Des adolescents qui crient… Devenir la bonne familiale, etc…

      Peut-etre que grand-maman veut un ami de coeur… oui, meme a 80 ans….
      Peut-etre qu’elle veut une vie a elle si elle est autonome…
      En plus, 80% de la population vit en appartement… alors…

      Il faudra que le gouvernement s’en mele et accepte de construire de nouveaux HLM
      specialises pour personne agees autonomes….
      Sinon c’est quoi? La pension suffira pas pour survrivre au Quebec…
      Un 1 1/2 chauffe, avec un regime de macaroni et beurre d’arachide….
      Belle vie la retraite….

      A part la separation du Quebec, y a-t-il d’autres plans sur la table du Quebec?
      Le BOOM s’en vient vite….

      “Inutiles???” quelle belle pensee…. Moi, j’en reve d’etre inutile….

      Une grand-maman…, utile… ou pas….

      Louise D.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    juin 2010
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité