Jozef Siroka

Archive de la catégorie ‘Martin Scorsese’

Jeudi 11 septembre 2014 | Mise en ligne à 15h30 | Commenter Commentaires (24)

Scorsese ne donne aucun signe de ralentissement

OSCAR NOMINATIONS

Il n’a peut-être pas un programme aussi chargé que celui de son fameux homologue septuagénaire Ridley Scott (et franchement, peu de cinéastes aujourd’hui, jeunes ou vieux, peuvent l’accoter dans ce département), mais il n’est pas loin. Martin Scorsese, qui fêtera ses 72 ans en novembre, se montre très productif par les temps qui courent: nouveau film en festival, long et court métrages en pré-prod, projets de rêve qui se concrétisent, deux pilotes pour HBO, ainsi qu’une nouvelle «conversation» s’adressant aux cinéphiles d’à travers le monde. Voyons voir.

> The Ramones

La musique populaire a toujours joué un rôle prépondérant dans l’oeuvre de Scorsese. Et, malgré de nombreux documentaires musicaux (The Last Waltz, No Direction Home, Shine a Light, Living in the Material World), il n’a centré aucun de ses films sur une figure musicale historique. Il y a bien le projet sur Frank Sinatra, mais il ne semble pas qu’il se dépêtrera des limbes du développement de sitôt.

Peut-être que Scorsese saura se montrer plus expéditif avec son biopic annoncé sur The Ramones, qu’a révélé le magazine Billboard fin août? Le film ferait partie d’un vaste hommage à venir en 2016 – incluant de nouveaux vêtements, livres, disques, ainsi qu’un docu et une pièce de théâtre – visant à célébrer les 40 ans du premier LP du légendaire groupe punk.

En attendant, côté musique, on a bien hâte de voir la télé-série sur le monde du rock & roll des années 1970 que Scorsese a conçue avec Mick Jagger et son scénariste de The Wolf of Wall Street Terence Winter, et dont il devrait réaliser le pilote pour HBO. Le fils du chanteur des Rolling Stones, James, fait partie de la distribution. Il sera accompagné notamment de Bobby Cannavale, Olivia Wilde, Juno Temple et Ray Romano.

Difficile d’imaginer un collaborateur créatif plus prédestiné que Jagger pour Scorsese, tant la musique des Rolling Stones est indissociable de son cinéma. À titre d’exemple, voici une compilation de toutes les scènes de ses films ayant utilisé la seule chanson Gimme Shelter :

> Shutter Island (et Gangs of New York) au petit écran

J’ai fait mention cet été du prestige sans cesse grandissant du 8e art, en parlant entre autres de cette nouvelle mode qui consiste à recycler au petit écran des oeuvres cinématographiques établies. Et Scorsese n’est pas imperméable à cette tendance. En mars 2013, il annonçait qu’il se liait à Miramax pour transposer son épique Gangs of New York à la télévision. La série devait explorer la «naissance du crime organisé en Amérique», mais on n’a cependant pas entendu parler de ce projet depuis plus d’un an.

Qu’à cela ne tienne, Scorsese est revenu à la charge le mois dernier avec une autre idée d’adaptation télévisuelle : Shutter Island, son thriller psychologique de 2010 dont j’ai fait la critique ici. Paramount et HBO s’apprêtent à y donner le feu vert, et Dennis Lehane, auteur du roman éponyme, est en train d’écrire le pilote, que Scorsese mettra en scène.

La télé-série est pour l’instant titrée Ashecliffe, d’après le nom de l’hôpital psychiatrique sinistre et isolé où se déroule le film. Son intrigue se déroulera durant une période précédant l’arrivée du personnage de Leonardo DiCaprio. «L’accent est mis sur le passé de l’hôpital, et les secrets et les méfaits commis par ses fondateurs, qui ont érigé l’hôpital au début du 20ème siècle et qui y ont développé des méthodes de traitement pour les malades mentaux».

> Docu sur The New York Review of Books

Scorsese a demandé l’aide de David Tedeschi, le monteur de plusieurs de ses docus musicaux, pour co-réaliser le documentaire The 50 Year Argument, qui a fait la ronde des festivals américains au cours de l’été, et qui sera diffusé par HBO le 29 septembre. Le cinéaste espère que son film, qui se penche sur l’histoire du fameux magazine intellectuel fondé à New York en 1963 lors d’une importante grève des journaux, saura communiquer «l’aventure de la pensée et la sensualité des idées».

Sa bande-annonce a récemment été mise en ligne :

> The Irishman, une réunion au sommet

Projet de rêve qui a davantage les allures de wet dream scorsesien que d’une production en bonne et due forme, il semblerait que The Irishman soit néanmoins bien plus proche de la réalité que du fantasme. Du moins, si l’on se fie à une récente entrevue qu’Al Pacino a accordée à The Daily Beast, où il soutient qu’il s’apprête à participer à sa première aventure avec le mythique cinéaste, aux côtés du non moins mythique tandem de Joe Pesci et Robert De Niro.

Cela fait quand même quatre ans que l’assemblage de ce dream team a été annoncé, et l’on commençait à perdre espoir. Mais, dernièrement, on a appris que se sont rajoutés au casting les noms de Harvey Keitel, l’acteur-fétiche de Scorsese au début de sa carrière, et de l’omniprésent Bobby Cannavale. Les choses semblent finalement bouger dans la bonne direction, et The Irishman pourrait très bien être la prochaine réalisation de Scorsese, qui suivrait son autre projet de rêve, The Silence, dont le tournage s’entamera sous peu. À moins que Sinatra ne vienne brasser les cartes….

The Irishman est basé d’après le livre I Heard You Paint Houses écrit par l’ancien procureur général du Delaware Charles Brandt. De Niro incarnera Frank «The Irishman» Sheeran, un tueur à gages notoire à la solde de la mafia. Cet ancien fonctionnaire syndical, décédé en 2003, est soupçonné d’avoir assassiné le leader des Teamsters Jimmy Hoffa en 1975. Le titre du livre de Brandt, qui a été adapté par Steven Zaillian (Gangs of New York), fait référence aux premières paroles que Hoffa a dites à Sheeran. «Peindre une maison» signifie dans le jargon mafieux tuer quelqu’un; la peinture représentant le sang qui se répand sur les murs et le plancher.

> De retour au casino

Parlant de casting de rêve, Scorsese dirigera Leonardo DiCaprio, Robert De Niro et Brad Pitt dans un court métrage corporatif de haute voltige destiné à promouvoir les resorts et casinos de Melco-Crown Entertainment, a révélé Deadline. La première du film aura lieu l’année prochaine au Macao Studio City, «la première station de loisirs de l’Asie à intégrer des installations de production de télévision et de films, la vente au détail, le jeu et les hôtels».

> Leçons de cinéma

Malgré son imposante charge de travail, Scorsese à trouvé le temps de discuter cinéma de répertoire dans le cadre d’une nouvelle série de «conversations» présentées conjointement par Vice et Criterion. Ci-dessous, il se penche sur la collaboration entre le maître du néo-réalisme italien Roberto Rossellini et sa muse – et femme à l’époque – Ingrid Bergman.

tumblr_nakf11kWvx1rovfcgo1_r2_1280

Cette vidéo suit de quelques semaines la publication d’une liste de 39 films étrangers essentiels que Scorsese avait adressée il y a deux ans à un jeune cinéaste qui lui avait écrit pour demander conseil. On retrouve d’ailleurs de nombreux de ces titres dans une autre liste fournie par Scorsese, et annotée celle-là : «Les 85 films que vous devez voir pour connaître un tant soit peu le cinéma», qui a été publiée par Fast Company en 2012.

Cette entrée fut si populaire que Flavorwire l’a adaptée sous forme d’essai-vidéo. Un accomplissement admirable :

> Avis aux intéressés, vous pouvez maintenant me suivre sur Twitter

Lire les commentaires (24)  |  Commenter cet article






Mercredi 16 juillet 2014 | Mise en ligne à 0h00 | Commenter Commentaires (11)

Le silence de Martin Scorsese

04ba178034d2349d50e4e4a92c723f6a504873b3

Ayant obtenu le feu vert en mai 2013, l’adaptation par Martin Scorsese du roman Silence de Shusaku Endo prendra l’affiche en novembre 2015, a révélé Deadline lundi. Le tournage s’entamera à Taiwan à l’automne. Le film mettra en vedette Liam Neeson, Andrew Garfield, Ken Watanabe et Adam Driver, qui incarnera au préalable le principal méchant du nouveau Star Wars.

Projet que Scorsese nourrit depuis 1989, Silence est un drame historique campé au 17e siècle dans lequel «deux prêtres jésuites partent au Japon et assistent aux persécutions du gouvernement contre les chrétiens». Une combinaison épique de religion et de violence; des ingrédients qui se marient à merveille avec la sensibilité du réalisateur de The Last Temptation of Christ.

Sur le front documentaire, notons que Scorsese a récemment obtenu de l’aide financière pour peaufiner la post-production de The New York Review of Books: A 50 Year Argument, qui se penche sur le fameux magazine intellectuel fondé à New York en 1963, lors d’une importante grève des journaux. Le film aura sa première dans la Grosse Pomme le 27 septembre, avant de passer sur les ondes de HBO.

L’art du silence

Le mois dernier, l’as des essais-vidéo Tony Zhou nous a choyés avec un autre de ses exercices analytiques des plus perspicaces (après notamment les plans-séquence chez Spielberg). Le blogueur de Every Frame a Painting s’est penché sur une caractéristique sous-estimée du grand maître américain: son utilisation «délibérée et puissante» du silence.

La vidéo, relayée par Cinephilia and Beyond, est accompagnée d’une citation de Scorsese tirée d’une longue entrevue de 2013, dans laquelle il discute de sa prise de conscience de l’importance du design sonore.

Le silence est si important. Cela fait une grande différence. Dans Raging Bull, nous n’avons jamais vraiment trop pensé aux effets sonores jusqu’à ce que Frank Warner et moi avions commencé à travailler là-dessus avec [la monteuse] Thelma Schoonmaker. [...] Imaginez être dans un ring, et vous êtes roué de coups, et vous le faites une fois par jour, deux fois par jour, parfois avec un partenaire d’entraînement. Je ne pouvais pas y croire quand j’ai vu ce que ces hommes font. Puis, à un moment donné, Frank nous a regardé et a dit: il n’y a pas de son. Je lui ai dit, tu as raison. Sors tout ça. Sors-le. On entre dans un état méditatif et puis, vlan, le son revient.

Photo : Le PDG de IM Global, Stuart Ford, et Martin Scorsese lors d’un questions-réponses à Cannes en 2013.

À lire aussi :

> Boogie Nights c. Taxi Driver : un hommage de luxe

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






ashesanddiamonds-big1

Après des escales à New York, Boston, Los Angeles et Chicago, la joyeuse caravane cinéphile de Martin Scorsese s’installe à Montréal. Depuis hier, et jusqu’à la fin du mois, la Cinémathèque présente «Chefs-d’œuvre du cinéma polonais», une série initiée et dirigée par le légendaire cinéaste de Taxi Driver et de Goodfellas. Il s’agit d’une seconde programmation exceptionnelle ce printemps tenue par la vénérable institution québécoise, après «Orson Welles : L’ogre du cinéma».

Suite à la remise d’un doctorat honoris causa à Martin Scorsese par The Polish National Film, Television and Theatre School, est née l’idée de concevoir un programme entièrement composé de merveilles du cinéma polonais contemporain, principalement celui de l’ère soviétique.

Le cycle couvre les années 1957 à 1987. Il est composé autant de classiques inoubliables que de raretés jamais projetées sur nos écrans. En tout, il s’agit de 21 titres pour ce cycle prestigieux que nous présentons dans son intégralité en première canadienne.

Ce sont toutes des restaurations numériques (DCP) récentes financées en partie par The Film Foundation de Martin Scorsese, avec des chefs-d’œuvre signés Andrzej Wajda, Aleksander Ford, Jerzy Kawalerowicz, Andrzej Munk, Wojciech Jerzy Has, Krzysztof Zanussi, Tadeusz Konwicki, Krzysztof Kieślowski et autres. Autant d’auteurs magistraux qui ont fait de la Pologne, l’un de ces pays qui ont su réaliser la grande promesse du cinéma comme un art à part entière.

Les films seront présentés en versions originales sous-titrées en anglais.

Parmi tout ces noms difficilement prononçables, seuls deux seront reconnus par l’amateur honnête du septième art : Wajda et Kieślowski, dont les films ont eu un certain retentissement en Occident. Le premier a connu la consécration internationale en remportant la Palme d’or en 1981 pour L’Homme de fer, tandis que le second est devenu le héros des cinéphiles sophistiqués grâce à ses productions françaises, La Double vie de Véronique et la trilogie aux consonances métaphysiques Trois couleurs.

Scorsese a commencé à penser à cette rétrospective en 2011 alors qu’il se trouvait à Łódź, ville du centre de la Pologne qui a donné son nom à l’une des plus fameuses écoles de cinéma au monde (à propos, lire ce reportage du New York Times). Le réalisateur de 71 ans est surtout heureux de pouvoir présenter à un vaste public une de ses oeuvres préférées à vie, le drame de guerre Cendres et Diamant (1958) de Wajda.

«Il s’agit toujours de l’un des plus grands films jamais faits, à dit Scorsese en entrevue au Los Angeles Times. Les films de Wajda ont ouvert la voie pour ce qui allait devenir une nouvelle vague en Pologne. C’était un peu avant les Nouvelles Vagues française et italienne».

Il poursuit, cette fois chez Salon : «Je ne savais pas à quoi m’attendre, et ça m’a laissé sans voix. C’était passionné, désespéré, romantique, cynique et cinématographiquement magnifique. C’était toute une introduction!»

Parmi les joyaux méconnus dans son cycle, Scorsese suggère : «Toute personne qui n’a pas vu Le Manuscrit trouvé à Saragosse de Wojciech Has devrait certainement y aller. C’est une expérience hallucinatoire sauvage. C’est devenu un véritable film-culte dans les années 60 et 70 – Jerry Garcia en était un grand fan. Vous devriez également voir Le Pharaon de Jerzy Kawalerowicz, un épique historique situé dans l’Égypte ancienne – trois ans de production et un film vraiment envoûtant.»

Pour finir, je retiens une déclaration de Bernardo Rondeau, directeur de la programmation du Academy of Motion Picture Arts and Sciences, citée dans le papier du LA Times, qui décrit bien les conditions des artistes et de leurs oeuvres à l’époque du bloc de l’Est, voire dans tout régime oppressif :

Ce qu’il y a de fascinant à propos des films polonais, c’est que beaucoup d’entre eux ont été faits dans le contexte d’un gouvernement autoritaire à la censure lourde, et beaucoup de ces films ont fini par être fortement censurés.

Mais vous avez ces grands films qui canalisent leurs messages et leurs opinions à travers des allégories, certaines à peine voilées, certaines beaucoup plus abstraites.

Très souvent, ils abordent cette idée de la mémoire de l’identité et toujours avec un sens visuel impeccable et un intellect perçant.

Voici Scorsese qui présente son cycle et qui commente certains des films qu’il a choisi :

- Pour une analyse pointue de la rétrospective, je vous conseille fortement de lire ce papier de Film Comment.

- «Martin Scorsese présente : chefs-d’œuvre du cinéma polonais» à la Cinémathèque du 14 au 31 mai.

À lire aussi :

> Waldemar Swierzy : retour sur un affichiste unique
> Le court du week-end: Têtes parlantes
> Le court du week-end: Deux hommes et une armoire

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    février 2013
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728  
  • Archives

  • publicité