Jozef Siroka

Archive de la catégorie ‘Terrence Malick’

Lundi 15 décembre 2014 | Mise en ligne à 15h30 | Commenter Commentaires (4)

Le nouveau Terrence Malick en compétition à la Berlinale

cdn.indiewire

Knight of Cups aura sa première mondiale au Festival international du film de Berlin, qui se tiendra du 5 au 15 février 2015, rapporte Variety ce matin. Avec son septième long métrage, Terrence Malick tentera de remporter un deuxième Ours d’or, quinze ans après le triomphe de son film de guerre The Thin Red Line dans la capitale allemande. Darren Aronofsky sera le président du jury de la 65e Berlinale.

Tourné à l’automne 2012, Knight of Cups met en vedette Christian Bale et Natalie Portman (qu’on peut voir dans l’image officielle qui coiffe ce post), ainsi que Cate Blanchett, Imogen Poots, Jason Clarke, Wes Bentley, Joel Kinnaman, Freida Pinto, Antonio Banderas, Isabel Lucas et Ryan O’Neal.

Selon l’accroche publiée sur IMDb, le film porte sur «un homme, des tentations, la célébrité et l’excès». L’intrigue est campée dans le milieu de l’industrie du cinéma à Los Angeles, ont affirmé les producteurs de Malick il y a quelques années. Plus récemment, un site italien a révélé que le personnage de Bale est un homme anxieux «à la recherche de son vrai soi».

> La b-a de Knight of Cups a été mise en ligne cet après-midi :

Deux autres longs métrages de Malick sont présentement à l’étape de la post-production. Il y a le documentaire IMAX Voyage of Time, «une exploration de la naissance et de la mort de notre univers», narré par Brad Pitt et Cate Blanchett, qui est embourbé dans un conflit judiciaire depuis l’année dernière.

Et il y a le mystérieux «Project V», anciennement intitulé Lawless, qui porte sur «deux triangles amoureux, l’obsession et la trahison». Le film se déroule dans le milieu de la scène musicale à Austin, au Texas, et contient un casting au moins aussi impressionnant que celui de Knight of Cups. On y retrouve également Bale, Blanchett et Portman, en plus de Ryan Gosling, Rooney Mara, Benicio Del Toro, Val Kilmer, Haley Bennett, l’ex Bond girl Bérénice Marlohe et peut-être même Matthew McConaughey.

Selon le même site italien, Gosling incarne un chanteur rock en herbe. Fassbender serait son agent. Mara est la copine de Gosling, mais «semble tisser une relation clandestine» avec Fassbender. Voilà pour le premier triangle amoureux. Le second impliquerait Portman et/ou Blanchett.

Le style de «Project V» serait similaire à celui de Knight of Cups, et le récit serait moins expérimental que celui de Tree of Life. Malick se montrerait aussi «mesuré par le monde du rock». Enfin, c’est ce que la traduction sommaire de Google laisse entendre. Si jamais il y a des Italiens dans la salle, le reportage original se trouve ici

À lire aussi :

> Poursuite contre Voyage of Time : la réplique de Malick
> To the Wonder : danser son amour dans le pré
> The Tree of Life : entre extase et désespoir
> The Thin Red Line : le beau cadeau de Criterion

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






Mardi 24 septembre 2013 | Mise en ligne à 22h00 | Commenter Commentaires (6)

Poursuite contre Voyage of Time : la réplique de Malick

the-tree-of-life-1

Deux mois après avoir été la cible d’une poursuite par la société de production britannique Seven Seas Partnership (SSPL), le coin de Terrence Malick a répliqué lundi avec le dépôt d’une demande reconventionnelle en cour fédérale de New York. Les avocats du cinéaste américain allèguent que la compagnie de financement est coupable de bris de contrat, et non le contraire, comme le clame cette dernière.

Rappelons que SSPL accuse la maison de production de Malick, Sycamore Pictures LLC, d’avoir «dédié ses énergies sur quatre autres films dans les cinq dernières années» et d’avoir dépensé les 3,3 millions $ octroyés pour son documentaire «épique» Voyage of Time sans fournir de résultats tangibles. Ce à quoi l’équipe légale du réalisateur de Tree of Life a répondu :

[Le financier] a concocté l’histoire de sa plainte et a émis des réclamations montées de toutes pièces comme prétexte pour le fait qu’il est soit à court de, ou n’a jamais eu, les fonds nécessaires pour respecter ses obligations de financement en vertu de l’accord, ou a autrement décidé de ne pas poursuivre le financement de VOT en violation de ses obligations contractuelles.

Les avocats de Malick affirment par ailleurs que SSPL «tient en otage» le documentaire, projet sur lequel leur client «a travaillé pendant la majeure partie de sa vie professionnelle». Ils réclament la finalisation de l’accord entre les deux parties, ou le retour des droits d’auteur de Voyage of Time, ainsi que le retour des matériaux de production que détiennent SSPL.

D’après la poursuite initiale, Voyage of Time devait constituer un long métrage d’une durée entre 90 et 150 minutes, ainsi que deux films IMAX de 45 minutes chacun. Les investisseurs allèguent que, à l’approche de la date butoir en 2012, Malick leur avait demandé plus de temps et d’argent. On lui aurait alors réclamé une «garantie sans équivoque» qu’il se «concentre finalement» sur ces tournages. Une condition que le cinéaste à la méthode de travail notoirement intuitive et imprévisible aurait refusée.

Mais il semblerait que ce n’est pas que Malick qui s’est montré hésitant dans cette affaire, tant est qu’on croit la version du plaignant. Selon une lettre d’entente datant de 2010, résumée par Deadline, SSPL a accepté de verser 9,3 millions $ à la production mais, deux ans plus tard, n’avait fourni que le tiers de la somme promise, tout en exigeant que Malick s’engage «exclusivement» sur la réalisation du film, faisant fi de leur propre entente stipulant que le travail du cinéaste sur le docu était «non-exclusif».

Comme le disent si bien nos voisins du sud, j’ai bien peur que it’s going to get worse before it gets better

Selon IMDb, Voyage of Time, qui a pour narrateurs Brad Pitt et Emma Thompson, se trouve «en post-production», tout comme deux autres long métrages de fiction de Malick: Knight of Cups, avec notamment Natalie Portman, Christian Bale et Cate Blanchett, et un film sans titre qui se déroule dans le milieu de la scène musicale au Texas, réunissant un casting assez ridicule, comprenant les trois acteurs susmentionnés, en plus de Ryan Gosling, Michael Fassbender, Val Kilmer, Benicio Del Toro et Rooney Mara. J’en parle plus en détail ici.

tree-of-life-stunning-visuals

Pour revenir à notre documentaire, il tire sa source dans le mythique projet inabouti Q, qui devait être le troisième long métrage de Malick, et qui portait sur «les origines de la vie sur Terre». La séquence de la création de l’univers dans The Tree of Life en était un héritier, et Voyage of Time se présente comme une extension extrêmement ambitieuse de cette magnifique vignette du film palmé.

En mai 2011, le Los Angeles Times avait décrit le docu ainsi: «Voyage of Time va se pencher sur les premiers signes de vie, les bactéries, les cellules pionnières, le premier amour, la conscience, l’ascension de l’humanité, la vie, la mort et la fin de l’univers. [...] Le plan d’affaires, abondamment enrichi d’images de méduses, d’embryons de crocodiles, de nébuleuses, d’une fente du canyon de l’Utah, et du satellite de Jupiter, Ganymède, comprend des lettres de témoignage de Francis Ford Coppola, Martin Scorsese et Steven Spielberg, qui promet que Voyage of Time sera une combinaison mémorable d’art et de science qui saura autant inspirer qu’éduquer.»

Une autre genre de réplique…

Les Malick haters vont se délecter avec cette invective pas mal baveuse merci du légendaire William Friedkin (The French Connection, The Exorcist) à l’endroit du mal aimé To the Wonder.

À lire aussi :

> To the Wonder : danser son amour dans le pré
> Terrence Malick a tourné sa propre «nuit américaine»
> The Tree of Life : entre extase et désespoir
> The Thin Red Line : le beau cadeau de Criterion

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






Lundi 22 juillet 2013 | Mise en ligne à 15h45 | Commenter Commentaires (33)

Terrence Malick poursuivi par ses investisseurs

73treeoflife_head

Un des «plus grands rêves» de Terrence Malick est en voie de se transformer en cauchemar. Les investisseurs de son méga-projet documentaire Voyage of Time, annoncé officiellement il y a plus de deux ans, ont perdu patience et réclament un remboursement complet ainsi qu’une compensation pour les profits perdus.

La société Seven Seas Partnership a intenté un procès vendredi en Cour fédérale de New York. Elle accuse la maison de production de Malick, Sycamore Pictures LLC, d’avoir «dédié ses énergies sur quatre autres films dans les cinq dernières années» et d’avoir dépensé les 3,3 millions $ octroyés pour Voyage of Time sans fournir de résultats tangibles.

Comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, on apprend qu’un important artisan du film, le vétéran artiste d’effets visuels Michael L. Fink (qui a travaillé sur The Tree of Life), a récemment quitté le bateau en protestant qu’«aucune quantité d’effets spéciaux ne pourrait dissimuler le fait qu’il n’y a pas de film qui existe».

Ce même Fink avait dit en entrevue en 2009 qu’il travaillait avec Malick sur trois films en parallèle: «Un long métrage en 35 mm, une version plus courte en IMAX, et une autre version plus courte en 35 mm qui n’est pas tout à fait la version IMAX, mais pas la longue non plus». (À l’époque on avait déduit qu’il faisait référence à The Tree of Life, alors que le film était en pré-production).

D’après la poursuite, le projet Voyage of Time devrait constituer un long métrage d’une durée entre 90 et 150 minutes, ainsi que deux films IMAX de 45 minutes chacun. Les investisseurs allèguent que, à l’approche de la date butoir en 2012, Malick leur avait demandé plus de temps et d’argent. On lui aurait alors réclamé une «garantie sans équivoque» qu’il se «concentre finalement» sur ces tournages. Une condition que le cinéaste à la méthode de travail notoirement intuitive et imprévisible aurait refusée.

Les avocats de Sycamore Pictures ont réfuté ces accusations, déclarant via un communiqué : «Les revendications de Seven Seas sont sans fondement. Le budget et le calendrier ont été respectés, et tous les fonds ont été utilisés de manière appropriée. En outre, la décision de Seven Seas de déposer cette plainte sous le couvert de l’obscurité et de la rendre publique avant de présenter Sycamore avec une copie du procès lui-même rend compte de la faiblesse des allégations.»

natchris

Selon IMDb, Voyage of Time, qui a pour narrateurs Brad Pitt et Emma Thompson, se trouve «en post-production», tout comme deux autres long métrages de fiction de Malick, Knight of Cups, avec notamment Natalie Portman et Christian Bale (photo), et un film sans titre qui se déroule dans le milieu de la scène musicale au Texas, réunissant un casting assez ridicule. J’en parle plus en détail ici.

Le documentaire tire sa source dans le légendaire projet inabouti Q, qui devait être le troisième long métrage de Malick, et qui portait sur «les origines de la vie sur Terre». La séquence de la création de l’univers dans The Tree of Life en était un héritier, et Voyage of Time se présente comme une extension extrêmement ambitieuse de cette magnifique vignette du film palmé.

En mai 2011, le Los Angeles Times avait décrit le docu ainsi : «Voyage of Time va se pencher sur les premiers signes de vie, les bactéries, les cellules pionnières, le premier amour, la conscience, l’ascension de l’humanité, la vie, la mort et la fin de l’univers. [...] Le plan d’affaires, abondamment enrichi d’images de méduses, d’embryons de crocodiles, de nébuleuses, d’une fente du canyon de l’Utah, et du satellite de Jupiter, Ganymède, comprend des lettres de témoignage de Francis Ford Coppola, Martin Scorsese et Steven Spielberg, qui promet que Voyage of Time sera une combinaison mémorable d’art et de science qui saura autant inspirer qu’éduquer.»

On garde espoir que ce voyage des plus prometteurs saura un jour aboutir sur grand écran, et non sur les bancs d’une salle d’audience.

À lire aussi :

> To the Wonder : danser son amour dans le pré
> Terrence Malick a tourné sa propre «nuit américaine»
> The Tree of Life : entre extase et désespoir
> The Thin Red Line : le beau cadeau de Criterion

Lire les commentaires (33)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    janvier 2011
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité