Marie-France Léger

Marie-France Léger - Auteur
  • Marie-France Léger

    Des tendances en aménagement à la survie dans la maison avec deux adolescentes, tout passionne Marie-France Léger.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 6 octobre 2010 | Mise en ligne à 15h57 | Commenter Commentaires (4)

    La sauce prend encore pour les vendeurs

    Un contexte favorable aux vendeurs prévaudrait encore  sur le marché immobilier du Grand Montréal, et ce, malgré le ralentissement des activités d’achat durant l’été.

    Voilà l’un des constats établis dans le Rapport d’automne 2010 de RE/MAX sur les tendances du marché dans 19 grands centres canadiens remis cette semaine.

     D’après ce rapport, “les marchés immobiliers résidentiels à l’échelle du Québec et du Canada sont prêts à renouer avec un niveau d’activité plus normal après une brève pause estivale. ”

    On y signale que “des conditions équilibrées caractérisent maintenant près de 80 % de tous les marchés, mais quelques exceptions demeurent. Montréal constituait le seul marché connaissant toujours un contexte favorable aux vendeurs, tandis que ceux du Grand Toronto et de Winnipeg étaient équilibrés et légèrement en faveur du vendeur. St. John’s constituait le seul marché à présenter un contexte fortement favorable à l’acheteur.”

    Êtes-vous plutôt en accord avec cette analyse ?


    • Une sauce qui lève, c’est pas bon. Comme un gâteau qui prend…

      Mais les contraires, c’est mieux.

    • Moi, chaque “/$%?&*de fois où j’ai eu une maison à vendre, j’étais «pogné» avec un creux de vague. Alors, tant mieux s’il y en a qui peuvent profiter d’un cycle favorable.

      Seul bémol, si vous «vendez cher», y’a des chances pour que vous soyés pris pour «acheter cher» à moins de déménager là où c’est plus économique, comme un de mes amis à la fin des années 70.

      Quittant Ottawa pour revenir au Québec, le sacripant a vendu son modeste bungalow acheté dix ans plus tôt et, arrivé le long de la rivière Richelieu, s’est acheté une de ces «cabanes». Rien à voir avec un bungalow. Et il l’a payée «cash»; et croiriez-vous qu’il lui restait encore du fric pour quelque petits aménagements? Le marché d’Ottawa ne se comparait pas avec le marché du Montréal métro.

      Ça, ça s’appelle un beau «move» mais ça n’est pas à la portée de tout le monde.

    • «vous ‘’soyés” pris». Bon, c’est ça qui arrive quand on se relit en diagonale. On se voit de travers. Cela aurait dû se lire: ‘’soyez”. Mes excuses.

    • Allons-y d’une expérience personnelle. Je suis en plein dedans, en ce moment. Je viens de vendre un condo. Condo que nous avons acheté il y a peine 2 ans et demi. Un profit considérable. Une mise de fonds appréciable. Il est certain que nous paierons cher pour le prochain que nous voulons plus grand. Mais la mise de fonds que nous avons amassée nous permettra d’acquérir le nouveau même si nous payons un peu trop cher. Mais tout est relatif. Un peu trop cher à Montréal = abordable dans les autres grands centres canadiens. Mon grain de sel.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    août 2010
    D L Ma Me J V S
    « juil   sept »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité