Marie-France Léger

Marie-France Léger - Auteur
  • Marie-France Léger

    Des tendances en aménagement à la survie dans la maison avec deux adolescentes, tout passionne Marie-France Léger.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 26 mars 2010 | Mise en ligne à 23h03 | Commenter Commentaires (42)

    Silos: les nouveaux propriétaires veulent votre avis

     

    L’avenir du Silo no. 5 fait piaffer les Montréalais. L’acheteur du Complexe des silos, la Société immobilière du Canada (SIC), commence déjà son processus de consultation avant même la finalisation de la transaction avec Transports Canada. Celle-ci devrait se concrétiser en mai ou juin, au plus tard, selon son président, Mark Laroche.

                  «Les frais sont importants. On ne dormira pas sur nos lauriers», a-t-il indiqué cette semaine à La Presse et Cyberpresse en entrevue exclusive. Le vice-président pour le Québec, Cameron Charlebois a déclaré quant à lui : «On commence le dialogue tout de suite.» 

                Pour ce qui est de l’option privilégiée, tout est encore ouvert, nous assure-t-on, … sauf la démolition. Mais les deux hommes reconnaissent  qu’il sera pas aisé d’y aménager des habitations parce que la fonction industrielle sera préservée sur le terrain de la Pointe au moulin. «Nos silos sont très hauts et très étroits et collés sur un port opérationnel», explique M. Laroche. Pour M. Charlebois, il faut aussi tenir compte du fait que les trains vont continuer à rouler. «L’accès est difficile. Les trains lourds de fret restent là. Ils passent quatre fois par jour. Il va falloir être très imaginatif», dit-il en rappelant que le public est plutôt contre la privatisation.

                Pour la SIC, les silos représentent un emblème pour Montréal, emblème qu’il faudra réhabiliter au plus vite pour le rentabiliser. La vocation touristique du lieu, la vocation publique demeure importante. M. Laroche explique que la reconversion du site est à considérer dans son ensemble, incluant les quatre autres terrains: celui du Bassin du Havre, le terrain du la Cité du Havre, celui du stationnement de Loto-Québec et celui qui était convoité par le Cirque du Soleil. Et dans ce contexte, le logement abordable devra aussi trouver sa place, précise Cameron Charlebois qui a déjà travaillé sur le projet Benny Farm.   

                 M. Charlebois affirme que le processus de consultation démarrera officiellement à l’automne, incluant sondage, forum public et par la suite des audiences plus formelles. M. Laroche a refusé de commenter à ce stade-ci le montant de 15 millions déjà évoqué pour la transaction, soulignant que les coûts de décontamination faisaient baisser la valeur.» Il a répété qu’il souhaitait boucler tout le projet pour 2017.

                 Et vous qu’en pensez-vous ?

    Le semaine dernière, sur mon blogue, les internautes y sont allés de quelques suggestions sur l’avenir des silos. Cette fois-ci, ce sont les porte-parole de la Société immobilière du Canada qui attendent vos commentaires. 

    Les silos à Copenhague devenus appartements   

    Les silos à Copenhague devenus appartements

     

    Des silos transformés en hôtel en Ohio

    Des silos transformés en hôtel en Ohio

     

     

     


    • Le Corbusier, à propos des silos de Buenos Aires, s’extasiait devant la parfaite adaptatio
      de la forme à la fonction. On l’a cité, abusivement (mensongèrement) à propos des silos
      montréalais. Or, remarquez, “parfaite adaptation”. Si l’on les transforme en immeuble
      d’habitation, en hôtel, cela n’est plus vrai – et l’on devrait, sans hésitation, les démolir.
      Ou les conservers tels quels, dans leur parfaite inutilité, tout comme la fameuse pinte de
      lait de la Guarantered Pure Milk et l’enseigne lumineuse de Five Roses – si l’on croit que
      tout ce qui est vieux est beau. La beauté de la ville m’importe plus.

    • Évidemment que verras encore une fois le grand débat public/privé. Mais peut on se payer tout les édifices “abandonnés” et les transformer en “pompe à sous” que le payeur de taxe devra supporter? Les silos pourrait certainement concilier les deux. Transformer tout les étages supérieurs en condos et/ou hôtel mais garder le rez-de-chaussée pour des activités publiques, salle d’exposition, rencontres, accès au port etc et surtout le toit pourrait être accessible au public avec terrasse, resto. Parce que vous ne pouvez pas imaginé le coup d’oeil qu’on a sur le fleuve et Montréal. Je le sais, parce que j’y ai fait des photos de nuit qui sont encore offerte par les services des relations publiques du Canadien National. C’est un endroit idéal pour voir Mtl.
      Un musée ne garantirait en rien l’accès au lieu et quel musée, même si on pouvait ce le payer pourrait remplir le volume extraordinaire de ce bâtiment?

    • Bonjour,

      N’oublions pas que les silos ont un lien direct avec ce qui les entoure sur trois côtés: le Fleuve et le Canal Lachine. Le potentiel du site au niveau maritime est immense et il ne faut pas le dissocier du futur projet de développement.

      Montréal, ville d’eau, n’a pas de musée maritime. Et pourtant, le Saint-Laurent, le port et le Canal Lachine ont joué et jouent toujours des rôles déterminants dans notre développement à tous les niveaux.

      Les générations, les unes après les autres, pourraient puiser dans ce musée incontournable, la mémoire de notre patrimoine maritime. L’histoire que la ville et ses cours d’eau avoisinant ont à raconter doit se faire au travers de ce musée qui en plus de raconter l’évolution maritime qu’à connu notre ville, parrainera des activités telles que rassemblement de bateaux ou fêtes nautiques.

      En 2009 s’est déroulée la première édition du Festival du Bateau Classique de Montréal au pied des silos. Des milliers de visiteurs on participé à cette fête maritime ce qui prouve que le site est approprié pour ce type d’événement et que les Montréalais sont prêts à renouer avec le fleuve au travers de différentes activités.

      Une partie des silos devrait être consacrée au MMM: Musée Maritime de Montréal.

      Simon Lebrun
      Président
      Héritage Maritime Canada

    • “Tout est encore ouvert, sauf la démolition”. On essaie de nous faire croire que ce bâtiment, conçu pour un usage industriel précis, a une valeur “patrimoniale” et doit être préservé “à tout prix”. Du délire d’architecte engagé… On propose même d’investir 300 millions de dollars pour le transformer en musée d’art… Ce que dit le gros bon sens: (1) Le bâtiment est mal situé, loin des transports en commun et est situé dans un environnement industriel bruyant et dangereux (voies de chemin de fer). (2) Le bâtiment n’est pas conçu pour abriter un musée, mais pour stocker des grains. (3) Le bâtiment est d’une laideur difficile à surpasser et son aspect “mur” provoque le dégout. J’espère que nos brillants intellectuels vont revenir sur terre et éviter que non taxes et impots servent à financer un pareil délire. Je propose une solution compatible avec notre capacité de payer: la démolition du silo 5 et la création d’un parc (un parc avec des arbres, pas avec du béton).

    • Il n’y a pas justement un projet avec le Musée d’art Contemporain de Mtl : www.ledevoir.com/culture/arts-visuels/236024/le-musee-des-beaux-arts-du-canada-veut-relancer-le-projet-du-silo-no-5

      Moi je crois que le projet serait mieux ainsi qu’en vulgaire appartement.

    • Je déambulait récemment sur la rue McGill et de la Commune par une journée magnifique de printemps et j’ai eu comme une irritation soudaine en voyant cette masse inutile, bloquant mon horizon de ciel bleu. Par le passé, ce mur de beton, m’attirait, évoquait en moi un certain vestige du passé, mais il y eut comme un revirement soudain dans mon attitude face, à cette relique, tout à fait désuette, et osons le dire, horrible dans toute sa laideur. Donc, pour en venir au but, ” crissons donc à terre” le fameux silo No. 5, et faisons une belle ouverture sur le fleuve, sur le port, et sur habitat 67. Soyons innovateur, et pour une fois, ne recyclons pas ce qui est monstrueux, les images de Silos en Ohio et à Copennhague, ne m’ayant pas du tout convaincu qu’il est possible de faire quelque chose d’intéressant. D’ailleur, c’est vraiment très drôle que vous en parliez dans la Presse d’aujourd’hui, car je voulais envoyer une lettre au maire de Montréal, pour signifier mon intérêt à ce que ces monstrueux vestiges du passé disparaissent à jamais du paysage montréalais.

    • Qu’arrive-t-il à votre typo ce matin? Pour le Silo, LA solution est le TNT selon moi.

    • Quant au prix de 15M$, c’est vraiment trop cher pour un amas de béton laid!

    • Il y a tant d’architectes de talent au QuÉbec, je crois qu’il est possible de créer une autre bâtisse, et je pense à un projet novateur, SVP… Pas encore des condos… Y’a-t-il un moyen de faire quelque chose pour la culture, ou pour le tourisme qui est une grosse manne dans le secteur. Pourquoi pas une maison des artiste, genre de résidence pour artistes étrangers, voulant s’installer provisoirement à MTl, il pourrait y avoir une salle d’exposition, une salle multimédia… Ce n’est qu’une idée… pour contribuer au brainstorming…

    • Spontanément, j’aurais envie de dire que la meilleure utilisation serait d’en faire un vaste complexe récréotouristique, du type de celui refusé par la population dans le Sud-Ouest de la ville. Par contre, ne connaissant pas les contraintes et les dimensions exactes, il est difficile de proposer autre chose qu’une immeuble fractionné en petites unités sans parler dans le vide.

      Pourtant, il me semble que le meilleur moyen de s’assurer de conserver la valeur patrimoniale d’un site est de lui donner une vocation collective et non individuelle.

      Par ailleurs, je trouve un peu naïve l’idée de “consultation”, en ce sens que dans 95% des cas, les propriétaires de grandes constructions optent pour la solution la plus rentable à moins d’être contraints par les gouvenements à respecter des normes autres que la rentabilité.

      Je suis donc pas mal persuadé qu’on optera pour un complexe commercial et résidentiel hyperfractionné, qui permettra de multiplier le plus possible la valeur des espaces vendus.

      Si la population met de la pression, ce ne sera pas en consultation et je suis peut-être cynique, mais je crois que les consultations populaires servent surtout à peaufiner l’argumentaire des promoteurs en vue de faire accepter leur projet sans soulever de tollé.

      Mais bon, si on en fait des condos, des bureaux et des commerces, ce ne sera pas non plus la fin du monde.
      J’ai participé à un paquet de démarches de “consultation” dans ma vie (y compris les élections!) et j’ai remarqué une constante: quand les “consultés” n’ont pas de pouvoir décisionnel précis, les changements aux projets restent cosmétiques ou mineurs.

    • Un espace créatif, maritime & environnemental.

    • Je me permets de présenter des solutions s’inspirant d’un designer que ma conjointe et moi avons découvert en visitant le musée Cooper Hewitt de New-York, en décembre 2009 : Ned Kahn.

      En plus d’être très esthétiques et vivants (formes et couleurs), les projets (http://nedkahn.com/wind.html) de ce designer ont l’avantage de déjà exister et d’être donc économiques au niveau du travail à effectuer pour trouver et étudier des solutions. Quelques évolutions de ces projets sont proposées ci-dessous afin de mettre Montréal encore plus en lumière sur le plan international.

      Les projets (des images et des vidéos sont disponibles sur le site http://nedkahn.com/wind.html) :

      1) Solution Chain of Ether,

      2) Solution Microturbines : En s’inspirant de ce design, Montréal pourrait utiliser de vrais générateurs électriques au niveau de ces silos, avec un côté esthétique en plus. Cette solution donnerait une visibilité internationale à notre ville de par la mise en valeur de son patrimoine, de son design et aussi de son approche écologique,

      3) Solution Vertical Canal,

      4) Solution Wind Silos : Une des solutions que j’ai préférée pour l’esthétisme, et en plus, déjà toute adaptée à nos silos!

      5) Solution Fragemented Sea : Encore une de mes préférées,

      6) Solution Thechnorama Facade : Vraiment Beau!

      7) Solution Wind Veil : Beau et peut être la plus économique.

      Pour les projets Chain of Ether, Vertical Canal, Wind Silos, Fragemented Sea, Thechnorama Facade et Wind Veil, dans le même ordre d’idée que les Microturbines, pourquoi ne pas utiliser des panneaux solaires ?

      Michael Boa

    • C’est tellement vaste qu’on peut y mettre beaucoup de choses et de la variété. J’opterais pour un parc intérieur multithématique et des lofts d’habitation et des condos industriels.

    • rasez ca!!!! pis ca presse!!!!!!!!!

    • Ca bloque l’horizon alors mettez-y un peu de couleur au moins.
      Et le produit final n’est surtout pas obligé de nous rappeler les silos. Faites quelque chose de beau (aussi subjectif que ça peut être) et d’utile. Le coté historique n’est plus trop intéressant quand ça fait plus de 40 ans (?) que ça ne sert plus. On mettra une plaque pour expliquer aux gens ce que c’était.

    • J’oubliais … le look béton est passé de mode. On a assez de temps gris en hiver sans encourager ce médium gris et terne.

      Vu à New Orleans près du Convention Center, un ancien quartier industriel qui s’améliore d’années en années. De la couleur s.v.p. !!!!

      http://www.panoramio.com/photo/2386291
      http://www.panoramio.com/photo/2386280

    • Ce n’est pas ininteressant, mais il y a plus à faire que de convertir le bâtiment comme tel ; le silo #5 est situé dans une zone industrielle, il y a des docks et des cours d’entreposage, bref beaucoup de travail pour rendre le coin habitable. Par contre, côté originalité, ce serait un bel effort de conversion du patrimoine, et côté architecture ça ferait un peu Habitat 2010 (en référence à Habitat 67 bien entendu).

    • Sacrez-moi ça à terre. Ce n’est pas parce qu’un architecte a été excité un jours par du béton que c’est beau. La distance focale de l’oeil humain au repose est vers l’infini. C’est beaucoup plus reposant de regarder au loin que d’avoir un mur face à soi. Ce silo empêche de regarder au loin.

    • Pas fort l’hôtel du Ohio. On dirait des boîtes de pringle collées.
      Pour Montréal:
      Trop loin du centre-ville pour transformer en bureaux, trop vaste pour en faire des condos de luxe.
      Je propose des logements sociaux qui sont en grande pénurie à Montréal. L’endroit s’y prête bien d’ailleurs.

    • Je trouve les exemples exposés dans les photographes très intéressants ! J’aimerais savoir plus sur ce genre d’adaptation – coûts, avantages, inconvénients – car je suis en effet très étonné que la percé des fenêtres n’a pas d’incidence sur l’intégrité structurelle du silo.

      Je pense que l’héritage industriel du centre de Montréal représente un élément qui distingue notre ville, et je suis heureux que la SIC a l’intention de le préserver à travers la transformation. Mon seul inquiétude serait de s’assurer que le plan visuel de façon global des silos ne soit pas dénaturé, mais je constate que cela a été respecté dans les exemples donnés.

      William : rwrc.tumblr.com

    • On pourrait refaire le pavillon de L’Iran de l’expo 67… je me souviens en avoir fait une maquette pour un projet d’école… avec des cartons de rouleaux d’essuie-tout:

      http://farm4.static.flickr.com/3473/3203140958_856f9d132c_o.png

    • Le silo no 5, de par sa situation dans l’axe de la rue McGill et près des futurs quartiers Bonaventure et de l’histoire (Musée d’archéologie etc.) ainsi qu’à cause de sa stature imposante doit avoir un rôle de premier plan dans le vieux Montréal. Il faut le rendre beau, propre et encore plus visible. Mais avant tout, il doit être dynamique en devenant le pivot du vieux port.

      Je crois que l’on ferait erreur de le convertir par exemple en édifice à condo. Toute cette activité qui règne autour du Silo créée par les trains, le port, la rue de la Commune, les visiteurs, les cyclistes etc.doit être mise à profit avec un projet où le mouvement est mis à l’honneur.

      L’idée d’y établir un musée d’art moderne (Le silo est en bordure du futur Quartier d’histoire) et où converge les visiteurs est une suite logique des choses. L’impératif d’un tel projet est bien sûr, sa rentabilisation.

      La taille du Silo permet de rajouter des éléments qui peuvent favoriser à la fois son dynamisme et sa rentabilité.

      Je pense à une section accueil où l’on projette des films multimédia sur Montréal, son histoire et où l’on guide les visiteurs. Je pense aussi à des concessions où on peut acheter des forfaits, louer un Bixi, ou se détendre dans un café terrasse sur un belvedère au dernièr étage du Silo.

      Comme je disais plus tôt, il faut que ça bouge au Silo no 5. Les visiteurs doivent pouvoir participer au mouvement maritime tout au moins en visionnant sur des postes différents thèmes ou activités du Port de Montréal par exemple.

      Mais on peut faire encore plus. Le Vieux Port est magnifique. À mon avis, il y manque ce mouvement que les gens aiment. On veut que ça bouge et on veut accéder plus loin que la rue de la commune. On voit les ïles et le St-Laurent mais on n’y a pas ou très peu d’accès direct.

      À cette fin, je crois que l’on pourrait envisager l’érection d’un téléphérique du genre de celui de Barcelone avec de grosses cabines (plutôt que les petites proposées par Skylink pour la place Jacques-Cartier).

      L’embarcadère serait localisée à un étage supérieur du Silo. Ainsi, on pourrait éviter de mettre à la vue tous les ancrages du support et les fixer à une tour à l’intéreiur du Silo. Le débarcadère serait situé sur l’île Ste-Hélène, près du Casino, de la piste Gilles Villeneuve, dans un milieu d’activités de plein air.

      De plus, ce débarcadère serait logé dans un édifice de grand qualité architecturale, bien à la vue de Montréal.

      Ce édifice comblerait un chaînon manquant à Montréal en ce moment, c’est-à-dire une salle de spectacle de grande envergure dédiée aux arts du cirque.

      Je reconnais que ces suggestions sont ambitieuses et que les télécabines de skylink ont été loin de faire l’unanimité lorsque le projet a été déposé. Mais il s’agit ici d’un projet bien différent et beaucoup moins encombrant.

      Sans être un expert, je crois qu’un seul pylone (dans la cité du Havre)serait requis. Dans les Alpes, certains téléphériques ont des portées de plus de deux kilomètres entre les pylones.

      Bien que moins spectaculaire, mais dans une même optique, un lien tramway entre le Silo et les îles, via le pont de la Concorde serait une autre alternative plus conventionnelle.

      Je crois que le rôle du silo doit favoriser les activités, le mouvement, plutôt que de devenir un dortoir ou un hôtel. Il doit être le centre nerveux des activités du Vieux Port par ce qu’il impose, par sa situation, par son histoire.

      On doit le rendre beau, l’illuminer, le rendre accessible à tous, vivant et surtout on doit le visiter pour accéder à d’autres secteurs comme le port, le fleuve, les îles (de là ma suggestion de téléphérique)

      Mais pour rentabiliser tout cela et bien le situer dans la vie de Montréal, il faut qu’il soit intégré dans un complexe de classe mondiale; de là mes suggestions de salle de spectacle de grande qualité architecturale et d’un lien aérien spectaculaire.

      Je crois donc que le projet de conversion du Silo No 5 doit être envisagé dans un ensemble élargi, novateur et ambitieux si on veut qu’il devienne un emblème pour Montréal ce dont de toute évience il a le potentiel.

    • 500 livres de dynamite pis on passe a autre-chose OK? Aucun interet ces reliques.

    • On jète par terre.

      Les contraintes présentes semblent être un frein à une exploitation judicieuse.
      Train 4 fois par jour, port opérationnel, silo étroit…

      Enfin, on s’en reparlera dans 30 ans quand ils vont avoir terminer les consultations….

    • Un compromis consisterait à ne garder qu’un bloc de silos (par exemple, ceux de l’extrémité) et de démolir le reste de la structure. Cela donnerait un projet d’une dimension similaire à celui de Copenhague, donc moins massif, plus ouvert, aux proportions plus élégantes.

    • La démolition, c’est la seule solution… Héritage patrimonial? Faut en revenir des fois. On ne peut tout garder!

    • Plus de 6000 trous, 30 tonnes d’essence, 30 tonnes de nitrate d’ammonium et quelques détonateurs. Voilà ce qu’on devrait en faire.

      Je ne comprends pas l’acharnement de certains à conserver cette laideur. Ce qui me surprend encore plus, c’est le poid politique de ces “certains”. Suffit de rouspeter et d’appeller Phyllis Lambert, et voilà, vous avez un patrimoine INTOUCHABLE à Montréal.

      À moins d’en faire un casino. Tuuut tuut, Pointe St-Charles est à la porte, les ti-z’amis.

      À la hauteur de McGill, ça prive totalement de la vue du St-Laurent. C’est horrible, particulièrement avec les structures de métal toutes rouillées. (Veut-on les conserver aussi, au nom de l’intégrisme architectural ?)

      Si on s’approche plus, on voit qu’ils sont craquelés de partout, patchés avec de la pottée. Un beau gouffre financier en perspective. Vous me réconfortez TEEELEMENT que leur propriétaire soit la Société Immobilière du Canada.

      “Your tax dollars at work”

      Les silos et les stationnements sur Mill et le vieux port maintiennent morte toute une section de Montréal qui pourrait être revigorée, dynamisée. Quand je marche là, ça me rappelle drôlement le dynamisme de la ville du bon maire Tremblay.

    • Wa, ça ferait une superbe prison.

    • Si on rase le silo 5, par quoi peut-il être remplacé? Peut-être par un beau petit parc avec des arbres et des bancs pour admirer les grues, les containers, les cargos parfois en état de décrépitude avancée?

      Quelle belle vue sur le St-Laurent.

      Si on y met un hôtel, les chambres côté jardin avec vue sur ces installatios ne seraient pas très populaires.

      Je préfère le silo réaménagé comme écran à toute cette activité industrielle.

    • @clark
      Bonne suggestion d’en faire une prison! J’aime bcp aussi celle de fleurdelyse76 sauf que je mettrais 40 tonnes de nitrate pour être certain que ça tombe. Je pense aussi comme mamiedou qu’il faut en revenir de l’héritage patrimonial. Quand c’est pour conserver une belle façade, ça va mais pas un amas de béton. Ça doit être Physllis Lambert qui a dit a la Société immobilière du Canada de ne pas détruire cette laideur.

    • Et pourquoi ne pas mettre de la peinture Sico sur les Silos?

      A Québec, ils ont projeté des couleurs Sico sur les silos lors du projet Le moulin à images. C’était de toute beauté! Pourquoi ne pas mettre de la couleur de façon permanente en les peinturant dans de belles couleurs vives? Agréable à l’oeil pour les habitants du coin et sujet de conversation pour les passants…

    • @joelapatate

      ”Je propose des logements sociaux qui sont en grande pénurie à Montréal. ”

      Des logements sociaux dans un des quartiers les plus dispendieux de Montréal? Pas sur, et si c’est le cas je m’en procure 1 ou 2!

    • DEMOLITION

    • Alors que les déficits s’accumulent, est-il vraiment nécessaire de continuer à investir dans le retapage de ces vestiges industriels. Tiens, pourquoi ne pas en faire un hôpital?
      J’ai aussi une vieille grange qui pourrait être sauver, j’ai aussi un vieux quai qui serait sûrement candidat.
      Encore une société d’état… “des tas” d’argent perdus qui soupoudrerontdes amis et autres charognards du système.

      Avec le peu de crédibilité et tout le cynisme qui entourent nos politiciens et leurs polis ti-chiens, pourrions -nous seulement commencé à parler au présent pour que demain ne soit pas un lourd passé.

    • Les fonfons (lire fonctionanires) me surprennent toujours. On ne peut démolir ca… eh bin !

      Me semble que ca ferait du bien de ne plus les voir, mais surement qu’un groupe de pression composer de 6 personnes leurs demandes de les garder et c’est ce qu’ils font.

      Misère !

    • LA SOURCE DU PROBLÈME EST LE COMMENTAIRE DE LECORBUSIER, CAR SI IL N`AVAIT PAS TENUS CES PROPOS LORS D`UN AUTRE SIÈCLE… CE DÉBAT N`AURAIT TOUT SIMPLEMENT PAS LIEU ET MÊME QUE LES SILOS SERAIT PROBABLEMENT DÉMOLIS DEPUIS LONGTEMPS. L`AFFAIRE C`EST QUE LECORBUSIER EST UN MALADE MENTAL… CE N`EST PAS MOI QUI L`AI DIT, JE NE FAIT QUE CITER SALVADOR DALI… JE SUIS DÉSOLÉ, MAIS QUELQU`UN QUI VEUT RASER LA MOITIÉ DE PARIS POUR CONSTRUIRE DES TOURS ENTOURÉS DE JARDINS DANS LE STYLE DES HABITATIONS JEANNE-MANCE, QUI FURENT DIRECTEMENT INSPIRÉS DES PLANS DE LECORBUSIER, N`EST VISIBLEMENT PAS TRÈS SAIN D`ESPRIT !!!

      LE SILO NUMÉRO 5 EST UN MUR HIDEUX QU`IL FAUT ABSOLUMENT DÉMOLIR AFIN DE SE RÉAPROPRIER LA VUE SUR LE FLEUVE ST-LAURENT. D`APRÈS MOI, UN PARC SERAIT LA FONCTION IDÉALE POUR CET ESPACE, CAR IL S`AGIT DE LA PORTE D`ENTRÉE, OU D`ARRIVÉE, DU CANAL LACHINE ET DE CES PISTES CYCLABLES…

      IL Y A L`À UN POTENTIEL POUR CRÉER UN PARC UNIQUE ET ÉCLATÉ, EN L`INCORPORANT CRÉATIVEMENT AU FLEUVE ST-LAURENT !!!

      P.S. À LA LIMITE , ON POURRAIT EN GARDER UNE TOUTE PETITE PARTIE POUR EN FAIRE UN EMBARCADÈRE POUR UN TÉLÉPHÉRIQUE COMME LE SUGGÉRAIT IGUY:

      <>

      MERCI DE ME PUBLIER…

    • Envoyons Rambo

    • On démolit cette horreur et on ouvre sur le fleuve, enfin! Nous ne sommes pas à Copenhague ou à Amsterdam, où l’espace manque cruellement pour construire de nouveaux logements. Il y a de la place en masse ailleurs. Il y a aussi d’autres silos ailleurs. Redonnons-nous notre fleuve! Ça, ça manque!

    • Je demeure en face des silos, je ne comprend pas qu’on puisse penser que quelque chose d’aussi laid puisse faire parti du patrimoine de Montreal. Si c’est tout ce que nous possedons, Montreal est en bien mauvaise posture.
      La ville est pret d’une faillite et on pense a faire des projets irréalistes, qui n’apporteront rien au bien etre des citoyens.
      Faire un musée, qui attireras quelques milliers de personnes, le site est mal situé pour de l’habitation, il y a encore des trains a proximité, c’est industriel et l’acces n’est pas facile.

      La seule solution c’est de faire disparaitre cette horreur dégradante pour la ville.

      Quelque fois la meilleure solution a faire , c’est de rien faire!!

    • En 1909 à paris, on trouvait un amas d’armatures de fer très laid et il devait être démantelé à la fin de la Foire Internationale…

      La beauté, ça ne se discute pas. Moi, les bâtisses industrielles de Montréal, je les trouve toutes belles, au même titre que l’église Notre-Dame, la Place Ville-Marie, le parc du Mont Royal, la promenade Bellerive, la rue St-Hubert, l’édifice de la Sun Life.

      Pourquoi ? parce que j’associe Montréal à ses bâtises industrielles. Montréal pour moi, c’est plus qu’un Mont-Royal, qu’un Parc Lafontaine, que Cafés Restos et bars, qu’un Centre Ville où se mélangent toutes les cultures. Montréal a d’abord et avant tout été, et est plus que jamais un Port important, un pivot du commerce international qui a contribué à donner au pays son titre de “grenier du monde” grâce à ses exportations de grain des prairies, un port qui a contribué à l’essor du centre d’affaires qu’est Montréal.

      De démolir cette horreur pour certains, cette beauté pour d’autres, c’est de renier la vocation première de notre belle ville.

      Le Silo No5 se doit d’être conservé et embelli, sans être dénaturé à l’excès. On se doit d’y aménager un espace multi-fonctionnel incluant à priori un Musée Maritime, qui doit avoir pour vocation de rappeler à certains, et visiblement d’apprendre à d’autres, la dimension portuaire de Montréal sur laquelle a été fondée cette ville et qui la fait, encore aujourd’hui, toujours tourner.

    • 300 kg de TNT, 50 camions-benne, deux mois de nettoyage et on en parle plus. Assimiler cette merde à un héritage architectural, c’est de la fumisterie.

    • J’ai habité le Vieux Montréal plusieurs années, avant et après qu’il ne deviennent à la mode en 1992. Comme plusieurs de ses résidants, j’y suis déménagé pour y retrouver une ambiance unique. Je quittais chaque matin le bord de l’eau, voyant ces “lakers” flottant endormis au bout de la rue. Après mon boulot en haute technologie dans le West-Island, je revenais le soir sur les pavés du XIXem siècle pour m’endormir la fenêtre ouverte au son des calêches.

      Les silos à grain font partie intégrante de cette vieille ambiance industrielle 1860-1930 qui donne au quartier tout son caractère. C’est cette ambiance unique qui attire ceux qui y résident. Vouloir démolir le Silo No5, c’est vouloir éroder le cachet d’authenticité architecturale de ce tissus urbain tout à fait particulier.

      Pour qui a un peu voyagé et mise à part Habitat 67 et quelques très rares immeubles au centre-ville, l’architecture “moderne” de Montréal est très, très quelconque. Si ce n’était du Mont-Royal et de ses survivants du XIXem siécle, cette ville ou je suis né serait finalement assez moche et vraiment quelconque. Nos enfants sont chanceux que certains (trop peu nombreux) aient été assez visionnaires pour voir plus loin que la mode du moment et aient su préserver ces représentants de notre identité architecturale. Si on fait un effort créatif minimum, il est tout à fait possible et en fait obligatoire de faire du No5 un site (un hôtel avec un cachet et une vue incroyable?) incontournable pour les touristes qui en ont marre de voir de plus en plus la même chose partout ou ils vont.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    septembre 2010
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité