Marie-France Léger

Marie-France Léger - Auteur
  • Marie-France Léger

    Des tendances en aménagement à la survie dans la maison avec deux adolescentes, tout passionne Marie-France Léger.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 23 juin 2010 | Mise en ligne à 16h48 | Commenter Commentaires (20)

    Le chantier de Montréal

     

    Il n’y a pas que les travaux de construction sur les lieux des FrancFolies qui nous ont amenés à considérer Montréal comme un grand chantier. Ces lampadaires,  devant le MAC,  ressemblent … à des grues. Il paraît qu’il y a un concept d’arches derrière mais quant à moi,  la perpective de la rue Jeanne-Mance en prend pour son rhume.  Qu’en pensez-vous  ?       

     

    Lampadaire devant le Musée d'art contemporain

    Lampadaire devant le Musée d'art contemporain


    • Vous avez tout a fait raison quand vous dites que ces lampadaires, devant le MAC, ressemblent … à des grues, on dirait qu’on circule dans un jeu de lego
      je pense que certains et certaines architectes doivent utiliser des legos…en tout cas ce quartier est du style bien trop carré, un manque de créativité,
      pourtant il y a de très beaux buildings a Montréal comme le 1250, René-Lévesque, 1501 McGill Collège, 1000 de La Gauchetière, Tour KPMG.

    • Des grues ? Non, des gibets plutôt.
      J’ai cru un moment qu’on aménageait la place en prévision
      du rétablissement de la peine de mort (par pendaison).
      Quatre à la fois. Quel beau spectacle ça ferait.

      Plus sérieusement, je ne crois pas que la Place elle-même soit intéressante.
      Très bel espace pour des spectacles. Mais le reste du temps…

    • Il y a déjà quelques mois que ces “arches” ont été montées. Toutes les fois où je suis passé par là, j’ai essayé de voir une perspective que l’architecte avait trouvée, ou encore un angle où sa vision se réalise. Je dois m’avouer vaincu ici : C’est complètement laid!! Je ne vois absolument pas où ces horreurs viennent se placer dans une vision d’urbanisme d’avenir pour Montréal. Si c’est un précurseur, il faudra bientôt se bander les yeux avant d’aller prendre une marche dans la ville…

    • Ces lampadaires sont d’une grande laideur. Concept d’arche derrière ca? Mon œil. N’importe quel étudiant de première année en architecture vous dira que ces lampadaires ne respectent aucune règle élémentaire de perspective. Par la laideur, par l’incongruité de la forme, ces lampadaires brisent tout l’espace visuel de ce qui reste de visuellement acceptable de Montréal.

      C’est l’œuvre triste d’un illumine qui a réussi a vendre ca a des mon oncle et ma tante de la bureaucratie montréalaise, y compris au maire qui ne “voit jamais rien”, qui est surement fier de « son » quartier de spectacle avec la grosse poutre dans ses yeux.

      C’est aussi le mépris de l’establishment qui vous dira qu’il faudra voir ‘’l’œuvre ‘’ au troisième ou même au quatrième degré, et que le peuple est trop petit pour comprendre tout ca.

    • Laid. Nos fonctionnaires ont carrément manqué d’imagination. Il ne faut pas se surprendre de ce qu’ils peuvent faire avec l’argent des “autres”…

    • C’est pour installer des collets à lapins…

      Cela me fait penser au “concour” international pour l’aménagement de la place Champs-de-Mars avec une crèpe géante et une discothèque avec stroboscope (encore) géant qui va s’emballer à chaque but du Canadien.

      À l’effet des lampadaires pour “collets à lapins”, je crois que l’on veut nous faire envaler des mastodontes nervurés au nom de l’architecture et de l’urbanisme.

    • Laids en effet, mais je n’avais pas osé l’écrire. Ce qui étonne, toutefois,
      c’est les réactions de certains chroniqueurs de nos journaux montréalais :
      éblouis par tant de beauté.

      Il est vrai que certains d’entre eux ont aussi été éblouis par l’activisme(?) du
      maire de Québec.

      C’est ma deuxième intervention. Mais qu’on se rassure, c’est aussi la dernière.

    • Dire qu’on a rasé une quinzaine d’ormes matures et plus de 80 pommetiers pour construire cette steppe de béton, qui ne sert qu’aux junkies quand il n’y a pas de spectacles, soit 345 jours par an…

      Si vous trouvez les lampadaires laids maintenant, imaginez les après 10 ans sans entretien …

    • Que l’on mette des plantes grimpantes autour de ces lampadaires, qu’on les laisse pousser tout l’été, et peut-être que là, ce sera beau.

    • Je diverge, je les trouve biens ces lampadaires. Bien et utiles. J’ai hâte de voir comment ils s’intègreront avec le reste du Quartier des Spectacles, quand tout sera fini. Là on pourra se faire une meilleure opinion.

    • Moi je trouve que ces lampadaires sont beaux. Tous les goûts sont dans la nature il paraît.

      Dites vous qu’avant c’était un stationnement beaucoup plus laid.

    • Affreux!!!!!

    • c est une place a spectacles , ces lampadaires vont aussi servir d éclairage de scène je crois

    • Laid … bof. C’est surtout que ça ressemble étrangement à des lampes de table que j’ai déja vu dans une boutique de meubles chèrs. Donc pas très imaginatif.
      On dirait que ça rapetisse toute la place. C’est quand même mieux que les lampadaires d’autoroute mais c’est plutot insignifiant.

    • @tous

      Non mais vous vous écoutez desfois ? Et après on s’étonne que rien ne se passe ici. Si rien n’avait été aménagé, ce serait les mêmes qui chialeraient que Montréal est sale, pas équipé, gnagnagna.

      Et là, quand un consortium essaie quelque chose d’un peu différent, essaie de sortir des fleu-fleurs en fer forgé et des lampadaires comme on les voit depuis 100 ans, et on lui tombe dessus.

      Mais qu’est-ce que vous voulez bon sang ?

    • Juste dans le quartier des spectacles, il doit bien y avoir une dizaine de types de lampadaires différents; parfois 4 sortes sur un même carrefour. Mélange pas toujours heureux pour une ville qui se veut une ville de design. Alors un super-lampadaire, plus grand et plus versatile que tous les autres devient caractéristique du coin des spectacles; il fait oublier (sans les remplacer) tous les autres lampadaires neoclassiques, contemporains décoratifs, ou juste laids, impose son éclairage changeant, orientable et la forme qui en découle, son aspect sculptural, et devient partie intégrante de la signature visuelle du quartier des spectacles.

      À l’époque, le quartier international s’est lui aussi équipé de nouveaux lampadaires adaptés à ses besoins spécifiques; plus sobres visuellement à cause de la clientèle qu’ils desservent. Sur la place des festivals, il faut que ça en jette; il faut impressionner.

      J’ai risqué une explication; ça n’empêchera pas les chialeux de chialer, mais au moins ça fait rouler la balle.

    • On aurait installé des lampadaires style 1920, copies infidèles de luminaires au gaz des années 1880, peints jaune serein, que tout le monde serait content.

    • La raison des structures inclinées est simple, lors des multiples spectacles extérieur, l’éclairage y sera accroché.

      Patrice

    • Lorsque le maire de Montréal, bouffi d’orgeuil nous a présenté cette place des festivals, je m’attendais à mieux. De retour de quelques jours à Toronto, je n’ai pu (à mon grand déplaisir) constater la supériorité de leurs efforts d’amélioration du tissu urbain. J’espérais trouver Toronto moins belle, mais ce ne fut pas le cas… Et cette place, d’une morne insignifiance, sans attraits outre sa fontaine, en est le symbole éclatant. Mais où se cache donc le talent québecois? à Toronto? À Las-Vegas??

    • D’accord avec monsieurfred. Et comme PVigneau, je crois me souvenir de cette polyvalence annoncée.

      Ils sont “massifs”, très élevés. Oui. Mais ils n’ont pas été installés là pour agrémenter la perspective de la rue Jeanne-Mance depuis, disons, René-Lévesque vers Sherbrooke; non, ils ont été conçus pour une Place des spectacles qui se veut une sorte d’excroissance ou de prolongement du Musée d’art contemporain, dont l’architecture joue (jusqu’à un certain point) avec les angles. Je ne serai jamais le plus grand défenseur du Musée d’Art contemporain, dont les formes me semblent trop sclérosées. Mais… ces immenses luminaires sont un peu l’écho de cet environnement muséal.

      La Art Gallery of Ontario, complètement refaite ces dernières années, est pas mal plus “design”. Mais les budgets n’étaient pas les mêmes, faut croire…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    avril 2010
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité