Jozef Siroka

Archive de la catégorie ‘Werner Herzog’

Mercredi 16 octobre 2013 | Mise en ligne à 0h00 | Commenter Commentaires (39)

Jack Reacher ne se prend pas au sérieux!

jack-reacher-tom-cruise

Quinze minutes après avoir appuyé play, trois constats s’imposaient : Jack Reacher est essentiellement une comédie, avec des éléments d’action, de suspense et de violence. On ne rit pas souvent aux éclats, et ce n’est pas l’objectif premier du film, mais le sourire quitte rarement le coin de notre bouche. Deuxièmement, il ne faut pas toujours se fier aux critiques : Reacher passe à peine le test de Rotten Tomatoes – agrégat généralement assez généreux – avec 61%, et essuie un échec plutôt cuisant chez Metacritic, avec 50%. Enfin, Tom Cruise est une solide vedette de cinéma, a great big bright, shining star, pour reprendre les dires de Dirk Diggler.

Jack Reacher tient son titre du personnage principal d’une populaire série de thrillers policiers écrits par Lee Child. Un ancien officier de police militaire, colosse de deux mètres, devenu justicier nomade, constamment à la recherche d’une cause noble à défendre, «adoré par les femmes, craint par les hommes, et respecté de tous».

Le film est basé d’après le neuvième roman de la saga, One Shot, publié en 2005. Le récit s’ouvre sur un bain de sang: par une splendide journée d’été, un tireur d’élite s’installe dans un parking à étages, et assassine cinq personnes qui déambulaient sur une place publique. Les victimes n’ont aucun lien entre elles. Le principal suspect est vite appréhendé et, alors que les détectives qui le détiennent s’attendent à ce qu’il livre une confession écrite, il leur remet un papier sur lequel sont écrits quatre mots : «Get me Jack Reacher». Ce même Jack Reacher qui l’a poursuivi par le passé pour un drame semblable et qui lui garde toujours rancune…

La table est mise pour un film policier baignant dans le mystère et la conspiration, avec une intrigue assortie de fausses pistes et de personnages obscurs. Des ingrédients qu’a savamment su mijoter Christopher McQuarrie dans le classique The Usual Suspects (1995) de Bryan Singer, grâce à son scénario acrobatique qui a joyeusement étourdi toute une génération de cinéphiles. Cette fois-ci, en plus d’assurer l’adaptation, il prend les commandes derrière la caméra, et force est d’admettre que sa mise en scène s’accorde à merveille avec ses talents d’écriture indéniables.

jack-reacher-1bPour prendre un très simple exemple : la première rencontre entre Reacher et Helen Rodin, l’avocate sexy aux aspirations pacifistes qui défend le suspect. Dans un casse-croûte, elle tente de convaincre son interlocuteur réticent de faire équipe avec elle. Il réplique en racontant sa relation avec le tireur d’élite, du temps qu’ils étaient en mission en Irak. La scène se mue en une série de flashbacks illustrant les propos de Reacher, qui fournit du coup une narration en voix off. Après une trentaine de secondes, on est de retour dans le présent, toujours transporté par la voix de Cruise (dont le ton et la cadence sont restés inchangés depuis le début de la scène), mais le lieu a soudainement changé; on est désormais dans une gare d’autobus. Avec son astuce de montage, McQuarrie utilise la magie du cinéma de façon fluide, élégante et, surtout, économe d’un point de vue narratif: le désir du protagoniste d’échapper à la situation est démontré visuellement, et non pas seulement de manière verbale, écueil qui guette souvent les scénaristes qui passent à la réalisation.

La belle surprise de Jack Reacher est la recalibration de l’image de leading man de Tom Cruise qui, à vrai dire, a rarement paru aussi cool. Comme je le disais plus tôt, la fibre structurante du film se résume à une variété de faux-semblants, mais il s’agit également d’un concept qui nourrit ici l’exploitation d’une des principales superstars de l’industrie, et qui chamboule les idées reçues du public à son endroit. À plusieurs reprises, par ailleurs, McQuarrie s’amuse à subvertir les codes sexuels relatifs à la production cinématographique commerciale.

La scène qui cristallise cette réévaluation du mâle hollywoodien, par le biais d’un de ses représentants les plus emblématiques, survient lors du proverbial flirt entre le héros et une nymphette qui pourrait facilement être sa fille. À noter que le film hausse les enjeux érotiques dès le début, en nous introduisant à un Reacher en mode postcoïtal, alors qu’une de ses conquêtes est en train de renfiler sa lingerie. La vignette d’après nous le montre en train de parcourir un bar, point de vue caméra, alors que se succèdent les expressions lascives de plusieurs femmes séduisantes, façon The Nutty Professor quand entre en scène Buddy Love.

JACK REACHER

Donc, pour revenir à notre scène, nymphette libidineuse + héros viril et mystérieux = … pas exactement ce à quoi on s’attend. Admirez d’abord le dialogue doté d’une répartie renvoyant aux screwball comedies des années 1930-40, avec son débit rapide, ses sous-entendus et ses jeux de mots. L’extrait plus bas.

Sandy: Mind if I share your table? I’m Sandy.
Jack Reacher: So was I, last week. On a beach in Florida.
Sandy: What’s your name?
Jack Reacher: Jimmie Reese.
Sandy: You don’t look like a Jimmie.
Jack Reacher: What do I look like?
Sandy: I don’t know, but not a Jimmie. So you’re new in town?
Jack Reacher: Usually.
Sandy: It’s kind of loud in here. Do you wanna, maybe, go someplace quieter? I have a car.
Jack Reacher: Are you old enough to drive?
Sandy: I’m old enough to do a lot of things.
Jack Reacher: I’m on a budget, Sandy.
Sandy: What?
Jack Reacher: I can’t afford you.
Sandy: I’m not a hooker.
Jack Reacher: Oh, then I really can’t afford you. What I mean is the cheapest woman tends to be the one you pay for.
Sandy: I am not a hooker!
Jack Reacher: Well, a hooker would get the joke.
Jeb: What’s this?
Sandy: He called me a whore.
Jeb: Is that true?
Jack Reacher: Nobody said “whore”. She inferred “hooker”, but I meant “slut”.
Punk: Hey! That’s our sister.
Jack Reacher: She a good kisser?
Jeb: Hey! Outside!
Jack Reacher: Pay your check first.
Jeb: I’ll pay later.
Jack Reacher: You won’t be able to.
Jeb: You think?
Jack Reacher: All the time. You should try it.

Au lieu de démontrer ses prouesses d’amant, il finit par exposer celles de bagarreur (à noter la clarté de la chorégraphie du combat, qui jure avec les montages saccadés de gros plans filmés en caméra épaule dans les divertissements contemporains de ce genre). Plus tard dans le film, on le voit discuter affaire avec l’avocate Rodin dans une chambre d’hôtel, torse nu. Distraite, elle l’enjoint de mettre un chandail; elle s’adresse autant à Jack Reacher qu’à Tom Cruise qui, comme le Matthew McConaughey pré-retour à la respectabilité, a fait de l’exhibition de ses pectoraux une marque de commerce. Quelques instants plus tard, il s’approche d’elle, semble vouloir l’embrasser, avant de la mettre à la porte! Leur relation ne sera jamais «consommée».

Si Jack Reacher se moque des conventions sexuelles liées à ce type de films, il affiche également une attitude décontractée par rapport à sa propre identité artistique. McQuarrie sait que les spectateurs ont déjà vu des centaines de thrillers policiers coulés dans ce moule : une mission apparemment impossible, un héros charismatique mais à court de ressources, des méchants sadiques, la belle femme en détresse, la bataille finale, l’imparable happy end… Pour distinguer son film de la masse, il a pris contre-pied à la tendance des héros, super ou pas, en pleine crise existentielle, qu’il s’agisse des nouveaux Bond, Batman ou Superman, ou de ceux qui cultivent une intense gravité stoïque, à la Bourne, Taken ou dans tous ces films militaristes de plus en plus lourds (Battle: Los Angeles, Act of Valor,Terminator Salvation, Battleship, etc.).

JACK REACHER

D’un certain point de vue, Jack Reacher, avec son héros investi d’une clarté morale et masquant à peine une lueur rieuse dans le regard, tout en évitant le clin d’oeil facile, revendique le droit de faire du cinéma d’action commercial qui ne se prend pas trop au sérieux.

J’aime beaucoup l’utilisation que McQuarrie a fait de Werner Herzog dans le rôle du méchant, un survivant des goulags surnommé The Zec. Comme avec Cruise, il demande au légendaire cinéaste allemand d’infuser son rôle de sa propre personnalité colossale – cet artiste aventurier obsédé par une nature qu’il considère à la fois comme sublime et cruelle – et de transposer cette aura à un personnage qui paraît peut-être unidimensionnel sur papier, mais qui finit par être prenant à l’écran. Il y en a pour tous les goûts, tant pour les cinéphiles endurcis qui veulent reposer leurs neurones le temps d’une vue sans pour autant se faire abrutir, que pour les prospecteurs d’évasions cinématographiques de qualité supérieure, denrée de plus en plus rare.

Je vous laisse avec deux extraits différents mais assez représentatifs du résultat final; le premier reflétant bien la nature détendue et sympathique du film, faisant néanmoins preuve d’une maîtrise efficace dans l’alliage de tons disparates, amalgamant avec doigté violence réaliste et slapstick à la Three Stooges :

Et pour revenir à ma remarque sur la clarté de la mise en scène, en faisant référence à la bataille à l’extérieur du bar, voici probablement l’exemple le plus flagrant du talent de McQuarrie pour gérer une séquence mouvementée, et à la rendre électrisante avec un minimum de fioritures et un maximum d’enthousiasme cinétique. Comme le disent si souvent les pros de la cuisine : il faut faire confiance au produit. Ci-dessous, on se croirait téléporté dans une salle de cinéma des années 1960-70. Une des courses de chars les plus satisfaisantes que j’ai jamais vues.

À lire aussi :

> Le titre-protagoniste, pas toujours une bonne idée…

Lire les commentaires (39)  |  Commenter cet article






Vendredi 9 août 2013 | Mise en ligne à 12h00 | Commenter Commentaires (10)

Le court du week-end : From One Second To The Next

werner_herzog-620x413

Werner Herzog, légendaire casse-cou du grand écran, accro aux tournages catastrophe, semble s’être transformé avec l’âge en apôtre de la sécurité publique.

Le cinéaste allemand de 70 ans a réalisé en mai dernier un spot publicitaire très sobre illustrant les dangers des textos au volant, une distraction qui cause quelque 100 000 accidents de voiture par année aux États-Unis. La vidéo a été produite dans le cadre de la campagne ItCanWait, une initiative qui s’adresse essentiellement aux adolescents et jeunes adultes.

La cause tient Herzog particulièrement à cœur puisqu’on a récemment appris qu’il a complété un court métrage documentaire sur le sujet, intitulé From One Second To The Next, qui «donne la parole aux individus dont les vies ont été changées à jamais par des conducteurs qui ont baissé les yeux pendant quelques secondes».

Le film a eu sa première jeudi dernier à Los Angeles et sera distribué dans 40 000 écoles américaines.

En entrevue jeudi avec l’Associated Press, Herzog précise son approche du sujet, teintée par son regard typiquement anthropologique de la société moderne :

«Je savais que je pouvais le faire parce que cela a à voir avec des évènements catastrophiques envahissant une famille. En une seule seconde, des vies entières sont anéanties ou changées à jamais. Ce genre de résonance émotionnelle est quelque chose que je savais que je pouvais aborder.

«Il y a une culture complètement nouvelle qui s’est développée. Je ne suis pas un adepte des textos au volant – ou des textos tout court – mais je vois qu’il y a quelque chose qui se passe dans notre civilisation qui s’approche avec grande véhémence»

À voir aussi :

> Le court du week-end: La Soufrière

Lire les commentaires (10)  |  Commenter cet article






Lundi 14 janvier 2013 | Mise en ligne à 15h00 | Commenter Commentaires (18)

Werner Herzog dans la taïga sibérienne

2499929_orig

Il y a environ trois ans, Werner Herzog regardait à la télé un documentaire russe de quatre heures se déroulant dans la taïga sibérienne, et s’est exclamé : voici un film que j’aurais pu réaliser. Que j’aurais réaliser!

Il a ensuite procédé à contacter le cinéaste, un inconnu du nom de Dmitry Vasyukov, et lui a offert une proposition qu’il ne pouvait refuser : ses services à titre de co-réalisateur. Herzog a remonté le film, coupant sa durée de plus de la moitié, et y a inséré sa propre narration.

Happy People: A Year in the Taiga a entamé fin 2010 une tournée du circuit festivalier, notamment à Telluride, où il a eu sa première nord-américaine, ramassant sur son chemin des critiques dithyrambiques. Si le film prend l’affiche le 25 janvier aux États-Unis, il n’y a malheureusement toujours pas de date de sortie pour le Québec.

happy-people-a-year-in-the-taiga-slice

Dans le fin fond de la nature sauvage de la Sibérie, loin de la civilisation, 300 personnes habitent le petit village de Bakhta, près de la rivière Yeniseï. Il n’y a que deux façons de s’y rendre: par hélicoptère ou par bateau. Il n’y a pas de téléphone, d’eau courante ou de services médicaux. Les locaux, dont les routines quotidiennes ont à peine changé au cours des derniers siècles, y vivent selon leurs propres valeurs et traditions. Happy People se penche sur un trappeur sibérien à travers les quatre saisons de l’année pour raconter l’histoire d’une culture virtuellement épargnée par la modernité.

Voici la bande-annonce du film retouché par Herzog…

…et celle de la version originale de quatre heures :

À lire aussi :

> Le rêve américain selon Werner Herzog
> Robert Pattinson chez Werner Herzog
> Werner Herzog replonge dans un volcan
> Into the Abyss: méditation poignante

Demain, ma critique de Zero Dark Thirty.

Lire les commentaires (18)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    février 2014
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  
  • Archives

  • publicité